Accueil Chronique de concert Lazuli + Ange
Vendredi 4 décembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lazuli + Ange

Hot-Brass Aix-en-Provence 7 Juin 2007

Critique écrite le par

Au milieu d'une route de campagne, le domaine du Hot-Brass s'étend de part et d'autre de la chaussée. Nous quittons notre voiture dans un parking rangé au cordeau, et nous pénétrons dans l'établissement : une boîte de nuit avec sa piste encaissée et ses dalles à la saturday's night fever entourée de tables basses, un bar, des écrans LCD sur chaque mur, des balcons vitrés au-dessus de la piste au travers desquels on voit des gens assis, et au plafond, de longs cheveux d'ange suspendus et une vitre qui permettra au coucher de soleil d'accompagner la première partie de soirée.

Il y a, à quelques jours près, un an, je découvrai Lazuli qui fut pour moi la révélation de l'édition 2006 du ProgSud. Après huit mois passés à attendre la sortie de leur troisième album, dont était déjà issu la majorité des titres interprétés à ce festival, ce n'est pas sans un certain enthousiasme que je retrouve cette formation dont l'originalité s'affiche rien que par les instruments qui les attendent sur scène. On y trouve vibraphone, marimba, percussions, métallophone, warr guitar (qui n'est pas une arme de destruction massive, mais un instrument apparenté au stick chapman, se présentant comme une basse au manche très large, et un double jeu de cordes symétrique permettant de jouer, comme au piano, accompagnement et mélodie dans un jeu en tapping à deux mains), et le plus original à juste titre, la Léode, sorte de guitare sensitive reliée à un expander midi, inventée par son interprète Claude Léonetti qui lui a donné son nom (LÉOnetti+clauDE=LÉODE).



20h45 Les musiciens de Lazuli entrent sur scène, avec en tête Dominique Léonetti. Après un amical "Bonsoir les amis", il entonne En avant doute, premier titre de l'album éponyme. Un excellent titre d'introduction, avec une atmosphère calme d'arpèges à la guitare sèche et la voix impeccable de Dominique Léonetti, qui m'avait déjà impressionné au ProgSud. L'instrumentation s'étoffe au premier refrain de notes cristallines de marimba, de violonnings de guitare et de Léode, qui donnent un côté symphonique au morceau, une ambiance William Sheller. Des battements électroniques viennent appuyer le second couplet, faisant monter l'intensité du morceau jusqu'à l'éclat de voix de "en avant doute" à vous coller la chair de poule. Le morceau explose, l'espace sonore est envahi de la puissance de toute l'instrumentation du groupe. On est littéralement submergé par la vague d'énergie libérée par Lazuli qui nous entraîne ensuite dans une espèce de vertige musical, une mélodie rapide au vibraphone et à la Léode, sur un déchaînement de percussions et de râles de guitare électrique. Dans une aspiration soudaine, la vague se retire, laissant réapparaître l'instrumentation délicate du début de morceau et son refrain symphonique. Sorte de douche écossaise, ce titre, un de mes préférés, a immergé en quelques minutes le public du Hot-Brass dans le monde créatif et inventif de Lazuli. Seule ombre au tableau (pour paraphraser un titre du groupe), le manque de fréquence basse dans le son; un son qui sera corrigé et en constante augmentation tout au court du set.



Le groupe enchaîne avec une "chanson qui parle de chansons" : chansons nettes. Petit flottement en début de morceau qui aurait pu passer inaperçu si les musiciens ne s'étaient pas trahis par de multiples échanges de regards et de sourires révélateurs. On notera d'ailleurs avec ce deuxième titre que le jeu de mot est l'un des credo de Lazuli. Laisse courir vient tromper tous les spectateurs avec sa fausse fin, le solo de guitare exécuté au vibrato venant interrompre les applaudissements précoces du public. Avec ce solo, Gédéric Byar montre l'originalité de son jeu en tirant des sonorités particulières de son instrument. Guitare,Léode et warr guitar viennent parfois à se confondre dans le jeu en violonning des trois multi-cordistes.



