Accueil Chronique de concert The National + James Vincent McMorrow (Les Nuits de Fourvière 2014)
Lundi 25 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The National + James Vincent McMorrow (Les Nuits de Fourvière 2014)

The National + James Vincent McMorrow (Les Nuits de Fourvière 2014) en concert

Théâtre de Fourvière - Lyon 28 juillet 2014

Critique écrite le par




Il y a quelques années, sous les conseils avisés de l'un des maîtres de ces lieux, je découvrais The National, le temps faisant son effet, je me suis laissé happer par cet univers si particulier, envoûté par cette voix profonde, transpercé par des textes d'une beauté désabusée. Il y a quelques mois, sous les conseils également avisés d'un ami aux goûts musicaux certains quoique parfois lacrymaux (!), je découvrais le folk lumineux et la voix exceptionnelle de James Vincent McMorrow.

Le fait que ces deux artistes se trouvent réunis à l'affiche des Nuits de Fourvière me décide à aller passer cette soirée en leur compagnie. La pluie persistante avant le début des concerts m'a laissé penser que la soirée risquait d'être un tant soit peu trop humide pour être parfaite. Je me trompais, la pluie allait cesser juste avant le début du show de James Vincent McMorrow. Cerise sur le gâteau, le besoin de nous abriter à notre arrivée sur le site nous permet d'être parfaitement placés pour profiter du spectacle, au troisième rang, dans une magnifique enceinte.


James Vincent McMorrow

James Vincent McMorrow débarque donc sur une scène joliment habillée de triangles lumineux accompagné d'un batteur, d'un clavier et d'une (ravissante) bassiste/clavier. Il nous livre un show brillant de maitrise, de classe et de simplicité. Les morceaux folks du premier album (Early in the Morning) se mêlent sans peine aux morceaux plus "synthétiques" de Post Tropical son second opus. Les chœurs de chaque musicien sont d'une précision d'orfèvre et donnent à chaque chanson une belle profondeur. Les morceaux Red Dust, Glacier, If I Had a Boat et We don't Eat m'ont transporté, mais le final, Cavalier, m'a transpercé... Quels artistes, quelle première partie ! Cinquante minutes de bonheur qui nous ont déjà fait oublier que nous restons sous la menace de la météo.




The National

Après une brève attente, le quintet originaire de Cincinnati The National monte sur scène accompagné de ses deux acolytes joueurs d'instruments à cuivre (entre autres...). Le concert file à une vitesse démesurée enchaînant des morceaux plus beaux les uns que les autres. Je prends un plaisir tout particulier à entendre pour la première fois en live l'un de mes morceaux favoris, Ada, à la fin duquel la section de cuivre proposera une partie du magnifique Chicago de Sufjan Stevens. Le guitariste Bryce Dessner communique en français avec le public, plaisantant même du fait que les autres membres ne comprennent rien à ce qu'il dit... Il nous explique donc que la tournée ayant commencé il y a maintenant quelque temps, ils s'essaient à rejouer de vieilles chansons qu'ils ont rarement interprétées, avant de nous livrer une bien belle version de Guest Room. Suit d'assez près cette version de About Today issue de la bande originale The Warrior et son final dantesque, un pur bonheur !



On sent de la part de Matt Berninger l'envie de voir le public de plus près, ce qu'il ne manquera pas de faire après avoir joué une autre rareté (City Middle), chantant Mr November aux quatre coins du théâtre antique. Il remontera sur scène brièvement avant d'interpréter Terrible Love en sillonnant la fosse de ce même théâtre, micro filaire en main, créant des grappes de fans pris au piège dans le cheminement de son câble. Le concert s'achèvera sur l'habituelle version quasi a capella de Vanderlyle Crybaby Geeks reprise en chœur par l'ensemble d'un public conquis par la prestation.



Le concert se termine, et de multiples sourires inondent les visages des spectateurs quelque peu hébétés par le spectacle auquel ils viennent d'assister. La pluie nous a laissé tranquillement savourer ce beau moment dans cette charmante enceinte antique. Je me fais la réflexion qu'il faudra regarder l'année prochaine de plus près la programmation des Nuits de Fourvière, car le cadre ainsi que la programmation de cette année aurait probablement mérité un ou deux déplacements supplémentaires (Damon Albarn, Portishead...) depuis Istres.


Setlist The National :

1 - Don't Swallow the Cap
2 - I Should Live in Salt
3 - Ada
4 - Bloodbuzz Ohio
5 - Sea of Love
6 - Hard to Find
7 - Afraid of Everyone
8 - Squalor Victoria
9 - I Need My Girl
10 - This Is the Last Time
11 - Guest Room
12 - Abel
13 - Slow Show
14 - Pink Rabbits
15 - England
16 - Graceless
17 - About Today
18 - Fake Empire


19 - City Middle
20 - Mr. November
21 - Terrible Love
22 - Vanderlyle Crybaby Geeks


Photos extraites du facebook du groupe : www.facebook.com/thenationalofficial

 Critique écrite le 30 juillet 2014 par k-li


Les Nuits de Fourvière : les dernières chroniques concerts

Arctic Monkeys (Les Nuits de Fourvière 2018) en concert

Arctic Monkeys (Les Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 04/12/2020
"Le plus grand groupe de rock du monde..." Affichant toujours une classe américaine leur permettant d'évoluer bien au-dessus des autres, les Arctic Monkeys ont une fois de... La suite

