Accueil Chronique de concert Wraygunn + The Film
Jeudi 19 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Wraygunn + The Film

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 7 novembre 2005

Critique écrite le par




Sex & rock n roll


L'affiche Wraygunn + The Film a permis de chasser le blues du lundi soir en province au mois de novembre à grands coups de décibels et de textes sexuellement connotés... Même si le club de la Coopérative de Mai sonnait un peu creux, les aficionados de rock fiévreux qui s'étaient déplacés n'ont pas eux à le regretter : The Film est désormais une redoutable machine de guerre scénique, quant à Wraygunn, c'est un sérieux prétendant au trône de superstar du punk n blues sexy, toujours occupé par l'inestimable Jon Spencer.





Electric warriors


La soirée commence par une bonne décharge de punk rock glam signée The Film... Le groupe, qui évolue désormais à quatre sur scène, a accompli des progrès considérables depuis son concert en première partie de Dionysos au festival de Sédières, en juillet 2004. Avec un batteur, les excellents titres qui figurent sur le premier album des Bordelais sont maintenant ultra percutants sur scène. En plus, cela encourage Guillaume Brière et Benjamin Lebeau à se lâcher sur leurs instruments (basse énorme, guitare machine à envoyer des riffs) et leurs micros respectifs comme des guerriers électriques. Les violents gimmicks à la Ron Asheton, à la Marc Bolan, voire à la Keith Richards, se succèdent donc, ce qui donne envie au chanteur de sonner comme Iggy Pop sur Nightclubbing ou à la manière de T. Rex ou David Bowie dans les années 70. Le saxophoniste/organiste n'est pas en reste : il s'en donne lui aussi à cœur joie et épice le tout d'interventions bien senties. C'est extrêmement rock n roll, furieusement sexy (le guitariste en rajoute une couche en criant comme une femme sur le point d'atteindre l'orgasme), méchamment glam rock et sacrément punk... En un mot, c'est parfait. Sauf que l'ingénieur du son et le groupe ont choisi de jouer très fort et très agressif, alors qu'ils n'ont pourtant pas besoin de ça pour cacher un manque de morceaux corrects. Malgré cela, The Film mérite toutes les félicitations pour sa prestation enflammée...






Pas de Boogie Woogie avant de faire vos prières du soir...


En matière de prestation enflammée (et de feu dans le slip), le groupe portugais Wraygunn et son leader Paulo Furtado en connaissent également un rayon... La puissance de feu de Wraygunn est en effet assez impressionnante : boosté par deux choristes aussi craquantes qu'impressionnantes (et qui sonnent plus soul et moins variétés que sur le disque), d'un organiste scratcheur pas maladroit du tout, d'un batteur et d'un percussionniste habiles de leurs mains, le leader du combo auteur de Ecclesiastes 1.11. peut sans aucun problème évangéliser les foules avec son divin mélange de punk, blues, gospel et soul.
Malgré le côté peu varié des compositions (certaines ont tendance à se ressembler), Paulo arrive très bien à provoquer ce qu'il appelle de ses vœux pieux : déclencher la transe avec ses compositions lardées de guitares blues et d'aboiements de loup en rut. L'influence de Jon Spencer Blues Explosion et des Cramps est flagrante, mais ce n'est pas désagréable, bien au contraire... Car l'énergie dégagée est impressionnante, le joie de jouer est totale et le message est clair : éclatez vous ! Ce prêtre plus près des idées du Reverend Horton Heat que de l'Abbé Pierre - même se celui-ci a récement avoué avoir fauté - préconise, un peu à la manière de l'ex Chaussettes Noires Eddy Mitchell, de ne pas se lancer dans un Boogie Woogie avant de faire les prières du soir... Mais après les bondieuseries gospel soul ( Soul city, Keep on praying), M.Furtado encourage à se vautrer dans la luxure et la débauche, voire carrément à photographier ses ébats la nuit durant (Lust, Drunk or stonded Snapshot, All night long). Et au cas où certains seraient dur de la feuille, l'homme n'hésite pas à descendre de scène pour montrer la voie à suivre en mimant les préliminaires et l'acte sexuel avec la complicité de jeunes femmes pas si innocentes que ça...
Comble de la jouissance, cette brillante démonstration de sex & rock n roll (deux mots qui vont très bien ensemble aurait dit Paul McCartney), est agrémentée de reprises flamboyantes des Kinks (You really got me, un tube qui rend fou) et des Who (My generation, tout simplement un hymne). On croyait voir débouler un sinistre prêtre rock et l'on a vu pendant un heure vingt sur scène un dieu du punk n blues super sexy ; Wraygunn et son leader nous ont bien eu...






A lire également, les critiques des albums de The Film et Wraygunn.


Sites Internet : www.wraygunn.com, www.thefilm-music.com, www.lacoope.com.


