Accueil Chronique album : Elliott Murphy - Elliott Murphy Is Alive!, par Jacques 2 Chabannes
Mardi 18 mai 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Elliott Murphy : "Elliott Murphy Is Alive!"

Elliott Murphy :

Pop - Rock

Critique écrite le 07 décembre 2018 par Jacques 2 Chabannes

Le Secret (Live) Derrière LA Porte !

Comme souvent, divers sentiments se mêlent, divergent ou s'entrechoquent, lestés d'angles contradictoires, lorsqu'un artiste décide, de SON VIVANT, d'entrouvrir un rien (en grand, bientôt ?) la poussiéreuse porte de ses musicales archives : qu'il s'agisse, en l'état, de bandes "studio" ou "Live". Est-ce toujours pertinent ? Y à-t-il toujours un public disposé à les recevoir, quelques années ou décennies plus loin ? N'est-il pas déjà trop tard, pour s'y livrer ? Sont-elles (encore) dignes d'être tout à coup mises à dispo, exposées en pleine lumière ? Des gens sont-ils prêts à payer ou s'enthousiasmer pour cela ? Pas simple. Pas tranché, Pas... gagné.
Qu'est-ce qui peut donc bien les pousser un beau jour à le faire ? Lorsqu'il ne s'agit pas d'une grosse pression appliquée, "façon couvercle", par un label gourmand, d'un contrat discographique "bancal" à régulariser au plus vite ou d'un trop-plein de bootlegs envahissant le Net et les bacs (rien de tout cela ici, c'est à noter).
Autre problématique majeure : comment regarder d'avec (ou d'entre) les oreilles d'aujourd'hui, un show enregistré en la lointaine 2008 ? - pour certains groupes mythiques, c'est encore plus délicat, lorsque l'on exhume des captations sonores, parfois très anciennes, qui ne correspondent plus du tout aux divers changements de directions opérés depuis, au fil du temps ou des enregistrements, encore moins aux performances "Live" du moment : loin des musiciens originaux ou membres fondateurs.
Sur ce point, très précis, aucun écueil majeur à relever ou pointer ici, puisque le gars Elliott est toujours en activité et la plupart du temps sur scène aux côtés de son (désormais) plus vieux complice, nommé Olivier Durand. De plus, comme il n'aura pas succombé aux chants envoûtants des sirènes et ne se sera pas adonné au fil d'Ariane cousu de paillettes de la mode, pas de grosse surprise à en attendre, ou redouter ; peu ou prou, il se sera "contenté" de suivre son chemin depuis l'aube de son temps (l'améliorant sans cesse, l'enrichissant) : celui qu'il aura lui-même su créer, modeler puis imposer à son fidèle auditoire, album après album, après album, après... album ! - Aucune incartade "disco" connue, de (re)mix Electro s'étalant sur des plombes ou de featuring Hip Hop, chez le natif de Rockville Centre, New York, nope : amoureux de la continuité et de la durée indexée sur fidélité, you're really welcome ! Un mode, "cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage..." (Nicolas Boileau/goûteur de mots du XVIIe), qui rassure et convainc au niveau de ses intentions initiales, de sa toujours efficiente et perspicace, actualité.
Au niveau des satisfactions à ne pas bouder de plaisir intense, à l'écoute de ce sémillant "Elliott Murphy Is Alive!", la possibilité pour nous d'entendre de nouveau des morceaux peu joués dernièrement, abandonnés ou oubliés depuis : au fil des ans, des albums parus et des multiples tournées. Aussi, c'est un réel plaisir, que de redécouvrir la finesse d'Ophelia, les gammes hispanisantes et l'énergie débordante de Razzmatazz, l'extrême malice nichée derrière les mots évoquant la "Fille de Frankenstein" (Frankenstein's Daughter), la paire formée de Scandinavian Skies/The Valley Below (envoûtante, apaisée autant qu'éthérée), ou bien l'épastrouillant Canaries In The Mind. Sans oublier pour autant de goûter au mieux au mélodieux et imparable Crepuscule (extrait de Notes From The Underground/1995) qui, dès les premières pincées d'acoustiques inaugurales - précises, justes, inspirées - installe, pose le cadre et prépare d'autant le public/auditeur, à tout ce qui suivra.
À ce niveau, l'architecture sonore "bâtie" par le fils prodigue Gaspard, séduit résolument les esgourdes et les ravi au mieux. Aussi, les notes d'acoustiques occupent au mieux l'espace, sans pour autant prendre le pas sur les vocaux, eux-mêmes omniprésents mais pas trop mis en avant dans le mix (avec un Olivier carrément en forme vocale internationale, ce soir-là !) ; un très bel équilibre, du confort moelleux pour les pavillons, en somme...
Si la performance séduit d'emblée, l'on ne peut gommer un sentiment de logique frustration né du manque, de l'absence - cela concerne tout un chacun, c'est du domaine de l'intime - de certaines chansons "marquantes", pourtant jouées ce soir-là mais manquant néanmoins ici à l'appel : On Elvis Presley's Birthday, A Touch Of Kindness, Sicily, Destiny, Dusty Roses, ou bien encore, la magique Pneumonia Alley ! D'autant qu'il restait encore près de 15 mn de CD espace, avant d'en atteindre ou dépasser le "découvert minutes autorisé".
D'un autre côté, je vais mettre la pédale douce, sur ce sujet, tellement je peste en "interne" depuis l'invention de ce support numérique, contre ces artistes qui s'obstinent à remplir leurs disques "à donf", juste parce qu'ils en ont la possibilité, juste, souvent au détriment de leur but/propos initial ou bien du résultat final ! Ces stakhanovistes de la note, qui nous infligent, à chaque nouvelle sortie, près d'une heure vingt de nouveaux morceaux dont une belle part serait (logiquement) restée en rade à l'époque du vinyle et de ses limitations minutées, ou bien aurait juste servi à "habiller" la face "B" des 45t, à fournir de l'inédit lors de futures compilations caritatives, d'"hommages" ou coffrets rétrospectifs. Lors, n'en déplaise à certains "gommeurs", éradicateurs de mémoire musicale, à une certaine époque, encore toute proche, une grande partie de ces morceaux (remis) en question se serait retrouvée à moisir d'obscur dans des coffres pour l'éternité ou bien aurait tout bonnement fini "au panier" ; là où sa véritable (courte) destinée, in fine, se trouvait...

