Accueil Chronique de concert Peter Gabriel
Mardi 19 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Peter Gabriel

Ile de Gaou - Six Fours 25 Juillet 2007

Critique écrite le par

Estimer à une heure le trajet entre Marseille à la presqu'île du Gaou s'avère nettement en deçà de la réalité, lorsqu'on doit monter la Gineste derrière un car de tourisme, se coltiner un papi sur la route du pas de belle-fille, circuler dans un embouteillage dès l'entrée de Six-fours, laisser sa voiture en vrac sur un trottoir (désigné comme un emplacement légal de parking par un agent de sécurité), s'entasser dans une navette qui mène à l'entrée d'un chemin au bout duquel attendent dans un préfabriqué 3 exemplaires d'une décharge à signer pour prétendre avoir le droit de faire des photos.

Guidés par une mélodie mi-électronique mi-orientale, c'est avec près de trois quarts d'heure de retard que nous arrivons enfin sur les lieux du concert. La musique se tait et sur l'écran géant Dafher Youssef en gros plan fait signe qu'il faut "couper", passant son index tendu sous sa gorge. Il débranche, sans claquement, le jack de ce qui semble être une sitar, et disparaît de l'écran, remplacé par le fond rouge du logo "I love Gaou".



La première partie ratée, il ne me reste plus qu'à essayer de trouver une place sur ce terrain déjà bien occupé et plus large que profond. Se caler au fond, contre le grillage ou contre un réverbère,reste tentant au vue de l'éloignement de la scène et des deux écrans géants qui la bordent, même si la disposition de ceux-ci laissent mécontents les plus petits qui ne les trouvent "pas assez hauts". La foule n'en finit plus d'affluer alors que les premières civières se fraient un chemin. Sur scène, d'immenses projecteurs en forme de séchoir de salon de coiffure, sont hissés à tours de manivelle au sommet de colonnes luminescentes rectangulaires. Le nouveau passage d'une civière est cette fois commentée d'un "c'est pas la chaleur !", chargé de sous-entendus, mais soulignant également qu'il ne fait effectivement pas chaud pour un soir de plein été, le Mistral étant une fois de plus de la partie.

Il fait presque noir lorsqu'une voix off féminine et synthétique annonce : "le concert de ce soir est enregistré, retrouvez-le sur www..."



21h45 le son du doudouk perce le ronronnement des nappes insistantes des synthétiseurs. Sous la douche blanche du projecteur, Levon Minassian, seul, interprète un extrait de passion, bande originale du film la dernière tentantion du Christ, doublement récompensée par un Grammy Award et un Golden Globe. La mélodie s'estompe alors pour laisser place aux battements et percussions de The Rhythm of the Heat accompagnant l'entrée en scène de Peter Gabriel et de ses musiciens. Dans L'ambiance haletante de ce titre qui ouvrait 24 ans plus tôt l'album live plays live, on retrouve l'incroyable contraste d'une voix à la fois cassée, sur un texte à peine chantée, et éclatante sur des envolées aigües du chanteur. En contre-point, Mélanie Gabriel, sa fille, assure les choeurs alors que Ged Lynch, roulements battants, mène la tension du morceau à son sommet d'où il choit net. Peter Gabriel enchaîne sur On the Air, titre de 1978 plus pop, voire néo-progressif si l'on en juge par la ressemblance avec des compositions de Derek Dick a.k.a Fish au sein de Marillion l'année suivante. Cette fois, le batteur use de ses charleys, et de là où je me trouve ils sonnent comme un sifflet de cocotte-minute, sonorité un peu désagréable mais largement compensée par les glissés de basse de l'excellent Tony Levin, dont je n'ai eu cesse d'entendre parler comme le loup blanc pour sa maîtrise du stick chapman. Suit Intruder avec son rythme de batterie à l'effet "gated reverb" (utilisé abondamment par Peter Gabriel, il consiste en un effet de réverbération qui s'interrompt brusquement), ses "hey,hey,hey", son thème un peu free, et, enrichissement live, ses craquements de cordes de guitares que l'on tend. Le côté épuré et torturé du morceau a séduit, il y a quelques années, le trio déjanté Primus qui le restitue fidèlement sur son album Miscilleneous Debris. Peter Gabriel, derrière son piano, chante, siffle avant de lancer le "I'm the intruder" final.



