Accueil Chronique de concert Vladimir Cosma
Dimanche 24 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Vladimir Cosma

Vladimir Cosma en concert

Le Grand Rex, Paris 24 octobre 2014

Critique écrite le par

Depuis quelques années, certains compositeurs connus pour leurs musiques de films donnent des concerts où ils dirigent des orchestres symphoniques, des chœurs et parfois des musiciens de jazz "armés" de quelques instruments électriques. Ennio Morricone, Lalo Shiffrin, Michel Legrand, Maurice Jarre et Eric Serra se sont prêtés avec succès à cet exercice beaucoup plus complexe qu'il n'y parait. En effet, faire vivre des morceaux écrits pour le Cinéma dans une salle de concert est un véritable exercice de style. Au-delà des trucages sonores qui ne trouvent pas leur place sur une partition, il faut bien souvent réarranger les morceaux afin qu'il trouve une vraie consistance sur scène alors qu'ils sont déshabillés de leurs images. De plus dans les films, on entend bien souvent qu'un gimmick ou qu'une partie d'un morceau qui serait trop court et n'aurait aucun relief s'il était reproduit sur scène à l'état Brut.

Les compositeurs de cinéma sont pour la plupart des mélodistes et des musiciens classiques accomplis, qui se sont ouverts à une multitude de styles et de sonorités et dont l'univers est bien plus large que les musiciens qui se cantonnent dans un seul et même style. Ils ont en plus hérité de l'exigence et le perfectionnisme des années passées dans les conservatoires ou les grands orchestres.





Ce souci du détail, de la mélodie qui fait mouche, de la recherche de la perfection et de l'éclectisme, nous l'avons retrouvé au Grand Rex lors du premier des deux concerts qu'y donnait Vladimir Cosma. Roumain, âgé de 74 ans, Cosma est un nom incontournable du cinéma français. Avec Plus de 500 films mis en musique depuis une cinquantaine d'année, c'est un véritable stakhanoviste de la bande originale. Si ses thèmes ont parfois marqué d'avantage que les films au service desquels ils étaient, c'est que Cosma a un don incroyable pour vous mettre un air dans la tête. La grande majorité de ses compositions sont légères, simples aériennes et jubilatoires. Qu'ils touchent au classique, au folklore, au jazz, à la musique du monde ou à la pop la qualité de ses mélodies ressort systématiquement.
Il n'a pas fallu longtemps pour s'en rendre compte puisque dès le premier morceau, un medley de la bande originale de Rabbi Jacob réorchestré pour un orchestre et 70 choristes, le public était déjà sous le charme jubilatoire de sa musique.

Ses origines d'Europe de l'est transpirent dans les violons aériens de ses orchestrations. Sa passion pour le jazz est omniprésente dans le rythme qu'il donne à ses morceaux et qu'il emmène presque tous beaucoup plus loin que dans les versions des films. Sur certains morceaux des special guest viennent apporter leurs pierres à l'édifice. Si à titre personnel, je suis resté insensibles aux vocalises québécoises de Natacha st Pier sur les Bo de la boum, de l'étudiante, et de l'amour en héritage, j'ai été transporté par celles de la cantatrice Roumaine venue interpréter les thèmes de DIVA. L'harmonica, la flûte de pan, la basse, la trompette apportent toujours une petite touche colorée aux partitions et emmènent le public avec eux car ils sont joués par une armada de musiciens virtuoses à couper le souffle qui sont à l'aise dans tous les styles.

On redécouvre avec bonheur les thèmes du Dîner de Cons, de L'aile ou la cuisse, du grand blond, de la chèvre, de la 7eme cible et la course à l'échalote. On se dit quand même que les producteurs donnaient de drôles de titres à leurs films dans les 70's... On souffre quand Richard Sanderson vient chanter "Dream is not reality", même s'il en faut pour tous les goûts. On découvre des morceaux plus personnels, écrits pour d'autres supports que le Cinéma, avec un égal bonheur. Mais surtout , on ne voit pas passer les 3 heures de spectacles qui se clôtureront avec un rappel sur une version historique de la musique du Grand blond avec une chaussure Noire, qui ravira le public, qui regrettera cependant de ne pas avoir pu entendre le thème de l'as des as.

C'est donc une très belle soirée, pleine de mélodies légères et enlevées que nous avons passée avec Vladimir Cosma, confortablement assis dans les fameux fauteuils du grand Rex.
Une fois de plus, je suis séduit par ce concept de concert. Au-delà du Maestro Morricone que je vais avoir la chance de voir dans les semaines à venir, je serai vraiment heureux de voir une rétrospective des plus grands thèmes de John Williams ou de Hans Zimmer dans les mêmes conditions...

Vladimir Cosma : les dernières chroniques concerts

Marius et Fanny, opéra jazz de Vladimir Cosma en concert

Marius et Fanny, opéra jazz de Vladimir Cosma par odliz
Le Silo, Marseille, le 20/12/2018
À l'heure où Mr Thousand & Ramirez font résonner les cordes de leur mélopée country à l'Intermédiaire , nous prenons la tangente direction le Silo pour la première de... La suite

Vladimir Cosma en concert

Vladimir Cosma par lol
Palais des Congrès, Paris, le 09/10/2016
Deux ans après son dernier passage parisien, Vladimir Cosma venait fêter au Palais des congrès de Paris le cinquantième anniversaire de sa prestigieuse carrière. Connu pour... La suite

Le Grand Rex, Paris : les dernières chroniques concerts

Midnight Oil en concert

Midnight Oil par lol
Grand Rex, Paris, le 27/06/2019
De retour il y a 2 ans, après 15 ans d'absence, pour 2 formidables concerts à l'Olympia de Paris, Midnight Oil avait rappelé à tout le monde qu'il était indéniablement l'un des... La suite

John Carpenter en concert

John Carpenter par lol
Le Grand Rex, Paris, le 09/11/2016
C'est une armée de lecteurs de "Mad Movies" et de "L'Ecran Fantastique" qui fait un triomphe à John Carpenter lorsque celui-ci pénétre sur la scène du Grand Rex, le jour de... La suite

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour en concert

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour par lol
Le Grand Rex, Paris, le 15/05/2016
Je suis rarement objectif au sujet de l'Iguane... Iggy Pop est à mes yeux l'incarnation totale de la rock star et de la bête de scène. Seuls Mick Jagger, Jim Morrison ou un... La suite

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour en concert

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour par manuwino
Le Grand Rex, Paris, le 15/05/2016
On va tuer le suspense tout de suite, c'est très certainement à un des tous meilleurs concerts de l'année auquel on a assisté ce dimanche soir au Grand Rex. Pour plein de... La suite