Accueil Chronique de concert Noël des Pays d'Oc - Lo Cor de la Plana
Jeudi 4 mars 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Noël des Pays d'Oc - Lo Cor de la Plana

Noël des Pays d'Oc - Lo Cor de la Plana en concert

Salle polyvalente, Mallemort (13) 20 décembre 2015

Critique écrite le par

Aucun habitant du quartier dit de la Plaine de Marseille n'ignore plus, espérons-le, l'existence d'un choeur masculin en occitan(s), qui rayonne bien au delà de notre bonne ville phocéenne et même de la Région, choeur en circuit depuis pas mal d'années maintenant, mené par ce petit bonhomme jovial qu'on appelle Manu Théron : le Choeur de la Plaine quoi, Lo Cor de La Plana, et qui fait notre fierté par simple effet d'homonymie ! Par contre on ne les voit pas toutes les cinq minutes (la dernière fois pour moi commençait à dater un peu) parce que leur renommée les fait voyager bien loin du quartier. Et ce qui est cool du coup, c'est qu'à chaque fois, on a le temps d'oublier comment c'est bien ...


Je pensais pourtant cette (plutôt riche, enfin de mon point de vue) année de chroniqueur finie mais... on avait repéré, à la campagne, une belle activité pour un dimanche après-midi initialement un peu maussade : un Noël des Pays d'Oc proposé à Mallemort (13), non pas dans une église (et heureusement, car des foudres divines auraient pu légitimement nous y frapper... on y reviendra), mais dans une salle polyvalente communale. Salle bondée, disons-le en passant, à notre arrivée (il est vrai que leur renommée les précède de loin et qu'ils donnent de tels Noëls depuis un bon moment déjà), et concert tellement gratuit qu'à ma grande surprise, on ne nous y proposa même pas après de laisser une obole sur un plateau. Une fois n'est pas coutume, remercions donc le Conseil Général 13 pour sa prodigalité à financer un peu partout en Buccorhodanie ces Chants de Noël, 23ème édition...


Et voici donc entrant par la porte du fond, suivant un fifre et un tambour, les 5 sémillants choristes venus nous chanter la (plus ou moins) Bonne Parole, non sans la tordre un peu à leur sauce iconoclaste. Car si les 5 chanteurs de Lo Cor de la Plana interprètent magnifiquement, et avec un respect infini, le répertoire en langue d'Oc (qui va du Piémont jusqu'à la Catalogne, voire au Pays Basque, en passant par notre belle Provence... et l'on va ce soir visiter plusieurs de ses nombreuses provinces), ils ne se gènent pas pour en booster avec une certaine hardiesse les instrumentations, via leurs invités, au risque de secouer un peu certains papis et mamies dans la salle ! Entre saxo basse vibrant, fifre sautillant (joués à deux en même temps bien sûr), tambourins festifs et même table de DJ pour quelques notes et boucles électroniques, on peut dire que le répertoire est sacrément ragaillardi... La salle finira d'ailleurs pour partie debout, en faisant des pieds et des mains pour accompagner leur joli raffut dans une ambiance tout à fait festive, proche d'une tarentelle !


Reste la douloureuse question du foudroiement divin. Car Manu Théron, monsieur Loyal du groupe, passe quand même souvent très près de la ligne rouge avec ses joyeuses (et hilarantes) introductions de chansons... Certes ce soir on ne donne pas dans l'occitan rigolo/paillard que Lo Cor de la Plana maîtrise aussi (genre, de mémoire, "Fais-le cocu ma fille, ton père l'était bien..."), mais l'on se moque assez quand même, et pas toujours très charitablement, des très saints héros des chansons religieuses ! A commencer par cette pôvre Sainte Marguerite (Margarida) et son martyre graisseux évité de justesse, qui devient curieusement patronne des femmes enceintes ("et pas des 404 bâchées, autre cause perdue" - je ne fais que citer, hein !). Puis y passe la vierge Marie qui cherche où accoucher et se prend toutes les portes de Mallemort, puis de Bethléem dans la figure ("Désolé madame, nous n'avons pas vocation à accueillir toute la misère du monde !")... Petite pique citoyenne bien sentie dans un village qui n'est certes pas (je le sais de source sûre) le plus grand repère de gauchistes de Provence...


