Accueil Wraygunn en concert
Dimanche 16 mai 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Wraygunn est le groupe de rock 'n roll blues & soul de Paulo Furtado aka The Legendary Tigerman. Un biberon d'Elvis, deux assiettes du blues du Delta, un peu de soul et de gospel pour corser tout ça. Sauvage et salvateur ! De retour en 2012 avec l'album L'art brut, le 1er single est intitulé Don't You Wanna Dance ?.

Wraygunn : vos chroniques d'albums
Site

Wraygunn en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Wraygunn : l'historique des concerts

Me.

24

Oct.

2012

Little Barrie en concert
Wraygunn + Little Barrie Little Barrie | Wraygunn
Le Plan - Ris Orangis (91)

Sa.

07

Avril

2012

Festival Cool Soul en concert
Cool Soul Festival : Lewis Floyd Henry + Dustaphonics + Mama Rosin + Wraygunn + Bob Et Lisa Bellrays + Barrence Whitflied Festival Cool Soul | Barrence Whitfield And The Savages | Lewis Floyd Henry | Mama Rosin | The Bellrays | The Dustaphonics | Wraygunn
La Sirene Espace Musiques Actuelles - La Rochelle (17)

Ve.

06

Avril

2012

Festival Cool Soul en concert
Cool Soul Festival : Lewis Floyd Henry + Dustaphonics + Mama Rosin + Wraygunn + Bob Et Lisa Bellrays + Barrence Whitflied Festival Cool Soul | Barrence Whitfield And The Savages | Lewis Floyd Henry | Mama Rosin | The Bellrays | The Dustaphonics | Wraygunn
La Citrouille - St Brieuc (22)

Je.

05

Avril

2012

Festival Cool Soul en concert
Cool Soul Festival #2 The Dustaphonics, Mama Rosin, Barrence Whitfield And The Savages, Wraygunn, Bob & Lisa Bellrays, Lewis Floyd Henry Festival Cool Soul | Barrence Whitfield And The Savages | Lewis Floyd Henry | Mama Rosin | The Bellrays | The Dustaphonics | Wraygunn
L'Aéronef - EuraLille (59)

Me.

04

Avril

2012

Festival Cool Soul en concert
Cool Soul Festival 2012 : Wraygunn + Barrence Whitfield + The Dustaphonics Festival Cool Soul | Barrence Whitfield And The Savages | The Dustaphonics | Wraygunn
La Flèche d'Or - Paris (75)

Ve.

20

Juin

2008

Je.

29

Nov.

2007

Je.

01

Juin

2006

Europavox en concert
Subways, An Pierle, Dililahs, Wraygunn... Europavox | Subway | An Pierle | Wraygunn | Anna Terhneim
Coopérative de Mai - Clermont Fd (63)

Wraygunn : les dernières chroniques concerts 5 avis

Barrence Whitfield & The Savages + Wraygunn + The Dustaphonics (Cool Soul Festival 2012)

Critique écrite le 05 avril 2012, par Pierre Andrieu

La Flèche d'Or, Paris 4 avril 2012

Barrence Whitfield & The Savages + Wraygunn + The Dustaphonics (Cool Soul Festival 2012) en concert

Initiative à saluer et à défendre (une prog rock & soul aussi classe, c'est pas tous les jours que ça arrive !), le Cool Soul Festival #2 a débuté en fanfare le jeudi 4 avril 2012 à La Flèche d'Or, à Paris, avec des prestations positivement jouissives de The Dustaphonics, Wraygunn et Barrence Whitfield & The Savages... A signaler pour les amateurs du genre, Le Cool Soul festival se poursuivra le 5 avril à l'Aéronef de Lille, le 6 avril à La Citrouille de St Brieuc et le 7 avril à La Sirène de La Rochelle (avec en plus Lewis Floyd Henry, Bob & Lisa des Bellrays et Mama Rosin, nom d'une pipe ! ) Voici un petit compte rendu de ce que le chanceux public parisien a pu voir en live et de ce que vous pourrez déguster très bientôt, si le cœur vous en dit... The Dustaphonics : groupe anglais de rock & soul (voire plus si affinités) avec une chanteuse à la voix noire (et avec de sexy bas résille), des guitares surf 'n roll et une belle énergie en live... A la manière des BellRays, ce combo a tous les atouts pour réjouir et faire danser sur sa musique les amoureux fous de Rhythm & Blues, de Rock 'n' Roll, de Surf et de Soul. Le son est vintage, les chansons sont sacrément bien foutues, les Dustaphonics ont super envie... Lire la suite