Film d'aurore révèle aussi le côté très visuel du groupe. L'originalité des instruments confère aux musiciens des postures très particulières, à l'image de Yohan Simeon batteur debout ou de Frédéric Juan muni de deux baguettes à chaque main devant son vibraphone. Dominique Léonetti prend des airs inquiétants, le visage seul éclairé d'une lumière blanche dans une atmosphère sombre, un peu comme s'il nous racontait une histoire d'épouvante en s'éclairant le visage d'une lampe torche. Pour ce morceau il a quitté sa guitare acoustique, et se fait doubler par Yohan Simeon au chant. Le volume sonore qui n'a pas fini d'augmenter fait maintenant vibrer le sol. Suit un hiver avec son thème d'introduction oriental et sa fin jouée en solo par Sylvain Bayol au manche imposant de sa warr guitar. Vient Mal de chien, morceau en deux parties. Première assez tranquille accompagnée d'une harmonie de guitare, Léode et warr guitar. Une sorte de bruit d' accélération de moteur sorti de la Léode amène une seconde partie instrumentale, ponctuée de coups de cymbales à deux mains du chanteur, comme le fait Thomas Fersen sur la fin de croque.



Lazuli nous conte alors Le repas de l'Ogre dont le personnage terrifiant ne vit hélas pas dans un monde de fables. L'éclairage noir et rouge écarlate reproduit l'ambiance carnassière du clip réalisé par le groupe. Dans la même veine que En avant doute, le morceau alterne douceur et énergie. Les couplets sur fond de mélodie de boîte à musique jouée au vibraphone sont rattrapés par les cris de Léode sur les refrains. Sur la fin, le morceau se déchire entre les bruitages de la Léode et la voix aigüe de Dominique Léonetti qui fond sur le micro tel un rapace les bras déployés de toute leur envergure. À un peu plus de la moitié de la prestation, le balcon est maintenant debout pour l'impasse dont les applaudissements qui suivent le morceau ne laissent pratiquement plus la place aux paroles de Dominique Léonetti. Ce dernier prendra un certain plaisir à se demander "je ne sais pas si celle-là vous la connaissez" avant que le groupe ne commence la seconde partie Capitaine coeur de miel, titre de la tête d'affiche de la soirée. Courageux de la part de Lazuli et excitant pour le public qui aura droit aux deux version du morceau ce soir. Un titre terminé par un chorus de Léode qui se substitue à la guitare de l'original, sur des gros accords en distorsion de Gédéric Byar.



La valse à 100 temps, dont les paroles pourraient être le quatrième temps et les suivants de la valse à mille temps de Jacques Brel, souligne le deuxième credo de Lazuli : le temps qui s'écoule. Un thème récurrent dans les textes du groupe, un combat de Don Quichotte qui ne laisse que des blessures superficielles si l'on sait profiter des instants simples (je m'excuse pour le raccourci auprès des auteurs). Le morceau se termine par un superbe solo de scie, aux couleurs fantomatiques, sorti de la Léode dont le surprenant éventail des sonorités semble sans limite. Toujours applaudi sans relâche, le groupe interprète Nos voix se mélangent, morceau aux allures plus pop, avec un rythme plus "batterie conventionnelle" et un refrain chanté en choeur par les musiciens. Le chorus de guitare , durant lequel Gédéric Byar transforme son instrument en sitare, ne clotûre pas le morceau : Dominique Léonetti lance seul un gimmick rock à la guitare acoustique prélude à de nouveaux chorus de Claude Léonetti et Gédéric Byar. L'arbre est ce soir dédicacé à Patrick et Sylvie. Le titre mêle sonorités tribales et sonorités électriques, duo percussions de Yohan Simeon et Frédéric Juan et chorus en distorsion de Claude Léonetti.



La fin approche, le chanteur interroge le public avec un "une autre ?", un public qui depuis quelques titres réclame une Amnésie. Une séquence électronique, pour un morceau calme et lancinant, vient satisfaire le public qui lance un "merci" en retour. Rappelé bien que Claude Léonetti signifie "nous aussi on veut voir Ange", Lazuli interprète Cassiopée, qui est pour moi leur meilleur titre. Un titre assez néo-progressif dont la deuxième partie, précédée de quelques bruitages de guitare, laisse éclater un solo de Claude Léonetti qui par la sonorité,le phrasé et l'interprétation rappelle David Gilmour sur atom heart mother : fantastique ! Le groupe ne pouvait choisir meilleur final, et même si au terme d'une prestation d'1h20 le public réclame un autre morceau, le chanteur ne pourra leur donner qu'un "une autre fois ?".

