Accueil Chronique de concert the National + The Film + Film School
Mardi 10 décembre 2019 : 10280 concerts, 25835 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

the National + The Film + Film School

the National + The Film + Film School en concert

EMB - Sannois 26 novembre 2005

Critique écrite le par



Habituellement je me rends aux concerts en vélo. Très rarement je prends ma voiture (lorsque je vais à l'Espace Doun a Rognes par exemple) et exceptionnellement je prends le train comme ce week-end pour me rendre a l'EMB a Sannois (banlieue parisienne). Cela fait quelques temps que mon cousin a attiré mon attention sur cette "petite salle de banlieue" a la programmation culottée et variée. Le passage de the National pour leur dernière date française* avant une trêve bien méritée pendant laquelle ils devraient se mettre a l'écriture d'une troisième album, était une raison suffisante de monter voir ça de mes propres yeux.



On arrive assez tôt a la salle, une légère pluie ayant remplacé les flocons de neige du matin ... the National viennent a peine d'arriver (ils ont été ralentis dans leur retour de Bretagne par la neige). Ils ont l'air épuisé pendant les balances ... Quelques heures après tout le monde a fini de faire les balances et le public commence a se presser a l'intérieur de l'Espace Michel Berger. Ce fut juste car en fait ce soir il n'y a pas moins de trois groupes.



En plus de la double affiche initialement annoncée the Film + the National, il y en aura un petit troisième du nom de Film School. Ces derniers, qui nous viennent de San Francisco, commenceront les hostilités vers 20h45. Signés sur Beggars Banquet comme the National ils accompagnent deux ci sur toute la fin de leur tournée (juste apres avoir accompagné les Rogers Sisters en Angleterre.



5 ils nous délivreront un rock bien sympathique et plutôt péchu, sur lequel j'aurais tout de même un peu de mal à me concentrer, un peu impatient de voir la suite. Le chanteur a de fortes intonations à la Robert Smith, une coupe à la Grand National. Le bassiste au centre assure l'essentiel du spectacle, quant au batteur, au deuxième guitariste et au clavier ils sont assez discrets.



C'est assez étonnant mais ils m'ont presque fait une meilleure impression pendant les "balances". A la fin de leur set la salle se vide. En effet il est interdit de fumer dans la salle (très bonne initiative) du coup tout le monde remonte au bar qui devient du même coup un fumoir. Deuxième très bonne initiative à souligner, des bouchons en mousse sont disponibles gratuitement au bar, en partenariat avec Agi Son.



Une petite demi heure après les lumières s'éteignent, le public se masse et The Film apparaît sur scène. Comme à Marsatac ils sont 4 : le duo guitare basse à l'origine du groupe plus un batteur / clavier et un saxo à qui l'on doit une bonne partie de l'originalité du son du groupe. Autant à Marsatac la scène était trop grosse (et l'heure du concert trop tôt), autant la toutes les conditions sont réunis pour qu'ils fassent un bon concert.



Une bonne partie du public semble être là pour eux (les moins de 15 ans mais pas que), une de leur chansons passe en boucle sur le Mouv' et surtout comme bande son d'une pub télé pour voiture il parait. Vers la moitie du concert de the National une partie de ce public aura d'ailleurs disparu ... peut etre pour moucher cet idiot qui criera "the National !" au milieu du set de The Film ?



J'accrocherai plus que la première fois où je les ai vu d'autant que pour avoir échangé quelques mots avec le chanteur-bassiste (à propos de galettes de pomme de terre en forme de smiley) j'aurais la certitude que leur espèce d'attitude en sur scène n'est qu'un jeu de scène. Ils chantent en anglais des textes souvent incompréhensibles à quelques passages près. Le bassiste se dandine comme Iggy Pop ou Olivier Gasoil, le saxo effacé assure quelques lignes et lorsqu'il se met à beugler dans le micro de son instrument il y a fort à parier que quelques personnes au premiers rangs ont du avoir peur.



Une réelle complicité semble unir les deux leaders du groupe. Ca à beau ne rien avoir à voir avec l'élégance de the National (c'est plus dans la lignée de la pop sautillante des Franz Ferdinand and co) ça fait tout de même plaisir à voir et on ne s'ennuiera pas pendant leur court set de 50min.



Vint ensuite le tour de the National dont ce sera pour moi le 8ème concert, les ayant vus dans l'ordre au Bowery Ballroom (avec Sea Ray en ouverture de Longwave) avant la sortie de Sad Songs for Dirty Lovers), au Tonic (avec David Grubbs), au Mercury Lounge (avec les Robbers on High Street et Color bars), re au Mercury Lounge (complet avec les Boxstep en ouverture des Pernice Brothers), en show case à Other Music (l'un des meilleurs disquaires rock à NY), enfin en début de cette longue tournée Alligator au Poste à Galène puis en tête d'affiche au Mercury Lounge (complet avec leurs amis de Qatsi).



