Accueil Chronique de concert Rabih Abou-Khalil Quartet Méditerranéen + Yuval Amihaï Ensemble
Jeudi 28 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Rabih Abou-Khalil Quartet Méditerranéen + Yuval Amihaï Ensemble

Rabih Abou-Khalil Quartet Méditerranéen + Yuval Amihaï Ensemble  en concert

Espace Julien - Marseille 27 novembre 2010

Critique écrite le par

Ca se passe à l'Espace Julien mais c'est organisé par Le Cri du Port. Ma soirée est déjà réussie après le duo Compaoré / Hosdikian au Roll'Studio qui me vaut un léger retard.

Yuval Amihaï Ensemble



Le quintet est déjà sur scène devant un parterre bien garni. Il joue les dernières mesures d'une danse pour la paix plus rythmée que le titre suivant : une mélodie sucrée où la guitare sonne comme un oud et où la quiétude dégagée par le sax soprano semble poursuivre le message pacifiste. Ces deux instruments et les trois autres (contrebasse, batterie, sax ténor) diffusent ensuite des couleurs plus jazz.

Bonus vidéo : Aviv


Le contraste entre thèmes sirupeux et soli habités (guitare, sax ténor et batterie sur Aviv) est saisissant mais n'a pas toujours lieu. Ainsi sur le softissime Part 2 où le duo guitare / sax soprano entreprend une anesthésie générale achevée par un deuxième sax soprano et des balais de batterie. Peace and love. La Paix est encore à l'honneur pour le titre final dédié à Elie Wiesel, prix Nobel de la discipline. C'est bien écrit et vous sortez de là avec l'envie de vous reconvertir dans l'élevage de colombes.


Yuval Amihaï Ensemble : Yuval Amihaï : guitare, compos / Damien Fleau : saxophone soprano / Yoni Zelnik : contrebasse / Etienne Bouyer : saxophones ténor et soprano / Gautier Garrigue : batterie.


Setlist :
Rikud La Shalom
Ma Avareh
Down & Up
Aviv
Part 2
Wiesel


Rabih Abou-Khalil Quartet Méditerranéen



C'est depuis le concert de Choumissa au Cri du Port que cette date est écrite en rouge sur mon agenda. Fred Pichot l'avait évoquée à l'occasion d'une fort belle reprise de Rabih Abou-Kabou. Et là encore, les parfums seront méditerranéens et pour cause : il est né au Liban, son accordéoniste est italien, son saxophoniste sarde. Seul le batteur, américain, n'est pas issu du bassin méditerranéen. Anglo-saxon comme l'exil allemand de Rabih.


Tous quatre se sont regroupés sur le devant de la scène, préférant le confinement à l'utilisation de l'espace. Judicieux. Leur complicité ainsi accrue par la proximité, les quatre vont nous offrir un de ces moments rares de force et d'intensité musicales.

En plus de son talent indéniable de joueur d'oud, Rabih Abou-Khalil fait preuve d'un délicieux humour pince-sans-rire. Le ton est donné avec la présentation des musiciens axée sur les stéréotypes qu'évoquent les peuples représentés.


On sent l'ironie lorsqu'il présente Fish And Chips comme "un hommage à la nourriture anglaise", on a peine à le croire lorsqu'il donne les titres de ses morceaux : "si tu me quittes, je dois en trouver une autre mais c'est pas facile" (chanson d'amour !) et "le rasage est ennuyant, l'épilation à la cire est douloureux" en sont les plus croustillants. "Les musiciens arabes qui jouent en Europe cherchent des thèmes universels. L'épilation en est un", nous dit-il pour justifier ce dernier.


La Méditerranée baigne nombre de pays et la localisation exacte de ceux évoqués n'est pas toujours chose aisée. Car le métissage est important. L'accordéon peut nous tirer vers l'Espagne, les percussions vers le Maghreb, le saxophone soprano vers le Proche-Orient, l'oud vers les Balkans, la voix vers la Sardaigne...


L'ensemble est d'une vigueur et d'une richesse énormes. Lorsque Rabih utilise une plume de je ne sais quel oiseau méditerranéen en guise de médiator et s'investit dans un solo, les trois autres ferment les yeux et dégustent chacune des notes distillées.
Mais ils apportent aussi brillamment leur pierre à l'édifice. Parmi les morceaux de bravoure, citons l'accordéon habité sur Lobotomic (dont Rabih a "trouvé les paroles dans un livre médical"), l'effroyable puissance du solo de batterie final de Fish And Chips, la voix de berger sarde sur un genre d'Hallelujah du saxophoniste également capable de nous faire oublier l'absence de contrebasse dans le quartet par ses basses vocales.


Et puis l'oud, beau, mélancolique, émouvant.

"Il existe 300 gammes en musique arabe : des gammes tristes, des gammes très tristes, des très très tristes, des infiniment tristes... Celle-ci est la plus sinistre de toutes". Ainsi est présentée Dreams Of A Dying City, sublime ôde à Beyrouth.


Rabih Abou-Khalil Quartet Méditerranéen :
Jarrod Cagwin : batterie / Rabih Abou-Khalil : oud / Gavino Murgia : saxophone soprano, voix / Luciano Biondini : accordéon


Le public, lui n'est atteint d'aucune sinistrose. Il semble aimer les voyages. La dernière destination est le pays de Rabih Abou-Khalil (la Bekaa au Liban) au travers d'un prodigieux Remembering Machghara.

Bonus vidéo :


Espace Julien - Marseille : les dernières chroniques concerts

The Rumjacks en concert

The Rumjacks par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 26/10/2021
Ca fait bientôt 20 ans que l'on chronique tous les concerts que l'on voit, alors pas question de zapper celui-ci sous le vague prétexte que notre Amoureuse, par malchance, s'y... La suite

The Limiñanas en concert

The Limiñanas par Phil2guy
Espace Julien, Marseille, le 20/10/2021
C'est un réel plaisir de retrouver les Limiñanas ce soir à l'Espace Julien quatre ans après leur concert dans cette même salle (lors de la tournée Malamore) dont on garde un... La suite

The Parade en concert

The Parade par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 20/10/2021
Petite surprise hyper agréable ce soir-là : en première partie de The Limiñanas, qu'on re-re-retournait voir et à vrai dire, sans un énorme enthousiasme - et on l'a découvert... La suite

Cumbia Chicharra + Mekanik Kantatik (+ Siska) en concert

Cumbia Chicharra + Mekanik Kantatik (+ Siska) par Luciiiiie
Espace Julien, Marseille, le 17/09/2021
Après une longue semaine de cours, voici enfin le vendredi soir le meilleur moment de la semaine, que beaucoup attendent avec impatience... Le vendredi soir est toujours une... La suite