Accueil Chronique de concert Moby + Royksopp
Lundi 24 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Moby + Royksopp

Halle Tony Garnier, Lyon 20 octobre 2002

Critique écrite le par

Dans l'immense hangar de la Halle Tony Garnier, Röyksopp a peiné pour faire bouger le public venu acclamer l'auteur de la musique de la dernière pub Renault...
L'univers du duo norvégien est toujours aussi onirique mais on se demande sérieusement si c'est une bonne idée de donner un concert dans ce lieu et en première partie d'une méga star planétaire. Leur set en mai 2002 à la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand était indéniablement plus percutant : moins de public mais plus d'énergie, de proximité et de communication...
Dans des conditions difficiles, Röyksopp a quand même pu dévoiler toutes les facettes de son magnifique premier album, Melody A.M.



Svein Berge et Torbjorn Brundtland ne sont pas vraiment des showmen, ils restent la plupart du temps derrière leurs énormes kits de machines électroniques mais ils font l'effort de parler au public, de chanter certains morceaux (avec un Vocoder), de bouger un peu et d'inviter un bassiste sur scène... Si la force de leur spectacle réside dans la puissance du son renforcée par un énorme light show et des projections plutôt réussies, la qualité des morceaux y est aussi pour beaucoup ; ils sont tout simplement bouleversants de simplicité et particulièrement propices aux rêves éveillés... Si on perd beaucoup du côté intimiste de Röyksopp avec le passage sur scène, cela reste tout de même un bonheur d'être en présence de ces deux hurluberlus !

1 h 45 durant, Moby et ses musiciens (basse, batterie, violons, violoncelle, dj, claviers, percussions, chant... ) venant d'horizons différents a délivré un Best of spécial stades... Ce concert hyper puissant et très efficace a malheureusement laissé de côté la finesse pour privilégier les effets appuyés...
Les gens ont payé et ils en veulent pour leur argent, ils désirent réécouter en concert les morceaux découverts dans des spots de pub ou en fond sonore d'une émission de télé. Le public drainé à ce type de concerts n'est donc pas exactement avide de découvertes et ne cherche pas particulièrement à faire la fête : les spectateurs des gradins restent assis pendant la plupart du temps, il sont d'une passivité assez affligeante, on se croirait parfois à un méga show de Céline Dion ou de Michel Sardou ! Tout ceci est bien triste...
Le show business lamine tout : à partir du moment où un artiste vend des disques, il devient un produit et fait le même travail que Star Academy, Lara Fabian ou Ricky Martin... Il doit jouer dans des salles immenses et donner au public ce qu'il attend. C'est d'autant plus affligeant de constater à nouveau cet état de fait quand on a en face de soi, un artiste talentueux qui passait encore dans de petites salles en l'an 2000 ! Car, s'il est parfois tenté de réutiliser la formule qui l'a rendu mondialement célèbre (nappes de synthés + beats électro + samples de voix), Moby a démontré, avec son nouvel album 18, un talent indéniable pour créer des morceaux fédérateurs tout en distillant une mélancolie qui rend heureux...
Tout a bien changé en termes de ventes avec les albums Play et 18... Toutefois, ce n'est pas parce que des millions de gens sont tombés amoureux de la musique de ce personnage bizarre et plein de contradictions (comme nous tous) qu'elle doit être irrémédiablement vouée aux oubliettes ! Le snobisme qui consiste à rejeter un artiste dès lors qu'il devient populaire est un concept particulièrement niais.



Ces précisons faites, il faut avouer que ce petit bonhomme pas très fier d'être américain et d'avoir George W. Bush comme président, sait s'entourer de musiciens qui donnent beaucoup sur scène. Comme les lumières hyper évocatrices font tout pour épater la galerie, le public en a pour son argent et repart satisfait... Ce spectacle a permis de passer un agréable moment dans un décor futuriste (un peu kitsch) rappelant le visuel lunaire de la pochette du dernier album (message subliminal : achetez mon album !).



Tour à tour hyper nerveux et jouissif (Bodyrock, We are all made of stars, Find my baby, Honey, Go, James Bond Theme), émouvant (Why does my heart feel so bad, Harbour, Natural blues) surprenant (la reprise de Blitzkrieg bop des Ramones) ou convenu (une ignoble version baloche du tube de Radiohead,Creep), le méga show à l'américaine de Moby laisse une impression mitigée de bonheur teinté de déception...



Sites Internet : www.moby.com, www.royksopp.com.

