Accueil L'Epée en concert
Dimanche 15 septembre 2019 : 14039 concerts, 25673 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.


L'Épée est un nouveau projet pop yéyé psyché réunissant Anton Newcombe de The Brian Jonestown Massacre, The Limiñanas et Emmanuelle Seigner. En concert à l'occasion du festival Levitation France à Angers en septembre 2019 pour présenter le premier album de la troupe, intitulé "Diabolique" (sortie le 6 septembre 2019) !

L'Epée : vos chroniques d'albums
Site

Dernière news

L'Epée en concert à la Cigale et en tournée française [Le 07/09/2019] ⚔️ Le groupe L'Épée, composé d'Emmanuelle Seigner, The Limiñanas et Anton Newcombe (The Brian Jonestown Massacre) sera en tournée en France pour présenter son 1er album "Diabolique" (sortie 6 septembre 2019, chronique à lire ici) : 21/09 Angers,... La suite

L'Epée : tous les concerts

L'Epée : les dernières chroniques concerts 5 avis

Interview avec Anton Newcombe (The Brian Jonestown Massacre) dans le cadre du festival Levitation France

Interview réalisée le 11 janvier 2019, par Pierre Andrieu

Le Quai, Angers Janvier 2019

Interview avec Anton Newcombe (The Brian Jonestown Massacre) dans le cadre du festival Levitation France

Juste avant le début du festival Levitation France où The Brian Jonestown Massacre est programmé en tête d'affiche le soir-même, Anton Newcombe nous (on est accompagné par Titouan Massé) accorde une audience dans la cuisine de son tourbus aux alentours de 17 heures... Après avoir montré patte blanche auprès de l'imposante tour manageuse/ingé son, on pénètre dans la pénombre enfumée du saint des saints, Newcombe nous attend là, assis, affairé sur une set list. T-shirt blanc "Eat shit", lunettes noires vissées sur le crane, cheveux longs, le leader de BJM se révèle immédiatement volubile et aimable, même s'il garde ses lunettes. Rapidement, la machine est lancée : il déroule des réponses longues, enflammées et bien perchées, qui se révèlent un peu difficiles à suivre, tout en ayant la particularité d'être toujours passionnantes. Donc, on oublie les questions prévues, et on se concentre pour rebondir sur les propos de celui qui vient de signer l'excellent album "Something Else". Complètement fou de travail, l'homme qui nous fume clope sur clope dans les narines a deux (voire trois) coups d'avance, puisqu'un nouvel album BJM est déjà fini (sortie le 15 mars 2019), qu'un deuxième disque en duo avec Tess Parks vient d'être publié et... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground (La Route du Rock 2018)

Critique écrite le 07 septembre 2018, par Pierre Andrieu

Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo 17 août 2018

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground  (La Route du Rock 2018) en concert

Après une première soirée de fort bon aloi à La Nouvelle Vague de Saint-Malo en compagnie de Marlon Williams, Ezra Furman et The KVB, c'est avec une joie non dissimulée que l'on foule pour une énième fois le sol du Fort de Saint-Père le vendredi 17 août. Pour l'occasion, le lieu est baigné de soleil et s'apprête à accueillir une énorme programmation dont La Route du Rock a le secret, avec une foule d'artistes à la fois pointus et fédérateurs dont les têtes d'affiche de grand luxe sont Etienne Daho et The Brian Jonestown Massacre. Le Villejuif Underground Sur la scène des remparts, à 18 heures 30, c'est le Villejuif Underground qui se charge de lancer officiellement l'édition 2018 du festival, avec un set 100% branleur et 0% naze comme à son habitude. Habillés en guenilles tels des clodos se fournissant chez Emmaüs, complètement hallucinés, les membres du groupe francilien et leur leader australien Nathan Roche ne déçoivent pas, bien au contraire. Car, sous un vernis nonchalant et joyeusement débile, le Villejuif Underground offre de véritables morceaux de garage rock décavé chantés avec une voix revenue de tout, un peu à la Lou Reed (d'où le drolatique nom du groupe). Entre deux conneries lâchées au micro (dont un... Lire la suite

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités)