Une demi-heure pour nous rafraîchir et nous rappeler au moment de payer les boissons que ne nous sommes pas dans une salle de concert comme les autres...

22h35 Noir...Fumée...Rien...Un ange passe (facile)...Même pas...Ou alors pas celui qu'on attendait....5 minutes plus tard, re-fumée...Une bande en fond sonore...Les musiciens d' Ange viennent s'aligner un à un devant la scène pour déclamer à tour de rôle les vers de caricatures.



Une fois cette introduction théâtrale achevée, Tristan Décamps retrouve ses claviers, Thierry Sidhoum sa basse et Benoît Cazzulini sa batterie pour accompagner un Hassan Hajdi survolté à la guitare. Allant et venant sur la scène, le guitariste martèle le riff rock-heavy accrocheur d' Aujourd'hui c'est la fête chez l'apprenti sorcier affichant un enthousiasme bondissant. Le charismatique Christian Décamps, seul membre original du groupe de 1970, vient le rejoindre pour se présenter comme "l' arrière-arrière grand-père d'Harry Potter" capable, entre autres, de "transformer les flics en citrouilles", vêtu d'une toge blanche et paré d'une tétine autour du cou.



En contraste, Caroline Crozat vêtue comme un ange noir, après quelques choeurs, vient saupoudrer le chant de Christian Décamps de confettis argentés. Musique et mise en scène sont réunies pour nous plonger dans la féerie du groupe, mais un ronflement constant vient gâcher le plaisir. Heureusement le chanteur éradique l'incongru, non pas d'un coup de baguette magique, mais d'une formule peu poétique mais efficace : "c'est pas une fréquence qui va nous faire chier". Ne laissant pas de place au temps mort, Christian Décamps nous présente la protagoniste du titre suivant qui "a quitté sa bourka pour faire des ricochets très loin". Il installe une ambiance plus calme avec sa guitare folk. Caroline Crozat vient chorégraphier les paroles ricochets, s'agenouillant devant le bassiste ou dessinant des ronds dans l'air. Hassan Hajdi en guitariste inspiré, fait planer son chorus les yeux fermés.



Retour à l'énergie et aux essences du rock progressif avec histoire d'outre-rêve qui débute par une introduction très jazz-rock. Le morceau aux multiples mouvements s'achève par des vocalises poignantes et déchirantes de Caroline Crozat. Une petite histoire d'un point d'interrogation précède les cocottes funkies et le son des claviers 80's de vu d'un chien. L'ineffable Hassan Hajdi est rejoint par de nouvelles et douces vocalises de Caroline Crozat qui laisse le micro pour déambuler sur la scène en faisant tournoyer une laisse métallique accrochée à son cou. Christian Décamps, un os en plastique à la main, entame la chanson avec un timbre de voix à la Charlélie Courture. Avec Caroline Crozat, ils s'investissent de leur rôle canin, aboyant ou se disputant l'os à pleines dents. Alors que le guitariste s'est une fois de plus lancé dans un solo effréné, Christian Décamps se sert du fil du micro comme d'un fouet, avant que retentisse une fin rock académique.



Avant de se lancer dans des explications sur la fonction de micro pour chien de son os en plastique, le chanteur nous fait part de son triste constat sur le climat de notre région : "il fait toujours beau, sauf quand j'y vais !". Derrière nous, certaines personnes plantées au comptoir ont des préoccupations autres qu' atmosphériques, et hélas autres que musicales, et leur verbe un peu trop haut est quelque peu agaçant (pour rester poli). Pas de formule magique pour faire baisser le ton, il faudra être patient, il s'estompera au cours de la soirée. Si j'étais le Messie vient à point nommé pour montrer qu'il y a dans la salle un public plus assidu et acquis à la cause de Ange : lorsque Christian Décamps déclame "Et les gens s'étonneraient, criant" le public répondant du tac-o-tac "Au nom du père !", et a le mot de la fin sur "Il est venu d'ailleurs, d'une autre galaxie,Et les gens l'ont" avec " tué...". Le texte est entièrement illustré du début à la fin par Caroline Crozat qui se fait l'interprète visuelle du chanteur. Elle poursuit dans une danse muni d'un sari rouge sur jour après jour et son introduction orientale, terminant dans des pas plus flamenca. Mais elle s'affiche surtout avec le titre entre foutre et foot. Débutant par un monologue, ou plutôt un dialogue sans réponse avec Tristan Décamps, elle interprète le morceau sur lequel Christian Décamps officie à l'accordéon.



