Accueil Chronique de concert Giant Sand
Jeudi 15 avril 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Giant Sand

Giant Sand en concert

Le Poste - Galène Marseille 10 février 2009

Critique écrite le par

" Flying Around The PAG At Remarkable Speed "
(Fidèles Au Poste !)


T-shirt anthracite, jeans, casquette relevée (façon routier en transit) " il " est paisiblement adossé au mur du PAG : dardant négligemment son regard voilé sur la maigre assistance, sur le démontage en règle de la scène... Lors, personne ne daigne pourtant venir lui serrer la louche, lui lancer un ou deux mots de remerciements, l'interroger sur le pourquoi du comment de sa pose classieuse, stoïcienne.
Cet homme qui a soudé et fondé (en un sens) Calexico , joué et composé avec Victoria Williams , PJ Harvey , Steve Wynn , Lisa Germano , Neko Case , Vic Chesnutt , Chris Cavacac , ou le mythique Rainer ... Fondé OP8 , The Band Of Blacky Ranchette , The Friends Of Dean Martinez , ou le récent Arizona Amp And Alternator , ne semble devoir attirer que les regards rassurants et conquis de la préposée au stand ! (T-shirts, CD et sacs compris).
Il vient pourtant de nous offrir ce qu'il a de plus beau : un Giant Sand en grande forme : soudé et énergique, précis et aventureux, suranné et moderne à la fois, actuel du propos.



Genèse...
Il est 21 h et quelques mousses bien fraîches, lorsque ses acolytes, le Desoto Caucus entrent en scène, rejoints, trois chansons plus tard, par l'unique Lonna Kelley . On nous avait annoncé un duo de légende, un antagonisme, une lutte séculaire " brune/blonde ", et c'est la blonde qui s'empare du micro : ronde, souriante, manifestement porteuse d'un petit humain à venir...



La piquante Lucie Idlout , habituelle compagne de route, ne sera donc pas là ce soir... Déception ! Une fille s'avance vers-moi, se cale sans crier gare, s'approprie honteusement mon espace : " Hé ! C'est mon poteau ! (Que je lui crie)... J'étais là le premier ! D'ici, je vois bien le... Concert ! Le concert ? Quel concert ? ". Ha, oui, c'est vrai... Miss Kelley m'ennuie ! C'est son futur enfant qui sera heureux, tiens, quand elle lui susurrera ses fadaises, ses tristes ritournelles, au moment délicat du coucher sous berceuse... J'en reviens presque à regretter les morceaux fadasses précédemment envoyés par le groupe de nordiques talentueux qui accompagne désormais Howe Gelb au cours de ses " Globe " pérégrinations.



" IL " traverse la salle sous casquette, " IL " s'empare d'une guitare, pince une ou deux cordes, et c'est... Parti ! L'avantage, quand on ne fait pas de " set-list ", c'est qu'on est libre de se lancer au débotté, de se comprendre (ou pas !) d'aller où bon vous semble, de suivre ses envies...
Le problème, quand on ne fait pas de " set-list ", c'est que l'on peut parfois se sentir très seul, lorsque les autres tardent à entrer dans la danse, comme Anders Pedersen (guitares, slide, chœurs) ce soir... Au tout début.



La guitare crisse néanmoins de perçant, les pédales d'effet attendent patiemment leur tour, sagement rangées aux pieds du maître, frétillant d'impatience sonique. " L'amour est absolu... " chante notre homme, avant que d'enchaîner illico sur un déluge de sons sous obédience Neil Young : une " Bruitiste Lapsteel Attack " qui se colle à l'épiderme, noyée bientôt sous les accords d'un Rockabilly hargneux, à même de faire grincer les genoux des premiers rangs. Il commence, il lance un accord ( Out There ) et les autres suivent, c'est comme ça, c'est rodé, assumé, envoyé et... Pesé !
Aïe ! La Lonna Blonde refait son apparition, tandis que je me mets malgré-moi à chanter Mystery Train sur le morceau envoyé avec ferveur par le groupe, mais que je tarde néanmoins à reconnaître ( Miss ). Tiens, si je collais mon médiator sur le corps de la guitare à l'aide de ma salive, comme lui, chez-moi, à la " casa ", je serais vite prié d'aller faire mes saletés ailleurs, mais pas LUI, pas Howe, non : " T'as vu le coup du médiator... C'est la classe ! " (me glisse mon voisin de poutre, mon copain, mon poteau).



Sur Pitch And Sway , le doigté de piano s'invite à la fête (triste) nimbé d'un soupçon de Riders On The Storm ( Doors ). Une fille lit au fond, paisible, assise au coin du bar. C'est en LA regardant que LUI me semble soudain fatigué : il ne LA voit pas mais IL durcit pourtant le ton - dissonance, quand tu nous tiens ! - et le piano l'appelle finalement pour une toute petite pluie fine de notes (sale économe, va !).



Le quatuor vire au trio jazz sous lumières tamisées, contrebasse de Thoger T. Lund en proue et roulements de Toms en sus : pourquoi est-ce qu'on les a pas appelées Tims, au fait, ces peaux tendues sous baguettes ? Ou bien John, comme le Convertino d'autrefois ! Tiens, ELLE baille, la fille du bar, ça ne doit pas être très passionnant, ce qu'elle lit...

