Accueil Chronique de concert Neil Young (Roskilde Festival 2008)
Vendredi 7 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Neil Young (Roskilde Festival 2008)

Neil Young  (Roskilde Festival 2008) en concert

Danemark 5 juillet 2008

Critique écrite le par



Chapeau bas Monsieur Young !

Tête d'affiche ultime des quatre jours du Roskilde Festival 2008 (du 3 au 6 juillet, au Danemark, le pays où la vie est plus chère et où les filles sont toutes canons), Neil Young a confirmé son statut de légende vivante du rock lors d'un set supersonique de plus de 2 heures. Sous un soleil radieux puis une nuit enchanteresse, la musique du taciturne Canadien a propulsé les 50 000 spectateurs (hyper enthousiastes) dans une autre dimension, celle d'un Loner aussi à l'aise avec les orages de feedback qu'avec les mélodies délicates.



Un set best of entre punk rock, folk, psyché et country...

Entre rock furieusement électrique, folk magique et country laid back, Neil Young (chant éternellement adolescent, guitares totalement insoumises, harmonica céleste) et ses précieux musiciens (Ben Keith - pedal steel guitare, orgue, chœurs -, Rick Rosas - basse -, Chad Cromwell - batterie -, Anthony Crawford - chœurs, piano, guitare -, Pegi Young - chœurs, guitare - et Larry Cragg - banjo) ont offert un set best of composé des plus grandes réussites punk rock du Monsieur, Hey Hey, My My (Into the Black), Love and only love, Fuckin' Up, Powderfinger, Cinnamon girl, et d'un passage folk acoustique de rêve - avec un instant de grâce ultime sur Mother Earth joué seul à l'orgue sous le superbe ciel danois, puis le bouleversant The Needle and the damage done, l'émouvant Unkmown legend et les inaltérables hits Heart of Gold et Old man. Le tout agrémenté par des envolées joliment psychédéliques (Words), deux nouvelles chansons tenant la route (le tonique Spirit Road et les 15 minutes de déluge guitaristique de No Hidden Path), sans oublier un petit détour country de fort bon aloi (Get back to the country).

Des instants de communion incroyables...

Pour les fans placés juste devant l'immense scène orange avec une vue imprenable sur Mr Young (on faisait partie de ces chanceux... ) comme pour ceux disséminés sur la pelouse les yeux braqués sur les écrans géants, c'est le bonheur total ; l'extase sonique est en effet atteinte lors de ces instants de communion incroyables entre un artiste habité par sa musique et un public conscient d'assister à un moment d'exception. Peu loquace, hyper concentré, mais content d'être sur scène et plutôt aimable, Neil Young a offert à Roskilde (le meilleur festival du monde selon lui, et l'on n'est pas loin de partager cet avis... ) un set d'anthologie.

Le rock 'n roll ne peut définitivement pas mourir après pareille démonstration de feu sacré.

Gorgé d'une foi inébranlable en l'être humain, d'une passion inextinguible pour le rock ' roll (qui ne peut définitivement pas mourir après pareille démonstration de feu sacré), et majoritairement branché sur le 220 volts, le concert plein d'âme donné par Neil Young au Danemark avait tout pour ravir l'immense foule venu pour faire un triomphe à un artiste toujours aussi jeune dans sa tête... Apres avoir rendu un vibrant - et puissamment électrifié - hommage à Bob Dylan et Jimi Hendrix en interprétant l'imparable All along the watchtower au cours de son show, le récent auteur du très bon album Chrome dreams II conclut magistralement sa prestation par un rappel divin : A day in the life, un des nombreux hymnes des Beatles, est interprété - façon Neil Young, bien sûr - dans une atmosphère de joie indescriptible... Chapeau bas Monsieur Young !





Set List :
Love And Only Love
Hey Hey, My My (Into the Black)
Powderfinger
Spirit Road
Cinnamon Girl
Fuckin' Up
All Along The Watchtower
Oh, Lonesome Me
Mother Earth (Natural Anthem)
The Needle And The Damage Done
Unknown Legend
Heart Of Gold
Old Man
Get Back To The Country
Words (Between the Lines of Age)
No Hidden Path

A Day In The Life


Liens : www.roskilde-festival.dk, neilyoungarchives.com.












Neil Young : les dernières chroniques concerts

Neil Young en concert

Neil Young par Jacques 2 Chabannes
Le Dôme, Marseille, le 16/06/2016
Le Temps Des Cerises... À L'Eau De (LA) Vie ! Question(s) Sous Dôme Tandis que la salle bruisse d'envie et rumeurs concernant à la fois, le show à venir, et la sortie... La suite

Neil Young + Promise Of The Real  en concert

Neil Young + Promise Of The Real par Cabask
Le Dôme - Marseille , le 16/06/2016
Ah, Neil Young ! Que dire, si ce n'est que j'ai véritablement baigné dedans depuis mon plus jeune âge, mon père le vénérant et jouant quantité de ses titres à la guitare ? Les... La suite

Neil Young + Promise Of The Real en concert

Neil Young + Promise Of The Real par Xavier Averlant
Zénith de Lille, le 13/06/2016
Neil Young accompagné des Promise Of The Real a livré un concert enchanteur lundi soir à Lille. Sauf si je me trompe, il s'agissait seulement du deuxième passage du Loner dans... La suite

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines  en concert

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines par Lionel Degiovanni
Paléo festival - Nyon (Suisse), le 23/07/2013
Pour démarrer cette chronique du 38ième Paléo Festival de Nyon, évoquons tout d'abord quelques chiffres... Paléo a vu sa première session en 1976 et depuis, Paléo a accueilli 5... La suite