Feuilles à la main, le chanteur prend la parole en français, chose qu'il répètera tout au long du concert. Il nous explique qu'étant donné que le groupe n'a pas d'actualité musicale récente (les rumeurs annoncent un nouvel opus, I/O, pour 2008), le répertoire de ce soir est le fruit du choix de ses e-fans via un plébiscite sur Internet. Il est bon de rappeler que l'utilisation de ce medium est loin d'être un coup d'essai pour Peter Gabriel : en 1999 il était l'un des créateurs du système de téléchargement de musique OD2 (On Demand Distribution) mis à mal aujourd'hui par itunes, et qu'il a ensuite créé We7, dont la sortie a été annoncée cette année, système dans lequel l'insertion contreversée des DRM est remplacée par une publicité en début du titre téléchargé.



Les musiciens reprennent avec D.I.Y, morceau pop-rock 70's où chacun scande "di-aï-ouaï" tous les 5 temps et pour lequel Tony Levin s'est saisi de son stick chapman. Véritable saut quantitatif dans le temps avec Steam faisant suite à un préambule énigmatique pour ceux qui comme moi ignore la traduction de ce mot,où qui n'auraient aucune notion de physique-chimie : "ici on à l'eau et la chaleur". Steam signifie vapeur en anglais. Chanson dans la veine de Sledgehammer, elle conjugue les sons de la guitare funky de David Rhodes, aux sonorités des tubes de INXS, et les cuivres soul, assurés ce soir par Richard Evans face à son écran d'ordinateur. L'entrain du morceau ne met guère de temps à faire lever les mains du public devant Peter Gabriel qui arpente la scène et lâche ses célèbres "haaa" aigüs (bien qu'ils semblent les retenir à l'écoute de l'original)."Les relations homme/femme", "Adam et Eve", sont les termes choisis par le chanteur pour présenter Blood of Eden. Arpège de guitare et son de cornemuse plongent les musiciens dans la chaleur écarlate de l'éclairage des colonnes du qui les entourent. La douceur des harmonies du refrain dans le duo des Gabriel est transcendé par la voix de la jeune Melanie qui remplace magnifiquement celle de Sinead O'Connor. Burn You Up, Burn You Down dans un élan rythm'n'blues donne une nouvelle occasion à Tony Levin d'opter pour une basse se présentant sous la forme d'un unique manche sans corps. Vient ensuite No Self-Control : quelques notes de xylophone de Richard Evans sur les sons de boîte à rythmes soutenus par les percussions de Ged Lynch, puis les "ha-ha-ha" Bee-Gees-like des choeurs qui donnent la réplique au chanteur sur "no self-control".



Peter Gabriel se lance alors dans une nomination élogieuse de ses musiciens, à commencer par "un grand talent clavier et grande voix", Angie Pollack qui m'était restée cachée jusqu'à maintenant, ou que j'ai du confondre avec Melanie Gabriel au moment de ses passages sur les écrans géants ! "grand musicien" pour le multi-instrumentaliste Richard Evans et "le maitre du son" pour le guitariste David Rhodes,à moins que ce ne soit l'inverse...Aucun doute par contre pour "à la basse et à la moustache", dont cette caractéristique physionomique me fait penser aux personnages syldaves de Tintin.



Après cet interlude, le concert repart sous les "go,go,go !" du chanteur pour son premier succès solo : Solsburry hill. Ce titre, dans lequel Peter Gabriel évoque son départ du groupe Genesis et qui peut rappeler une fois de plus des interprétations ultèrieures de Fish, affiche le noyau dur historique du groupe, composé du chanteur, du guitariste et du bassiste tournant tous trois dans une gigue. Peter Gabriel demande ensuite à sa fille de "chanter pour lui", sur Mother of violence. Accompagnée par son père au piano, Melanie Gabriel d'une voix intelligible aux intonations de Sheryl Crow interprète ce morceau couronné d'un "papa est fier".



Peter Gabriel évoque alors la tentative d'assassinat du Gouverneur George Wallace de l'Alabama en 1972 et le journal intime de son auteur, Diary of assassin, qui ont inspiré sa chanson Family Snapshot, et qui ont également inspiré le réalisateur Martin Scorsese pour son film taxi driver. Le morceau au tempérement progressif est d'abord commencé par Peter Gabriel seul au piano, rejoint par Tony Levin et ses excellentes parties de basse fretless, et soutenu à la voix par Melanie Gabriel. Les rythmes et percussions africaines de Lay Your Hands on Me dévoilent le côté world music du compositeur. Big Time "chanson devenue générique (chanson officielle) de la W.W.E (World Wrestling Entertainment)", agite les colonnes lumineuses transformées en véritables vu-mètres multicolores, et submerge la prequ'île de son groove puissant. Puis sur les grosses caisses font vibrer Secret world sur une instrumentation épurée, les claquements de mains prenant le relais pour faire tourner Peter Gabriel,tambourin à la main, et David Rhodes. À la fin du morceau, après une relance de guitare électrique, c'est sur la scène et dans le public que tout le monde saute à pieds joints. Enfin, comme pour conclure, Peter Gabriel annonce "il est temps pour" : Signal to noise. Commencée par des chants arabisants de la choriste, ce morceau est sans doute le plus envoutant de la soirée, un morceau dégageant une atmosphère palpable portée par des nappes de violons, hachées par des pulsations de batterie. Pendant les dernières minutes les musiciens se retirent un à un, ne laissant plus que Ged Lynch maintenir les ultimes souffles du morceau.