Comme le disait Andy Warhol, "tout le monde aura son quart d'heure de célébrité", et c'est donc au tour de
Tristan Décamps, jusque là assez discret, de passer au premier plan. Seul derrière son piano, il interprète le très mélancolique Harmonie d'une voix éclatante et touchante qui emplit la salle du Hot-Brass. Le morceau ne pouvait se terminer sans le retour de Hassan Hajdi et ses chorus transpirants de feeling. Avec son titre digne d'une fable de La Fontaine, Le chien la poubelle et la rose marque un nouveau retour au gros son et au progressif. Après quelques arpèges, le groupe se déchaîne sur un riff hard-rock illuminé par une rampe de projecteurs, dont les watts nous flashent les pupilles. Christian Décamps et Caroline Crozat se lancent dans une course au tambourins sur un solo de guitare. Court passage basse/batterie pour calmer la cadence et laisser place aux chorus posés de Tristan Décamps et Hassan Hajdi qui prennent fin sur les cloches actionnées virtuellement par Christian Décamps, sonnant le temps de la ballade. Le chant passe d'un musicien à l'autre jusqu'au roulement de caisse claire militaire de Benoît Cazzulini. Hassan Hajdi, que l'on voit jouer à blanc, volume coupé, doigts en actions, lorsque sa guitare n'a pas la parole, s'arrache des starting-blocks, pour un solo affichant technique et dextérité, entraînant dans son sillage tous ses comparses dans un final en crescendo.



Il est temps pour Christian Décamps de présenter "l'Ange éternel", un groupe qui à la fois montre ses années d'expérience avec une maîtrise et un art de la scène, et sa vitalité extraordinaire à l'image de son guitariste. La formation qui a connu plusieurs line-up semble plus que jamais en symbiose, dans un équilibre où chaque musicien a la place pour exprimer son caractère et son talent.
Le cool Jazzouillis laisse apparaître une Caroline Crozat à la voix et mimique des chanteuses jazz, et une nouvelle rupture métallique amenée par Hassan Hajdi. Père Décamps après une histoire de vin de messe, bénit son public à coups de micro. "Mais il est tard monsieur, il faut que je rentre chez-moi" lance ce dernier dans un baiser d'au revoir.



Les musiciens restés sur scène accueillent le retour du chanteur maintenant vêtu d'une casquette et d'une veste de marin, dans une main du rhum blanc, dans l'autre une canne. C'est le temps de Cap'taine coeur de miel. Un capitaine enivré qui titube sur scène, malmené par les chorus de Hassan Hajdi. Il lance quelques râles : "...pauvres flics, pauvre système...", et regardant sa bouteille d'alcool : "no fucking message in the bottle". Après une dérive sur une mer de bruitages, des coups tombass de Benoît Cazzulini résonnent comme portés par roulis monotome. Dans cet atmosphère lourde et pesante, Christian Décamps dans un chant tourmenté poursuit la complainte de Cap'taine coeur de miel, celle même que Dominique Léonetti chantait deux heures plus tôt. Le ryhtme de batterie, fait jusqu'ici de roulements, part sur le premier "couteau dans la plaie". Le capitaine, avec sa canne, regarde alors le solo de guitare qui s'étend à perte de longue-vue.



0h30 Le plébiscite du public est remercié par un "Merci d'exister" de Christian Décamps qui évoque alors ses souvenirs du dernier passage à Aix en 1981 également dans une discothèque : le Krypton. Souvenirs encore avec ces gens-là, reprise de Jacques Brel, qui fut le premier gros succès du groupe en 1973. Douche sur Tristan Décamps qui d'une voix quasi-lyrique entonne Quasimodo. Commence alors un extraordinaire jeu de questions/réponses entre la voix de Tristan Décamps, qui est sorti de derrière ses claviers, et la guitare de Hassan Hajdi qui lui fait face. La voix monte et le morceau se durcit tirant vers le hard-rock, transformant le jeu en véritable duel. Le chanteur l'emporte sur le guitariste, qui s'échappe dans un solo, prétexte à un tirage de langue envers le public.