Midnight Oil (Nuits de Fourvière 2019) en concert

Midnight Oil (Nuits de Fourvière 2019) par Jacques 2 Chabannes
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 09/07/2019
(Devoir) De Mémoire... Courte ! Short Memory (Avoir la Mémoire Courte)... Une douce habitude ? "Midnight Oil ? Vous allez voir Midnight Oil ? Ils existent toujours ? Ils ont... La suite

The G / Première Partie de Midnight Oil en concert

The G / Première Partie de Midnight Oil par Jacques 2 Chabannes
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 09/07/2019
Corsica Glamzione ! (ça ne veut rien dire, je sais, mais ça me plaît !) Comme il est de coutume, le rite des "premières parties", s'il ne fait pas toujours des heureux parmi... La suite

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) en concert

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) par Cathy et Jeff Ville
Théâtre Antique de Fourvière - Lyon, le 01/07/2019
Idles Ils n'ont pas le même look, les visages juvéniles imberbes ont été supplantés par des visages d'hommes murs garnis de barbes bien taillées, les coupes en pétard voir à... La suite

James Vincent Mc Morrow : les dernières chroniques concerts

Paléo Festival 2014 : + Placebo + The National + Woodkid + Tinariwen + Silver Firs + Gautier Capuçon & le concert européen + James Vincent McMorrow +  Chico Trujillo +  Hollysiz + Tweek en concert

Paléo Festival 2014 : + Placebo + The National + Woodkid + Tinariwen + Silver Firs + Gautier Capuçon & le concert européen + James Vincent McMorrow + Chico Trujillo + Hollysiz + Tweek par Lionel Degiovanni
Nyon (Suisse ) , le 27/07/2014
Pour le Dimanche au Paléo festival de Nyon, on démarre notre chronique avec Tinariwen qui est un groupe très surprenant, pour nous. C'est un mélange entre la musique Touareg et le... La suite

The National : les dernières chroniques concerts

The National (Le Printemps de Bourges 2005) en concert

The National (Le Printemps de Bourges 2005) par Pierre Andrieu
Le 22, Bourges, le 25/11/2020
Après Herman Dune et The Go! Team (entre autres), c'est au tour des très attendus The National de fouler les planches du 22 d'Auron en cette mémorable soirée d'avril 2005 au... La suite

The National (Pitchfork Music Festival Paris 2017) en concert

The National (Pitchfork Music Festival Paris 2017) par Pierre Andrieu
Grande Halle de La Villette, Paris , le 02/11/2017
Très belle première soirée au Pitchfork Music Festival Paris le jeudi 2 novembre avec des shows marquants des invités de The National (Moses Sumney, This Is The Kit, Chassol,... La suite

Interview de Bryce Dessner du groupe The National à l'occasion de la sortie de l'album Sleep Well Beast et du concert au Pitchfork Music Festival à Paris  en concert

Interview de Bryce Dessner du groupe The National à l'occasion de la sortie de l'album Sleep Well Beast et du concert au Pitchfork Music Festival à Paris par Pierre Andrieu
Paris, le 01/11/2017
Faisant désormais partie des artistes établis aux USA et en Europe, le groupe américain d'indie rock The National n'en oublie pas pour autant de sortir régulièrement des... La suite

the National (Live at the House) en concert

the National (Live at the House) par Pirlouiiiit
the Sydney Opera House Forecourt - Australie, le 08/02/2014
Deuxième concert auquel j'assiste en direct par ecran interposé (le premier c'était Radiohead au Poste à Galène en 2001), mais première fois que je me lance dans la chronique... La suite

Théâtre de Fourvière - Lyon : les dernières chroniques concerts

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) en concert

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) par Cathy et Jeff Ville
Théâtre Antique de Fourvière - Lyon, le 01/07/2019
Idles Ils n'ont pas le même look, les visages juvéniles imberbes ont été supplantés par des visages d'hommes murs garnis de barbes bien taillées, les coupes en pétard voir à... La suite

The Good The Bad & The Queen (Nuits de Fourvière 2019) en concert

The Good The Bad & The Queen (Nuits de Fourvière 2019) par Daddrock
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 15/07/2018
Le marqueur rock de Fourvière 2019 est sans aucun doute The Good The Bad & The Queen. Loin, très loin devant Interpol proposant quelques jours plutôt un récital à la Pixies. Sans... La suite

The G / Première Partie de Midnight Oil en concert

The G / Première Partie de Midnight Oil par Jacques 2 Chabannes
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 09/07/2019
Corsica Glamzione ! (ça ne veut rien dire, je sais, mais ça me plaît !) Comme il est de coutume, le rite des "premières parties", s'il ne fait pas toujours des heureux parmi... La suite

New Order + Mermonte (Nuits de Fourvière 2019) en concert

New Order + Mermonte (Nuits de Fourvière 2019) par Ylxao
Théâtre antique de Fourvière - Lyon, le 28/06/2019
Toute la journée, tentant vainement de travailler sereinement, je lutte intérieurement contre la grande menace qui sourde : l'impatience. Lyon : L'été est là. Les Nuits de... La suite