Accueil Chronique album : Louis Ville - Eponyme, par Pirlouiiiit
Lundi 18 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Louis Ville : "Eponyme"

Louis Ville :

Pop - Rock

Critique écrite le 27 octobre 2019 par Pirlouiiiit

Est-ce qu'on a le droit de reprendre des bouts de sa chronique d'un EP pour parler d'un album qui contient une partie des titres de celui-ci ? Non je vais plutôt vous y renvoyer (par là). Au début de l'année le 6 titres Et puis demain ... marquait non seulement le retour discographique de Louis Ville mais annonçait surtout la sortie de cet Eponyme, son 6 (ou 7eme) album après Hotel Pourri (1999), Une Goutte (2003), A Choisir (2006), Cinémas (2011 dont il a sorti un version "deluxe" un an après avec de beaux duos en plus) et le Bal des Fous (2015). En plus des 6 superbes titres de l'EP (dont Raphael l'instrumental jazz), qu'il aurait été en effet dommage de ne pas garder dans cet album, on en trouvera 5 nouveaux dans le même esprit formant un tout extrêmement homogène sans pour autant se répéter. Comme sur l'EP Louis joue de beaucoup de choses sur ce disque : programmation (de batterie plus vraie que nature), guitares (tour à tour country, blues, flamenco, jazz ...), piano (une révélation, je ne me souvenais pas l'avoir vu à cet instrument), basse .. Il n'y a finalement que le violoncelle qu'il a confié à ceux qui l'ont déjà accompagné sur scène comme Louis Morand, Olivier Soubeyran, ou Pierre Le Bourgeois selon les morceaux, et la contrebasse à François Pierron. Le résultat est peut-être un de ses disques les plus équilibrés ou aboutis ... Je ne sais pas trop si j'ai trouvé le bon qualificatif, mais ce que je sais c'est que je sens que je vais l'écouter souvent et longtemps. Pour finir je voudrais souligner un cas de convergence évolutive assez étonnant. En effet j'ai toujours trouvé que la musique et les textes de Louis Ville partageaient de nombreux points communs avec celle et ceux de Jean Louis Chinaski, un autre chanteur dont la musique m'accompagne depuis maintenant 20 ans aussi et que j'aime tout autant. Ça n'a me semble-t-il jamais été aussi vrai que sur ce disque, notamment sur des à-pics des fadaises ou même sur la fille du train avec ce chant ténébreux limite parlé et cette tendance à la cavalcade (j'espère qu'ils ont eu la chance de se croiser) ... Bref vous l'aurez compris (et c'est souvent comme cela que je finis les chroniques des disques que j'aime) je n'attends maintenant plus qu'une chose, la chance de découvrir tous ces morceaux en live !

01 octobre 2019 (Louis Ville - Balandras Editions)

Vignette Pirlouiiiit

 Critique écrite le 27 octobre 2019 par Pirlouiiiit
 Envoyer un message à Pirlouiiiit

Louis Ville : les chroniques d'albums

Louis Ville : Et Puis Demain ...

Louis Ville : Et Puis Demain ... par Pirlouiiiit
17/06/2019
Le 6eme album de Louis Ville était sorti en 2015 ; cela faisait donc 4 ans qu'on était sans nouvelle discographique de sa part. Ce nouvel EP (probablement annonciateur du #7) tombe donc à point nommé. Si l'on retrouve dans ces 6 titres toutes les... La suite

Louis Ville Et Les Prédicateurs : Le Bal Des Fous

Louis Ville Et Les Prédicateurs : Le Bal Des Fous par Pirlouiiiit
07/02/2016
Avec cette pochette sombre, ce regard dans le vide et ce titre (Le Bal des Fous) on a tout de suite compris que ce n'est pas parce qu'il sort ce 6eme album (si on ne compte que ceux sortis sous son nom) sur un gros label, que Louis Ville a changé de... La suite

Louis Ville : Cinémas

Louis Ville : Cinémas par Pirlouiiiit
16/10/2011
Louis Ville fait partie de ces quelques chanteurs qui envers et contre tout (comprendre sans l'indispensable boulot d'une boite assurant sa promo) continuent d'écrire, composer, tourner et sortir des disques pour le plus grand bonheur de ceux qui... La suite

Louis Ville : A Choisir

Louis Ville : A Choisir par Pirlouiiiit
04/08/2006
Louis Ville fait partie de ces quelques artistes affreusement méconnus malgré des concerts impressionnants et des albums qui auraient déjà du faire parler de lui au niveau national. Au Balthazar en tout petit comité, puis a l'Intermédiaire ou nous... La suite