Accueil Jack White en concert
Samedi 28 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Ex leader des défunts Whites Stripes et membre des Raconteurs et de Dead Weather, le génial guitariste chanteur blues rock 'n roll Jack White débute une carrière solo en 2012 avec un album (Blunderbuss) et des concerts aux Eurockéennes de Belfort et à Olympia de Paris, etc... De retour en 2014 avec un nouvel album, Lazaretto ! Jack White était en concert à l'Olympia de Paris les 3 et 4 juillet 2018 afin de jouer en live des extraits de l'album Boarding House Reach (sortie le 23 mars 2018 chez Third Man Records/Columbia). Jack White publiera deux albums en 2022 ("Fear Of The Dawn", le 8 avril, puis "Entering Heaven Alive", le 22 juillet) et sera en concert au Radiant, à Lyon, le 7 juillet 2022 et les 18, 19 et 20 juillet 2022 à l'Olympia de Paris !

Jack White : vos chroniques d'albums
Site

Dernière news

Jack White en concert à Paris Olympia et Lyon Radiant en 2022 [Le 18/12/2021] Jack White publiera deux albums en 2022 ("Fear Of The Dawn" le 8 avril puis "Entering Heaven Alive" le 22 juillet), et pour fêter ça l'ex White Stripes sera en concert au Radiant de Lyon le 7 juillet 2022 et à L'Olympia de Paris les 18, 19 et 20 juillet 2022,... La suite

Jack White : tous les concerts

Jack White : les dernières chroniques concerts 20 avis

The Raconteurs

Critique écrite le 27 mai 2019, par Samuel C

L'Olympia - Paris 26 mai 2019

The Raconteurs en concert

Jack White à l'Olympia en 3 actes : En 2003 avec les White Stripes, le duo des vrais-faux frère/soeur est à son summum sur disque et dépoussière clairement un rock qui vivotait depuis 6/7 ans. Se produire à deux sur une grande scène est un vrai défi, les White Stripes ne sont cependant pas à la hauteur de l'enjeu, malgré l'intensité du set et son côté très démonstratif, il manque alors ce fameux petit quelque chose en plus ! "Seven nation army", joué ce soir-là, est par ailleurs le dernier grand hymne rock et de stade connu à ce jour. 15 ans plus tard, Jack White est devenu un digne représentant du CAC40 de la musique actuelle. Très exigeant, voire puriste, il presse des vinyles, sort des albums en solo réussis, fait salle comble un peu partout et exige des concerts sans téléphone. Il s'autorise alors "Boarding House Reach", assez expérimental et donc difficile d'accès. En live, on voit clairement que c'est lui le boss, ses musiciens ont le petit doigt sur la couture du pantalon : on assiste à un exercice de style où un hommage permanent... Lire la suite

Jack White (Nuits de Fourvière 2018)

Critique écrite le 09 juillet 2018, par Pierre Andrieu

Théâtre antique de Fourvière, Lyon 8 juillet 2018

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début Boarding House Reach, l'ex leader des White Stripes (teint blafard sous lumières bleues) n'a pas fait les choses à moitié avec une set list de rêve offrant un panorama imprenable sur toute sa carrière (et dans laquelle il ne manquait que Fell In Love With A Girl à notre humble avis), un groupe composé de cadors pour l'accompagner, un éclairage de haute tenue et un son certes surpuissant mais globalement bien réglé... Dès le début de la prestation de Mister White avec l'enchaînement imparable Over and Over and Over/Dead Leaves and the Dirty Ground, le public comprend à quoi il va avoir affaire pendant 1h45 : à un putain de best of 2001/2018, un show très orienté guitare... Ce qui a l'air de surprendre notre voisin et néanmoins ami, qui ressemble au Colonel Kurtz dans Apocalypse Now, tout en ayant la particularité d'être fan de Massive Attack et PJ Harvey. Oui monsieur, Jack White sur scène se présente en chef d'orchestre entouré de moult guitares, dont il joue abondamment et avec délectation. Et son groupe, qui reste sur une estrade derrière le maître et... Lire la suite

