Accueil Chronique album : David Lafore - J'ai L'amour, par Philippe
Jeudi 26 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

David Lafore : "J'ai L'amour"

David Lafore :

Pop - Rock

Critique écrite le 14 septembre 2015 par Philippe

Tremble, peuple francophone, Il est de retour. Qui ? David Lafore ! Le chanteur français le plus excentrique, le plus drôle et le plus triste du monde... Pour étayer une telle affirmation, un exemple suffit : se rappeler qu'on doit à David Lafore et à son allure droopyesque, certains de nos tous meilleurs fous-rires en concert (avec la mythique 20 francs, notamment, interprétée le pantalon baissé à la grande époque)...), mais qu'il peut aussi demander à ce qu'on le laisse mourir un peu, ou encore vouloir massacrer tout un pays, quelques minutes après... Ce mélange détonnant et très efficace sur scène, nous avait particulièrement marqué par un concert aussi pince-sans-rire que désopilant...
Mais peut-être faut-il rafraîchir votre mémoire aussi ? David Lafore est un compagnon de route (pas pressé) de la chanson française néo-réaliste (L'herbe rouge), peu porté sur l'accordéon mais ne crachant pas sur le rock, le classique, la pop, le reggae ou tout ce qui peut étayer son propos. Il est de toutes façons expert en conception de petites mélodies obsédantes et toujours un peu dérangées, depuis ses initiales et déjà marquantes Babines, Jalousie et autres Le Coeur du Pitre, qui nous ont suivies longtemps... Ici, méfiez-vous du redoutable Barbibar, qui pourrait bien vous coller au cortex comme un sparadrap au doigt du capitaine Haddock. Depuis toujours et encore cette fois-ci, l'emballage musical de son univers est chatoyant et varié : électro-pop dansant sur des titres faussement naïfs (Choses) et vraiment percutants (Dodu - "J'aime pas trop voir mourir les gens, quand je vais faire mes courses", ça claque non ?), balade délicate et un peu triste (Je te garde), rock pétaradant (la très new-wave Assassinat), slow aussi simple que déchirant (Danse avec moi) et autres dissonances variées (Oisillon)...
Mais David Lafore, c'est aussi un auteur de chansons comme Sur Ma Mule ou Un baiser, une bombe, qui ont toutes été des tubes de dimension nationale - mais juste, dans un univers parallèle où le grand-public francophone n'est pas noyé sous des torrents d'eau tiède et consensuelle comme, par exemple, de jeunes mous du bulbe fainéants, qui non seulement ahannent des reprises défraîchies de Jean-Jacques Goldman, mais en plus en vendent des caisses... Encore ici, on trouve de possibles tubes décalés avec une tentative en anglais (In The Car), évidemment frenchaxantée à mort, mais réussie par ailleurs, ou l'explosive Minou qui a le mérite de n'être point trop dûre à comprendre (chacun cherche son chat)... Et probablement, L'Assassinat déjà cité, une grande réussite nihiliste et punk !
Une autre constante de son oeuvre qu'on aime à retrouver, est son côté délicatement graveleux (cf Mouches, qui prônait un rapprochement inter-espèces plus que surprenant...). Cette fois-ci, J'ai L'amour (encore un tube de monde parallèle !) est extrêmement parlante et, sous son faux-air de comptine pour enfant, propose de faire des choses vraiment coquines, et à plusieurs personnes encore ! A ne pas mettre entre les trop petites oreilles donc, ou alors en prenant soin de ne rien leur expliquer ("Tiens avec les doigts, toi ou bien toi"... etc.) A la limite, essayez la Petite culotte, qui ne sera suggestive que pour les gens à l'esprit mal tourné !
Bref, et comme à chaque fois (même si ce n'est pas souvent), David Lafore casse la baraque avec un album un poil trop court hélas, mais aussi addictif que plaisant, et dont les nouvelles créations, aussi drôles que tristes (CQFD !), vous accompagneront modestement pendant des jours... On ne peut donc que se réjouir du retour sur terre (et sur scène) d'un de nos extra-terrestres préférés, après une si longue absence !
(La Triperie, Crépuscule France, 2015)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 14 septembre 2015 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

David Lafore : les chroniques d'albums

David Lafore : Incompréhensible

David Lafore : Incompréhensible par Pirlouiiiit
25/01/2020
Ayant déjà écrit tout le bien que je pensais de la musique de David sur scène (une bonne vingtaine de chroniques en 20 ans) comme sur disque (4 de ses albums) j'ai un peu tardé à écrire sur ce disque que j'écoute pourtant depuis décembre dernier ...... La suite

David Lafore : Les Cheveux

David Lafore : Les Cheveux par Pirlouiiiit
22/10/2017
Dèjà le 4ème album (si on ne compte pas ce qu'il a pu sortir de façon plus confidentielle avant 2004) et une métamorphose qui continue. Très peu de temps après son précédent J'ai l'Amour (2015) qu'on avait il faut le reconnaitre beaucoup attendu (II... La suite

David Lafore Cinq Tetes : II

David Lafore Cinq Tetes : II par Pirlouiiiit
06/05/2007
Alors que l'on commençait à se demander ce qu'était devenu notre David Lafore local (celui-ci se serait il exilé à Paris pour percer ?) voici que déboule son "deuxième" album sobrement intitulé II. 11 titres dans la lignée des précédents (comprendre... La suite

David Lafore Cinq Têtes : David Lafore Cinq Têtes

David Lafore Cinq Têtes : David Lafore Cinq Têtes par Pierre Andrieu
30/11/2004
Il nous avait très agréablement surpris au Printemps de Bourges cette année, le premier disque de David Lafore vient confirmer son statut de chanteur français à suivre... Maniant l'ironie et l'humour pince sans rire avec art, monsieur Lafore écrit... La suite