Accueil Chronique de concert PJ Harvey (Eurockéennes de Belfort 2004)
Lundi 26 octobre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

PJ Harvey (Eurockéennes de Belfort 2004)

PJ Harvey (Eurockéennes de Belfort 2004) en concert

Grande scène, Belfort (90) 3 juillet 2004

Critique écrite le par






Le concert de PJ Harvey sur la grande scène des Eurockéennes de Belfort 2004 a grandement contribué à faire de ce samedi 3 juillet un Perfect day comme on n'en vit pas tous les quatre matins... Voir la diva anglaise en vrai, c'est quand même autre chose que d'écouter ses disques (même en boucle) ou de suivre en direct sur un écran géant son concert à l'Olympia en 2001 !



Et oui, ce n'est un secret pour personne, Polly Jean possède un incroyable charisme : avec sa voix - absolument bouleversante - , son attitude (mi majorette délurée, mi strip teaseuse toxique), sa tenue de scène à la fois classe et sexy, ses petits rires rafraîchissants, les quelques mots qu'elle prononce entre ses morceaux magiques, la troublante brune ne rencontre aucun problème pour ensorceler une assistance entière en moins de temps qu'il ne faut à Brian Molko pour plonger tout le monde dans un ennui profond.
PJ Harvey (principalement au chant mais aussi à la guitare abrasive et aux maracas), Josh Klinghoffer (un guitariste survolté dévalant les morceaux en perpétuel déséquilibre doublé d'un deuxième batteur déchaîné), Rob Ellis (parfait à la batterie, aux chœurs et aux claviers) et un dénommé Dingo à la basse vrombissante forment un véritable groupe capable de transcender un répertoire en 1 h 15 chrono... Tour à tour ultra rock, blues déglingué, bruitiste ou pop, les morceaux sont servis par des interprétations habitées, évocatrices et délibérément brutes. L'auditeur/spectateur se retrouve embringué dans une sorte de danse tribale presque vaudoue, encouragé qu'il est par une fascinante meneuse de revue ravie d'être là... PJ Harvey ne pouvait pas trouver meilleure promotion pour son nouvel album Uh huh her qu'un concert comme celui-ci où sa foi rock/blues irradie sa musique à chaque instant. Chaque spectateur a pu vérifier de visu que le magnétisme imparable qu'on lui prête habituellement n'était en rien usurpé...

Devant un tel spectacle, on se rend compte très clairement que Polly Jean Harvey est dévorée par un incroyable feu intérieur. Puisse t'il brûler longtemps encore, on croise finalement assez rarement des musiciens possédant cet atout si précieux.


Sites Internet : www.pjharvey.net, www.eurockeennes.fr.

A lire également : le compte-rendu complet des Eurockéennes 2003.

(Photo : Jean-Pascal Blache)

PJ Harvey : les dernières chroniques concerts

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 18/08/2017
Après une très bonne mise en en bouche la veille avec les excitants sets d'Andy Shauf et Allah-Las à la Nouvelle Vague de Saint-Malo pour la soirée d'ouverture de La Route du... La suite

Interview avec Steve Albini du groupe Shellac (en tournée en mai 2017) en concert

Interview avec Steve Albini du groupe Shellac (en tournée en mai 2017) par Pierre Andrieu
Chicago, le 03/06/2017
Inutile de tourner autour du pot, Steve Albini est une légende vivante du rock, une légende hautement respectable pour son travail d'ingé son/producteur réalisé sur des disques... La suite

PJ Harvey  en concert

PJ Harvey par Pirlouiiiit
Terminal 5, New York, le 15/08/2016
Ce (lundi) matin nous sommes restés à l'appart. D'une part parce que j'ai réussi à bloquer la lumière¨ avec le carton qui m'avait permis d'amener les vinyles de Quetzal Snakes,... La suite