Critique écrite le 06 avril 2018, par Lebonair

Le Trianon - Paris 29 mars 2018

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités) en concert

C'est une magnifique aventure qui est vécue par le couple Liminana, Lionel et Marie. Plus qu'un groupe, c'est surtout une belle histoire d'amour, notamment musicale, qu'ils ont su maintenir et faire vivre depuis leur rencontre sur les bancs du lycée. Activistes dans le domaine sur Perpignan et sa région pendant de très nombreuses années, ils ont été tour à tour ou à la fois, vendeurs à la Fnac, organisateurs de concerts, gérants d'un magasin de disques qu'ils ont malheureusement dû fermer (la passion ne suffit pas toujours) et ils ont joué dans divers groupes. En 2009, après avoir balancé deux titres "I'm Dead' et 'Migas 2000' sur MySpace, ils se sont fait repérer par deux labels américains Trouble In Mind et Hozac. C'est là que leur aventure personnelle a débuté. Sur les trois premiers albums, le duo qui ne joue évidemment jamais seuls en live était plus connus aux Etats-Unis et dans le circuit "garage" européen comme aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Belgique. En France, ils étaient proches du niveau zéro en terme de popularité. Une rencontre a tout changé, celle avec Pascal Comelade. Ils ont réalisé un album en commun, "Traité De Guitarres Triolectiques (À L'usage Des Portugaises Ensablées)" et cela leur a permis de faire... Lire la suite

The Limiñanas (featuring Bertrand Belin, Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner)

Critique écrite le 30 mars 2018, par lol

Trianon, Paris 29 mars 2018

The Limiñanas (featuring Bertrand Belin, Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) en concert

Les Limiñanas ont longtemps été le secret le mieux gardé du rock Français ! S'ils existent depuis 2009, je suis, pour ma part, leurs aventures depuis 2012, même si je ne les ai vus sur scène pour la première fois qu'en 2015 à la Maroquinerie. A cette époque, les très rares concerts qu'ils donnaient était un point de rendez-vous obligatoire des intégristes de la guitare fuzz, des aficionados du rock garage et des amateurs de son vintage des compiles Nuggets. Les concerts étaient excellents car aucun groupe français n'était, jusqu' alors, parvenu à maîtriser aussi bien le son rock brut jouissif et caractéristique du premier album des Stooges et des grandes heures du 13th Floor Elevators", tout en le mariant avec la singularité d'une pop française sixties sous haute influence "gainsbourienne". Forcément, le secret s'est éventé, et l'écho de la musique des Limiñanas s'est rependu bien au-delà du circuit des club de rock presque underground dont ils sont issus. Des figures comme Anton Newcombe, Pascal Comelade et Peter Hook ont collaboré avec eux, ou porté la bonne parole sous d'autres cieux. Ils sont ainsi sortis du circuit rock artisanal pour signer sur le label Because Music , qui s'est occupé de la réédition de leur formidable série... Lire la suite

L'Epée : les chroniques d'albums

L'Épée : Diabolique

Chronique écrite le 14/08/2019, par Pierre Andrieu

L'Épée : Diabolique

Suite à une rencontre marquante lors de l'enregistrement de l'album "Shadow People" des Limiñanas (puis sur quelques concerts où les quatre musiciens avaient joué tous ensemble), Emmanuelle Seigner, Marie + Lionel Limiñana et Anton Newcombe (du Brian Jonestown Massacre) remettent le couvert en changeant de rôles sur l'album de L'Épée. Qui devait initialement être un album solo de la pulpeuse actrice/chanteuse produit par le duo de Cabestany, avant de devenir celui d'un super groupe composé d'Emmanuelle, Marie, Lionel et Anton, avec en guest de grand luxe un cinquième lascar déjà présent sur l'opus cité plus haut, Bertrand Belin. Emmanuelle S. tient le micro (et sonne un peu comme une Nico yéyé psyché), les Limiñanas assurent la bande son en compagnie de Newcombe, Lionel et Anton cosignent la plupart des musiques, Lionel et Monsieur Belin se partagent l'écriture des textes et l'affaire tourne à plein régime ! L'album "Diabolique", enregistré près de Perpignan à Cabestany (chez les Limiñanas) et au Cobra Studio de d'Anton N. à Berlin, porte bien son nom, il ne comporte quasiment que d'infernaux tubes de pop psyché in french sertis d'influences krautrock, yéyé, Lou Reed et The Velvet Underground. Affûtée comme jamais, la troupe tranche dans le... Lire la suite

L'Epée : Vidéo



L'Epée : écoute