Wraygunn + Nation All Dust

Critique écrite le 06 novembre 2005, par Philippe

Le Moulin Marseille 5 novembre 2005

Wraygunn + Nation All Dust en concert

Ayant rédigé une chronique totalement dithyrambique de l'album de Wraygunn, j'attends beaucoup de ce concert et j'ai donc peur d'être décu et pire, de décevoir d'éventuels lecteurs de LiveinMarseille qui nous auraient fait confiance (cf la prestation consternante des affligeants Bloc Party). L'arrivée au Moulin confirme ma première crainte : France/Australie + OM/Le Mans + pas de métro + manque de curiosité générale du public marseillais = Dégun ! Les milliers de "fêtards" (ha, ha) qui se pressaient devant les télés à la Fiesta des Suds sont donc retournés s'enterrer pour un an, qu'ils reposent en paix... Enfin dégun, pas tout à fait : rendons grâce aux 2 ou 300 personnes qui ont passé outre toutes ces mauvaises excuses et sont venues, sur la base de la promesse faite par le Dépanneur (et LiveinMarseille) de voir du Kicking Rock'n'Roll ce soir : Wraygunn (étymologiquement, Link Wray + Peter Gunn), groupe de Coimbra, Portugal, unanimement célébré comme une des révélations rock de 2005 dans la presse spécialisée. Première partie, Nation All Dust, (support your) local band prometteur déjà vu ici même lors de la soirée Le rock est Mort. Le quatuor pratique un gros rock noisy, de bonne qualité, aux harmonies recherchées. Petite... Lire la suite

Wraygunn

Critique écrite le 18 juillet 2006, par Le Guise

Aéronef - Lille 03 mai 2006

Ce groupe Portugais à la patate ! J'avais lu dans Rock & Folk que l'album était bien coté ! Il fallais que j'aille voir ce nouveau groupe sur scène. Pas de déception. Un concert très energique, très rock emmené par un guitariste chanteur survolté et les voix très "soul" des deux... Lire la suite

Wraygunn + The Film

Critique écrite le 08 novembre 2005, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 7 novembre 2005

Sex & rock n roll L'affiche Wraygunn + The Film a permis de chasser le blues du lundi soir en province au mois de novembre à grands coups de décibels et de textes sexuellement connotés... Même si le club de la Coopérative de Mai sonnait un peu creux, les aficionados de rock fiévreux qui s'étaient déplacés n'ont pas eux à le regretter : The Film est désormais une redoutable machine de guerre scénique, quant à Wraygunn, c'est un sérieux prétendant au trône de superstar du punk n blues sexy, toujours occupé par l'inestimable Jon Spencer. Electric warriors La soirée commence par une bonne décharge de punk rock glam signée The Film... Le groupe, qui évolue désormais à quatre sur scène, a accompli des progrès considérables depuis son concert en première partie de Dionysos au festival de Sédières, en juillet 2004. Avec un batteur, les excellents titres qui figurent sur le premier album des Bordelais sont maintenant ultra percutants sur scène. En plus, cela encourage Guillaume Brière et Benjamin Lebeau à se lâcher sur leurs instruments (basse énorme, guitare machine à envoyer des riffs) et leurs micros respectifs comme des guerriers électriques. Les violents gimmicks à la Ron Asheton, à la Marc Bolan, voire à la Keith... Lire la suite