Tous les musiciens reviennent sur scène pour un chaos final dans lequel Christian Décamps glisse un "que la vie soit un rêve et que la nuit vous soit douce".
Après 2h10 de concert, chose que j'entends pour la première fois, le public scande "Merci, merci, merci" au pied des musiciens regroupés pour le salut.

Photos : Yoan-Loïc Faure

 Critique écrite le 27 juin 2007 par Frédéric Bloise


Ange : les dernières chroniques concerts

Ange en concert

Ange par Jacques 2 Chabannes
Poste À Galène, Marseille, le 06/02/2016
Un Ange Passe (Et Pourtant Ils Tournent...) L'époque est au retour sur soi ; aux regards enfiévrés de nostalgie lancés dans le rétroviseur ; aux multiples célébrations ou... La suite

Ange par patrick
La Traverse Cléon (76), le 28/02/2010
Devinette musicale : La différence entre la notoriété (virus actuel) et le talent ? allez voir Ange (et d'autres bien sûr)... vous devriez comprendre. La suite

Festival ProgSud : Fred Schneider + Guillermo Cides + Ange par Fred
Jas'Rod, Les Pennes Mirabeaux, le 30/04/2008
Pour la neuvième année consécutive, les hauteurs des Pennes-Mirabeau deviennent le lieu de rendez-vous des pèlerins de France de confession (rock-)progressiste. En ce week-end de l'Ascension, ils sont de nouveau rassemblés au JasRod pour écouter les bonnes paroles délivrées par les apôtres, venus de part le monde, d'une musique naît au début des... La suite

ANGE par Luc P.
Le Forum CHAUNY (02), le 01/03/2008
Tout simplement angélique. Concert captivant, envoûtant. Une vrai vision de ce qu'est le rock français, le vrai rock...(pas celui de taratata ), je le dit, je le crie. Il faut voir et écouter Ange. Deux heures d'une autre dimension musicale que celle que l'on nous serine à longueur de temps. Eteignez vos tubes cathodiques et allez sur le rêve... La suite

Lazuli : les dernières chroniques concerts

Festival Prog' Sud: Quantum Fantay + Special Providence + Lazuli en concert

Festival Prog' Sud: Quantum Fantay + Special Providence + Lazuli par The Duke Of Prunes
Jas Rod - Les Pennes-Mirabeau, le 02/06/2011
Le Prog' Sud est un festival particulier pour moi, et, je pense, pour tous ses habitués. Un festival où l'on se rend autant pour la musique que pour l'ambiance et les rencontres.... La suite

Lazuli (Festival Prog'Sud) en concert

Lazuli (Festival Prog'Sud) par Mcyavell
Jas'Rod - Les Pennes-Mirabeau, le 23/05/2009
En revenant jeudi de la deuxième soirée de Prog'Sud (qui était censée être la seule à laquelle j'assisterais), je ramène un festivalier tout content de trouver une voiture pour... La suite

Fish + Lazuli par Fred
Espace Julien - Marseille, le 03/12/2007
3 mois après le passage de Steve Hogarth, c'est autour de l'ex-chanteur de Marillion de faire une halte à Marseille, ville la plus à même d'accueillir un artiste dont le dernier best-of s'intitule Bouillabaisse. On a souvent comparé Derek William Dick a.k.a Fish à Peter Gabriel pour son chant et son jeu de scène théâtral, mais si ce dernier a... La suite

Festival Prog'Sud : Paul Whitehead + Éclat + Lazuli par Fred
Jas'Rod, Les Pennes Mirabeaux, le 26/05/2006
La salle est comble comme la veille mais cette fois j'ai prévu le coup en arrivant plus tôt. 21h05 Le cyborg Paul Whitehead débarque de la planète Prog sous un masque de métal. Accompagné d'Alex Carpani au clavier,Marco Fabbri à la batterie, Fred Schneider à la basse (tous deux membres d'Éclat) également masqués, il orchestre le show aux... La suite