Accueil Chronique de concert Festival Les Inrocks 2013 : Laura Mvula, AlunaGeorge, Christine and The Queens, Mø
Dimanche 7 mars 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Festival Les Inrocks 2013 : Laura Mvula, AlunaGeorge, Christine and The Queens, Mø

Festival Les Inrocks 2013 : Laura Mvula, AlunaGeorge, Christine and The Queens, Mø en concert

La Cigale, Paris 10 Novembre 2013

Critique écrite le par



18H45 - 19H15 : MØ

La jeune danoise faisait, à l'occasion de cette soirée, l'un de ses tout premiers (si ce n'est le premier) concerts en France, alors qu'elle est en train de creuser doucement mais sûrement son sillon dans la hype mondiale, déjà chouchoutée par Pitchfork et Les Inrocks, entre autres. Avec son image de punkette pop gentiment irrévérencieuse et ses productions joliment bigarrées (comme XXX 88, pour lequel elle s'est attaché les services de Diplo, figure centrale du projet Major Lazer), la jeune chanteuse de 25 ans commence à faire sérieusement parler d'elle et c'était donc le bon moment pour la voir sur scène. Pour son public, l'artiste ne ménage pas ses efforts, proposant un show très énergique, entourée de trois musiciens (batterie, basse et MPC/programmations), qu'elle n'hésite pas à quitter à plusieurs reprises pour descendre dans la fosse.

Sa production live rend bien justice aux versions studio de ses morceaux, dont ses premiers "tubes" comme Waste Of Time. Sa pop tonique offre une remarquable entrée en matière à la soirée. Il faudra suivre de près ces prochains mois.




19H30 - 20H05 : CHRISTINE AND THE QUEENS

On avait déjà aperçu Christine And The Queens au Nouveau Casino il y a quelques mois et Héloïse Letissier (de son vrai nom) y avait proposé un set plutôt sympathique, sans plus. Force est de constater que la jeune Française a beaucoup progressé en peu de temps !

Arrivant sur scène entourée de deux danseurs, vêtue d'une veste argentée, on remarque d'entrée que, malgré le dénuement presque complet de la scénographie, elle a véritablement pensé sa mise en scène et parvient à occuper l'espace sans presque aucun instrument (seule une percussionniste fait des apparitions ponctuelles) ou accessoire.


Christine And The Queens


Elle noue de même une vraie complicité avec le public, sans presque jamais lui parler. Ses mimiques et ses chorégraphies, pas dénuées d'autodérision, sont plus efficaces que des mots pour tisser ce lien. D'une manière générale, la jeune artiste apporte beaucoup d'humour sur scène, sans pour autant jamais tomber dans le sketch ou le numéro comique.

Musicalement, on apprécie une pop entêtante, quoique pas très originale, qui se révèle beaucoup plus forte en français qu'en anglais, la langue de Shakespeare étant pourtant beaucoup plus utilisée par la chanteuse, à qui il suffirait de s'entourer de quelques auteurs bien choisis pour franchir un véritable palier dans sa proposition artistique.


Christine And The Queens


Enfin, on ne peut s'empêcher de remarquer pas mal de points communs avec une autre chanteuse : Camille, de dix ans son aînée. Si une certaine ressemblance physique existe, le parallèle se retrouve aussi dans le bagage intellectuel des deux artistes (Sciences Po pour la plus âgée, l'ENS pour la plus jeune), peut-être à l'origine de ce recul et de ce sens de l'autodérision qui les caractérisent toutes deux.

Il y a bien-sûr encore beaucoup de chemin à faire pour Christine And The Queens, mais la progression affichée ces derniers mois est si fulgurante qu'on peut raisonnablement attendre beaucoup d'elle dans les temps à venir, et notamment sur scène, où elle semble si bien maîtriser son art.


Christine And The Queens


20H35 - 21H25 : ALUNAGEORGE

Très rare sur les scènes françaises (depuis une première apparition lors de l'édition 2012 du festival Pitchfork, ses passages chez nous se comptent sur les doigts d'une seule main), le duo le plus brûlant de la scène britannique a réussi un exploit qu'on croyait impossible il y a un an encore : rendre à nouveau le RnB sexy et branché.

AlunaGeorge, c'est le feu sous la glace : le feu de la voix voluptueuse et des déhanchés lascifs de la liane Aluna Francis, sous la glace des productions électroniques désincarnées de George Reid. Le contraste entre les deux artistes est frappant visuellement, et il se retrouve aussi dans la production musicale du groupe, à la fois décharnée et incroyablement charnelle.


