Accueil Chronique de concert Hooverphonic + Miro + Laetitia Sheriff
Jeudi 22 octobre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Hooverphonic + Miro + Laetitia Sheriff

la Coopérative de Mai Clermont-Ferrand 23 octobre 2001

Critique écrite le par

Deux minutes après mon arrivée, une jeune-femme toute timide entre en scène et commence une chanson intimiste. Laetitia Sheriff, une jeune lilloise à l'accent américain, semble toute fragile. Elle chante divinement sur des morceaux assez calmes et pas très gais, mais ça me plaît. Il faut du courage, pour se pointer toute seule avec sa guitare devant des gens qui attendent du trip-hop fm ! Ses attitudes et sa voix me rappellent Shannon Wright, une américaine qui avait fait la première partie de Calexico et qui va revenir jouer ici avant Pinback. Elle a une voix très émouvante et très puissante, mais elle s'en sert avec parcimonie, sans nous infliger des envolées démonstratives. Laetitia Sheriff s'accompagne de manière minimaliste avec une basse, une guitare sèche ou une guitare électrique. En plus d'être talentueuse, elle est très souriante et chaleureuse avec le public. Prometteuse, Laetitia Sheriff est d'ailleurs bruyamment acclamée à sa sortie de scène...

C'est vraiment la soirée des artistes solo : Miro arrive tout seul avec sa guitare. Il porte des lunettes, ce qui explique son nom de scène. Bravo pour l'autodérision. Miro a un physique à la Mark Oliver Everett, le chanteur-compositeur d'Eels ; nous n'avons pas affaire à une sorte de Bernard Lavillers de retour d'un safari dans la jungle stéphanoise. La voix aiguë et la manière de composer du Monsieur font très fortement penser à Matthieu Chédid alias -M-. Ses chansons sont marrantes et douces-amères, il fait participer le public à la moindre occasion et n'hésite pas à parsemer ses compositions de refrains à base d'onomatopées rigolotes et suraiguës. Miro a un talent indéniable pour rendre intéressantes et drôles des petites histoires de la vie de tous les jours. Son "tube" dont le refrain fait "je m'appelle Billy et je suis funky", remporte un triomphe mérité. Les gens ont le sourire, la vie est belle, il fait beau, tout le monde est gentil, j'aime beaucoup ce que vous faîtes.
Des applaudissements hystériques réclamant un rappel saluent la fin du show, mais pour cause de timing, Miro ne reviendra. Ce chanteur bizarre a enchanté tout le monde, sauf Christophe C., qui le trouve trop gai.

Après Stereophonics et Peter Phonix, please welcome on stage HOOVERPHONIC from Belgium ! Ces quatre belges pratiquent un trip-hop assez commercial mais, il en faut pour tous les goûts, et comme disait Daniel Balavoine : "c'est sur scène que tout se joue !". D'entrée, ça m'énerve : une intro de 5 minutes où les musiciens jouent pendant que la chanteuse se prépare dans les loges. Quand elle arrive, c'est le triomphe chez les auditeurs de NRJ : les arrivées de star autoproclamées ça marche encore, dommage ! Il faut reconnaître que cette jeune-femme a un physique fort avenant. Elle bouge de manière sensuelle et il me semble qu'elle est un peu moulée dans sa robe. Elle est canon et elle le sait : elle en rajoute des kilos dans son jeu de scène et dans ses gestes. Elle a une très belle voix certes, mais ça tourne un peu à la démonstration. On pense à Hélène Ségara voire à Céline Dion. De plus, la demoiselle est accompagnée par une dream team musicale : Richard Clayderman aux claviers sirupeux, un guitariste à lunette de star pas très sobre , une sorte de Matt Sorum - le batteur de Guns ‘n' roses à la finesse légendaire -, et par un bassiste drôle faisant penser à Arno dans ses interventions (il a un accent belge à couper au couteau suisse).
La musique d'Hooverphonic n'est pas franchement désagréable mais elle manque cruellement d'originalité et de sobriété... "Mad about you" rappelle même fortement "Seven seconds" de Neneh Cherry. Ils ont écouté assidument Massive Attack et Portishead, on peut même dire que ça les a marqués ! Hooverphonic, c'est de la musique de Bobo sans aspérité, trop policée. A signaler : les ballades au piano où Richard Clayderman nous inflige des musiques d'une platitude et d'une niaiserie sans nom. Les gens sortent les briquets et applaudissent à tout rompre, un comble ! Il faut admettre que les Hooverphonic sont souriants, contents de jouer et parfois drôles ! Pendant un slow, ils font une pause de 2 minutes pour mettre mal à l'aise et permettre à quelques spectateurs de hurler "je t'aime" à la chanteuse.
Du coup, en rappel, après un discours hilarant du bassiste, ils jouent une version instrumentale de "Je t'aime moi non plus" du grand Serge. Plus tard, ils font monter sur scène et chanter (faux) une jeune fille qui ne demandait qu'à rester dans le public. Nos amis belges reviennent trois fois, ce qui permet à la chanteuse de refaire des entrées de star. Ils jouent leur premier tube "Rovers" et terminent le show par une version de "Mad about you" au piano avec qui vous savez derrière.
Sympathique et convivial, le groupe Hooverphonic devrait chercher un peu plus à se démarquer au lieu de vouloir séduire MTV, NRJ et caetera...