23h20 Au rappel du public répond un rythme de charleys. Suivent alors grosse caisse et claquement de main de Peter Gabriel contre le micro en guise de caisse claire. Enfin le thème au succès planétaire de Sledgehammer retentit, avec sa guitare funky, flûte de pan (synthétique ce soir) et un son de clavier original pour ce soir (sorte d'orgue hammond) et l'exultation de tout un public. Le bonheur ne serait pas total sans la danse dont les 3 compères ont la recette : quelques pas lents en avant en cassant les genoux, retour rapide en arrière, et répéter le tout ad lib (ou presque). Ambiance moins explosive avec In your eyes, bien que Peter Gabriel ait choisit de commencer cette ballade avec un duo comique avec Tony Levin qui s'évertue à répéter un "in your eyes" d'une voix mélodieuse mais définitivement trop grave. Finalement le bassiste s'en tiendra à son rôle d'instrumentiste...et de danseur, un peu plus loin, dans le morceau, avec un nouveau pas de danse, latéral cette fois, avec Peter Gabriel et David Rhodes. Dans le public, on reprend les "ho-ho-ho" en agitant les bras. Le chanteur termine en désignant chaque musicien d'un jet d'index; Richard Evans ainsi pointé tient dans ses mains une petite guitare électrique de la taille d'un youkulélé.



23h35 le ronronnement des nappes d'introduction ont ressurgi sur fond de scène vide. Peter Gabriel revient saluer la mémoire de Steven Biko et de "tous les hommes et les femmes qui se lèvent pour leur peuple" avant d'interpréter Biko. Cette chanson ne rappelle pas simplement l'intérêt du chanteur pour la wold music, mais surtout son engagement dans les causes humanitaires (une semaine plus tôt, le 18 Juillet, Nelson Mandela annonçait à l'occasion de son 89ème anniversaire la création d'un groupe de Elders (les anciens, les sages) impulsé par le chanteur dans la fin des années 90 et dont il sera l'un des financeurs). C'est de nouveau sous les "ho-ho-ho" que Peter Gabriel quitte la scène le poing levé.
Un jour artificiel se refait, le logo "I love Gaou" remplit à nouveau les deux écrans. La voix synthétique renouvelle son message "le concert de ce soir est enregistré, retrouvez-le sur www..." (peut-être a-t-il été enregistré par l'autre fille du chanteur, comme ce fut le cas pour le dernier DVD), et ajoute comme s'il s'agissait d'un débarquement : "Nous espérons que vous avez aimé le spectacle".



J'écoute les commentaires autour de moi à propos du concert : beaucoup sont contents d'avoir entendus ce mélange de veilles chansons et d'autres plus récentes, d'autres ont retrouvé des sonorités d'artistes aussi divers que Mike Oldfield ou Johnny Clegg...Peter Gabriel fait partie de cette poignée d'artistes (comme David Bowie,Sting,...) qui a su, au travers d'une longue carrière (40 ans depuis les débuts dans Genesis en 1967), renouveller son style, se poser en précurseur, élargir son panel artistique, s'impliquer dans le monde qui l'entoure. En venant le voir à ce concert, je m'attendais à assister à un show, à la lecture de plusieurs critiques, et ce sont ces 30 dernières années qui ont défilé devant mes oreilles, en 2 heures de concert, au travers du kaléïdoscope de ce musicien accompli, acteur de sa profession, acteur de ces dernières décennies...

2h30 c'est le prix à payer pour retourner à Marseille depuis un lieu paradisiaque mais qui se situe dans un cul-de-sac...

