Accueil Chronique de concert Les Transmusicales de Rennes : Papier Tigre + Tiny Masters of Today + Fujiya & Miyagi + Dead Kids + Prins Nitram + DJ Morphéus + South Central+ Salvatore + Rodrigo y Gabriela
Lundi 10 mai 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Transmusicales de Rennes : Papier Tigre + Tiny Masters of Today + Fujiya & Miyagi + Dead Kids + Prins Nitram + DJ Morphéus + South Central+ Salvatore + Rodrigo y Gabriela

Transmusicales de Rennes 07 décembre 2007

Critique écrite le par

Après une bonne sieste, je suis achement plus en forme que la veille : chouette, le programme de la soirée annonce un sévère dégourdissement des guiboles.




Démarrage sur les chapeaux de roues avec le trio nantais de Papier Tigre (sont-ils Maoïstes ?).
Avec eux, on est en pleine ambiance Fugazi : textes déclamés, riffs de guitares aigus et dissonants, ambiances dépressives avec formation de cumulonimbus suivie d'explosions soudaines.




J'ai été littéralement absorbé par le jeu du batteur : aucune rythmique ne fait poum-tchack, on a droit tout le long à un Boum-badaboum-doum-doum-dou-dou-doum-boum-doum...Vous voyez le genre ?
Hypnotique, vive les Trans(es) !

Très bonne entrée en matière donc ! Direction le hall 3, pour la hype de la soirée : les deux bambins rock'n'roll de Tiny masters of today.
Quoi !?Vous n'en avez jamais entendu parler ? David Bowie ne tarit pas d'éloges sur ces 2 White Stripes en culottes courtes...

Enfin, je serai eux je me méfierai : malgré tout le respect et toute l'admiration que j'ai pour le Thin White Duke, à chaque fois qu'il a dit du bien sur un groupe inconnu, celui-ci a disparu dans les oubliettes de l'Histoire du Rock...



Ce soir les 2 frère et sœur (13 et 11 ans ! guitare et basse) sont accompagnés à la batterie par rien de moins que Russell Simins (Blues Explosion)...
Je l'avoue, au départ je suis venu (comme beaucoup d'autres je suppose) voir des "phénomènes de foire".
"Au bout d'un quart d'heure je me tire" pensais-je...

Finalement, je n'ai pas été transporté par leurs micro-chansons, mais je suis resté jusqu'à la fin de leur tiny set car il se dégageait vraiment quelque chose de touchant de ces 2 petites personnes qui jouent dans le monde des grands...



Morceaux choisis : le petit garçon se cogne la tête dans le micro quand il arrive, la tiny bassiste visiblement intimidée au début est carrément craquante (c'est encore mon côté Pascal Sevran qui me reprends !)
Russell Simins bourrine comme un malade, comme s'il voulait rajouter un peu d'épaisseur à toute cette candeur.
Il garde les yeux rivés sur ses fûts tout le long du concert (genre "la vedette, c'est pas moi")



Morceaux choisis(2) : à un moment tiny guitariste perd son médiator.
Un peu désorienté, il lance au public un "Does anyone got a pick ?"
Purée de merde, il aurait pu penser à ça tonton Russell : des médiators de rechange pour les adorables marmots !
Heureusement, les baby-sitter de l'équipe technique rennaise veillent au grain. Ouf !

Vers la fin, pretty tiny bassiste annonce leur chanson anti-Bush...heureusement, ils n'ont pas scandé de Fuck Bush car ils ont été élevés par des parents responsables ou bien républicains...
Finalement, pour moi le vrai grand moment au niveau musical est venu avec leur tiny rappel où ils ont sortis une version mémorable de Jump around (House of Pain) : tiny bassiste assure la basse et chante le sample ("Whiiiiiiiiiih !") de sa tiny craquante voix.

Tiny guitariste a délaissé sa guitare, s'est vissé une bonne grosse casquette sur la tête :
il arpente la scène avec beaucoup plus d'assurance, et là je dis Merci !
Pour le coup, j'ai oublié que vous aviez 13 et 11 ans, car ce genre d'enfantillages, certains grands couillons les font aussi !
Il y a un brin d'ironie dans mes propos, mais en réalité ces deux rock'n'roll primaires ont fait (ô surprise) rien moins que du bien à mon âme...

