Accueil Chronique de concert Moriarty
Mercredi 20 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Moriarty

Moriarty en concert

Akwaba - Châteauneuf de Gadagne 29 Janvier 2011

Critique écrite le par

Bon, pas de bol, il pleut .... Alors moi je dis : Vivement l'Akwaba en été. Se caler sur une de ces jolies petites tables dehors, prendre un petit verre avant le début du concert ... Je pense que ce sera de la balle. Et ben voilà : on va être obligés d'y retourner ;) !!
Bon allez, ça va je vais me sacrifier et m'y coller (enfin s'il veulent bien de moi !).
Mais revenons à nos moutons : Ce soir, Moriarty (avec Fleur en première partie). Et pour entendre ce groupe cosmopolite montant, la salle est déjà comble, tout comme mon irrépressible envie de les revoir. Leur prestation de l'année dernière à l'Espace Julien avait déjà été absolument géniale.



Fleur, à son arrivée sur scène, cherche sa maman dans la salle (on saura pourquoi à la fin de son set). Elle est toute sage, debout devant nous, avec sa petite robe rouge, queue de cheval et guitare sèche. Elle est accompagnée de Thomas, à la guitare également. Elle va nous faire un petit set un peu à la Anaïs, mais en moins rigolo peut-être. Un peu plus sentimental. En fait, c'est marrant, les paroles de ses chansons ont quelque chose du site VDM, où le pire devient goûteux. Petites scène de vie dans lesquelles tout le monde se retrouve ... Des textes qui racontent le pire sur de petits airs de rien.
On a, par exemple, Kleenex, pour ceux et celles qui se font larguer à intervalle régulier ou bien Les Vieux, chanson sur ceux qui finissent seuls parce qu'ils sont chiants et cons. Elle est plutôt à l'aise avec ses airs de ne pas y toucher.



Quand elle se goure sur un accord, elle le prend à la rigolade.
Elle fait reprendre le refrain : "Courant d'air .... Courant d'air ... Courant d'air" en commentant "Elle s'est pas foulée pour les paroles la fille !!"
Elle s'amuse ensuite à parler en anglais pour présenter Traffic-Jam. Et s'interroge d'ailleurs sur le fait de savoir si parler d'embouteillage c'est sexy et vendeur ??
Vous l'aurez compris, elle la joue Intros humoristiques .... Fait remarquer que tout le monde s'en fout de ce qu'elle raconte (vu que ça bavarde un peu dans tous les coins).
Ceci étant, ça rigole bien quand elle demande la définition d'un Protozoaire ... Selon elle "C'est l'état dans lequel on se sent quand on est au bord du suicide". Bref tout est en décalage et en humour noir, façon "pince sans rire".



A noter aussi le démarrage un peu foiré de la reprise de Lilicub, Voyage En Italie, en duo avec Thomas. Un délire perso de pseudo scat .... Un succès fou (ce qui la fait bien rire) !! Quand son complice s'en va, elle se dit un peu déçue de son peu d'implication (elle ne sait donc pas si elle va le garder).
Dernière petite chanson pour sa maman (le pourquoi du comment pour ceux qui suivent ...). Elle la chante seule (puisqu'elle a viré Thomas). La salle est un peu dissipée quand même. Et elle chambre encore le pauvre garçon quand il vient dire au revoir.



Setlist
1 - A Trop Tourner En Rond
2 - Kleenex
3 - Les Vieux
4 - Courant d'Air
5 - Une Histoire de Blouson
4 - Traffic-Jam
5 - Ah Mais Amélie
6 - Protozoaire
7 - Au Fond
8 - Voyage En Italie (Reprise Lilicub)
9 - Maman




Le décor est planté pour Moriarty : pile de valises anciennes sur le côté et guitares alignées sur leur socle ... Lumière chaude et écran en fond de scène. Le film démarre : la petite voiture qui tourne sur un vinyle joue du Morricone ... Ils prennent place dans le noir. Rosemary apparait la première dans la lumière, avec sa petite robe rétro et son blouson noir (et toujours la petite touche spéciale : chaussettes de footballeur et talons hauts !). Commence alors leur bal nonchalant et dégingandé.

On a les intros faite de sa voix si particulière avant quasiment chaque morceau .... "C'est l'histoire de cet homme qui est mort et qui ne le sait pas ..."
Leur look est exceptionnel (à leur habitude). On a Thomas en roi de l'harmonica, avec sa ceinture d'instruments. Et puis Arthur, Stephan, Charles ... Bretelles rouges, écharpe orange, chapeau de paille .... A chaque fois que je les vois et que je les entends, j'ai un petit parfum de O'Brother des frères Coen qui me vient.