D'autres personnages comme Adam et Eve, et leur paradis terrestre (où s'ébattent les oiseaux d'alors : archéoptéryx, vélociraptor, tricératops... et pneumothorax bien sûr), ou le minot Jèsu lui-même ne sont pas en reste, et il est aussi fait allusion en passant à un bordel qui aurait pignon sur rue à Mallemort, ou à ces êtres étranges qu'on trouve juste à côté, à Charleval... Mais si lou Théron ne fait pas mystère de sa probable mécréance, c'est qu'il (et de tout son c(h)oeur encore), visite par ailleurs avec tendresse un répertoire (à peu près) de Noël luxuriant et où, prouesse quand même pour un langage où je n'entends personnellement quedalle, on ne s'ennuie pas un instant ! La "sètalista" est en bas de chronique, pour qui en saurait davantage sur le sujet... Ajoutons que sons et lumières étaient très beaux mais que, immobilisé par mon niston (qui a roupillé sur mes genoux à peu près du troisième au tout dernier morceau), je n'ai pas pu faire de miracles avec mon appareil photo depuis le fond...


A l'issue d'un très, très beau concert (et pour certain donc, d'un très, très beau pénéquet - il faut de belles musiques pour faire de belles siestes !), il est temps de se quitter, accompagnés jusqu'à dehors d'ailleurs, mais toujours en chantambourinant, avec la jolie phrase traditionnelle que j'espère ne pas trop massacrer ici, mais j'irai pas la recopier, chuis pas un dégonflé : "A l'an que ven, et si siem pas mais, que seguen pas men !"... Qui signifie, comme chacun sait, dans un grand et beau message oecuménique où pourront, j'en suis sûr, se retrouver la Rose et le Réséda : "A l'an qui vient, et si après tout ce qu'on a subi en 2015, tu l'aimes toujours pas mieux, ton prochain, va donc te jeter aux Goudes ha !"

PS : Encore deux ou trois dates pour les rattraper cette semaine, vas-y sans réfléchir et tu me diras merci après !
PS 2 : Oui messieurs c'est moi qui ai volé la jolie set-list manuscrite dessur la scène (mais je l'ai dit au monsieur du son, hein !) et j'en avais besoin, la preuve ...


Sètalista (pardon s'il y a des fautes, je ne suis pas né d'Oc et ne fais que recopier ce que je déchiffre) :
Dieu vos gard
Baron St Alessi
Enta' nadal
Fai freg
Adieu Siatz
Bèla Vièrge
Volètzauvir
--------------
Dins lo Ventre
Margarida
Legenda de J.C.
In Questa Santa Nstte (?!)
Tura Lura Lura
Novè dei Bomans

Lo Cor de la Plana : les dernières chroniques concerts

Sam Karpienia + Lo Cor de la Plana + Oncle Bo  en concert

Sam Karpienia + Lo Cor de la Plana + Oncle Bo par Pirlouiiiit
Chez la Fée Zoé, Marseille, le 26/07/2019
J'avais vu passé l'info sur Concertandco et ça me tenter bien ... Apero du Lamparo du côté de la rue Thubaneau avec showcase du Cor de la Plana (pas vus depuis ....) et Sam... La suite

Lo Cor de la Plana feat. Aime Brees et Henri Maquet (Noel des Pays dOc) en concert

Lo Cor de la Plana feat. Aime Brees et Henri Maquet (Noel des Pays dOc) par Pirlouiiiit
Eglise Saint Just, Marseille, le 23/12/2015
Philippe ayant, par sa récente chronique, attiré mon attention sur le passage du Cor de la Plana à l'Église Saint Just à l'occasion de cette 23ème édition des (désormais quasi... La suite

Lo Cor de La Plana en concert

Lo Cor de La Plana par Sebsousladeferlante
J1 - Marseille, le 17/03/2013
En l'occasion de la Saint Patrick j'entre pour la première fois au J1. A l'ouverture des grilles il faut gravir des escaliers métalliques qui donnent sur une plate forme dix... La suite

Lo Cor de la Plana + La Ultima + Enco de Botte (9ème festival De Vives Voix) en concert

Lo Cor de la Plana + La Ultima + Enco de Botte (9ème festival De Vives Voix) par pirlouiiiit
Auditorium de la Cité de la Musique - Marseille, le 05/07/2012
Ce soir si je m'étais écouté je serais bien resté chez moi pour me coucher tôt ... oui mais alors il n'y aurait pas eu de trace de la 9ème édition de ce beau (et gros) festival... La suite