Jack White

Critique écrite le 05 juillet 2018, par Samuel C

L'Olympia - Paris 4 juillet 2018

Jack White en concert

Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après l'autre. Les autres concerts où se produit White sont également complets en France : les nuits de Fourvière et le Festival Beauregard. Son nouvel album est expérimental, voire difficile d'accès, mais aller revoir le fondateur de Third Man Records, plutôt intègre et visionnaire dans tout ce qu'il crée, relève d'une gageure largement supérieure à toute autre considération ! A travers ses multiples formations (The White Stripes évidemment, mais aussi The Raconteurs, Dead Weather et en solo) John Anthony Gillis -son identité à la ville- peut faire songer à Neil Young au regard de la variété des styles abordés et de sa inventivité incessante : "Boarding House Reach" étant peut-être son "Trans" à lui. Alors que du hip-hop old school résonne dans les enceintes, le public majoritairement quadra et CSP+ (le prix des places oscillait entre 52 et 68€) savoure sa bière de base qui est sûre d'arriver en demi d'après une publicité ! Jack White n'est pas une bête de scène, mais grâce à son mètre 88 il occupe pleinement l'espace. Accompagné de 4 musiciens, une... Lire la suite

Jack White - concert exclusif France Inter

Critique écrite le 30 mars 2018, par Samuel C

Studio 104 (Radio France) - Paris 29 mars 2018

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look Borsalino effectuent les dernières vérifications de rigueur. En effet, pas un stade de football, pas un enfant n'ignore ce riff ultime sans, en revanche, connaître le plus souvent le nom du duo qui l'interprète... Le touche-à-tout Jack White est depuis devenu incontournable et incontestable. Son amour du blues, de l'authenticité et du vinyle est une évidence. Son désamour du téléphone portable est aussi rappelé par Assayas : pas de photos, ni d'enregistrements audio ou vidéo au cours de la soirée. On a tout-à-coup l'impression d'être revenu dans les années 90, époque bénie où les effets-lumières émanaient uniquement des éclairages et où chacun vivait alors l'intensité de l'instant à 200% ! Après les remarquables et puissants "Blunderbuss" et "Lazaretto", le volume III de la carrière solo du prince de Détroit "Boarding house rich" se révèle très singulier, voire expérimental et difficile à apprivoiser ! La configuration scénique du quintet au coeur du Studio 104 de Radio France est à l'instar du nouvel opus de White : à la croisée du blues, du rock, du... Lire la suite

Jack White : les chroniques d'albums

Jack White : Fear Of The Dawn

Chronique écrite le 25/04/2022, par Pierre Andrieu

Jack White : Fear Of The Dawn

Bonne nouvelle, Jack White revient en grande forme en 2022, avec une tuerie ultra rock and roll (mais pas que !) nommée "Fear Of The Dawn", un disque explosif qui arrive après un album controversé ("Boarding House Reach", paru en 2018), dont pas mal de titres avaient pris tout leur sens sur scène lors de concerts d'anthologie : on garde un souvenir ému du show dément offert aux Nuits de Fourvière, à Lyon, en 2018... Boosté par la solitude provoquée par la pandémie, l'homme aux cheveux récemment teints en bleu a tout composé, enregistré et produit lui-même dans son studio à Nashville, Tennessee : tel Prince à Paisley Park, John Anthony Gillis a joué de tous les instruments, quelques "petites" contributions étant ajoutées plus tard par son formidable groupe de scène : Dominic Davis (basse), Daru Jones (batterie) et Quincy McCrary (claviers). Le résultat est bluffant dès le début du disque, avec ce méchamment violent et très White Stripes "Taking Me Back", qui permet à l'ex de Meg White (et nouveau mari d'Olivia Jean, chanteuse/guitariste de garage goth qui signe quelques parties de gratte sur le disque) de partir d'un riff de guitare titanesque pour emmener tout le bazar dans la stratosphère. Et ouais, c'est son truc à Jack, il n'aime pas... Lire la suite