Hooverphonic : les dernières chroniques concerts

Hooverphonics par Lili
Lille, LE SPLENDID, le 26/10/2001
Ambiance feutrée où les messages passent vite et sont forts. La salle est toute petite, un peu pourav mais c'est intime et il y a comme un lien magique entre le public et l'artiste. C'était vraiment terrible. La suite

LoOp + Hooverphonic par Hum !
Moulin - Marseille, le 16/10/2001
Deuxième passage au Moulin des Hooverphonic en moins d'un an il me semble. Un peu plus de monde que la dernière fois me semble-t'il, même si contrairement au concert de Daïpivo pour ne citer que le dernier vu ici, le balcon était fermé. En première partie, le Moulin avait eu la bonne idée de nous programmer les marseillais de LoOp. Il s'agit... La suite

Hooverphonic par Pf3
paris Elysée Montmatre, le 04/10/2001
Une première partie super zen (guitare et voix) avec un public peu attentif, dommage. Le concert en lui même fut très bien : j'ai découvert la sono très agréable de l'élysée Montmatre. La chanteuse a un charisme indéniable et sa voix est parfois d'une intensité exceptionnelle. 4 rappels, une version de 'Mad about you' juste... La suite

Hooverphonic + Badmarsh + Buddha par Anthony
Moulin - Marseille, le 03/02/2001
Le concert "hooverphonics" sam/soir, sans oublier la 1ere partie était très bon. En plus ça m'a permis de découvrir la salle du moulin.Le charisme de la chanteuse n'a pas fait oublier l'ensemble très maitrisé de guitares, rythmiques langoureuses et lancinantes ...donc soirée réussie ! La suite

Laetitia Sheriff : les dernières chroniques concerts

Boy and the Echo Choir + Laetitia Sheriff + Elysian Fields en concert

Boy and the Echo Choir + Laetitia Sheriff + Elysian Fields par Chlorophil
Espace Doun - Rognes, le 23/10/2010
Les concerts de l'espace Doun sont de plus en plus rares, mais comme beaucoup de choses rares (pas toutes, mais là, oui), ces concerts ont tendance à devenir de plus en plus... La suite

Laetitia Sheriff - Pierre Bondu - Mobiil en concert

Laetitia Sheriff - Pierre Bondu - Mobiil par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 26/11/2004
Gentiment invité à ce concert, j'y suis allé sans connaître ces artistes autrement que de nom. Pas de chance pour eux, dans le registre chanson française, le père Miossec est de... La suite

Feist + An Pierlé + Laetitia Shériff + Nouvelle Vague + OMR (Festival de Sédières 2004) par Pierre Andrieu
Grange du château de Sédières, le 22/07/2004
Le festival de Sédières 2002 et particulièrement les prestations réussies de Joseph Arthur, Hawksley Workman, Tindersticks, The Notwist, Miossec et Dominique A nous laisse un souvenir impérissable, celui de 2003 (annulé à cause du conflit des intermittents) est déjà oublié, place au festival 2004 et à son affiche de qualité et très fournie (7... La suite

Jeanne Balibar + Laetitia Shériff (Printemps de Bourges 2004) par Pierre Andrieu
Théâtre Jacques Coeur, Bourges, le 22/04/2004
Quand les femmes s'en mêlent, on ressort tout "chose" du Théâtre Jacques Cœur... Laetitia Shériff et Jeanne Balibar, les deux charmantes chanteuses qui se sont succédées sur les planches au cours de cette soirée ont séduit par leur beauté et par leur musique, pourtant assez différentes. Avec Codification, son premier album qui vient tout... La suite

Miro : les dernières chroniques concerts

Miro par gilles
La Maroquinerie - Paris, le 26/10/2007
concert magique !! et dire que j'ai failli ne pas y aller.. Miro est à présent en trio sur scène avec un mystérieux guitariste et une wonder batteuse.. j'avais été scotché y'a 3 ans à peu près quand il était seul avec ses machines et là c'est différent, plus rock mais encore plus fort je trouve ! et en rappel plusieurs invités dont manu eveno (de... La suite

Indochine, The Cure, Miro, Benabar, Yann Tiersen, Saez, Noir Désir + ... par Nicolas Leroux
Paleo Festival de Nyon 2002, le 28/07/2002
25 juillet : Je commence ce sympathique festival par la grande scène et Indochine, ces vétérans du rock français nous livrent un concert honnête, bien que je ne sois pas fan de leurs dernières compositions, mais c'est toujours très sympa d'entendre "l'aventurier" en live... sympa. Je passe ensuite par les Cure, je suis placé assez loin de la... La suite

Miro par Christophe
New Morning, Paris, le 10/06/2002
Miro est un petit bonhomme mal dans sa peau... comme Cobain ou Lou Reed.. Sa musique c'est sa tête et c'est génial. Le New morning est une salle minuscule voire intime. Concert à 20h30 sortie à 11h15... Miro a fait 2h30 de concert!! Et malgré son immense talent , il est timide... mais il fait rire... il hésite mais il joue génialement bien... La suite

la Coopérative de Mai Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) en concert

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) par Didlou
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/03/2020
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la Coopérative de Mai, vingt ans ça se fête et la salle clermontoise sait le faire avec plein de concerts à l'affiche (IAM, Mustang, Iggy Pop,... La suite

Pomme (Les Failles Tour) en concert

Pomme (Les Failles Tour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/02/2020
Grande Coopé quasi complète pour la pétillante et mélancolique Pomme, venue présenter de manière touchante, drôle et assurée son très beau deuxième album d'obédience chanson folk,... La suite

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite