Accueil Chronique de concert Mercury rev + Lambchop + Gemma Hayes
Mercredi 25 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Mercury rev + Lambchop + Gemma Hayes

Miles Davis Hall - festival de jazz de Montreux 10 juillet 2002

Critique écrite le par

Programmation de choix pour la soirée " songwriters " du Festival de Jazz de Montreux :
Gemma Hayes " Night on my side "
Lambchop " is a woman "
Mercury rev " All is dream "

C'est la belle irlandaise Gemma Hayes qui ouvre les festivités avec sa pop-folk ravageuse, alternant des chansons douces et d'autres plus électriques avec une rigueur et une sensibilité de mise. Très proche de l'univers de Tom Mc Ray, j'ai parfois eu l'impression d'entendre son double au féminin : guitare sèche, chansons d'amouuuur, belle voix mise en valeur par l'excellent son du " Miles Davis Hall ". Un bien belle première partie qui a eu pour effet de mettre tout le monde en appétit pour la suite.
Après une demi heure d'attente c'est au tour de Lambchop d'imposer leur musique jazz-country atypique, sensuelle et... terriblement monotone pour un concert d'une heure et demi. J'ai énormément apprécié leur album à écouter pour se détendre mais j'ai trouvé ça difficile à apprécier sur la longueur d'un concert, en station débout. Pas assez de changements de rythme, pas assez " d'envolée lyrique ", trop cantonné au Cd notes pour notes. Malgré cela leur musique est un réel bonheur et la voix de Kurt Wagner, un vrai délice pour les oreilles. Un album à se procurer pour le plaisir mais il n'est pas forcement nécessaire de se déplacer pour leur concert (à moins que ce soit dans une salle où il y aurait de bons fauteuils !!!), de toute façon tous les membres du groupe sont amateurs (le chanteur est poseur de parquet !) et ne font pas, par conséquent, d'énormes tournées..
Une pause " installation de matos " nous a permis de faire reposer nos vertèbres avant la touche finale de cette soirée.. et quelle touche finale : Mercury Rev.. enfin
Un véritable coup de cœur que j'ai eu il y a quelques mois de cela en écoutant leur album à la fnac.... Véritable jalousie aussi quand j'avais vu qu'ils passaient à la coopérative de mai à Clermont.. mais ça y est j'y étais.. et je ne fus pas déçue. C'est avec un sourire jusqu'aux oreilles et les yeux un peu éclatés que Jonathan Donahue a fait son entrée. C'est avec une générosité sans limite que le groupe nous a fait rentrer dans leur univers fantastique inondé de sons bizarres. Semblant tout droit sortie du pays imaginaire, leur musique nous plonge dans un trip psychédélique et très rock'n roll comme on en fait plus. Très théâtral et faisant mine de s'envoler en battant des bras Jonathan Donahue retient l'attention, d'ailleurs les caméras qui filment et retransmettent les images en live sur 2 écrans géants dans une salle pourtant petite et très intime ne s'y trompent pas, elles bloquent relativement souvent le chanteur et ses mimiques...Le sourire béat décidément scotché sur son visage paraît de plus en plus suspect et irréel mais est surtout dû, je pense, à des substances pas trop autorisées.. Par contre pour le public pas besoin de ce genre de truc pour être totalement absorbée par leur musique hors du temps et rentrer dans leur délire. Alternant les chansons du premier et du dernier album le concert aurait pu frôler le parfait s'il n'avait pas zappé Ma préférée " Lincoln's eyes ", seul petit hic à ce fabuleux set !! Ils ont même repris une chanson de David Bowie (merci Christobal pour l'info). Vraiment loin d'être déçue, je ressors du concert aux anges, un peu fatiguée mais tellement envoûtée, avec un son et des lumières au top dans cette idéale salle du festival.... Que du bonheur !!!!