Jack White : Lazaretto (Ultra LP)

Chronique écrite le 23/07/2014, par Philippe

Jack White : Lazaretto (Ultra LP)

Bon d'accord, ce disque a déjà été présenté il y a peu de temps par Pierre, juste ici, et son analyse de fond de Lazaretto paraît tout à fait pertinente (un très bon disque de rock-blues-country, qui reste cependant mineur pour son génial auteur). Reste la putain de forme totalement inédite du truc : n'importe quel amateur de rock et de galettes de polychlorure de vinyle a probablement passé au moins quelques minutes à se demander récemment comment le trouver, ce fameux Lazaretto Ultra LP ! Une véritable petite merveille de technologie vintage, abordable par toutes les bourses mais en édition délibérément limitée (celui de l'auteur de ces lignes est par exemple venu d'Allemagne...) ! Hé, c'est que Jack White, depuis qu'il a ouvert le Third Man Records Store de Nashville, n'a même plus le temps de faire des concerts de tueur, tant il s'amuse comme un petit fou : sa petite entreprise, pas prête de connaître la crise, lui permet de maîtriser tout le processus de création, du studio d'enregistrement à la boutique de vente ! Il s'amuse ainsi régulièrement à y sortir ses disques et ceux des autres sur des formats dingos (78 trs/min, ou même en 1 tr/3 min), à enregistrer les copains en une prise (exemple : The Kills Live @ Third Man Records,... Lire la suite

Jack White : Lazaretto

Chronique écrite le 05/06/2014, par Pierre Andrieu

Jack White : Lazaretto

Deuxième disque en solo signé Jack White, Lazaretto est un putain de bon disque plein à ras bord de rock 'n roll blues jubilatoire et de country blues bien rustique comme il faut... Rien de franchement surprenant ou de particulièrement innovant, certes, mais du bon boulot laissant transparaître une authentique passion pour la musique enregistrée sur ce disque. Un opus qui ne contient aucune mauvaise chanson et qui comporte même son lot de tubes et/ou de titres ultra marquants. Au rayon des morceaux qui tuent la mort, on pense bien-sûr au stonien Just on Drink, qui donne envie de boire plus que de raison voire de se mettre sur le toit, à Lazaretto et son superbe feeling blues rock à la Led Zep, à Three Women et son country rock sexy, à Temporary Ground, une poignante ballade country chantée en duo avec une jeune femme à la voix très typée, mais également à Would You Fight for My Love?, sorte de composition à la fois épique et idéale pour figurer en BO d'un... Lire la suite

Jack White : Blunderbuss

Chronique écrite le 17/04/2012, par Pierre Andrieu

Jack White : Blunderbuss

Sur son très attendu et méchamment inspiré premier album solo, Blunderbuss, Jack White (The White Stipes, The Raconteurs, Dead Weather... ) continue à creuser un sillon alimenté par ses incurables obsessions pour le blues, la country, le rock 'n roll et le gospel... Propulsé par deux singles aussi imparables que différents, la décharge de punk 'n blues rock (avec riff à la Clash/Pixies) Sixteen Saltines et la sexy ballade pianotée avec brio Love Interruption, Blunderbuss atteint les sommets ardemment escomptés par ses fans. Et ce grâce aux multiples talents que Mr White dévoile à nouveau ici : songwriting nickel chrome, voix versatile et prenante, ambiances variées et envoutantes, arrangements vintage mais personnels. Cet homme-là est clairement au sommet de son art, plus que jamais en pleine possession de ses moyens ! La preuve : son jeu de guitare électrise, ses envolées à l'orgue bouleversent, ses cordes vocales sidèrent littéralement, son jeu de piano droit accroche agréablement l'oreille et les musiciens qu'il a invités sur le disque (chœurs féminins, Wurlitzer, clarinette... ) surprennent... Grâce à tout cela, l'auditeur aura le privilège de se faire gifler puis caresser par des plages tout à tour très rock and roll et énervées... Lire la suite

Jack White : Vidéo













Jack White : écoute