Photos YLF pour wwww.liveinmarseille.com

 Critique écrite le 23 août 2007 par Frédéric Bloise

> Réponse le 01 avril 2008, par toch

superbe critique, moi aussi j'ai bien "voyagé" avec ce magnifique concert, 3ème fois que le vois, à bientôt j'espère   Réagir


Les Voix du Gaou : les dernières chroniques concerts

Mogwai + The Notwist (Grand Gaou Festival 2021) en concert

Mogwai + The Notwist (Grand Gaou Festival 2021) par Janfi
L'île du Gaou, Six-Fours les Plages, le 28/07/2021
Après un an et demi de privation de concert due à cette satanée crise sanitaire de la Covid-19 ou 21 ou je ne sais plus à combien on est, me voici sur l'île du Gaou pour la... La suite

Placebo + Dandy Warhols + LRM (Les Voix du Gaou 2014) en concert

Placebo + Dandy Warhols + LRM (Les Voix du Gaou 2014) par coco
Six Fours les Plages, le 17/07/2014
Encore une année ou le festival Les Voix du Gaou est à tomber. La programmation est géniale, les organisateurs sont supers et le lieu ... sans nom tellement c'est magnifique !... La suite

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) en concert

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) par Calie Coto
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
Voilà, l'heure a bientôt sonné. La fosse commence à se remplir, les mots se perdent dans le vent, le soleil diffuse ses derniers rayons, le ciel s'embrase et se fond sur le bleu... La suite

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou en concert

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou par Caroline CAMPO
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait " MarK Twain Imaginez une plage posée délicatement dans un écrin de verdure, bercée par le chant des... La suite

Peter Gabriel : les dernières chroniques concerts

Peter Gabriel par simon pégurier
Le Gaou, le 25/07/2007
Avant sa tournée de 2003, Peter Gabriel n'avait plus mis le pied sur scène pendant environ dix ans. Depuis il enchaîne. Après la tournée promo de son excellent album Up, il s'attelle maintenant à une tournée pour le plaisir. C'est souvent à ces occasions qu'il est le plus plaisant de voir un artiste. Dégagé de la promo il peut puiser a souhait... La suite

Peter Gabriel par Pascale
POP Bercy, Paris, le 27/05/2004
Après un passage l'an dernier mémorable, Peter était de retour à Bercy pour un deuxième bras de sa tournée. On craignait une redite de l'année passée, mais bien que certains éléments étaient présents (le vélo, la boule transparente) de nombreux morceaux étaient ajoutés, voire des inédits. Peter a toujours ce magnétisme sur scène, cette présence,... La suite

Peter Gabriel par Dominique
Nikaia, Nice, le 28/05/2003
Je vais essayer de faire court et tous les superlatifs ayant déjà été utilisé je dirais simplement que ce concert est certainement celui qui m'a le plus marqué. Ayant vu de trés nombreux concerts par le passé (pratiquement tous les grands groupes de rock des années 70),je dois reconnaitre que j'ai pris ce soir-là un grande baffe et que j'ai mis... La suite

Peter Gabriel par Mathieu
Nikaia Nice, le 28/05/2003
A ne pas manquer, les termes sont appropriés... En effet rares sont les spectacles atteignant ce niveau. Pour tout dire, je suis amateur de musique plus trash dans le genre mais là ce concert reste tout simplement le meilleur que je n'ai jamais vu. Tout au long de ce show, l'émotion reste intact, le groupe alternant anciennes chansons et celles du... La suite

Ile de Gaou - Six Fours : les dernières chroniques concerts

Benjamin Biolay (Grand Gaou Festival 2021) en concert

Benjamin Biolay (Grand Gaou Festival 2021) par Calie-cotto
Ile du Gaou, Six-Fours les Plages, le 29/07/2021
Le temps passe si vite : déjà 20 ans que Benjamin Biolay a débuté avec Keren Ann sa carrière musicale en composant pour Henri Salvador... L'auteur compositeur interprète nous... La suite

Mogwai + The Notwist (Grand Gaou Festival 2021) en concert

Mogwai + The Notwist (Grand Gaou Festival 2021) par Janfi
L'île du Gaou, Six-Fours les Plages, le 28/07/2021
Après un an et demi de privation de concert due à cette satanée crise sanitaire de la Covid-19 ou 21 ou je ne sais plus à combien on est, me voici sur l'île du Gaou pour la... La suite

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) en concert

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) par Phil2guy
Presqu'île du Gaou- Six-Fours-les-plages, le 07/07/2018
Le Pointu Festival est en train de devenir un de ces festivals d'été réellement incontournables qui contraste avec les grosses machines habituelles aux programmations... La suite

Pointu Festival 2017 :  Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters en concert

Pointu Festival 2017 : Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters par Phil2guy
Six-Fours-Les-Plages, Presqu'île du Gaou, le 08/07/2017
C'est la deuxième édition du Pointu Festival qui a lieu pendant deux jours sur le magnifique site de la presqu'île du Gaou à Six Fours-les Plages. L'affiche est réellement... La suite