Accueil Chronique de concert Neutral Milk Hotel
Mercredi 27 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Neutral Milk Hotel

Neutral Milk Hotel en concert

Le Trianon, Paris 26 Mai 2014

Critique écrite le par




Concert terriblement attendu que celui de Neutral Milk Hotel au Trianon de Paris le 26 mai : les places ont été prises depuis environ 8 mois, c'est à dire dès leur mise en vente (au mois d'octobre 2013 si mes souvenirs sont bons !). C'est un rendez-vous particulier avec des retrouvailles en perspective et pas seulement parce que le groupe n'a que très peu donné signe de vie depuis un certain nombre d'années. Autant vous dire que l'excitation est palpable ! Le plan des opérations est assez simple :
18h30 - Ouverture des portes
19h30 - 1ère partie - Laetitia Sadier
20h00 - Neutral Milk Hotel



18 heures : j'arrive devant le Trianon, quelques jeunes hippies sont déjà assis devant l'entrée. Je décide d'attendre mes compatriotes au bar. Chaude journée sur Paris en ce dimanche de mai, qui nous fera d'ailleurs louper la quasi totalité du concert de Laetitia Sadier chanteuse du groupe Stereolab. Pour une fois que j'y allais en mode détente et oui car aujourd'hui pas de photos (rassurez-vous j'avais quand même un petit argentique avec moi). Visiblement Jeff Mangum n'aime pas du tout les photographes, il y a d'ailleurs eu une petite histoire entre nous, mais je ne vais pas spoiler la fin de cet épisode !



19H45 : on entre enfin au Trianon, magique endroit pour un moment folk-rock qui s'annonce tout à fait délicieux. La chaleur à l'intérieur est encore plus intense, on reprend une bière, on regarde la fin de la première partie en attendant patiemment 20 heures. Les minutes passent et le public est présent, bouillonnant, impatient, la pression est vraiment là. On se place bien devant au cœur de la fosse. On se fera même taquiner par deux jeunes gens pour les avoir soi-disant doublés... Les lumières s'éteignent, l'intensité monte encore d'un cran cela fait maintenant 40 minutes que le concert aurait dû démarrer. On n'en peut plus, le manque de son commence à se faire sentir, quand soudain les premières notes de Two Headed Boy se font entendre ! Le public est à la fois concentré, tendu, dansant, la voix de Jeff Mangum est à peine reconnaissable, on n'ose à peine y croire.



J'ai même sorti un "c'est pas lui !" en rigolant. Un des moments les plus fous pour moi - et je le savais déjà avant d'y être - sera l'interprétation du titre Holland 1945, mon morceau préféré (je crois que c'est surement dû à l'ambiance folk-punk que l'on ressent dans ce titre). Le sol de cette salle est très bizarre car on a l'impression d'être sur un trampoline, un pogo se déclenche en l'espace d'une seconde (si, si je vous assure) et fait jaillir toute l'intensité accumulée dès ce second morceau.



La suite du concert sera évidement ponctuée de ce genre de moment mêlant les deux albums du groupe et la diversité des styles qui les caractérise. On passera même par des moments au bords des larmes sur des moments intenses de folk guitare voix comme sur Oh Comely où l'ensemble du public s'est tu. Ghost fera encore vibrer ce particulier plancher, et donner une unité à cette communauté venue célébrer le retour éphémère du groupe. Vous trouverez certainement que je m'emporte un peu mais bon vous aurez plus souvent l'habitude de voir mes photos que d'avoir la peine de me lire ! Le concert se termine bien trop rapidement au goût de toute le monde, le stand de t-shirts se fait dévaliser, le sourire est sur toutes les lèvres.



On se fera virer très rapidement du hall pour aller reprendre nos esprit devant les portes de la salle. Cette attente nous aura permis de rencontrer les membres du groupe de discuter très succinctement avec eux et de presque me faire casser la gueule par Jeff Mangum, qui n'aura pas trop apprécié que je le photographie alors qu'il rentrait dans la voiture qui allait le ramener à l'hôtel. Suivront de brèves explications où je lui dirais que ça ne sera qu'un souvenir qui restera privé et par chance sur du film argentique, ce qui je crois lui empêchera de m'exploser l'appareil. Je sais que ce n'était pas très fin de ma part de l'avoir fait mais je mettrais cela sur le compte de la bière ! Pour conclure, on a passé un très bon moment d'indie folk rock à Paris, il fallait y être comme dirait l'autre !




Liens : www.walkingwallofwords.com, www.facebook.com/pages/Neutral-Milk-Hotel, www.radical-production.fr, www.facebook.com/radicalproduction...

 Critique écrite le 19 juin 2014 par TM


Neutral Milk Hotel : les dernières chroniques concerts

Neutral Milk Hotel (This Is Not A Love Song Festival 2014) en concert

Neutral Milk Hotel (This Is Not A Love Song Festival 2014) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 30/05/2014
Le concert événement des revenants de Neutral Milk Hotel - sortant tout droit des années 90 - était sans conteste l'un des grands moments du This Is Not A Love Song... La suite

Le Trianon, Paris : les dernières chroniques concerts

Frustration en concert

Frustration par lol
Le Trianon, Paris, le 06/03/2020
Frustration, qui d'habitude se cantonne à donner des concerts dans de petits clubs (qu'il retourne systématiquement), s'offrait une date parisienne de gala au Trianon pour terminer... La suite

Zakk Sabbath en concert

Zakk Sabbath par Lebonair
Le Trianon - Paris, le 15/02/2020
Le vendredi 13 février 1970, les pionniers du heavy metal sortaient leur premier album, " Black Sabbath ". Ce premier opus et tous ceux qui suivront dans les années soixante-dix... La suite

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés en concert

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés par lol
Festival Du bruit sur Paris, Le Trianon, le 16/11/2019
Arrivé trop tard à ce festival "Du bruit sur paris" pour apercevoir The Sons of O'Flaherty et Pipes and Pints, je suis malgré tout plongé directement dans le bain par le concert... La suite

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad en concert

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad par Pirlouiiiit
Le Trianon, Paris, le 16/11/2018
Ouf il était moins une. Ceux qui me connaissent bien vous diront que j'ai une vision assez personnelle de l'écoulement du temps et de combien de temps à l'avance il faut partir... La suite