Bottom Line Man réveille nos ardeurs engourdies, mâtiné de quelques phrasés de Way To End The Day . V'la que ça tourne désormais au saloon fin de route, au Ragtime de l'ouest lointain, juste avant le retour de la blonde honnie au micro pour y duettiser sur le génial Stranded Pearls , l'une des perles du magnifique Provisions (sorti en septembre dernier) . Si LUI est crédible en Lee ( Hazlewood ) ELLE ne l'est pas en Nancy ( Sinatra ) pas même en Campbell (Isobel) et c'est Can Do qui remet fort opportunément les pendules à l'heure.



Un sommet s'avance afin de clôturer le set de somptueux - Increment Of Love - " IL " a crié " Maman ! " juste avant que les médiators ne se tendent, que les cordes ne déchirent la pulpe des doigts d' Anders soutenues par l'immense réservoir à sons : la guitare semble devoir avaler un évier d'acier en fusion cette fois (c'est MA vision du son en question !) et elle renâcle, la traîtresse ! " IL " reprend alors la main : il aime ses propres sons, s'en nourrit, en sourit d'aise, ce pervers polymorphe...
C'est Tom Morello ( Rage Against The Machine ) qui s'en vient zoner sur Tucson , tandis que la " fille " crie sans crier gare, à s'en faire péter les cordes, dans le plus pur rôle de la sirène (et non l'inverse !).
" IL " présente ses pairs, satisfait : " putain, ce sont des Danois ces ricains ! Moi qui croyais qu'ils étaient Norvégiens ! " (me lance alors un neurone plus fatigué que les autres...).



Le rappel est tendu de Shiver . Cette fois, la guitare vient d'accoucher d'un violon (ou bien, elle l'a avalé) et ce violon crisse tout au fond des " pavillons ", le chaos est là, tout à côté, à deux pas...... À l'étage, trois ou quatre courageux s'enfument paisiblement le poumon derrière vitre, persuadés que c'est nous qui nous trouvons de l'autre côté !
C'est au tour du Ring Of Fire de Johnny ( Cash ) d'être balancé à l'ancienne, relooké de frais, " rockabilly-sé ", emporté sur les cimes lointaines et enfiévrées des fécondes fifties.



Nous étions, 1, 2, 3... 20, 21... 33, 36... Euh, au fait, c'est mauvais signe, quand on PEUT compter les autres à voix haute ? LA fille au journal est partie au beau milieu de Ring Of Fire , elle ne mérite donc pas d'être comptée, ha, non mais ! Pas plus que les absents du soir ne seront un jour excusés, n'y comptez pas - quels que seront leurs mots, mensonges, raclements de gorge, ou balbutiement gênés - ce qu'ils ont manqué, nous le garderont à jamais enfermé en un coin de matière : grise, sombre, anthracite, comme le T-shirt du gars Gelb en question...

> Réponse le 16 février 2009, par Magic

Un concert super top ! Trop peu de monde mais de la zique soignée, pêchue, des fois envoûtante... Super chronique, c'était vraiment comme ça. comme pour les Stranglers aussi. Merci  Réagir


Giant Sand : les dernières chroniques concerts

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 31/05/2015
Après une édition 2014 de rêve, il fallait absolument revenir au This Is Not A Love Song Festival, dont la troisième édition se tenait fin mai à Paloma, à Nîmes, pour... La suite

Giant Sand (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Giant Sand (This Is Not A Love Song Festival 2015) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 30/05/2015
Toujours classe et immanquable en live (car assez rare chez nous... ), le Giant Sand d'Howe Gelb a donné un des meilleurs concerts du This Is Not A Love Song Festival dans la... La suite

Howe Gelb + TD Lind en concert

Howe Gelb + TD Lind par Pierre Andrieu
Maroquinerie, Paris, le 13/02/2012
Grande soirée country folk blues rock le lundi 13 février, à la Maroquinerie, avec TD Lind en première partie, pour un superbe set en solo à la guitare sèche, à l'orgue et à... La suite

Giant Sand feat. The Desoto Caucus, Lucie Idlout & Lonna Kelley en concert

Giant Sand feat. The Desoto Caucus, Lucie Idlout & Lonna Kelley par Chlorophil
Espace Doun - Rognes, le 03/12/2008
Howe Gelb fait partie des musiciens pour qui j'ai le plus profond respect. De ceux qui ont accompagné ma vie depuis l'adolescence. De ceux qui font que la musique typiquement... La suite

Le Poste - Galène Marseille : les dernières chroniques concerts

Gontard - Splash Macadam en concert

Gontard - Splash Macadam par Lb Photographie
Le Makeda - Marseille, le 12/02/2020
Splash Macadam. Bis Repetita. Y aura t'il quelque chose à ajouter à une chronique écrite il y a moins d'un mois sur un groupe vu en novembre ? Pas de promo d'album en vue, pas... La suite

Venus en Mars + Marie-Flore en concert

Venus en Mars + Marie-Flore par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille, le 16/01/2020
Pour être honnête ça partait mal ... rien ne me laissait penser que j'allais accrocher à la musique de cette Marie-Flore dont le portrait envahissait les rues du quartier depuis... La suite

The Bellrays + Lemon Cars en concert

The Bellrays + Lemon Cars par G Borgogno
Le Makéda, Marseille, le 19/10/2019
BELLRAYS Acte III. The Bellrays aiment Marseille. Qui le leur rend bien. C'était au moins leur troisième passage phocéen en groupe. Plus un Bob et Lisa, les deux "leaders",... La suite

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) en concert

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) par Sami
Makeda, Marseille, le 21/11/2019
Entre deux têtes d'affiche internationales du festival Tighten Up, de Puppetmastaz la veille au cabaret aléatoire à Pete Rock à la voute quelques jours après, c'est ce soir un... La suite