Accueil Chronique album : Jack White - Lazaretto (Ultra LP), par Philippe
Mercredi 28 septembre 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Jack White : "Lazaretto (Ultra LP)"

Jack White :

Pop - Rock

Critique écrite le 23 juillet 2014 par Philippe

Bon d'accord, ce disque a déjà été présenté il y a peu de temps par Pierre, juste ici, et son analyse de fond de Lazaretto paraît tout à fait pertinente (un très bon disque de rock-blues-country, qui reste cependant mineur pour son génial auteur). Reste la putain de forme totalement inédite du truc : n'importe quel amateur de rock et de galettes de polychlorure de vinyle a probablement passé au moins quelques minutes à se demander récemment comment le trouver, ce fameux Lazaretto Ultra LP ! Une véritable petite merveille de technologie vintage, abordable par toutes les bourses mais en édition délibérément limitée (celui de l'auteur de ces lignes est par exemple venu d'Allemagne...) !
Hé, c'est que Jack White, depuis qu'il a ouvert le Third Man Records Store de Nashville, n'a même plus le temps de faire des concerts de tueur, tant il s'amuse comme un petit fou : sa petite entreprise, pas prête de connaître la crise, lui permet de maîtriser tout le processus de création, du studio d'enregistrement à la boutique de vente ! Il s'amuse ainsi régulièrement à y sortir ses disques et ceux des autres sur des formats dingos (78 trs/min, ou même en 1 tr/3 min), à enregistrer les copains en une prise (exemple : The Kills Live @ Third Man Records, c'est une bombe !)... Plus récemment, il s'est illustré sur le Record Store Day 2014, en réalisant le World Fastest Record (soit un 45 tours enregistré, pressé et vendu en moins de 4 heures !), ou encore en créant un Record booth (sorte de cabine de téléphonique où l'on peut s'enregistrer et repartir avec son propre disque, comme aux premiers temps du blues), inaugurée par Neil Young lui-même. Bref, Jack White et ses sbires à chapeau ont voulu créer le vinyle ultime, celui qui contiendrait toutes les chicanes possibles, et c'est ce Lazaretto Ultra LP !
Bien sûr, la performance technique comporte pour partie des gadgets qui n'amuseront que les nerds, genre peseurs de vieux disques : deux finitions de surface différentes (mat et brillant), une tranche carrée très rare, un hologramme d'ange qui s'affiche sur la face A (et qui demande quand même un petit effort de visualisation...) Mais il y a aussi des éléments impactant directement la musique : un locked groove à la fin de chaque face (soit un sillon infini mais pour une fois, pas vide et silencieux, comme les précédents dont le principal intérêt était de vous permettre d'oublier votre platine branchée et tournante, en partant en vacances ...). Mieux, la face A se lit de l'intérieur vers l'extérieur - détenteurs de platines à bouton start : vous êtes faits comme des rats, il faut monter en gamme, vous remercierez Jack plus tard ! - des petits titres rigolos gravés sur les 2 étiquettes centrales (dont l'un en 78 tours...), et une amusante double introduction sur la face B, acoustique ou électrique, selon le sillon dans lequel tombe aléatoirement votre aiguille. Et enfin, last but not least : pas la moindre compression du son, ça vous décoffre brut dans la tronche, vous êtes comme dans le studio !
Au final, ce très cool objet (la pochette et le livret intérieur sont magnifiques comme toujours, et il en tombe évidemment un code de téléchargement !) est donc un peu comme une voiture de James Bond : joli et anodin en apparence (évidemment, pas la moindre mention de tout ça, ni sur la pochette ni dedans...), et bourré de technologies sophistiquées en réalité. Comme disait l'autre : "Totalement inutile, donc parfaitement indispensable !". Un totally-must-have pour tout geek (au sens initial et noble du terme) qui se respecte : allez donc harceler votre disquaire, justement, il s'ennuie un peu en ce moment !
(Third Man Records, 2014)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 23 juillet 2014 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Jack White : les chroniques d'albums

Jack White : Fear Of The Dawn

Jack White : Fear Of The Dawn par Pierre Andrieu
25/04/2022
Bonne nouvelle, Jack White revient en grande forme en 2022, avec une tuerie ultra rock and roll (mais pas que !) nommée "Fear Of The Dawn", un disque explosif qui arrive après un album controversé ("Boarding House Reach", paru en 2018), dont pas mal... La suite

Jack White : Lazaretto

Jack White : Lazaretto par Pierre Andrieu
05/06/2014
Deuxième disque en solo signé Jack White, Lazaretto est un putain de bon disque plein à ras bord de rock 'n roll blues jubilatoire et de country blues bien rustique comme il faut... Rien de franchement surprenant ou de particulièrement innovant,... La suite

Jack White : Blunderbuss

Jack White : Blunderbuss par Pierre Andrieu
17/04/2012
Sur son très attendu et méchamment inspiré premier album solo, Blunderbuss, Jack White (The White Stipes, The Raconteurs, Dead Weather... ) continue à creuser un sillon alimenté par ses incurables obsessions pour le blues, la country, le rock 'n roll... La suite

Danger Mouse & Daniele Luppi : Rome

Danger Mouse & Daniele Luppi : Rome par Pierre Andrieu
16/03/2012
Projet pharaonique et atypique, l'album de pop 'n western spaghetti Rome est le résultat d'un patient travail de composition et d'enregistrement - 5 ans ! - mené conjointement par l'omniprésent producteur musicien américain Danger Mouse (Dark Night... La suite