Après ce détour par le pays de Candy, passage par la case mexicaine avec Rodrigo y Gabriela : duo de guitaristes virtuoses qui pratiquent un flamenco instrumental plutôt agréable dans lequel on ressent parfois leur background Métal, puisque ces deux charmants mexicains (ma préférence va évidemment à Gabriella) ont fait l'école chevelus à boutons...Bref, des hardos qui se sont un tantinet adoucis.





Plutôt sympa, mais la révélation de la soirée m'attends ailleurs, je retourne donc dans le hall 3 où le faux duo japonais (ils sont en fait trois et anglais, perso je les aurai plutôt pris pour des belges, voire russes à cause de la bouille du chanteur...) Fujiya et Miyagi a déjà démarré son set.



Après les avoir raté à plusieurs reprises, à l'époque ils mixaient, je les découvre enfin en formule instrumentale (basse + guitare + machines).
Je crois que j'ai bien fait d'attendre pour les découvrir, car ce set va me faire atteindre l'extase (musicale tout au moins).



On est en pleine ambiance 80s ou plutôt fin 70s puisqu'il y a une parenté musicale évidente avec Kraftwerk ou Neu ! au moins dans l'atmosphère : basse répétitive et carrée (j'ai l'impression d'entendre des robots, d'où l'impression accentuée de Kraftwerk), voix murmurée, paroles hypnotiques, guitares souvent sympathiquement funky...



Après une légère fatigue hier, ça y est ce soir je laisse véritablement aller mon corps aux déhanchements voluptueux. C'est donc à ce trio carrément trippant que je le dois...Grand merci ! Vous faites désormais partie de mes groupes favoris de dancing cérébral : tortueux et cathartique. Beau voyage, merci !



Après ce trip dansant mais au tempo lancinant, j'ai besoin de quelque chose qui me réveille : un bon coup de poing sur la table.
Et magie de la programmation, ça va être la soirée quasi-parfaite au niveau du timing...
Puisque j'enchaîne dans le hall 4 avec le set crétinement furieux des Dead Kids !



Dead Kids : de l'électro-punk de bonne aloi délivrée par des anglais menés par une bête de scène survoltée.
Car le chanteur des Dead Kids, à n'en pas douter, a fait l'école Iggy Pop et il a dû obtenir son diplôme avec mention.



Il me fait penser à ces pochtronards, grande-gueule et un peu casse-burnes qu'on a tous rencontré un jour.
Dans son blouson rose et son fute moulant il a tout les attraits d'un animal sexuel. Il bondit dans tous les recoins de la scène, provoque le public dans un français approximatif ("Alors Rennes, tu aimes ou tu aimes pas ?...En Angleterre, on dit no i don't like it ou yes, i like it"...)
Visiblement, on est beaucoup à beaucoup aimer...



Intro aux claviers avec des sons et des mélodies volontairement kitsch et débiles, suivies d'explosions pogoïdes.
Yeah Yeah ! 100% groupe de scène surtout grâce à ce satané chanteur (à la voix distordue) que je soupçonne de ne pas porter de slip, vu la curieuse bosse que j'ai constatée au niveau de son entre-jambes, en revoyant mes photos (bon ou alors il a un grand-père africain...non, je sais...)

Ca s'est terminé en déglingue totale sur scène et dans la salle !
Un jeune gars se relève d'un pogo, il a été légèrement piétiné, ses lunettes sont aplaties. Qu'est-ce qu'on fait ? On appelle le Samu ?
Non, déboussolé mais il danse encore...
Et moi, et moi ???
J'ai eu la très bonne intuition de garder mon anorak sur le dos.
Un de mes voisins de déglingue croyait qu'il pourrait danser avec sa pinte à la main.
La facture du pressing, je lui enverrai à ce sale punk.



Au même moment, disais-je, c'est aussi la déglingue sur scène : les Dead Kids terminent leur set et le chanteur à blouson rose simule la sodomie sur son collègue blond et claviériste.
Visiblement, celui-ci goûte très peu ce genre de surprises.
Ils se roulent tous les 2 par terre dans un début de bagarre.
Séparés par un 3e zicos, il n'y aura finalement ni sodomie ni cassage de gueule. Enfin, pas sur scène en tout cas...
Bon, quand est-ce qu'on les programme à Marseille, au Pag par exemple ?