 Critique écrite le 14 juillet 2002 par marjo


Gemma Hayes : les dernières chroniques concerts

Gemma Hayes par Jean-Baptiste
Boule Noire, Paris, le 19/06/2002
Agréable surprise que cette frêle jeune fille qui joue de la guitare et qui mélange langueur et rock & roll. Ces musiciens sont de bon ton et ses compositions très bien tenues. La Boule Noire se prêtait très bien à ce concert intimiste. J'y retournerai la prochaine fois. Petite première partie de qualité et sans prétention mais... La suite

Lambchop : les dernières chroniques concerts

Lambchop + Cortney Tidwell en concert

Lambchop + Cortney Tidwell par Pierre Andrieu
La Maroquinerie, Paris, le 29/03/2012
Venu présenter en live sa dernière merveille récemment sortie, le déjà culte Mr. M, le groupe de Nashville Lambchop a irradié la Maroquinerie (Paris) de sa classe en ce 29... La suite

lambchop par elise
le Splendid (Lille), le 21/04/2004
Tel le bon vin, Lambchop se bonifie avec l'age. La formule est facile certes mais tellement vraie. Ceux et celles qui gardaient un souvenir ému du concert du grand mix de Tourcoing l'an dernier, n'ont pas été déçus : un son parfait, une ambiance intimiste à souhait (ils n'attirent pas encore les grandes foules et on est partagé entre le désir de... La suite

Lambchop par Jean-Baptiste
La Cigale à Paris, le 23/09/2002
Parfaitement installés dans un fauteuil derrière les régies lumières et sons, nous avons vu excellent concert, dans l'ambiance intime de la Cigale. La première partie, un duo d'Ecossais, était parfaitement en phase avec les musiciens de Lambchop. Ils nous ont prodigué une musique mélodieuse, teintée d'exotisme, s'inspirant du sous-continent... La suite

Lambchop par Jean-Baptiste
Cabaret Sauvage - Paris, le 12/04/2002
Merveilleux concert ! Le blues de Lambchop est particulièrement doux et agréable. Sur quelques morceaux, ils se permettent des montées en puissance de tous les instruments ce qui est réellement enivrant. De plus, la voix du chanteur, chaleurese, belle et extrêmement grave, accompagne les ballades avec beaucoup d'émotion. Ils ont... La suite

Mercury Rev : les dernières chroniques concerts

Mercury Rev en concert

Mercury Rev par Samuel C
Alhambra - Paris, le 25/09/2018
"Deserter's songs" est un des plus grands disques parus en 1998. 20 ans plus tard, Grasshopper et Jonathan Donahue, respectivement guitariste et chanteur de Mercury Rev, ont décidé... La suite

Mercury Rev plays ''Deserter's Song'' + Low en concert

Mercury Rev plays ''Deserter's Song'' + Low par Philippe
Bataclan, Paris, le 25/05/2011
Splendide concert au Bataclan, que celui de Mercury Rev, groupe rare en France qui nous avait fait l'honneur inespéré d'un concert visuellement sublime à l'Espace Julien de... La suite

Mercury Rev en concert

Mercury Rev par Philippe
Espace Julien - Marseille, le 31/05/2005
Impossible de dire quoi que ce soit sur Black Fields (l'avant-groupe) : le jour de la Fête des Voisins, bête et discipliné, ben je bois l'apéro avec mes voisins, voilà ! D'autant... La suite

Miles Davis Hall - festival de jazz de Montreux : les dernières chroniques concerts

Ralph Myers & The Jack Herren Band par Stan
Miles Davis Hall - Montreux Jazz Festival, le 15 juillet 2004
Ce groupe norvégien déchire tout sur scène ! ils sont 3, dj, bateur et percusioniste sorti tout droit d'un fiorde de norvège... ça joue, ça partage et on sent une grosse envie de partager leur musique avec tous ! absoluement fabuleux ! ah oui, on fait, il y avait aussi le même soir Gang Bang et Divine Comedie... mais bon... les première partie... La suite

the roots par hassan
montreux festival jazz, le 17/07/2003
D'abord je vais repondre a se fameux sami qui a l'air de "savoir" de quoi il parle quand il évoque un groupe de hip hop. Entre autre les roots ! C'est peu être pas le meilleur concert que ta as vu mais si tu vois un jour un groupe capable de jouer 2h40 sans coupure en tenant chauffé a blanc 4000 personnes, mec tu fais signe. D'autant plus qu'ils... La suite