Accueil Chronique de concert Karlos y su descarga
Mercredi 2 décembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Karlos y su descarga

El Ache de Cuba, Marseille 22 novembre 2003

Critique écrite le par

Etant désormais habitué des lieux le vendredi, je me suis laissé tenter par ce concert d'un genre auquel je ne suis pas familier, mais qui reserve souvent des bons moments, comme Africando à la dernière fiesta des suds.

Ce groupe est composé d'un chanteur guitariste Colombien, d'un Argentin et d'autres musiciens bien de chez nous.
Ils jouent principalement des standards du genre, que ce soit de la salsa ou de la cumbia, en trois parties assez longues (de 23h a 1h quand même...) avec entre autres joyeusetés une reprise bilingue et réussie de "L'Auvergnat" de Brassens.

Pas besoin de savoir danser pour bien s'amuser, même si la salle accueille des pros du déhanché qui n'ont pas manqué d'installer très vite une bonne ambiance qui contrastait avec la lourdeur du quartier encerclé par les flics.
Bref c'était la fièvre du samedi soir, l'exotisme en plus. Dépaysant et recommandé.

 Critique écrite le 23 novembre 2003 par Sami


El Ache de Cuba, Marseille : les dernières chroniques concerts

Isaya + Gaïo en concert

Isaya + Gaïo par Pirlouiiiit
El Ache de Cuba - Marseille, le 11/12/2010
la fin de l'année approche et je n'ai toujours pas mis les pieds à El Ache de Cuba ! En fait je réalise que je n'y suis jamais rentré tout court alors que dans mon souvenir le... La suite

Centaure en concert

Centaure par Mcyavell
El Ache de Cuba - Marseille, le 27/01/2012
El Ache de Cuba, un lundi soir. Un slameur s'exprime au centre de la pièce. Ce n'est clairement pas l'affluence des jeudis (concerts jazz suivis de la toujours savoureuse Jam... La suite

Dj Sami : Soirée 'Dance to the Underground' par loran
El Ache de Cuba, Marseille., le 07/11/2003
Inutile de présenter Sami aux habitués de Concertandco...Pour les autres, sachez que notre homme, activiste passionné (et régulièrement passionnant), s'est lancé dans un défi d'envergure, voire une gageure: sortir Marseille de sa paresse musicale (le quasi-monopole du reggae et autres musiques festives, avec tout le respect dû à ces formes... La suite