Le thème des chansons n'est pas non plus innocent. Ils ont écrit Sellars pour le plus jeune des condamnés à mort. La voix de Rosemary est d'une extrême intensité sur ce morceau. Et leur son si particulier est aussi le fruit du choix de leurs instruments : l'association guitares, harmonica, contre-basse et piano à soufflet apporte une richesse et un timbre fantastiques.

Le set et les "histoires" de Rosemary se suivent et ne se ressemblent pas ... "Une femme ... 1928 ... son amant est en retard sous la pluie de mousson : drame" (Intro de Mahjong). Parfois, elle met ses petites lunettes, les garçons se déchaînent, le son est fantastique (pour ça, jamais l'Akwaba ne déçoit !). C'est juste parfait et le public ne s'y trompe pas. C'est un tonnerre d'applaudissement.



On va aussi servir de cobaye on leur prochain album (en vente dans toutes les bonnes crémerie en Avril) et on ne va pas le regretter. A cette occasion, on nous présente Shane (toute nouvelle guitare), "nouvelle arrivée dans le groupe" et qui vient d'Australie. Elle va accompagner comme une reine ce nouveau morceau, qui est juste féérique ...

Ensuite, Rosemary s'assoie sur scène et la salle tente faire de même à la demande d'Arthur : "Et oui, c'est le bordel ... Mais c'est sympa quand même !" Elle joue en empilant de petites pièces de bois tout en continuant de chanter. Les lumières se baissent et elle réapparait nonchalamment allongée en robe rouge derrière son petit jeux de construction (portant toujours ses improbables chaussettes rouges ... de footballeur tchèque parait-il ;) ..... !!). Non contents de jouer merveilleusement bien cette musique, ils nous offrent en plus un univers absolument captivant.
Elle continue assise sur le bord de scène et les garçons s'alternent au micro pour l'accompagner.



L'interprétation de Lily, en acoustique, est de toute beauté. Elle est sexy, espiègle et sa voix est un un bonheur à chaque fois renouvelé. Ils sont tous les six alignés sur le devant de la scène et font mine de devoir se concerter pour continuer le spectacle. "Une petite chanson contre les préjugés" et c'est Jimmy, emboitée en choeur par le public, qui fait même la rythmique en clappant des doigts. Tout le monde est aux anges et les applaudissements en sont la preuve.
Puis vient Isabella. Ils s'écoutent les uns les autres, échangent regards et sourires : on partage vraiment un moment de grâce avec eux. Rosemary a cette attitude quand elle chante qui fait passer tant de chose. Elle nous raconte chaque fois toute une histoire à laquelle les musiciens répondent. Et quand la musique explose, elle embarque tout sur son passage.



On est mis en garde : "Si vous écoutez trop attentivement ce morceaux, demain serez-vous peut-être transformés en cochon". Toujours ces histoires à dormir debout ... Ou plutôt ces rêves éveillés ...
On termine le set (oui, hélas, il y a toujours une fin !) par un morceaux qui est tout à l'image du concert entier : prenant, brillant, talentueux. Ils sont tout simplement excellents !!

Il est évident que tout le monde attends le rappel. Rosemary nous chuchote un "Merci". "Epouse moi ...." lui crie un fougueux admirateur. "Je suis déjà marié" réponds Stephan, à qui on ne demandait rien ;) !!
Pour ces rappels, on a (dans l'ordre ...) : Une mise en garde pour les filles : les garçons apparaissent le soir comme des étoiles et le lendemain, ils sont éteins. Ils commencent à deux puis, un par un, ils vont tous regagner la scène.
Puis une autre mise en garde (pour les petites filles cette fois) : bientôt arrive trop vite.



Ce rappel terminé, la salle tente bien de remettre la musique de fond ... Mais personne ne l'entend de cette oreille. Il y a des cris jusqu'à ce qu'ils reviennent.
Un petit bijoux de second rappel. Je pense qu'on pourrait les garder sur cette scène pour la nuit entière. Du moins, on en meurt d'envie. Il y a bien une tentative, mais les lumières se rallument. Rosemary traverse alors la passerelle qui surplombe la salle sous un véritable tonnerre d'applaudissement. Du coup elle s'arrête. Et ils vont nous offrir un dernier morceaux comme ça, sous les combles. Petit moment de plaisir, d'une poésie fabuleuse.

Une soirée juste parfaite : un groupe merveilleux dans un cadre comme fait pour eux. Si vous n'y étiez pas, surtout ne ratez pas cela la prochaine fois. C'était tout simplement magique.

