Accueil Chronique de concert The Animals
Vendredi 19 août 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Animals

Café Julien à Marseille 11 octobre 2006

Critique écrite le par

Hé vi, je parle bien des Animals anglais, de l'époque des Yardbirds et des Stones, formés en 63 pour etre précis! Ceux là même qui ont composé "The House of the rising sun", plus connu en France sous le titre "Le pénitencier", repris pr Johnny.


Bon, il ne reste plus que le batteur d'origine, mais c'etait déjà une sacrée surprise de savoir qu'ils existaient encore d'une part, et qu'ils se pointaient à l'Espace Julien de Marseille d'autre part ! seul problème: l'absence quasi totale de promo....A peine quelques affiches placardées dans la ville et un article dans le journal local quelques jours avant...Pour ma part, je l'ai appris à même pas une semaine du live, alors que je suis bien informé d'habitude...


Résultat prévisible: le concert aura lieu au Café Julien, c'est à dire dans la petite salle où se situe le bar, une petite estrade, et quelques tables et sièges répartis entre le bas et une petite mezzanine... Alors qu'avec une bonne pub, ils etaient surs de remplir quelques centaines de personnes dans la grande salle, les voilà en représentation devant quelques dizaines (je dirai à vu de nez une soixantaine de pèlerins)... Dont Eric et Brice, les bons amis du bahut retrouvés, et avec qui on multiplie les performances lives dans le coin, Metal ou non, pour mon plus grand plaisir.


Ceci est bien dommage, car les vieux assurent encore le steack ! Oh attention, ce ne sont pas des démons sur scène, c'est même plutôt "gentil", mais ca reste une sorte de force tranquille, avec un bassiste/chanteur qui donne ce qu'il a, bien à fond dans son trip.


Le petit gratteux (aka Dustin Hoffman :D) nous sort quand il faut sa technique tout en fingerpicking et en feeling, le batteur malade ce soir là n'a pas de double grosse caisse ou de gros effets, mais ca groove, et le clavier m'a bien impressionné, avec quelques interventions soli pas chiantes du tout, et un sacré groove aussi !


Ca peut sonner daté, autant dans le rythm'n blues proposé que dans les intruments utilisés, mais ca fait danser quelques couples, ca fait taper du pied, ca se permet même de faire chantonner les gens sur leur plus gros hits, bref, c'est trés agréable.


Le live est assez court, dans les 1h30 avec une pause au milieu pour aller boire une binouse, dixit le chanteur, mais l'essentiel est passé en revue, des tubesques "Don't let me be misunderstood" que tout le monde connait sans forcément savoir qu'il est d'eux, "Bring it home to me", "Don't bring me down", aux groovy "Bright lights, Big city", "Baby let me take you home", en passant par des covers ("Boom boom" de Hooker, "I put a spell on you"), un hommage à Bo Diddley avec sa "story", pour finir par le mythique "House of the rising sun" en ultime titre qui fait frissoner le maigre public présent. Maigre mais conquis et bien content d'avoir pu assister à ce show intimiste et chaleureux.


Les Animals ont toujours la foi, quelque soit l'affluence du soir (ils ont rempli Bastia et Solaize avant de venir ici), et pour ma part, ca m'a permis une nouvelle fois cette année, de vivre live la prestation d'un combo que je n'aurais jamais cru voir...Rock'n roll !


Setlist approximative, dans le désordre et incomplète ! (on fait ce qu'on peut hein !) :

Bright Lights, Big City
I put a spell on you
I'm Crying
See See Rider
Baby, Let Me Take You Home
Don't Let Me Be Misunderstood
Boom Boom
It's My Life
We Gotta Get Out Of This Place
Don't Bring Me Down
Story Of Bo Diddley
Bring It On Home To Me
House Of The Rising Sun


Photos Pirlouiiiit qui a quand meme prefere Eric Burdon et a assez vite file a l'excellentissime concert de Anne Pierle

> Réponse le 25 mars 2008, par stephane sarpaux

Desolé mais les Animals ont piqué "House of the Rising Sun" à Bob Dylan qui l'avait lui meme emprunté à un poete Irelandais dont je ne me souviens pas du nom . Belle reprise tt de mm ....  Réagir


The Animals : les dernières chroniques concerts

Eric Burdon & the Animals en concert

Eric Burdon & the Animals par Pirlouiiiit
BB King Blues Club & Grill - New York, le 08/06/2011
Un petit coup de métro et je passe du calme de Washington square aux néons de Time Square, dont une partie a été rendue piétonne depuis quelques années. A cause de toutes ses... La suite

Little Bob + The Animals par odliz
L'Usine à Istres, le 12/03/2008
À 9 heures pile, l'Usine des noctambules se met au travail avec Little Bob et plusieurs centaines de fans de la première heure accompagnés de leurs chatoyantes odeurs (ah, l'on en vient à regretter les bonnes vieilles salles enfumées). Camouflé entre un pupitre à antisèches et un pack de volvic, Little Bob est ce petit personnage un peu... La suite

Café Julien à Marseille : les dernières chroniques concerts

Mathieu Boogaerts  en concert

Mathieu Boogaerts par Pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille, le 20/11/2021
Il y a quelques mois désormais je me suis rendu au concert de Mathieu Boogaerts ... Mathieu fait parti de ces artistes discrets mais quand même reconnus qui accompagnent... La suite

La Femme + Lulu Van Trapp (Festival Avec le Temps) en concert

La Femme + Lulu Van Trapp (Festival Avec le Temps) par Pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille, le 10/03/2022
Ce soir je m'étais fait un gros programme pas très réaliste pour être honnête puisque parmi tout ce qui était proposé j'avais jeté mon dévolu sur Popopop duo au théâtre du... La suite

Weepers Circus (Panique dans la Forêt) en concert

Weepers Circus (Panique dans la Forêt) par Luciiiiie
Espace Julien, Marseille, le 16/12/2021
Cette fois si nous n'allons pas à Lollipop, ni à la Méson mais à l'Espace julien pour écouter le nouveau spectacle Panique dans la forêt des Weepers Circus avec des amis. Je ne... La suite

Klub Des Loosers en concert

Klub Des Loosers par Sami
Espace Julien, Marseille, le 10/12/2021
Pas de concert à Marseille depuis 2005 (c'était à l'Affranchi) pour le Klub Des Loosers, même si Fuzati était revenu en 2006 avec l'éphémère Klub Des 7, ça aurait du être un... La suite