Moby : les dernières chroniques concerts

Main Square Day 2 : Triggerfinger + Mai + Kaiser Chiefs + The National + Yodelice +Moby + Kasabian + Arcade Fire + Aloe Blacc + Two Door Cinema Club + The Shoes     en concert

Main Square Day 2 : Triggerfinger + Mai + Kaiser Chiefs + The National + Yodelice +Moby + Kasabian + Arcade Fire + Aloe Blacc + Two Door Cinema Club + The Shoes par Boby
Citadelle, Arras, le 02/07/2011
Main Square - Jour 2 Pas besoin d'introduction c'est le second jour ! Si tu es trop feignant pour lire le premier jour des épisodes précédent, tu ne mérites pas la... La suite

Moby par laurent
Halle Tony Garnier - Lyon, le 22/11/2005
Moby, c'est un gros show à l'américaine avec du gros son et de gros effets de lumière. La première heure est consacré, sans relâche aux tubes et autres morceaux des 2 derniers albums. Ils sont joués tels quels, on aurait pu mettre le CD à la place. Aucune impro, aucun arrangement et on n'arrive pas à faire le distingo entre la partie réellement... La suite

Mylo + Moby par Pierr
Bercy, Paris, le 21/11/2005
Ayant gagné une place pour voir Moby à Bercy (Il n'y a pas que LiveinMarseille.com qui offre des places) j'ai découvert l'immense hangard à spectateurs qu'est Bercy, ses bières hors de prix et son acoustique pas top (moins pire que le Dôme toutefois). Pas très engageant tout ça. Première partie, Mylo, dont j'avais beaucoup entendu parlé. Pas... La suite

Royksopp : les dernières chroniques concerts

(mes) Eurockéennes de Belfort 2005, 3/3 : Nosfell, The Killers, Le Tigre, Mass Hysteria, Isis, The Bravery, Sonic Youth, Kraftwerk, Louise Attaque, Amon Tobin, Röyksopp en concert

(mes) Eurockéennes de Belfort 2005, 3/3 : Nosfell, The Killers, Le Tigre, Mass Hysteria, Isis, The Bravery, Sonic Youth, Kraftwerk, Louise Attaque, Amon Tobin, Röyksopp par Philippe
Presqu'ile du Malsaucy, Evette-Salbert, le 03/07/2005
Photo www.eurockeennes.fr Pour le deuxième jour du festival c'était par là ! Dimanche 3 juillet : Valeurs sûres, électro futuriste et ancestrale Toujours sous le charme de... La suite

Sonic Youth + Kraftwerk + Andrew Bird + Le Tigre + Röyksopp + The Bravery + The Killers + Louise Attaque (Eurockéennes de Belfort 2005)  en concert

Sonic Youth + Kraftwerk + Andrew Bird + Le Tigre + Röyksopp + The Bravery + The Killers + Louise Attaque (Eurockéennes de Belfort 2005) par Pierre Andrieu
Presqu'île de Malsaucy, Belfort, le 03/07/2005
Après les journées plutôt bien remplies de vendredi et samedi, les présences à l'affiche du troisième (et dernier) jour des Eurockéennes 2005 des mythiques Sonic Youth et... La suite

Moby - Royksopp par simon pégurier
Nice, Le Nikaïa. , le 29/10/2002
J'ai toujours préféré les soirées intimes aux gros rassemblements. Il est difficile pour moi de prendre le chemin d'un de ces mega concerts dont le Nikaïa a le secret (On comptait 5000 personnes ce soir là). Dès l'abord on se sent rebuté par une odeur douteuse de merguez ou encore par les vendeurs d'affiche. Pourtant l'affiche valait mille fois le... La suite

The Coral, Interpol, Dj Shadow, The Notwist...(La Route du Rock 2002) par Sami
St Malo, Fort de St Père, le 09/08/2002
L'édition 2002 de la Route du Rock restera dans les annales pour des raisons surtout climatiques : la pluie torentielle du premier soir et le mauvais temps global auront parfois davantage marqué les festivaliers que certains concerts anecdotiques. Le parti pris "découverte" de ce rendez-vous est une prise de risques des plus audacieuses ("rock" en... La suite

Halle Tony Garnier, Lyon : les dernières chroniques concerts

Roger Waters (Pink Floyd) en concert

Roger Waters (Pink Floyd) par Philippe
Halle Tony Garnier, Lyon, le 09/05/2018
Après le compte-rendu détaillé de l'ami Gandalf à Barcelone, étant donné que la set-list était rigoureusement la même à Lyon et que Concertandco n'a pas été accrédité pour des... La suite

The XX en concert

The XX par Coline Magaud
Halle Tony Garnier, Lyon, le 21/02/2017
La Halle Tony Garnier à Lyon, lieu peu réputé pour un son de qualité et des concerts intimistes a pourtant été hier soir le théâtre d'un show intéressant livré par le groupe... La suite

The Cure en concert

The Cure par Pierre Andrieu
Halle Tony Garnier, Lyon, le 17/11/2016
Grand moment de communion extatique en compagnie de The Cure à la Halle Tony Garnier de Lyon : une set list de rêve marquée au fer rouge par l'inoxydable album Disintegration... La suite

System of a Down en concert

System of a Down par Philippe
Halle Tony Garnier, Lyon, le 14/04/2015
Avec le recul je dois admettre que, une fois n'est pas coutume, je me suis un peu comporté en touriste à ce concert, même si SOAD est un des derniers grands groupes de metal que... La suite