Photo Wraygunn Pirlouiiiit

The Film : les dernières chroniques concerts

The Film, Psykick Lyrikah, Chateau Flight, Whomadewho, Panico, Riton, dEUS, 2 Many Djs (Marsatac 2005) en concert

The Film, Psykick Lyrikah, Chateau Flight, Whomadewho, Panico, Riton, dEUS, 2 Many Djs (Marsatac 2005) par Sami
J4, Marseille, le 25/09/2005
Comme on pouvait s'y attendre cette dernière journée fut la plus réussie et aussi la plus crevante ! Ca commence tranquille avec The Film qui jouent dans un chapiteau bien... La suite

(mon) Rock en Seine, 2005, 2/2 : Asyl, La Phaze, Goldfrapp, Herman Düne, The Departure, Babyshambles, Feist, Foo Fighters, The Film, Robert Plant, Franz Ferdinand en concert

(mon) Rock en Seine, 2005, 2/2 : Asyl, La Phaze, Goldfrapp, Herman Düne, The Departure, Babyshambles, Feist, Foo Fighters, The Film, Robert Plant, Franz Ferdinand par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2005
Pour le premier jour du festival c'était par là ! Avant de rejoindre le site du Parc de Saint-cloud on se fait une grosse balade le nez au vent dans Paris, où l'image du... La suite

the National + The Film + Film School en concert

the National + The Film + Film School par Pirlouiiiit
EMB - Sannois, le 26/11/2005
Habituellement je me rends aux concerts en vélo. Très rarement je prends ma voiture (lorsque je vais à l'Espace Doun a Rognes par exemple) et exceptionnellement je prends le... La suite

The Film par Laetiss
Nouveau Casino Paris, le 15/06/2005
Prise d'une incroyable curiosité à la suite de deux émissions de televisions : Cult et Taratata, où j'avais apperçue ces frenchies trop british pour être français et trop français pour être british, j'ai acheté une place pour le 15 Juin au Nouveau Casino de Paris. Je ne connaissais alors que "Can You Touch Me?" et j'ai été soufflée. Sur scène... La suite

Wraygunn : les dernières chroniques concerts

Barrence Whitfield & The Savages + Wraygunn + The Dustaphonics (Cool Soul Festival 2012) en concert

Barrence Whitfield & The Savages + Wraygunn + The Dustaphonics (Cool Soul Festival 2012) par Pierre Andrieu
La Flèche d'Or, Paris, le 04/04/2012
Initiative à saluer et à défendre (une prog rock & soul aussi classe, c'est pas tous les jours que ça arrive !), le Cool Soul Festival #2 a débuté en fanfare le jeudi 4 avril... La suite

Wraygunn + Nation All Dust en concert

Wraygunn + Nation All Dust par Philippe
Le Moulin Marseille, le 05/11/2005
Ayant rédigé une chronique totalement dithyrambique de l'album de Wraygunn, j'attends beaucoup de ce concert et j'ai donc peur d'être décu et pire, de décevoir d'éventuels lecteurs... La suite

Wraygunn par Le Guise
Aéronef - Lille, le 03/05/2006
Ce groupe Portugais à la patate ! J'avais lu dans Rock & Folk que l'album était bien coté ! Il fallais que j'aille voir ce nouveau groupe sur scène. Pas de déception. Un concert très energique, très rock emmené par un guitariste chanteur survolté et les voix très "soul" des deux chanteuses. A voir absolument. Pour vous mettre l'eau à la bouche.... La suite

Wraygunn + Nation All Dust par stéphane Sarpaux
Le Moulin Marseille, le 05/11/2005
Soirée longues pattes au Moulin samedi qui recevait Wraygunn sur scène et le team Sud side dans la salle ! Les gars des Aygalades avaient garé leurs vieilles pétoires sur le trottoir devant la salle. Ils sont arrivés en bande, exactement comme les mauvais garçons des années 60 : jean retroussés, boots, la banane gominée, badge sur le... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

John Butler & Elena Stone en concert

John Butler & Elena Stone par Jérôme Justine
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 10/05/2022
Après 2 ans d'attente et 38 heures d'avion, l'Australien John Butler est enfin en tournée française en solo, avec tout plein de guitares et de talent. Ce mardi soir c'est dans le... La suite

The Skatalites & Jahzz en concert

The Skatalites & Jahzz par Jérôme Justine
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 06/05/2022
Vendredi 5 mai 2022. J'y vais ou j'y vais pas ? Hésitations multiples... Ce soir, un concert me pose question. Un groupe mythique, inventif, légendaire même, mais dont tous les... La suite

Tagada Jones + Crisix + As A New Revolt (Hellfest Warm-Up 2022) en concert

Tagada Jones + Crisix + As A New Revolt (Hellfest Warm-Up 2022) par Jérôme Justine
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 02/05/2022
Le Hellfest est incontestablement un des événements majeurs dans le monde du spectacle, que ce soit en France, en Europe et dans le Monde. Avec une affiche encyclopédique et une... La suite

Steel Pulse & Dub Sheperds en concert

Steel Pulse & Dub Sheperds par Jérôme Justine
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 27/04/2022
27 Avril 2022. Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, Auvergne, France, Europe, Planète Terre. Ce soir rendez-vous est donné pour une belle célébration reggae : les légendaires... La suite