Je poursuis ma soirée avec la techno-rock des anglais capuchés de South Central. C'est un peu moins puissant que précédemment avec les Dead Kids, mais ça fait bien son boulot.
Au petit jeu de la comparaison, je les préfère 1000 fois que leurs cousins Klaxons (groupe hype dont j'avais dis du mal l'an dernier).



Enfin, mes goûts n'étant pas forcément ceux du grand public, pas sûre qu'ils aient à l'avenir le même succès que connaissent depuis les klaxonneurs...
En tout cas, très bon moment avec ces South Central capucheux qu'on jurerait sortis d'un film d'horreur sectaire.

Le timing continue d'être bon pour moi, puisqu'à ce moment de la soirée, j'ai besoin de quelque chose de plus calme. Je pars donc découvrir le danois Prins Nitram, qui restera pour moi une des bonnes surprises de cette édition 2007.



Il est seul sur scène, dans un décor de salon bourgeois. Quand j'arrive, il chante et joue de la batterie dans une superbe robe de chambre...
Ce type a-t-il pété les plombs ? Les paroles de ses chansons et la tournure schizophrénique de son set me laisseront penser que oui...



Au niveau du personnage, Prins Nitram me fait penser au Beck des débuts : complètement décalé et difficile à étiqueter...
On va dire de la pop intimiste assez propre sur elle (comme le décor) avec quelques montées bien senties de rock névrosé.




Prins Nitram alterne batterie, basse ou chant seul et presque à chaque fois il complète le tableau avec d'autres instruments samplés repris sur l'écran vidéo. On a donc droit à des clones de Prins Nitram sur l'écran, ce qui donne une ambiance surréaliste. Amis de l'art contemporain bonjour ! Moi, j'aime.
Conclusion : un artiste avec une vraie recherche, un vrai univers à découvrir résolument sur scène.

Ma soirée, une des meilleures depuis 4 ans que je viens aux Trans, se termine avec un habitué de la maison, l'ex-chanteur de Minimal Compact : Dj Morpheus et par les post-rock instrumental et norvégiens de Salvatore.





Dans les deux cas, ça me plait bien (enfin, le jeu de scène de Salvatore est à travailler, parce que tous au fond de la scène et la plupart de dos, ça donne pas trop envie...enfin, les écrans vidéo sont beaux c'est vrai(!))
Pourtant, le dicton du jour sera "Qui veut emballer loin, ménage sa coiffure".
Je pars donc reposer les cheveux qu'il me reste, en tirant avec regrets un trait sur le set à venir du duo électro-rock de Rafale...A demain.

 Critique écrite le 28 décembre 2007 par Roo Ha Kim


Les Trans Musicales de Rennes : les dernières chroniques concerts

Acid Arab, Mush, Los Bitchos, Shht, Yin Yin, Stats, Cochemea, Les Grys-Grys, Joey Quinones And Thee Sinseers, Bantou Mentale, Tau, Megative, Gilberto Rodriguez Y Los Intocables (Trans Musicales de Rennes 2019) en concert

Acid Arab, Mush, Los Bitchos, Shht, Yin Yin, Stats, Cochemea, Les Grys-Grys, Joey Quinones And Thee Sinseers, Bantou Mentale, Tau, Megative, Gilberto Rodriguez Y Los Intocables (Trans Musicales de Rennes 2019) par Pierre Andrieu
Parc Expo de Rennes, le 07/12/2019
C'est toujours un plaisir de se rendre chaque année début décembre aux Trans Musicales de Rennes pour baigner pendant 4 jours dans la musique qui rendra l'année suivante... La suite

Make-Overs (Trans Musicales de Rennes 2017) en concert

Make-Overs (Trans Musicales de Rennes 2017) par Pierre Andrieu
Hall 3 - Parc Expo de Rennes, le 09/12/2017
A peine descendu des navettes des Trans Musicales amenant au Parc Expo de Rennes, qu'il faut ingurgiter fissa un fish and chips en se mettant une bière dans le cornet, pour... La suite