Setlist
1 - Where Is The Light
2 - Decaf
3 - Sellars
4 - Mahjong
5 - Clementine
6 - Beasty Jane
7 - Nobody Home
8 - Serial Fields
9 - Julie Gold
10 - Lily
11 - Robot
12 - Jimmy
13 - Isabella
14 - Motel
15 - I Will So
16 - Black Line
17 - Soon
18 - Fair And Tender
19 - Ladies

Moriarty : les dernières chroniques concerts

A Queen of Heart : Rosemary Standley & Sylvain Griotto en concert

A Queen of Heart : Rosemary Standley & Sylvain Griotto par Flag
Théâtre La Criée - Marseille, le 03/02/2014
Ne m'étant pas penché sur la programmation de La Criée à temps, la séance du 4 février du spectacle de Juliette Deschamps de The Queen Of Heart et interprété par Rosemary Standley... La suite

Moriarty - You & You en concert

Moriarty - You & You par Ysabel
Usine - Istres, le 09/12/2011
La première partie que nous propose L'Usine, pour nous mettre en appétit avant Moriarty, est juste idéale. C'est un super beau gosse avec une voix d'ange qui se casse légèrement... La suite

Festival du Bout du Monde : Bernard Lavillers & Bonga + Aloe Blacc + AfroCubism + Moriarty + 17 Hippies + I Muvrini + Muchachito Bombo Inffierno + Yael Naim & David Donatien + Systema Solar + Moussu T E Lei Jovents + Hanggai + Professor en concert

Festival du Bout du Monde : Bernard Lavillers & Bonga + Aloe Blacc + AfroCubism + Moriarty + 17 Hippies + I Muvrini + Muchachito Bombo Inffierno + Yael Naim & David Donatien + Systema Solar + Moussu T E Lei Jovents + Hanggai + Professor par Flag
Presqu'île de Crozon, le 06/08/2011
Le Festival du Bout du Monde - Jour 2 Deuxième journée de festival, avec une amplitude d'horaires plus large que la première journée. Aujourd'hui et demain, ce sera 15h00 -... La suite

Festival du Bout du Monde : Fanfare Ciocarlia + Moriarty + Staff Benda Bilili + Marcio Faraco + Gaetan Roussel + Jehro + Katzenjammer + Catherine Ringer en concert

Festival du Bout du Monde : Fanfare Ciocarlia + Moriarty + Staff Benda Bilili + Marcio Faraco + Gaetan Roussel + Jehro + Katzenjammer + Catherine Ringer par Flag
Presqu'île de Crozon, le 05/08/2011
Le Festival du Bout du Monde - Jour 1 A peine quitte-t-on la terre ferme (enfin, la terre intérieure), cap plein Ouest, longeant les méandres de l'Aulne, franchissant le superbe... La suite

Akwaba - Châteauneuf de Gadagne : les dernières chroniques concerts

Catfish + Kcidy en concert

Catfish + Kcidy par Lionel Degiovanni
Akwaba - Avignon, le 07/03/2015
Ce soir, départ pour le concert dans un lieu bien sympathique, l' AKWABA ! Je vais revoir ou plutôt redécouvrir CATFISH que j'avais pu découvrir lors du Paléo festival l'été... La suite

Kaly Live Dub - Ashkabad en concert

Kaly Live Dub - Ashkabad par Ysabel
Akwaba - Châteauneuf de Gadagne, le 01/02/2014
Ce soir, ce sont nos retrouvailles avec L'Akwaba ! Non pas que nous l'ayons boudé volontairement pendant cette année 2013 qui vient de s'achever, mais plutôt parce que ça c'est... La suite

Les Robertes + Heymoonshaker en concert

Les Robertes + Heymoonshaker par Lionel Degiovanni
Akwaba - Chateauneuf de Gadagne, le 02/11/2013
Ce soir-là, direction l'Akwaba, petit lieu très sympathique, dans le Vaucluse. Ce lieu est niché dans Châteauneuf de Gadagne et accueille souvent des petites perles. La... La suite

Natty Jean + Danakil Band + Dias + Korodjo + Conquering Sound en concert

Natty Jean + Danakil Band + Dias + Korodjo + Conquering Sound par Bertrand 13rugissant
Akwaba (Chateauneuf de Gadagne), le 16/03/2013
Soirée organisé par Korodjo c'est la Faites Sans OGM. Tout le weekend, des débats, des ateliers autour de cette problématique on ne peut plus d'actualité. Et pour animer nos petits... La suite