Accueil Chronique de concert Interview de Gojira à l'occasion de leur concert à Marseille
Jeudi 28 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Interview de Gojira à l'occasion de leur concert à Marseille

Interview de <i>Gojira</i> à l'occasion de leur concert à Marseille en concert

Espace Julien - Marseille 5 Février 2009

Interview réalisée le 10 février 2009 par Boby

C'est entre leurs balances et leur repas que Rachel qui s'occupe du groupe Gojira arrive à m'obtenir une rencontre avec Jean-Michel le bassiste de Gojira et Mario le batteur. Même si le groupe commence à avoir un succès que peu de groupes de métal français peuvent se vanter d'avoir connu un jour. Ces deux musiciens ont en tout cas le mérite de rester simples, sans prise de tête et toujours avec bonne humeur. En résumé un réel plaisir que d'avoir eu à les interviewer.



Salut, comment présenter brièvement Gojira à quelqu'un qui ne connaîtrait pas ? Pensez vous que Gojira est un groupe à découvrir en CD ou en Live ?

Jean Michel : Bonjour, Gojira c'est avant tout un groupe de musique de métal extrême et expérimentale. Après c'est déjà de la musique pour un public averti, si on a déjà écouté du métal il n'y a pas de problème mais on est conscient que ce n'est pas un genre que tout le monde aime.

Mario : Salut, c'est clair que pour écouter du Gojira il faut quand même avoir une certaine ouverture d'esprit. Après pour la seconde question il me semble que Gojira est plus un groupe à découvrir en live. Les albums et les lives sont vraiment deux univers différents et donc je pense qu'il faut d'abord nous avoir vu en concert pour ensuite s'attarder sur les albums.

Bon, Gojira le grand retour en France après l'exile américaine. En ce début de tournée française quelles comparaisons pouvez vous faire entre ces deux univers, pays, publics ?

Jean Michel : Différents... Vraiment différents. En France on tourne depuis une bonne dizaine d'années donc il y a un noyau qui nous suit et nous soutient voila maintenant quelques années et qui ne cesse de s'élargir au fil des ans. Alors lorsqu'on a débarqué aux states personne ne nous connaissait et là spontanément les gens ont été réceptifs y a pas ce retrait qu on peut avoir en France c'est vraiment deux ambiances différentes.



Gojira est un des rares groupes français qui commence à avoir un tant soit peu de notoriété à l'étranger. Comment vivez vous cette place de "leader du métal" en France ? Et qu'avez vous à répondre à ceux qui annoncent le métal comme mort en France ?

Jean Michel : Pour nous le métal n'est pas mort en France, loin de là mais c'est juste qu'en ce moment le métal, du moins en France, est une musique qui ne permet pas de vivre de son art à l'inverse d'autres styles plus médiatisés... Quand il s'agit de métal c'est vraiment dur de vivre de son art. Mais bon d'un autre côté on voit de plus en plus de groupes se former c'est encourageant pour la suite. Après c'est vrai que maintenant on a tendance un peu à nous décrire comme le groupe qui est entrain de redonner les couleurs de la France au métal. D'ailleurs on est parfois un peu considéré comme "des modèles" dans le sens où les gens qui font ce genre de musique se disent : "Ah ouais putain ils sont français et ils y arrivent !" forcément c'est encourageant et donc je dirais plus que le métal en France est en pleine renaissance.

Parlons un peu du nouveau opus " The Way of All Flesh " aux allures plus ou moins morbides. Ca change quand même des précédents albums qui se distinguaient déjà par leur pochette plus en rapport avec la nature. Ceci annoncerait il un nouveau départ pour Gojira ?

Mario : Hum... Chaque album est un peu comme un nouveau départ maintenant c'est vrai celui là est plus noir plus sombre que les autres. Mais je pense que c'est en partie dû qu'on a passé plus de deux ans sur les routes en tournée et donc on a vécu des choses qui nous ont fait évoluer. Si tu compares avec "From Mars to Sirius" là on était plus renfermé dans notre bulle et ça se ressentait dans notre musique. On part du principe qu'on exprime ce qu'on ressent. Après pour la suite a vrai dire "On s'en fout !" (Rires) du temps qu'on fait quelque chose dans lequel on se reconnaît y a pas de problème.



A travers les paroles on ressent quand même un engagement profond pour l'écologie etc... Mais concrètement comment se traduit cet engagement ? N'avez vous pas envie de faire profiter votre notoriété à une association par exemple ?

Mario : Tu sais ça fait quelques années qu'on travaille avec Greenpeace. Par exemple sur la dernière tournée chaque soir Greenpeace avait un stand tout le long de notre tournée. Sinon on travaille aussi avec Sea Shepard qui se bat pour la protection de l'écosystème marin. Par contre on se refuse à prendre des positions politiques parce que sinon on aurait fait une carrière de politicien. Du coup on adopte une tout autre position. On fait en quelque sorte un hommage à l'humain. De plus en plus les gens ont tendance à dire "les humains détruisent la terre, les humains sont des pourris,...etc" Pour nous c'est plutôt l'inverse on croit vraiment que l'on peut vivre sans tout détruire. Puis cet engagement il se traduit au collectif mais aussi dans l'individuel par exemple certains de nous sont adhérents à Greenpeace depuis quelles années.

Gojira des philosophes ?