AlunaGeorge


Le duo britannique est sans aucun doute l'une des grandes révélations de ces derniers mois et on avait donc particulièrement hâte de voir ce que cela pouvait donner sur scène. On n'était manifestement pas les seuls, au vu du remplissage d'une Cigale pleine à craquer. Sans surprise, Aluna Francis, magnétique et extraordinairement sensuelle, capte la lumière et tous les regards. Derrière ses machines, George Reid semble lui ne presque plus la voir, concentré sur les sons qu'il lance.


AlunaGeorge


Derrière eux, un batteur et un bassiste viennent occuper le reste de la scène et donner plus d'épaisseur et de relief aux compositions du duo, qui prennent ainsi des accents plus rock et un peu moins synthétiques. Pourtant, hormis ce détail de forme, les titres sont très (trop) proches des versions studio, à l'exception notable de White Noise (dont la prod originale n'est pas d'eux, mais de Disclosure) qui se voit paré d'atours hip hop pas nécessairement très réussis, hormis sur le refrain, énorme et qui fait se déchaîner le public comme il n'en avait pas encore eu l'occasion depuis le début de la soirée.


AlunaGeorge


On voit passer la plupart des tubes, de Just A Touch à Your Drum, Your Love, qui clôture le set, en passant par Attracting Flies, mais aussi certains des excellents morceaux de l'album "Body Music", comme Superstar, Lost & Found et Best Be Believing.

Dans l'ensemble, la production du duo est de très bonne facture, bien qu'elle peine à transcender l'album, hormis par la captivante présence sur scène d'Aluna...


AlunaGeorge


21H50 - 22H40 : LAURA MVULA

Aperçue à Rock en Seine il y a tout juste deux mois, la soulwoman Laura Mvula nous avait laissés sur une impression mitigée et une certitude : il faudrait la revoir dans un contexte plus propice. Et en effet, sa production musicale ne se prête pas du tout au cadre électrique d'un grand festival de plein air.

Dans l'écrin feutré de La Cigale, on la retrouve envoûtante (l'inédit Let Me Fall) et très douce (She) pour un début de set plein de charme. La chanteuse est alors assise derrière son clavier, parmi ses musiciens (harpe, batterie, basse, violon et violoncelle).


Laura Mvula


C'est ensuite à l'émotion qu'elle fait place, avec des titres comme Sing To The Moon et son refrain entêtant, Father, Father et son interprétation déchirante, ou encore le très beau Is There Anybody Out There?, qui finit sur une sympathique reprise du One Love de Bob Marley, chantée en duo avec le public et qui fait une belle transition vers le troisième temps du concert.

Pour ce dernier acte, Laura Mvula choisit de laisser les spectateurs sur une note plus chaleureuse avec un peu de rythme et elle prend le devant de la scène pour interpréter notamment le très bon That's Alright qui, avec son swing irrésistible et son refrain qui vous emporte dans un souffle, met le feu en conclusion du set, pour ouvrir la voie à une superbe ovation en guise de rappel.


Laura Mvula


Si l'on était bien obligé de concéder (à contrecœur) que le concert à Rock en Seine était un peu barbant, on est heureux de constater que c'était bien un problème de contexte, la prestation de Laura Mvula dans le cadre intimiste de La Cigale se révélant tout à fait captivante, et finalement trop courte.

Bien qu'on puisse regretter la nette prédominance de morceaux au tempo lent, tout en douceur et en émotion, au détriment de titres plus gais et entraînants, on ne peut qu'admirer la subtilité et la grâce des fragiles arrangements qui viennent auréoler la voix ensorcelante de la chanteuse. Avec son sens inné de la musicalité, Laura Mvula est déjà une très grande artiste qui, à 26 ans à peine, semble avoir vécu mille vies...


Laura Mvula

Festival Les Inrocks : les dernières chroniques concerts

Pulp + Tristesse Contemporaine (Festival Les Inrocks 2012) en concert

Pulp + Tristesse Contemporaine (Festival Les Inrocks 2012) par Pierre Andrieu
L'Olympia, Paris, le 13/11/2012
PULP, THIS IS HARDCORE Concert orgasmique du groupe anglais Pulp à l'Olympia de Paris, à l'occasion de la soirée de clôture du Festival Les Inrocks 2012... 21 ans après sa... La suite

Granville + Jesus Christ Fashion Barbe + The Lanskies (Festival les Inrocks 2012) en concert

Granville + Jesus Christ Fashion Barbe + The Lanskies (Festival les Inrocks 2012) par Pierre Andrieu
La Boule Noire, Paris, le 11/11/2012
Dimanche 11 novembre 2012, 15 heures 30, on se rend avec joie et allégresse à un fort sympathique concert à la Boule Noire (Paris) dans le cadre du festival Les Inrocks : une... La suite

