Accueil Chronique de concert Shearwater
Mardi 18 février 2020 : 10823 concerts, 25924 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Shearwater

Shearwater en concert

La Maroquinerie Paris 05 avril 2012

Critique écrite le par



Shearwater est un groupe que j'aime énormement, un de mes favoris. Un constat très clair s'imposera à la fin de ce concert. C'est toujours le plus beau des oiseaux mais il s'est transformé en animal qui a sorti ces griffes comme on peut s'en apercevoir sur la pochette de son 7ème album Animal Joy.



Quel grand bonheur donc de retrouver sur scène ce fameux groupe qui m'offre toujours, après chaque sortie d'album, un voyage intense, profond et lumineux. Le dernier disque en date, Animal Joy resserre le jeu autour d'une solide rythmique et de guitare avec une orchestration plus compact. On va pouvoir vérifier dans les minutes si Shearwater est devenu plus rock que folk.



Jeudi soir, on est à l'aube du grand week end de Pâques et à 20h30 aux abords de la Maroquinerie mon QG depuis 2 mois il n'y a pas grand monde à l'entrée. La majeure partie des spectateurs du soir sont déjà présents dans la salle pour assister à la première partie, Julie Doiron. Je n'ai rien vu car je suis arrivé trop tard mais peut-être qu'Edwige notre talentueuse photographe souhaitera rajouter un petit commentaire sur son passage.



Je débarque donc peu après dans une salle plutôt bien remplie, mieux qu'au Nouveau Casino il y a 2 ans lors de leur dernière visite en France. Pour info, j'avais déjà posté un compte-rendu à l'époque qui expliquer déjà ma joie et mon immense plaisir de connaître un tel groupe.



Il est un peu plus de 21h quand les americains déboulent sur scène et oh! surprise, je ne retrouve plus que le chanteur/compositeur et leader du groupe Jonathan Meiburg par rapport au concert de 2010. Il a changé tout son groupe le bougre et je ne vois que des bucherons maintenant et un bébé bucheron/jeune musicien au clavier en arrière scène.



Ils démarrent par le magistral The Snow Leopard période Rook et je ne peux que constater l'evidence. Dès lors que le morceau a commencé à s'enflammer, ils étaient prêts à envoyer du steak. J'ai conscience que l'expression n'est pas très jolie mais ça envoie et le volume du son frise la saturation.



Exit la douceur de Kimberly Burke et ses cordes, exit ses compagnons de longue date Thor Harris et Howard Draper, ont fait place en 2012 à un bloc uni, enthousiaste qui envoie du lourd comme jamais ce n'est arrivé auparavant dans la carrière de Shearwater. A sa tête un Jonathan Meiburg presque métamorphosé par une confiance en lui qu'il n'avait pas aussi grande jusqu'à présent.



La set list sera composée de nombreuses chansons du dernier album ce qui rends le concert intensément rock et puissant. Pour rassurer tout le monde, on retrouve toujours l'âme de Shearwater avec ces ambiances à la Talk Talk du génialissime Mark Hollis le célèbre et grand incompris de l'histoire du rock. Le concert passe vraiment trop vite, les morceaux sont remarquablement interprétés par un Jonathan en grande forme notamment vocalement.



Le batteur, qui s'est mis des piles dans le cul avant le concert, est chaud bouillant et son jeu est efficace. Il est accompagné d'un bassiste qui n'est pas en reste, loin de là. On a donc droit à une rythmique solide,de haut vol. Elle ressemblerait au plus beau des rapaces mais qui se serai à terme, transformée en animal sortant les griffes.



Jonathan Meiburg qui chante évidemment sur tous les titres alterne souvent entre le piano et la guitare et change donc d'instruments avec un des musiciens régulièrement.
On vit plusieurs moments d'anthologie, des passages où c'est tellement beau que mes pieds ne touchent plus terre.



Les voilà qui quittent déjà la salle et Jonathan revient seul à la gratte nous interpréter un somptueux morceau avant le retour du groupe au complet. Le public connaisseur est ravi, la Maroquinerie se soulève avec force et retenu car la musique de Shearwater offre un univers magique profond, intense mais sans haine.



On en termine avec ce rappel réussi et le groupe nous salue. Les fans sont aux anges mais la durée du concert 1h20 sera le seul point négatif de la soirée tellement j'aurai voulu que ce voyage dure plus longtemps. Il y aura eu moins de silence, de moments calmes que par le passé mais cela n'empêchera pas au groupe de continuer à nous faire tutoyer les étoiles.




Remerciements : Olivier Volume production
crédit photo: Edwige Henry



set list:

The Snow Leopard 

Animal Life 

Castaways 

Dread Sovereign 

You As You Were 

Insolence 

Rooks 

Immaculate 

Pushing the River 

Run the Banner Down 

Breaking the Yearlings 

Star of the Age 


Encore:

Nobody 

White Waves 

These Days 
(Rem Cover)

Shearwater : les dernières chroniques concerts

Shearwater + Jesca Hoop en concert

Shearwater + Jesca Hoop par Lebonair
La Boule Noire - Paris, le 23/11/2012
Un peu plus de 7 mois après leur dernier passage à Paris à la Maroquinerie, Shearwater est repassé dans notre capitale en cette fin d'année toujours dans le cadre de leur tournée... La suite

Shearwater + Jesca Hoop en concert

Shearwater + Jesca Hoop par Sami
Le Poste à Galène - Marseille, le 13/11/2012
Ou comment une soirée qui s'annonçait sympathique sur le papier s'est avérée une excellente surprise. Plateau qui aura surtout attiré les curieux que l'on croise à tous les... La suite

Shearwater en concert

Shearwater par Lebonair
Le Nouveau Casino - Paris, le 19/02/2010
Attention, ce groupe est grand ! J'ai découvert les Américains de Shearwater il y a quelques mois grâce à XROADS et son rédac chef, le bien nommé Christophe Goffette. Ce... La suite

La Maroquinerie Paris : les dernières chroniques concerts

New Model Army en concert

New Model Army par lol
La Maroquinerie, Paris, le 09/10/2019
Comme tous les ans, Justin Sullivan et son groupe New Model Army viennent rendre visite aux Parisiens. Cette année, c'est à la Maroquinerie que le public fervent d'habitués qui... La suite

Zebrahead en concert

Zebrahead par Lebonair
La Maroquinerie, Paris , le 24/09/2019
Les Américains de Zebrahead étaient de passage à Paris à la Maroquinerie, dans le 20ème, pour leur unique date en France le mardi 24 septembre. En pleine tournée européenne,... La suite

J Mascis en concert

J Mascis par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 06/07/2019
Il a souvent été décrit comme une personne oisive voire adepte du "jemenfoutisme". Avec son air d'éternel slacker... de 55 balais, sa casquette de base-ball et son t-shirt informe,... La suite

Jon Spencer And The HITmakers en concert

Jon Spencer And The HITmakers par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 17/05/2019
Retrouver Jon Spencer à la Maroquinerie, en pleine forme, cela ravive forcément des souvenirs. C'est en effet une histoire qui dure depuis près de 25 ans : sur cassette, vinyle et... La suite