The Daniel Wakeford Experience (Trans Musicales de Rennes 2017) en concert

The Daniel Wakeford Experience (Trans Musicales de Rennes 2017) par Pierre Andrieu
Hall 3 - Parc Expo de Rennes, le 09/12/2017
Aussi touchant et percutant que déstabilisant et surprenant, le concert de The Daniel Wakeford Experience dans le Hall 3 du Parc Expo de Rennes à l'occasion des Trans... La suite

Snapped Ankles (Trans Musicales de Rennes 2017) en concert

Snapped Ankles (Trans Musicales de Rennes 2017) par Pierre Andrieu
Hall 8 du Parc Expo de Rennes, le 09/12/2017
"Good evening ladies and gentlemen, we are Snapped Ankles !" Même s'ils sont habillés comme des hommes des cavernes, et s'ils tapent sur des bouts de bois amplifiés pour en... La suite

DJ Morphéus : les dernières chroniques concerts

Primal Scream - The UndertoneMattafixs - DJ Morphéus- Juliette and the Licks - par Ultrateckel
Transmusicales - Rennes, le 09/12/2005
Dans la navette qui nous mène à cette 2e soirée prometteuse (après une 1ere soirée en demi-teinte, mais sauvée par la prestation tripante de NERVOUS CABARET...), un rennais à côté de moi exprime une impression que j'avais moi-même ressenti la veille devant la "jeunesse" du public venu en masse pour les "fugees": "d'une année sur l'autre, c'est pas... La suite

Fujiya & Miyagi : les dernières chroniques concerts

Fujiya & Miyagi  en concert

Fujiya & Miyagi par Sami
Poste A Galene, Marseille, le 30/04/2011
Bien qu'ayant aimé leur précédent passage fin 2008 dans cette même salle, j'hésitais un peu à aller revoir les Brightoniens. Souvenir d'un bon concert un peu plombé par une... La suite

Emilie Chick + Fujiya et Miyagi en concert

Emilie Chick + Fujiya et Miyagi par Vilay
Victoire 2 - Saint Jean de Vedas, le 29/04/2011
Vendredi 29 avril , le public de Victoire 2 a eu droit à une entrée en matière plutôt sympa avec un set néo-soul aux rythmiques hip-hop proposé par la montpellieraine Emilie Chick.... La suite

Fujiya & Mijagi + Candy Clash + Garciaphone en concert

Fujiya & Mijagi + Candy Clash + Garciaphone par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 28/03/2009
Très belle affiche entre électro, funk, post punk, pop et folk samedi 28 mars dans le club de la Coopérative de Mai... Au programme, par ordre d'apparition sur scène :... La suite

Fujiya & Miyagi en concert

Fujiya & Miyagi par Sami
Poste à Galène, Marseille, le 10/12/2008
Le principal handicap des Fujiya & Miyagi ça n'est ni leur manque de charisme ni le coté répétitif de leur musique mais bien le nom qu'ils se sont choisi. Bien incapable de... La suite

Papier Tigre : les dernières chroniques concerts

La Colonie de Vacances : Papier Tigre, Electric Electric, Pneu et Marvin en concert

La Colonie de Vacances : Papier Tigre, Electric Electric, Pneu et Marvin par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 03/07/2015
La Colonie de Vacances, au début de l'été (on est le 3 juillet), dans une grande salle de La Coopé climatisée (c'est la canicule depuis quelque temps), ça donne envie de... La suite

David Haslam + Boogers + La Colonie de Vacances (Marvin + Pneu + Electric Electric +Papier Tigre) + Laurent Garnier (festival Yeah!) en concert

David Haslam + Boogers + La Colonie de Vacances (Marvin + Pneu + Electric Electric +Papier Tigre) + Laurent Garnier (festival Yeah!) par pirlouiiiit
Château de Lourmarin, le 08/06/2014
Lire la chronique du 1er jour par ici ou du 2ème jour par là Troisième et dernier jour de ce festival pour la prochaine édition duquel nous allons bloquer la date dès qu'on la... La suite

La Colonie de Vacances (Marvin + Pneu + Electric Electric + Papier Tigre) + Sound of Mars en concert