Contrairement à The Film les 5 new yorkais et l'australien ne se sont pas changés, ils jouent dans la même tenue que celle qu'ils portaient en arrivant. Pas de cinéma donc, rien que de la musique. Ils attaqueront en douceur avec Secret Meeting avant d'enchaîner sur le légèrement plus énervé Lit up, puis Geese of Beverly road et avant Cherry tree juste avant Abel sur lequel Matt (qui s'est malheureusement - pour lui - remis à fumer - voir l'interview) pètera un peu les plombs comme on aime bien le voir faire, se maintenant dans un équilibre précaire sur la rambarde protégeant la scène ... donnant la main a quelqu'un dans le public, pendant que deux autres personnes lui tenaient les jambes. Puis le concert redeviendra un peu plus calme mais toujours aussi intense.



Sur scène Bryce joue toujours en oscillant soit de droite à gauche soit de haut en base, les jambes en générales bien parallèles et serrées. Aaron et Scott se relaient aux choeurs, à la basse et à la guitares, se penchant souvent en avant ... Brian difficile à apercevoir avec toutes ces lumières et "fumigènes" jouait comme tous les soirs pieds nus oubliant pendant une grosse heure les nombreuses piqûres d'araignées dont il av ait été victime à Orléans. Padma enfin assurait avec toujours autant de classe le clavier mais surtout le violon avec toute l'énergie nécessaire. Personne ne sourit vraiment, sauf parfois entre les morceaux comme lorsque Bryce s'adressera a nous en français en ironisant a propos du regard un peu ahuri de Matt sur le fait qu'ils peut nous raconter n'importe quoi, Matt ne comprenant pas un traître mot de français.



En rappel on a eu le droit à un Cold Girl Fever tiré de leur premier album éponyme, bien habité. En introduction du morceau Bryce nous racontera que le morceau est inspiré d'une rencontre avec une française ... Pour la fin Aaron ira prendre un violon dont il se servira (comme Padma) comme d'une guitare.



Quelques regrets tout de meme, en dehors de la duree un peu courte du set (une toute petite heure et quart) : l'absence de Available et Slipping Husband dont je ne me lasse toujours pas, ainsi que de Friends of Mine ou I don't mind où j'aime beaucoup de chant de Padma ...



En conclusion ce fut tout de même un très bon concert et je pense que si je les avais vu pour la première fois j'aurais été impressionné, mais que là ayant des éléments de comparaison je les ai trouvé moins en forme que les autres fois. Peut etre est ce aussi du au public qui autour de 300 au moment de The Film avait un peu perdu de sa densité vers la fin du set des new yorkais ... ce qui ne m'a pas empecher d'acheter les deux singles Secret Meeting et Lit Up ainsi que deux t-shirts (malgré leur couleurs un peu flash et la qualité du tissu)



Set list : Secret Meeting / Lit up / Geese of Beverly road / Baby, we'll be fine / Cherry Tree / Abel / Wasp nest / Murder Me Rachel / All The Wine / Looking for Astronauts / Daughters of Soho Riots / Mr November / About today, rappel : Cold girl fever

Site de the National : http://www.americanmary.com/
Site de the Film : http://www.thefilm-music.com/
Site de Film School : http://www.filmschoolmusic.com/
Site de l'EMB : http://www.emb-sannois.org/



* depuis deux nouvelles dates ont été annoncées à la Guinguette Pirate les 12 et 13 décembre.

ps : pour finir un grand merci a l'EMB pour son acceuil, et puis tout simplement pour etre aussi actif. Il est clair que si j'habitais a Paris c'est la que je viendrais voir pas mal de mes concerts plutot que de les payer deux fois plus chers en centre ville.



The Film : les dernières chroniques concerts

The Film, Psykick Lyrikah, Chateau Flight, Whomadewho, Panico, Riton, dEUS, 2 Many Djs (Marsatac 2005) en concert

The Film, Psykick Lyrikah, Chateau Flight, Whomadewho, Panico, Riton, dEUS, 2 Many Djs (Marsatac 2005) par Sami
J4, Marseille, le 25/09/2005
Comme on pouvait s'y attendre cette dernière journée fut la plus réussie et aussi la plus crevante ! Ca commence tranquille avec The Film qui jouent dans un chapiteau bien... La suite

(mon) Rock en Seine, 2005, 2/2 : Asyl, La Phaze, Goldfrapp, Herman Düne, The Departure, Babyshambles, Feist, Foo Fighters, The Film, Robert Plant, Franz Ferdinand en concert

