Accueil Chronique album : Cannibale - Life Is Dead, par Pierre Andrieu
Jeudi 26 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Cannibale : "Life Is Dead"

Cannibale :

Pop - Rock / GarageExotiquePsyché

Critique écrite le 26 décembre 2021 par Pierre Andrieu

Vous en avez assez de la vie en général et des fêtes de fin d'année, de la pandémie et de son cortège d'interdictions, voire des interactions sociales avec les gens cons et agressifs en particulier ? Vous en êtes à souhaiter ardemment la fin du monde la plus rapide possible ? Ok, c'est tout à fait compréhensible vu le contexte actuel, mais une solution simple et économique (moins radicale également) existe : "Life Is Dead", le dernier album de Cannibale. Qui est un groupe français bien de chez nous (ça plairait à l'autre innommable con, sauf que le métissage culturel c'est pas trop sa tasse de thé) arrivant à pratiquer l'humour noir - ce titre... - tout en donnant envie de faire la fête et de danser jusqu'à la fin des temps avec son mélange "caliente" entre rock garage, funk, afrobeat, reggae, cumbia et que sais-je encore. L'imparable morceau titre "Life Is Dead", le méga hit (dans un monde idéal, hein) "Es El Amor" et l'énormissime "Kings Of The Attic" (avec le chanteur des terreurs post punk Frustration en special guest de luxe), en fait la plupart de cet album, ont le pouvoir de faire se trémousser des arthritiques, des paralytiques, des morts-vivants, voire même des fans de Cannibal Corpse ("brutal death metal américain" dit Wikipedia) qui se seraient trompés de salle de concert après une soirée de débauche alcoolisée. Sur les pistes déjà citées et sur le démoniaque "The Mouth of Darkness" (une machine à groover ce truc !), les trop peu connus pensionnaires du label Born Bad Records - qui fête ses quinze ans avec plein de concerts en 2022 - œuvrent pour le rapprochement collé serré des corps confinés en utilisant toutes sortes de techniques : rythmes exotiques enlevés ou suaves, lignes de basse classées X, synthés épicés, voix langoureuses et tout un tas de trucs de nature à foutre le feu au c... à tout être humain normalement constitué. Voilà, vous êtes au courant : vous pouvez choisir de crever à petit feu la gueule ouverte puis de pourrir sur place, ou profiter pleinement de la vie et hurler des hymnes jubilatoires comme "I don't want to rot", "Savoring your Flesh" et autres perles présentes sur "Life Is Dead". Un disque salvateur bientôt remboursé par le ministère de la santé, enfin dès que l'interdiction de danser dans les bars sera levée et que les boîtes rouvriront. Sinon, un drame est à prévoir.



Liens : cannibale.bandcamp.com/album/life-is-dead, www.facebook.com/Cannibalemusic, www.bornbadrecords.net, cannibalemusic.com, www.instagram.com/cannibaleband





12 novembre 2021 (Born Bad Records)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 26 décembre 2021 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Cannibale : les chroniques d'albums

Cannibale : No Mercy For Love

Cannibale : No Mercy For Love par Paskal Larsen
18/03/2017
Pour sa 94ème référence, le label parisien Born Bad (qui fêtera cette année ses 10 ans) nous propose "La Grande Bouffe" (mais sans les fesses enfarinées d'Andréa Ferréol) avec le jeune groupe français (et non pas italien biberonné aux films Z... La suite