Wraygunn : les chroniques d'albums

Wraygunn : Shangri-la

Chronique écrite le 24/10/2007, par Philippe

Wraygunn : Shangri-la

Quoi de neuf à Coimbra, Portugal ? On y avait découvert avec ravissement il y a 2 ans Wraygunn, inattendu groupe de rock, gospel et blues old school, aussi inspiré sur disque, que pétaradant sur scène. Et surtout, groupe emmené en enfer par un authentique héros du rock, Paulo Furtado aka The Legendary Tiger Man. Le nom du groupe était déjà inspiré rock à 100 %, le titre de ce nouvel album aussi : certes Shangri-La est un endroit mythique mais c'est aussi - et surtout - un célèbre girl-band à chignon des années 60. Signe peut-être d'une nouvelle direction pour ce troisième album : à l'oreille le groupe est en effet de plus en plus souvent un girl band, puisque Paulo s'est mis en retrait et s'occupe plus de faire ronronner sa poële à frire que du... Lire la suite

Link Wray : Rumble - The Best Of Link Wray

Chronique écrite le 05/05/2006, par Philippe

Link Wray : Rumble - The Best Of Link Wray

La première fois que j'ai entendu le nom de Link Wray c'était à propos de l'explosif combo Wraygunn à qui il a donné la moitié de son nom. De quoi s'intéresser donc à ce guitar-hero des temps anciens (sa carrière commence il y a pile 50 ans). Historiquement, Link Wray est unanimement reconnu, non comme l'inventeur de la gratte électrique, mais comme le premier qui en joua avec une distorsion, autrement dit comme l'inventeur du larsen, excusez du peu ! Le fait se produisit en perçant un ampli à coups de crayons, en 1958, et en constatant que ce son pourri venu d'ailleurs déclenchait l'hystérie des kids. Et tout ceci 10 bonnes années avant que cela fasse tilt dans la tête de Jimi Hendrix et de ses contemporains chevelus (Black Sabbath, Led Zep ...), qui allaient inventer le hard rock en 1969-1970. Autrement dit on peut très bien supposer que sans lui, même les meilleurs n'auraient pas tous été sauvés : Angus Young serait peut-être devenu pompiste, John Spencer braqueur de banques, Jack White joueur de poker, Hôtel des Kills un proxénète, Michel des Cowboys from Outerspace un véritable machiniste... La liste est longue, mais je suis sûr que les VRAIS guitaristes savent tous ce qu'ils lui doivent. Et ne parlons pas de la galaxie du hard-rock... Lire la suite

Wraygunn : Ecclesiastes 1.11.

Chronique écrite le 05/09/2005, par Philippe

Wraygunn : Ecclesiastes 1.11.

Le groupe l'annonce sans ambages sur leur site : Forget about N.Y.C., L.A. and London, The most exciting rock'n'roll band in 2005 is coming from Coimbra !. Et force est de reconnaître que cela pourrait être vrai. L'inattendu groupe Wraygunn a sorti du fin fond du Portugal son premier LP, Ecclesiastes 1.11, un de ces disques qui vous font penser avec soulagement que le rock ne pourra vraisemblablement jamais mourir. Car ce groupe touche-à-tout n'a peur d'aucune outrance, et développe une palette étonnante de talents : prêche gospel à la James Brown pour ouvrir le bal (Soul city), puis rock endiablé avec voix arrogante et classe (Drunk or stoned, et plus loin Speed Freak), et pourquoi pas rock'n'roll presque variète à la B 52's (Keep on praying et All Night Long), voire crooner Elvisien (I'm your man) tant qu'on y est. Et au moment précis où l'on croit commencer à les cerner, on se prend en pleine gueule Juice, tuerie punkoïde et sexy sur fond de choeurs gospel, ... il faut l'entendre pour le croire : c'est comme les Hatepinks multipliés par Motörhead, avec en plus une contrebasse revenue du fond des enfers, c'est monstrueux, très probablement le meilleur morceau de rock'n'roll qui sera composé en 2005 ! Et... Lire la suite

Wraygunn : Vidéo