Accueil Chronique de concert Justine & Ben + Emily Jane White
Vendredi 15 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Justine & Ben + Emily Jane White

Justine & Ben + Emily Jane White en concert

Poste à Galène - Marseille 24 octobre 2008

Critique écrite le par

Le concert de ce soir semblait attendu au vu de la nuée de photographes déjà incrustés sur le devant de la scène, et d'une chronique rédigée une demi-heure à peine après la fin du concert (..). Je vous prie donc de bien vouloir excuser la lenteur de ma plume, mais hein, entre relents week-endesques et digestion du concert, on fait ce qu'on peut. Bwef.

Donc les appareils photos crépitent -d'ailleurs certains iront même jusqu'à se plaindre du bruit.. excusations pour ces mutilés de guerre échoués en pleine anarchie (ouh)- et la première partie investit les planches. Justine et Ben , avec sa chanteuse ‘baby doll' dont la voix parlée frôle le micro de manière quasi inaudible (moi aussi je suis une mutilée de guerre des tympans). Lorsqu'elle se met à chanter, on découvre une jolie voix acidulée, fragile, qui se module haut dans l'aigu à la manière hésitante et délicate d'une Jane Birkin sans accent.



Quant aux accompagnateurs, un bassiste stoïque, un gratteux avec sa panoplie impressionnante de pédales à effets, ainsi qu'un batteur armé d'une batterie ( !) et d'un mac en accessoire smart, ils forment un ensemble assez hétéroclite de musiciens-geeks qui, sous couvert de mélodies chaloupées teintées de folk jazzy, s'en donnent à cœur joie dans l'expression débridée -parfois même jouissive- de leur instrument personnel, quitte à inquiéter nos chers tympans avec des solos de guitar hero ou de percussions expérimentales. Et là dessus, notre petite chanteuse avec ses trois accords d'une belle guitare folk et sa maladresse touchante. Curieux.



Quand Emily Jane White et ses musiciens montent sur scène, franchement on n'est pas très rassurés. Il est 10 heures passés, la lumière tamisée et la bière bulleuse flouent quelque peu le regard. Mais on voit bien qu'ils tirent la tronche, là haut sur la scène, les musiciennes engoncées dans des panoplies improbables de ménagères préparant une réunion tupperware, et le contrebassiste tout fier d'exhiber son gros instrument tipexé (tipexé : nom masculin américano-marseillais désignant l'art kitschissime et le geste inconscient de recouvrir une surface, aussi précieuse soit elle, d'une couche blanche et grumeleuse de tipex), tipexé donc, d'un imposant ‘no war' souligné d'un cœur et d'un tas de hiéroglyphes indéfinissables et post-hippiesques. La première frayeur passée, je recule de quelques centimètres, bousculant le public attentif et peu compréhensif quant à mon angoisse primaire, et me positionne, professionnalisme oblige, en posture d'écoute attentive.



Emily Jane White et sa voix à la Cat Power arpège un joli folk mélancolique, dépouillé et touchant, d'autant plus qu'elle se met à sourire (si-si) et à bredouiller des requêtes de réglages sonores dans un joli français chantant. À côté d'elle, les cordistes prennent du plaisir et s'animent en un chœur bien rôdé, fragile et presque entraînant ; on aurait aimé se laisser envelopper davantage, bringuebalé dans une atmosphère sonore peut-être plus débridée. Autre petit bémol avec la pauvre violoncelliste en robe rose privée de son pendant tout le set. Perchée dans sa bulle, Emily ‘Harvey' ferme les yeux, troque sa guitare contre un clavier, continuant de sourire. "Vous n'êtes pas comme les parisiens", nous confie-t-elle, ravissant l'orgueil marseillais du Poste à Galène .



Deux rappels enthousiastes ré-apprivoisent ces faux américains de San Francisco, "away from home", preuve qu'avec leur douce humilité, ils sont parvenus à nous contaminer leur tendre home sickness "you can hear the whistle blow a hundred miles"..



Photos : Adeline F.

> Réponse le 07 novembre 2008, par Pirlouiiiit

A force de ne lire que des belles choses a propos de Emily Jane White sur ce concert et les précédents/suivants dans les autres villes je me sens oblige d'apporter un petit bemol ... et de dire que certes Emily Jane White a une très jolie voix (comme Alena Diane) et de jolies chansons mais que pendant son concert (comme pendant celui de Alena Diane) je n'ai pas ressenti grand chose ... J'ai un peu l'impression en ce moment qu'on "nous sort" une chanteuse folk a jolie voix tous les mois (je pourrais dire la même chose des groupes hippy folk foutraque genre Coming Soon ou Moriarty) et que même si c'est souvent très bien fait l'émotion n'est pas forcement au rendez vous ... en tout cas pas autant que ce que je peux lire çà et la ...   Réagir


Emily Jane White : les dernières chroniques concerts

Entretien avec Emily Jane White à l'occasion de la sortie de son album Blood/Lines et de sa tournée 2013/2014 en concert

Entretien avec Emily Jane White à l'occasion de la sortie de son album Blood/Lines et de sa tournée 2013/2014 par Pierre Andrieu
Paris, le 18/10/2013
Après avoir sorti coup sur coup trois excellents albums - Dark Undercoat (2008), Victorian America (2009) et Ode To Sentience (2010) - pour lesquels elle a souvent rendu visite... La suite

Emily Jane White en concert

Emily Jane White par Ysabel
Poste à Galène - Marseille, le 23/11/2010
Les musiciens de la belle Emily prennent place tranquillement, devant un public détendu, qui papote un verre à la main. Tout cela se fait en toute simplicité ... Comme souvent au... La suite

Emily Jane White en concert

Emily Jane White par Lebonair
L'européen - Paris , le 16/11/2010
Emily Jane White vient tout juste de sortir son 3ème album en trois ans, le délicieux "Ode To Sentence". A cette occasion, Emily est venue chanter deux soirs dans cette jolie... La suite

Emily Jane White + Our Broken Garden en concert

Emily Jane White + Our Broken Garden par Pierre Andrieu
L'Européen, Paris, le 16/11/2010
Jolis instants intimistes avec Emily Jane White et Our Broken Garden dans la très cosy salle de L'Européen à Paris, à deux pas de la Place de Clichy... Et ce dans une ambiance... La suite

Poste à Galène - Marseille : les dernières chroniques concerts

Gontard - Splash Macadam en concert

Gontard - Splash Macadam par Lb Photographie
Le Makeda - Marseille, le 12/02/2020
Splash Macadam. Bis Repetita. Y aura t'il quelque chose à ajouter à une chronique écrite il y a moins d'un mois sur un groupe vu en novembre ? Pas de promo d'album en vue, pas... La suite

Venus en Mars + Marie-Flore en concert

Venus en Mars + Marie-Flore par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille, le 16/01/2020
Pour être honnête ça partait mal ... rien ne me laissait penser que j'allais accrocher à la musique de cette Marie-Flore dont le portrait envahissait les rues du quartier depuis... La suite

The Bellrays + Lemon Cars en concert

The Bellrays + Lemon Cars par G Borgogno
Le Makéda, Marseille, le 19/10/2019
BELLRAYS Acte III. The Bellrays aiment Marseille. Qui le leur rend bien. C'était au moins leur troisième passage phocéen en groupe. Plus un Bob et Lisa, les deux "leaders",... La suite

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) en concert

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) par Sami
Makeda, Marseille, le 21/11/2019
Entre deux têtes d'affiche internationales du festival Tighten Up, de Puppetmastaz la veille au cabaret aléatoire à Pete Rock à la voute quelques jours après, c'est ce soir un... La suite