Que les Fans de toujours ("les anciens et historiques") soient rassurés, ci-après : Diamonds By The Yards (belle version travaillée d'envie) saura les combler ; Sonny est toujours en forme, aérienne et tendue ; Green River déborde une nouvelle fois d'enthousiasme et LA Woman "balance", conquiert et soulève. Une reprise des Doors, pleine de sève et d'envie, durant laquelle le public Belge se lâche réellement et accompagne tout du long les "duettistes boisés" : un moment épique, durant lequel le (momentané) maître des lieux en profite pour détailler et expliciter au mieux, historiquement parlant, le "pourquoi du comment" de ce choix très précis : "certains d'entre vous pourraient se demander pourquoi je chante particulièrement CETTE chanson des Doors, dont je ne suis pas réellement "fan", enfin, pas plus que cela... C'est pour ME rappeler à quel point j'ai de la chance, enfin, je suis chanceux... de pouvoir être encore ici sur scène, avec-vous, ce soir... Vous savez, Jim Morrison est venu s'installer à Paris au cours du mois de mai 1971... Trois mois plus tard, en juillet de la même année, Jim Morrison est découvert mort... Elliott Murphy, lui, débarque à Paris en Juillet 1989, et... encore aujourd'hui, en mai 2008, Elliott Murphy est en vie et se porte bien..." : double jeu de mots bâti autour des mots Alive/A Live : "en vie" ou "en concert", d'où cette intervention/explication et le titre donné à ce CD logiquement recommandé, à ne surtout pas bouder, dédaigner, minimiser ou manquer, c'est désormais... acté !

Pour plus de "détails et infos précises", concernant cette "Live" sortie, il suffira de lire l'Interview, réalisée à cet effet, des deux duettistes en question, à suivre tout bientôt sur ce même site...

 Critique écrite le 07 décembre 2018 par Jacques 2 Chabannes
 Envoyer un message à Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : les chroniques d'albums

Elliott Murphy : Ricochet

Elliott Murphy : Ricochet par Jacques 2 Chabannes
17/11/2019
Il est toujours délicat d'arriver à faire fonctionner d'aise ensemble un bouquet de chansons enregistrées à intervalles irréguliers : çà et là, au fil des ans, des projets de reprises ou hommages, de sessions radio, de concerts donnés et... La suite

Elliott Murphy : The Second Act Of

Elliott Murphy : The Second Act Of par Jacques 2 Chabannes
09/02/2017
Intime En Murphyland... ("Il n'y a pas de deuxièmes actes, dans les vies américaines (F. Scott. Fitzgerald). Ça commence ici, comme bien souvent, dans la grande et belle histoire du Rock : une signature rapide, l'enregistrement d'un album majeur... La suite

Elliott Murphy : Aquashow Deconstructed

Elliott Murphy : Aquashow Deconstructed par Jacques 2 Chabannes
12/03/2015
"Déconstructif"... (Tiens, j'aurais hésité longuement entre "Déconstruit" et "Instructif", que ça ne m'étonnerait pas...) À la veille de ses traditionnels Birthday Shows (concerts anniversaires), donnés chaque année au mythique New Morning de... La suite

Elliott Murphy : Poetic Justice/a Soundtrack

Elliott Murphy : Poetic Justice/a Soundtrack par Jacques 2 Chabannes
05/03/2015
Rendre Justice À La Poésie... À la veille de ses traditionnels Birthday Shows (concerts anniversaires), donnés chaque année au mythique New Morning de Paris en compagnie du trio des Normandy All Stars, le plus Parisien des songwriters New... La suite