La Colonie de Vacances (Marvin + Pneu + Electric Electric + Papier Tigre) + Sound of Mars par Mystic Punk Pinguin
EstakCrew - Marseille, le 09/03/2013
Dans notre monde moderne, des personnes se sont rendues compte qu'elles étaient allergiques aux ondes (téléphones portables, wifi, etc ..). Fatigue, malaise, maux de tête, dans... La suite

Papier Tigre + Departure Kids   en concert

Papier Tigre + Departure Kids par Pirlouiiiit
Poste à Galène - Marseille, le 20/04/2012
Il est plus que temps de faire un petit retour sur ce concert qui n'a pas connu un grosse affluence (début des vacances ?) e qui est sûr c'est que la première partie n'avait pas... La suite

Rodrigo y Gabriela : les dernières chroniques concerts

-M- aka Matthieu Chédid + Rodrigo & Gabriela + Yodelice (Festival de Nîmes 2014) en concert

-M- aka Matthieu Chédid + Rodrigo & Gabriela + Yodelice (Festival de Nîmes 2014) par johannen
Arènes de Nimes, le 03/07/2014
Cette année encore, le Festival de Nîmes nous offre une superbe programmation ! Du rock sous toutes ses formes, le cultissime ZZ top comme les trashy Arctic Monkeys, des très... La suite

Rodrigo Y Gabriela en concert

Rodrigo Y Gabriela par Lol
Zénith de Paris, le 22/05/2014
C'est un Zénith de Paris bourré à craquer et chaud comme la braise qui a fait une ovation lors de leur entrée sur scène au groupe Rodrigo Y Gabriela, venu présenter son... La suite

Paléo Festival : Xewin + Da Cruz + Niyaz + Imany + La Gale + Irma + Rodrigo Y Gabriela + Dope D.O.D. + Ibrahim Maalouf + Lenny Kravitz + Skip The Use en concert

Paléo Festival : Xewin + Da Cruz + Niyaz + Imany + La Gale + Irma + Rodrigo Y Gabriela + Dope D.O.D. + Ibrahim Maalouf + Lenny Kravitz + Skip The Use par Galoubet
Nyon (Suisse), le 20/07/2012
Journée pluvieuse... la boue s'inviterait-elle au Paléo ? La mode étant aux bottes plastiques, il y a de quoi se poser des questions... Show Case au Cosmo: les XEWIN 2 MC (un... La suite

Les Escales du Cargo : Rodrigo y Gabriela & C.U.B.A. + Steve Smyth en concert

Les Escales du Cargo : Rodrigo y Gabriela & C.U.B.A. + Steve Smyth par Boiss
Théâtre antique - Arles, le 18/07/2012
Dans le cadre de la 8ème édition du festival des Escales du Cargo à Arles, nous nous rendons dans le cadre magnifique du théâtre antique pour assister au concert de Rodrigo et... La suite

South Central : les dernières chroniques concerts

Anthony Joseph + Ebony Bones + Beat Torrent +  The Black Angels+ Miss Dj Blue + The Résidents + Missill Live Gang + South Central Dj set + The Driver en concert

Anthony Joseph + Ebony Bones + Beat Torrent + The Black Angels+ Miss Dj Blue + The Résidents + Missill Live Gang + South Central Dj set + The Driver par Roohakim
Transmusicales de Rennes , le 06/12/2008
En ce début d'après-midi j'accuse un peu le coup là...2 cafés & 2 jus d'orange plus loin, ça y est je pète le feu pour fêter dignement cette soirée de clôture des 30e Trans, que je... La suite

The Whip + Tiny Masters Of Today + Dead Kids + Les Vedettes + Papier Tigre + Calvin Harris + South Central + Solange la Frange (Trans Musicales de Rennes 2007)  en concert

The Whip + Tiny Masters Of Today + Dead Kids + Les Vedettes + Papier Tigre + Calvin Harris + South Central + Solange la Frange (Trans Musicales de Rennes 2007) par Pierre Andrieu
Parc des Expos, Rennes, le 07/12/2007
Pas une minute à perdre : dès la fin du concert de Kate Nash à la Cité, direction le Parc des Expos de Rennes pour profiter pleinement d'une programmation... La suite