Accueil Chronique de concert Sourdure + Faune (festival Nuits d'Hiver NH#12)
Vendredi 13 décembre 2019 : 10472 concerts, 25839 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

Sourdure + Faune (festival Nuits d'Hiver NH#12)

Sourdure + Faune (festival Nuits d'Hiver NH#12)  en concert

Temple Grignan, Marseille 12 décembre 2014

Critique écrite le par

Sourdure by Pirlouiiiit 12122014

Impossible de rater le passage à l'Eolienne de Pauline Croze que je n'avais jamais vu contrairement à l'autre Croze (Anaïs), du coup même si j'avais prévu de passer au temple protestant de la rue Grignan je me doutais bien que je risquais fort de rater interprétation de Four Organs de Steve Reich avec Isabelle Chevalier, Nicolas Debade (Ohmodron, Eastern Committee, ...), Freddy Eichelberger, Frédéric Isoletta pour ce qui est des orgues et Ahmad Compaoré aux maracas. Et en effet lorsque j'arrive après avoir vu la premier (très bon) set de Pauline, ils ont fini et c'est déjà le deuxième groupe qui est sur scène.

Sourdure by Pirlouiiiit 12122014

En fait Sourdure est le projet d'un seule personne, celui de Ernest Bergez qui se presente donc dans le chœur du temple avec pas mal de matériel : deux tables chargés de machines, boutons et câbles en tous genre, un micro pour le chant et un violon. Mais ce n'est pas ça qui surprend en entrant ... c'est plutôt le jour où je ne verrai pas ce genre d'installation en allant au GRIM ou à l'Embobineuse - partenaires sur cette douzième édition des Nuits d'Hiver - que je serai surpris ... non c'est par le chant. En effet il s'agit de chansons traditionnelles auvergnates. A vrai dire je n'aurais pas deviné au premier coup d'oreille qu'il s'agissait de chansons de cette région tellement ça ressemblait aux chansons bretonnes ou provençales.

Sourdure by Pirlouiiiit 12122014

Après si j'avais pris la peine de lire le descriptif de la soirée je n'aurais pas été surpris : " ... Sourdure injecte des bourdonnements électroniques aux ritournelles traditionnelles de la musique auvergnate. Revisiter les traditions orales et révéler les spectres d'antan par des réminiscences réelles ou fantasmées semblent refléter sa volonté. Les traitements sonores des synthétiseurs modulaires ou électroniques, l'utilisation de thèmes entêtants, les amplifications de drones ou distorsions de sons acoustiques sont alors agencés par des techniques de compositions issues du cut-up et de l'écriture automatique. "

Sourdure by Pirlouiiiit 12122014

Car en effet le traitement musical qui en effet est assez particulier. Moi qui suis assez fan des Frères Morvan et de la scène occitane je ne pouvais pas être complètement indifférent à la démarche. Habitué aux relectures modernes de la tradition orale à la façon Cor de la Plana ou Mutacion Nacion j'avoue que là j'ai trouvé le grand écart culotté. Étant arrivé sur la fin de son set je n'aurai pas vraiment le temps de dépasser cette impression de surprise. Mais ce que j'ignorais à ce moment là - n'ayant pas lu le programme - c'est que la suite allait être dans la lignée.

Faune by Pirlouiiiit 12122014

En effet le duo Faune composé de Jacques Puech (chant, glass harmonica, cabrette) et Guilhem Lacroux (guitare, lap steel, pédalier basse) vient lui aussi du sud du Massif Central, sinon en tout cas la plupart des morceaux de leur répertoire viennent de là. Ils commenceront d'ailleurs leur set en nous brossant un rapide portrait du coin : des montagnes, des rivières qui passent entre, des vaches et des bergers ... bergers qui ont toujours beaucoup chanté constituant ce fameux répertoire traditionnel dans lequel ils puisent leurs paroles.

Faune by Pirlouiiiit 12122014

Et visiblement plus particulièrement dans le répertoire de Louise Reichert (1896-1985) femme berger possédant un permis de chasse et un permis de conduire (chose plutôt rare à l'époque). Chez eux aussi leur musique  " s'inscrit dans la tradition des musiques du Cantal et d'Auvergne. Partis d'enregistrements de terrains ethnomusicologiques de mélodies en français et occitan, Faune construit alors sa musique avec des bourdons électriques et acoustiques, que ce soit au lap steel, à la guitare ou au glass harmonica. "

Faune by Pirlouiiiit 12122014

Entre chaque morceaux les deux changent d'instrument, surtout Jacques Puech qui passe du fameux glass harmonica mouillé à la cornemuse (enfin cabrette), à l'accordéon à soufflet ... , à ses côtés Guilhem Lacroux apportent la touche électrique avec ses différentes guitares. Il joue d'ailleurs assez fort. Comme pour Sourdure certains passages sont d'ailleurs peut être un peu trop fort (certains sont contraints de se boucher les oreilles). Qu'ils sont en langue d'Auvergne ou en français les morceaux parlent (comme ceux que l'on retrouve chez Lo Cor de la Plana) on l'air de parler souvent d'amour(es impossibles).