(mon) Rock en Seine, 2005, 2/2 : Asyl, La Phaze, Goldfrapp, Herman Düne, The Departure, Babyshambles, Feist, Foo Fighters, The Film, Robert Plant, Franz Ferdinand par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2005
Pour le premier jour du festival c'était par là ! Avant de rejoindre le site du Parc de Saint-cloud on se fait une grosse balade le nez au vent dans Paris, où l'image du... La suite

Wraygunn + The Film par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/11/2005
Sex & rock ‘n roll L'affiche Wraygunn + The Film a permis de chasser le blues du lundi soir en province au mois de novembre à grands coups de décibels et de textes sexuellement connotés... Même si le club de la Coopérative de Mai sonnait un peu creux, les aficionados de rock fiévreux qui s'étaient déplacés n'ont pas eux à le regretter :... La suite

The Film par Laetiss
Nouveau Casino Paris, le 15/06/2005
Prise d'une incroyable curiosité à la suite de deux émissions de televisions : Cult et Taratata, où j'avais apperçue ces frenchies trop british pour être français et trop français pour être british, j'ai acheté une place pour le 15 Juin au Nouveau Casino de Paris. Je ne connaissais alors que "Can You Touch Me?" et j'ai été soufflée. Sur scène... La suite

The National : les dernières chroniques concerts

The National (Pitchfork Music Festival Paris 2017) en concert

The National (Pitchfork Music Festival Paris 2017) par Pierre Andrieu
Grande Halle de La Villette, Paris , le 02/11/2017
Très belle première soirée au Pitchfork Music Festival Paris le jeudi 2 novembre avec des shows marquants des invités de The National (Moses Sumney, This Is The Kit, Chassol,... La suite

Interview de Bryce Dessner du groupe The National à l'occasion de la sortie de l'album Sleep Well Beast et du concert au Pitchfork Music Festival à Paris  en concert

Interview de Bryce Dessner du groupe The National à l'occasion de la sortie de l'album Sleep Well Beast et du concert au Pitchfork Music Festival à Paris par Pierre Andrieu
Paris, le 01/11/2017
Faisant désormais partie des artistes établis aux USA et en Europe, le groupe américain d'indie rock The National n'en oublie pas pour autant de sortir régulièrement des... La suite

The National + James Vincent McMorrow (Les Nuits de Fourvière 2014) en concert

The National + James Vincent McMorrow (Les Nuits de Fourvière 2014) par k-li
Théâtre de Fourvière - Lyon, le 28/07/2014
Il y a quelques années, sous les conseils avisés de l'un des maîtres de ces lieux, je découvrais The National, le temps faisant son effet, je me suis laissé happer par cet... La suite

the National (Live at the House) en concert

the National (Live at the House) par Pirlouiiiit
the Sydney Opera House Forecourt - Australie, le 08/02/2014
Deuxième concert auquel j'assiste en direct par ecran interposé (le premier c'était Radiohead au Poste à Galène en 2001), mais première fois que je me lance dans la chronique... La suite

EMB - Sannois : les dernières chroniques concerts

Selah Sue par Chandleur
EMB Sannois, le 29/04/2011
Bien poussée par la promo, Selah Sue? c'est une des hype du moment. Si l'album séduit en partie, sur scène, la voix est trop "produite", trop forte, et ses tics d'intonations sont un peu répétitifs ! Le band derrière ne sort pas de son pré carré et aurait pu accompagner aussi bien Michel Delpech sur sa tournée 1972 ! Mais elle n'a que 19 ans et un... La suite

Asian Dub Fondation par Castor
EMB , Sannois , le 28/09/2008
Asian dub Fondation, que dire de ce groupe si ce n'est qu'il diffuse une énergie folle en live. Concert de folie avec des titres phares comme "fortress europe" ou la salle s'enflamme complètement. La formation a un peu changé mais la pour le coup elle est vraiment bien ! On sent que le groupe commence à retrouver ses repère de l'époque de... La suite

Antibalas + The Budos Band par johnmonotone
EMB Ssannois, le 20/04/2008
J'ai rarement vu (entendu) un concert aussi mal sonorisé qu'à l'emb de sannois. IL était parfois impossible d'entendre la voix du chanteur. Le nombre de musicien (12) sur scène et l'incompétence flagrante de l'équipe technique y sont pour quelques chose. Car l'espace scénique et l'aménagement de la salle sont très agréable. Je pense que... La suite

The slackers par izi
EMB Sannois, le 25/02/2005
On est le 25... Si vous ne savez pas quoi faire ce soir, bougez vous le cul pour The Slackers !! Voici un putain de groupe new-yorkais plein de puissance, de soleil, de haine et de vérité. Leur show sont déconcertant, tant au niveau de la prestation que de la bonne humeur qu'il véhicule...bref, vous l'aurez compris, amateur de ska rocksteady, vous... La suite