Accueil Chronique de concert Marky Ramone's Blitzkrieg
Dimanche 24 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Marky Ramone's Blitzkrieg

Marky Ramone's Blitzkrieg en concert

Cabaret aléatoire - Marseille 12 juin 2011

Critique écrite le par

Hey oh, let's go !

Bon, c'est pas trop original pour débuter une chronique en rapport avec les Ramones, mais je garde "Gabba gabba hey" pour la fin.
Pas original non plus?
One-two-three-for ???
Pas maï ????
Mais c'est pas de l'originalité qu'on voulait ce soir, de toute façon.
C'était vibrer.
Vibrer avec ce qu'il nous reste des Ramones. A savoir beaucoup de souvenirs et des chansons gravées à vie dans nos cœurs et nos cerveaux (ou ce qu'il en reste...).



Et ce soir, ça tombait bien, il nous restait aussi Marky ! Et son blitzkrieg composé de deux inconnus à la basse et à la guitare dont je n'ai absolument pas réussi à trouver les noms même en allant sur le site officiel car il me semble qu'il ne s'agit pas de ceux avec qui l'album a été enregistré. Et bien sur de Michael Graves, deuxième chanteur des Misfits. Je dois dire que c'est la présence de ce dernier qui m'a décidé à venir, parce que, bon, Marky Ramone tout seul, j'avoue que j'aurai eu un petit peu peur. C'est quand même pas le batteur historique des faux frères. Les Ramones représentent énormément à mes yeux et l'idée qu'une sorte de tribute band, plus ou moins légitime, puisse risquer d'abimer des titres comme Commando ou I wanna be sedated ne m'enchantait guère.
Mais avec Michael Graves c'était quand même l'assurance d'avoir un vrai frontman avec une vraie voix, qui n'essaierait pas de cloner Joey. Donc, zou...en avant pour le Cabaret aléatoire...

Petit regrée perso à ce sujet : que le show ne se soit pas déroulé au Poste à Galène. Vu l'affluence, ça aurait été bien garni et beaucoup plus chaleureux. Enfin, pas bien grave. J'aime bien le cabaret pour le coté destroy (oui, je sais, le son aussi est destroy, insonorisable apparemment...), mais quand la salle n'est pas trop remplie, ça fait un peu tristounet...





Bref, une fois dans la zone et après avoir laissé passer la première partie, Dept, qui proposait une sorte de pop-metal pas du tout à mon gout, nous voilà parti pour un hommage aux Ramones grandeur nature.

Comme à la grande époque :
1h20 de Ramones, toutes époques confondues, titres enchainés au son des 1234 braillés par l'ersatz de Dee Dee.
Alors, je dis ersatz sans mauvaise intention car ce qui aurait pu être une tentative désespérée et tragicomique de faire revivre les Ramones avec des faux clones de Johnny et de Dee Dee (coupe au bol pour le premier, cheveux court et mimique pour le second) s'est avéré être une réelle surprise et un bel hommage, en fait. Et je reviens sur la présence de Michael Graves qui, par ses qualités vocales, a permis de rendre justice et d'interpréter les morceaux avec autant d'intensité et d'âme que l'aurait fait Joey. J'ai toujours trouvé que Joey avait une voix soul, par certain coté. Une voix qui touche l'âme, donc. Et ben Michael Graves, dans son style à lui, un poil plus crooner, aussi.



Allez, pour ceux qui ont raté le concert d'hier soir, accrochez vous, je vous fait la partie Ramones en résumé. Prêt ?

Rockaway beach1234Teenage Lobotomy1234Psychothérapy1234Do you wanna dance1234I don't care1234Sheena is a punk rocker1234Havana affair1234Commando1234Beat on the brat123453rd&3rd1234Do you remember R'n Roll radio1234I wanna sniff some glue1234Gimme gimme shock treatment1234R'nRoll Highschool1234She's the one1234Poison heart1234I believe in miracles1234The KKK took my baby away1234Pet cemetary1234Chinese rock1234I wanna be sedated1234Don't wanna walk around with you1234Pinheadthanks good night...Hey oh let's go ! hey oh let's go ! hey oh let'sgo ! hey oh let's go !...1234I just wanna have something to do1234Cretin hop1234R.A.M.O.N.E.S.......................................................



c'est bon, tout ça, hein ??
il doit bien en manquer une ou deux, d'ailleurs...