Faune feat. Sourdure by Pirlouiiiit 12122014

Jacques s'excusera presque de chanter beaucoup de morceaux où les femmes n'ont pas forcement le rôle le plus vertueux. Après un set d'une bonne quarantaine de minutes ils inviteront Ernest Bergez à les rejoindre pour un final encore plus trituré. Tout le monde ne restera pas jusqu'à la fin mais en tout cas ce qui est sûr c'est que le côté cyclique de leur musique collait bien au thème " Repeat No Repeat " de cette édition des Nuits d'Hiver.


Plus de photos par Pirlouiiiit par ici


Bonus video :


et une petite de Sourdure


Nuit d'Hiver : les dernières chroniques concerts

Festival Nuit d'Hiver #12- Fuego-Le Réveil des Tropiques-France en concert

Festival Nuit d'Hiver #12- Fuego-Le Réveil des Tropiques-France par Phil2guy
L'Embobineuse-Marseille, le 13/12/2014
Le Festival des Nuits d'Hiver organisé par le GRIM est à Marseille un des événements attendus de l'année pour les amateurs de musique expérimentales ou hors norme. Pour cette... La suite

Elisabeth Harnik, Isabelle Duthoit et Emmanuel Cremer (festival Nuit d'Hiver #11) en concert

Elisabeth Harnik, Isabelle Duthoit et Emmanuel Cremer (festival Nuit d'Hiver #11) par Pirlouiiiit
Espace Montevideo, GRIM, Marseille, le 14/12/2013
Longtemps hésité à venir ... Si bien que lorsque j'arrive le public du grim est malheureusement en train de saluer la sortie du duo Philippe Petit - Audrey Chen ... Je me faufile... La suite

Subspecies + Le Cabaret Contemporain & Etienne Jaumet (Nuit d'Hiver) en concert

Subspecies + Le Cabaret Contemporain & Etienne Jaumet (Nuit d'Hiver) par Phil2guy
Salle Seita (La Friche Belle de Mai) - Marseille, le 13/12/2012
Pour cette dixième édition du Festival Nuit d'Hiver, le GRIM rend hommage au compositeur John Cage, disparu il y a vingt ans et qui aurait eu cent ans cette année. L'ensemble... La suite

Seabuckthorn + Moondawn (Nuit d'Hiver #9) en concert

Seabuckthorn + Moondawn (Nuit d'Hiver #9) par Pirlouiiiit
Espace Montévidéo - Marseille, le 20/12/2011
Avant dernière date de la 9ème édition du festival Nuit d'Hiver avec au programme de ce soir la fin de residence de Moondawn (la moitié chantante de Eastern Committee) que je... La suite

Temple Grignan, Marseille : les dernières chroniques concerts

Lionel Kasparian (Cinéma pour l'Oreille) en concert

Lionel Kasparian (Cinéma pour l'Oreille) par Pirlouiiiit
Temple Grignan - Marseille, le 07/03/2010
Apres un week end calme mais bien sympathique (la classe troublante de Belleruche au Cabaret Aléatoire et le lendemain l'hystérie féminine déclenchée par Adam Green au Poste à... La suite

Isabelle Duthoit & Franz Hautzinger (festival Nuit d'Hiver #11) en concert

Isabelle Duthoit & Franz Hautzinger (festival Nuit d'Hiver #11) par Pirlouiiiit
Temple Grignan, Marseille, le 15/12/2013
J'ai toujours bien aimé les concerts le dimanche ... surtout quand ils ont lieu en fin d'après midi et qu'ils sont dans des lieux inhabituels comme cette nouvelle date de la... La suite

Hélène Schmitt par Flo
Temple, rue Grignan, Marseille, le 20/03/2007
A la découverte du "violon des profondeurs", selon les termes employés par l'artiste (Hélène Schmitt). Sur scène, une femme avec un violon, dans la sobriété du temple. C'est tout. Tellement simple que cela pourrait faire peur. Et pourtant ... Avec une oeuvre de Nicolas Matteis pour ouvrir le concert, le violon sonne ... là au fond de votre... La suite