Jean Michel : Non certainement pas. C'est quand même un titre qui a énormément de sens et d'importance, je doute qu'on puisse assumer un tel titre. Nous ne sommes donc pas des philosophes cependant sans ne nous empêche pas d'avoir des discutions plus ou moins philosophiques. Dans le groupe on a vraiment pas de tabou d'ailleurs ça se voit dans nos paroles on parle aussi bien de la mort que de la religion ou encore à se demander pourquoi on est là ? Une chose est claire on a absolument pas peur d'en parler.

Tournée, album, tournée, tournée album, dvd, tournée... Franchement qu'est ce qu'on peut souhaiter de plus à la machine de guerre fraçaise Gojira ? Genre dans 10 ans vous vous voyez où ?

Jean Michel : Avant tout Gojira c'est une tranche d'environ 10 ans de nos vies et tu vois on est pas bien vieux. On vit pas au jour le jour mais presque enfin on essaye d'en profiter un maximum du coup c'est un peu difficile de se projeter 10 dans le futur c'est énorme le double de notre carrière. Mais tu te doutes bien que nous on aimerait que ça continue le plus longtemps possible et surtout qu'on prenne toujours autant de plaisir c'est vraiment primordial.

Mario : Ouais et pour compléter ce que vient de dire JM, je dirai aussi que de toutes façons ce qu'on veut c'est continuer dans l'art. L'art et Gojira c'est quand même lié. Regarde notre dernier clip il a entièrement été réalisé en animation par des artistes ça confirme bien cette idée. Peut être qu'à l'avenir on multipliera les partenariats avec d'autres artistes.



Gojira ouvre depuis quelques années pour des groupes comme Metallica, In Flames, Lamb of God fin les gros noms du métal. Quel en est votre meilleur souvenir ?

(Grands soupirs)

Jean Michel : Metallica !!! C'est à mon sens le meilleur souvenir. Au concert à Arras en aout, les français qui ouvrent pour Metallica, jamais on aurait pu imaginer ça un jour. Surtout qu'ouvrir pour un groupe aussi mythique que celui la n'est pas une mince affaire. Les gens viennent avant tout pour voir Metallica les autres groupes sont facultatifs et finalement on a été vachement étonné parce que le public accrochait plutôt bien en fin de compte... En plus se dire qu'on joue là où dans quelques heures Metallica jouera ça me donne encore des frissons. Donc pour moi c'est sur Metallica à Arras c'était vraiment le meilleur souvenir.

Mario : De mon côté c'est le concert à Dallas aux Etats Unis. C'était la première date de la tournée américaine avec Lamb Of Gog et Machine Head et là je me suis dit en les voyant jouer "Putain on va faire 44 dates avec ces fous furieux !". Ce fut le point de départ d'une excellente et très enrichissante tournée.

Pensez vous que toutes ces rencontres ont influencé et influencent Gojira ?

Mario : Oui on en apprend toujours. Vivre sur une tournée comme ça tous ensemble, en groupe est réellement une expérience d'une extrême richesse. Au niveau technique aussi ça nous apprend énormément parce que par exemple tu vois le batteur de Machine Head faire ça et là ça te donne une idée pour tel plan sur Gojira par exemple en plus on se conseille souvent les uns les autres. Sous l'aspect humain c'est aussi une superbe aventure y a un gros mélange culturel. Normal lorsque sur une tournée on réunit des américains, des suédois et des français y a des différences et donc vu qu'on vit 24 heures sur 24 ensemble ça nous en apprend énormément sur la vie en groupe mais aussi sur nous même.

Et sinon, cet été verra t-on Gojira sur les festivals ?

Jean Michel : Oui Oui ! On prévoit un bon petit programme (Petits rires). Y a déjà le Hellfest, le Grasspop, le Garorock et le Printemps de Bourges où notre présence est confirmée. Mais pour le reste on est comme toi dans l'attente. Il y en aura sûrement d'autres en France, nos tourneurs sont en pleine négociation. Apriori on devrait se balader un peu partout en Europe du genre la Grèce, le Portugal ou encore la Finlande. Bref Gojira sera aussi sur les routes cet été.

Un Dernier mot pour les lecteurs de Live In Marseille ?

Jean Michel & Mario : Marseille est une chouette ville, on regrette juste de n'y rester qu'un seul jour, c'est trop peu mais c'est ça les tournées. En tout cas merci et sinon à tout à l heure tu verras ça va y aller !

- BoBy -

www.myspace.com/gojira
www.splityourmother.com/

Un grand merci à Rachel, Mario, Jean Michel et bien sur Live In Marseille.

Gojira : les dernières chroniques concerts

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... par Eric Freydefont
Clisson, le 23/06/2019
55 000 pass 3 jours pour le Hellfest 2019 écoulés en 2 heures ! Ce n'est pas rien, d'autant que la majeure partie de la programmation était inconnue au moment du fait. C'est... La suite

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... par Pipoulem
Clisson, le 23/06/2019
Retour sur le plus gros festival metal de France, le Hellfest. Habituellement le festival se déroule sur trois jours vendredi/samedi/dimanche. Mais cette année nous avons... La suite

Gojira en concert

Gojira par Lebonair
Olympia, Paris, le 01/04/2017
Le groupe de metal français Gojira est passé deux fois à l'Olympia à Paris les 1er et 2 avril dernier et cerise sur le gâteau, celui de ce soir affichait complet et le second... La suite

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) en concert

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) par Abigail Darktrisha
Clisson, le 19/06/2016
TARJA 15h50-16h40 En ce 3ème et dernier jour c'est un peu plus tard dans la journée que débutera pour nous les festivités avec le métal symphonique Finlandais de Tarja... La suite