Et appréciez au passage la reprise de Motorhead, hommage aux Ramones rendu de leur vivant il y a quelques années.
Et fin, partielle, de la première partie réservée aux titres des Ramones.
Ah oui, et je sais plus à quel moment du show une pin-up à béquille un peu déjantée est venue sautiller sur scène avant de se faire gentillement dégager, mais c'était bien drôle et décalé...je sais plus si c'était sur la partie Ramones ou sur le rappel de fin...mais merci à elle!



La suite, donc, voit revenir Michael Graves, seul, avec sa guitare acoustique, pour nous interpréter quelques titres des Misfits.
Ah, bon, quand même !
La joie semble néanmoins mesurée dans le public et ne se manifeste qu'auprès de rares aficionados. Il semble bien que les Misfits ne jouissaient pas d'une forte cote d'amour ce soir, si j'en juge par la transhumance massive du public vers le bar à ce moment là. Ma voisine de concert, hystérique jusque là, s'est brusquement assagie avant de céder sa place et ne revenir que sur la toute fin du show.
A moins que ce ne soit la configuration acoustique qui n'ait fait fuir les rockers ? Quelques échos regrettant cette coupure de rythme malencontreuse...
Mais pour ma part j'ai trouvé cette respiration plutôt bienvenue et j'ai pris plaisir de profiter de la voix de Graves sur les Descending angel ou Saturday night.

Petite parenthèse acoustique fermée. Électricité retrouvée.



Et Dig up her bones des Misfits dans ta face
Et un titre du Marky Ramone's Blitzkrieg envoyé, We were angels. Pas mal du tout d'ailleurs.
Et un hommage à Joey avec What a wonderful world, reprise présente sur son album solo posthume.
Et en final, bien entendu, nous l'attendions tous, Mesdames et Messieurs : Blitzkrieg bop !
Original, hein ?

Mais que ça fait du bien tout ça, mon Dieu...

et j'ai oublié de parler de Marky !!
sans qui tout ce petit monde ne serait pas là ce soir et sans qui nous trainerions probablement dans un bar quelconque écumant notre alcoolisme d'une manière ou d'une autre....
eh ben le Marky, fidèle à un Ramones, joue le metronome, concentré et expressif au minimum, mais c'est lui le patron. C'est marqué dans le nom du groupe.



Bon, vous l'aurez compris, cette soirée-hommage fut tout à fait à mon gout, car de qualité et, finalement, pleine d'émotions.
Pour une cérémonie post mortem, c'était plutôt vivant.

Parce que, bon, les Ramones sont morts.
On aura plus mieux.
Bon, on finira bien par les retrouver un jour ou l'autre, hein ?
Et si je peux choisir, j'irais serrer la pince à Joey et à Dee Dee en priorité.

RIP et Gabba gabba hey !!!!

Cabaret aléatoire - Marseille : les dernières chroniques concerts

Altın Gün + Diaspora Orchestra en concert

Altın Gün + Diaspora Orchestra par odliz
Le Cabaret Aléatoire, Marseille, le 31/10/2019
Après avoir joué de la manœuvre et des amortisseurs pendant un bon quart d'heure, pour trouver ce qui servira de place de parking le temps du concert, on traverse les allées... La suite

Peter Hook & the Light en concert

Peter Hook & the Light par Prakash
Le cabaret aléatoire , Marseille, le 05/05/2019
Alors c'est toujours un peu glauque d'aller à un concert en se disant "je veux le voir avant qu'il claque". Bon j'avoue, j'avais ça dans un coin de ma tête quand je me suis bougé... La suite

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) en concert

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) par Philippe
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 05/05/2019
Deuxième passage à Marseille, après celui de 2014 à l'Espace Julien, de Peter Hook, le légendaire bassiste de Joy Division et de New Order. Mauvaise surprise, le concert semble... La suite

Arch Enemy + the Charm the Fury en concert

Arch Enemy + the Charm the Fury par Jgaz Photo
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 11/06/2018
Les suédois d'Arch Enemy étaient de passage à Marseille, dans le cadre de leur tournée Européenne 2018 "Will To Power Tour". Et c'est le groupe " The Charm The Fury " qui a... La suite