Accueil Chronique de concert Lloyd Cole
Jeudi 24 septembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lloyd Cole

Lloyd Cole en concert

Cedac de Cimiez - Nice 2 avril 2011

Critique écrite le par

Cadeau de Noël offert à ma bien aimée, ce concert de Lloyd Cole était un saut dans l'inconnu, ayant perdu de vue ce grand songwriter anglais depuis une bonne quinzaine d'années.
Après avoir passés la fin d'après midi dans le vieux Nice et réservé l'hôtel, nous arrivons donc à l'heure à destination. Il s'agit en fait d'une petite salle associative équipée de sièges comme ceux que l'on peut trouver dans des cinémas. Passée la surprise du cadre très familial, nous prenons place sur le côté de la scène où la vision est plutôt bonne.



Lloyd Cole fait son entrée accompagné de ses 2 musiciens, guitaristes de leur état. La configuration du Lloyd Cole Small Ensemble est donc la même que celle qui m'avait tapé dans l'œil lors de leur récent passage télévisé dans l'émission de Manu Katché, à savoir 3 guitares électro-acoustiques. Le son est parfait, nous sommes près de la scène et le caractère intimiste de la représentation fait chaud au cœur.

Le concert débute très fort avec mon titre favori, le tubissime No blue skies dans une magnifique version acoustique. Le ton est donné, ce soir c'est tout acoustique, avec des 6 cordes qui se complètent à merveille. Le travail de réorchestration est de tout 1er ordre et les instrumentistes sont doués. Lloyd joue de sa Taylor noir au son très claquant, et ses acolytes s'escriment l'un sur une autre guitare au son ample accentuant les riffs et ornements, et l'autre sur sa Taylor aux cordes nylon. J'ai discuté avec ce dernier après le spectacle et n'ai pas résisté au plaisir de le féliciter sur la chaleur de son jeu. Par moments, on avait l'impression d'entendre une guitare flamenca (cordes nylon obligent), tout en toucher avec un son clair beau à pleurer. Autant dire que le mélange de l'ensemble était des plus réussi.

Le décalage entre la richesse musicale, le nombre d'excellents morceaux joués et la sensation d'assister à un concert entre amis est saisissant. Découpé en 2 sets distincts, entrecoupés d'un entracte, le spectacle rappelle l'importance de son auteur dans la pop anglaise des années 80-90. Contemporain des Smiths, évoluant dans un registre proche, Lloyd Cole, seul dans la seconde partie de sa carrière ou avec les Commotions du début, a écrit un nombre de morceaux majeurs proprement hallucinant. Le concert de ce soir nous le rappelle dans des versions brillamment remises au goût du jour. L'ensemble de la carrière est passé en revue, la part belle étant surtout laissée à l'immense premier album du groupe Rattlesnakes, au premier essai en solo sobrement intitulé Lloyd Cole ainsi qu'à la dernière parution en date. Broken Record détonne ainsi du reste de la discographie de son auteur, sonne très américain countrysant, mais conserve cette fraîcheur et ce sens des mélodies si caractéristiques. La boucle est bouclée avec Forest fire immense succès tiré du 1er album, que je n'ai jamais apprécié plus que ça, l'ensemble sonnant terriblement daté 80's. La version jouée ce soir est quant à elle beaucoup plus efficace et touchante.



Outre la musique, l'attitude du groupe est également un régal. Avec son humour anglais si typique, Lloyd se fend de quelques phrases en français, a toujours le mot pour rire, s'excuse quand il doit ré accorder son instrument trop souvent. Cela colle parfaitement à ses paroles à la fois cyniques et réalistes, de premier ordre. Il reste toujours professionnel, mettant son public à l'aise, ne se prenant pas au sérieux, conscient de l'évolution qu'a connu sa carrière. Passé des grandes salles remplies haut la main pendant 10 ans, il auto produit désormais ses albums, jouant dans des salles de quelques centaines de places (200 environ ce soir) devant un auditoire fidèle tout acquis à sa cause. Durant plus de 2 heures, il se donnera sans compter, nous servant une musique de tout premier ordre. Sa voix si caractéristique, sera constamment à la hauteur, quelles que soient les variations.


Après le spectacle, Lloyd se pliera à une longue séance de dédicaces et autres photos. Nous décidons donc d'acheter son dernier album qu'il nous signera avec le sourire. Une fois dans la voiture, nous nous rappelons que nous y avons 4 de ses anciens albums qui auraient aussi bien fait l'affaire. Le plaisir et la magie de cette mémorable soirée nous l'avaient fait complètement oublier. Peu importe, nous sommes ravis d'avoir eu la chance d'assister à une si belle performance, donnée par un immense monsieur dans un cadre si intimiste.



Set 1 :
No blue skies
Why I love country music
Perfect Skin
Like a broken record
Don't look back
My other life
Margo's Waltz
Trigger happy
So you'd like to save the world
Writers retreat!
Why in the world ?
I'm gone
Like lovers do


Set 2 :
Are you ready to be heartbroken?
Impossible girl
If I were wrong
Lady came from Baltimore/Reason to believe (Tim Hardin)
My alibi
Woman in a bar
2 CV
Rattlesnakes
Old enough to know better
No more love songs
Late night, early town
Forest fire

Rappel :
Undressed
Lost weekend

> Réponse le 08 mai 2013, par ALPARE

J ai assiste au meme concert, et je partage également mama opinion que le message precedent. J ai surtout été agréablement surpris que Lloyd COLE ( un des grands artistes des années 80 de la pop anglaise) soit aussi simple et accessible pour son public ( nos chers artistes français qui n ont pas forcement dépasser les frontieres ont encore du travail à faire...) un concert qui a duré plus de deux heures et un pur bonheur. A conseiller  Réagir


Lloyd Cole : les dernières chroniques concerts

Lloyd Cole + Maximilian Hecker en concert

Lloyd Cole + Maximilian Hecker par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 04/05/2002
Maximilian Hecker Le jeune berlinois Maximilian Hecker a fait resurgir en moi les fantômes de la pop mélancolique de qualité. Tout seul sur scène avec une guitare et un clavier,... La suite

Cedac de Cimiez - Nice : les dernières chroniques concerts

Headhunters + TM Stevens par Camelito
CEDAC de Cimiez NICE, le 12/03/2007
Une bonne claque dans ma tête de (tout petit) bassiste... Alors, pour résumer, les Headhunters se forment en 1973 avec Herbie Hancock dans sa période "funky" et TM Stevens est un monstre sacré de la basse (plutôt, voire carrément funky lui aussi). La rencontre de ces grands noms de la musique laissait présager du meilleur. Pour commencer :... La suite

Medeski - Martin & Wood par Goa nissart d'1 soir
Salle S. Grappelli - Cedac de Cimiez, Nice, le 10/10/2004
Il y a un an, environ, j'étais tombé sur un groupe jazzy sur Mezzo, qui m'avait fait arrêter de zapper pour suivre tous le document racontant leur cursus musical. Un truc indescriptible, ceux a quoi ça ressembler le plus pour moi à l'époque était les parties instrumentales des Beasties Boys sur "Ill Communication" repris par un Jimi Hendrix jazzy.... La suite