Benjamin Biolay (featuring Orelsan, Jeanne Cherhal et Gesa Hansen) + Yan Wagner (Festival Les Inrocks 2012) en concert

Benjamin Biolay (featuring Orelsan, Jeanne Cherhal et Gesa Hansen) + Yan Wagner (Festival Les Inrocks 2012) par Pierre Andrieu
La Cigale, Paris, le 11/11/2012
Dimanche 11 novembre 2012, avant dernier soir à Paris pour le Festival des Inrocks (non, on ne citera pas le sponsor ! ) - il reste encore le grand final avec les géniaux... La suite

Festival Les Inrocks 2012 : Alabama Shakes + Michael Kiwanuka + Willy Moon en concert

Festival Les Inrocks 2012 : Alabama Shakes + Michael Kiwanuka + Willy Moon par Fredc
La Cigale, Paris, le 10/11/2012
Willy Moon WILLY MOON Déjà aperçu très brièvement (un petit quart d'heure à peine) à la Flèche d'Or il y a quelques mois, le jeune surdoué néo-zélandais Willy Moon, signé... La suite

Christine And The Queens : les dernières chroniques concerts

Christine and the Queens, Charlotte Gainsbourg, Twenty One Pilots, Les Cowboys Fringuants, Kind et Kindy Zoo, Billie Bird, Pierce Brothers, Muddy Monk, Tash Sultana (Paléo Festival 2019) en concert

Christine and the Queens, Charlotte Gainsbourg, Twenty One Pilots, Les Cowboys Fringuants, Kind et Kindy Zoo, Billie Bird, Pierce Brothers, Muddy Monk, Tash Sultana (Paléo Festival 2019) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 23/07/2019
Kind et Kindy Zoo De retour au Paléo Festival à Nyon en Suisse... Cette année c'est la 44ème édition. Autant dire que tout est réglé comme du papier à musique suisse ! Le... La suite

Christine And The Queens (Festival Musilac 2015) en concert

Christine And The Queens (Festival Musilac 2015) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 12/07/2015
Elle traverse l'espace jusqu'aux escaliers menant à la scène, haletante. Elle respire un grand coup. La pression est immense. 30 000 personnes l'attendent. Ses danseurs... La suite

Les Francofolies de la Rochelle 2014 : Christine And The Queens  en concert

Les Francofolies de la Rochelle 2014 : Christine And The Queens par Lebonair
La Chapelle Fromentin, La Rochelle, le 14/07/2014
Lundi 14 juillet 2014, c'est la dernière journée des Francofolies. Après le mauvais temps si frais, si gris de la veille, c'est le retour du soleil et de la chaleur avec un... La suite

My Brightest Diamond + Christine and The Queens (Festival Les Femmes S'en Mêlent 2012) en concert

My Brightest Diamond + Christine and The Queens (Festival Les Femmes S'en Mêlent 2012) par Pierre Andrieu
L'Alhambra, Paris, le 29/03/2012
Un concert éblouissant de classe et ébouriffant de versatilité, voilà ce qu'a offert Shara Worden aka My Brightest Diamond au public tout retourné - on le serait à moins... La suite

La Cigale, Paris : les dernières chroniques concerts

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) en concert

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) par Samuel C
La Cigale - Paris, le 14/12/2019
Croisé près de La Cigale, Anton Newcombe confie avant le concert de L'Épée qu'il n'arborera pas son célèbre t-shirt "Eat shit". Il l'a en effet porté la veille à l'occasion... La suite

Philippe Katerine (featuring Lomepal) en concert

Philippe Katerine (featuring Lomepal) par lol
La Cigale, Paris, le 16/12/2019
On ne savait pas vraiment à quoi s'attendre en allant voir Philippe Katerine en concert à la Cigale en ce 16 décembre 2019. En quittant la salle après 1h30 de spectacle, on n'était... La suite

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) en concert

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) par lol
La Cigale, Paris, le 14/12/2019
L'Épée, super groupe regroupant les Liminanas, la chanteuse et actrice Emmanuelle Seigner et Anton Newcombe, la tête pensante de The Brian Johnstown Massacre, défendait sur la... La suite

Ty Segall And The Freedom Band en concert

Ty Segall And The Freedom Band par Samuel C
La Cigale - Paris, le 10/10/2019
Ty Segall a investi La Cigale les 9 et 10 octobre. Il arrive sur scène à 20h30 avec sa tenue habituelle, soit un croisement entre le bleu de travail et la combinaison réalisée... La suite