Accueil Chronique de concert Sergio Mendes & Brasil 2014, George Clinton & The Parliament Funkadelic (festival Jazz des Cinq Continents 2014)
Dimanche 29 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Sergio Mendes & Brasil 2014, George Clinton & The Parliament Funkadelic (festival Jazz des Cinq Continents 2014)

Sergio Mendes & Brasil 2014, George Clinton & The Parliament Funkadelic (festival Jazz des Cinq Continents 2014) en concert

Palais Longchamp, Marseille 20 juillet 2014

Critique écrite le par

FJ5C by Pirlouiiiit 20072014

C'est ce qui s'appelle avoir de la suite dans les idées. Il y a un an jour pour jour, le festival Jazz des Cinq Continents proposait un plateau encore dans toutes les mémoires avec Gilberto Gil et Nile Rodgers, on a ce soir sa suite logique et classieuse.

FJ5C by Pirlouiiiit 20072014


Le présentateur de la soirée ne cache pas sa joie que la soirée ait bien lieu après une journée pluvieuse qui n'engageait rien de bon et précise que c'est la première fois que Sergio Mendes joue à Marseille. Mieux vaut tard que jamais, après un bon demi siècle de carrière.

Sergio Mendes by Pirlouiiiit 20072014

Sourire radieux derrière son piano, il est ce soir accompagné de trois choristes, un bassiste, un guitariste, un percussionniste, un claviériste et un rappeur. Ce dernier sera un peu le maillon faible de la formation, avec des interventions tombant souvent à plat, y compris sur le très attendu "Mas que Nada", comme si les Black Eyed Peas ne l'avaient pas suffisamment salopé en leur temps.

Sergio Mendes by Pirlouiiiit 20072014

Autre moment un peu ennuyeux du concert, ce "Never Gonna Let You Go" slow dégoulinant de saxo so eighties, qui vieillit beaucoup moins bien que les perles des années 60 et 70 qui constituent heureusement la majorité des titres joués ce soir.

Sergio Mendes by Pirlouiiiit 20072014

On apprécie, comme pour Gilberto Gil l'an dernier, que le Brésilien s'exprime aussi bien en Français, pour présenter les musiciens et les titres joués, sans oublier de rendre hommage au grand Jobim pour les superbes "Girl from Ipanema" et "Água de Beber" reconnus par une audience aux anges.

Sergio Mendes by Pirlouiiiit 20072014

"Roda" est également très applaudie, un des moments les plus dansants avant un solo de percussions assez spectaculaire. Et que dire du sublime "The Look Of Love" de Bacharach, sinon qu'on en aurait aimé une version moins circoncise.

Sergio Mendes by Pirlouiiiit 20072014

L'alchimie entre les musiciens et les voix y atteindra à ce moment là des sommets, faisant encore plus regretter les moments plus convenus.
Pour une majorité du public dont quelques uns ont esquissé d'élégants pas de danse, c'est un succès indiscutable.

George Clinton & The Parliament Funkadelic by Pirlouiiiit 20072014

Il est temps de se rapprocher des premiers rangs pour ne rien rater de ce qui suit, pas même découragé par les habituels et désespérants filmeurs en herbe à qui la tête affiche aurait pu balancer "leave your dumb phone and your ass will follow". George Clinton donc, encore jamais vu en vrai, et pas immédiatement reconnu sans sa barbe et ses dread multicolores (cachés sous sa coiffe ?), avec une vingtaine de musiciens issus de Parliament et de Funkadelic.

George Clinton by Pirlouiiiit 20072014

Parmi les plus jeunes membres de cette belle famille P-Funk, il y a même une des petites filles de cette légende vivante, finalement peu connue du grand public mais à l'empreinte immense sur la musique actuelle. Dans le public de ce soir, des jeunes qui ont du télécharger "Give Up The Funk" après l'avoir entendu dans une pub, des moins jeunes qui ont décortiqué les samples utilisés par Dr Dre, et des encore moins jeunes qui se sont découvert en transpirant sur "Mothership Connection" (hélas absent de la setlist ce soir).

George Clinton & The Parliament Funkadelic by Pirlouiiiit 20072014

Guitares furibardes, choristes déchaînées, basse à perforer les tympans, batterie et percussions cataclysmiques, l'introduction est terrible, hérisse les poils et file des frissons dès les première notes : "I bet you" toute en montées vertigineuses histoire de placer la barre très haut dès le départ.

George Clinton & The Parliament Funkadelic by Pirlouiiiit 20072014

La longue attente pendant le changement de plateau, qui donnait l'impression que le groupe faisait ses balances à l'arrache, n'aura pas été vaine, le trip sensoriel peut commencer. Un de leurs morceaux demandait "qui a dit qu'un groupe de funk ne pouvait jouer du rock ?", on en a la démonstration jouissive en long, en large et en travers ce soir.

George Clinton & The Parliament Funkadelic by Pirlouiiiit 20072014

C'est à la fois agressif, sensuel, épuisant mais tellement bon qu'on en oublie que cette année la soirée groove tombe malheureusement un dimanche, bonjour les courbatures le lendemain au taf. Avec coup sur coup deux des titres les plus emblématiques de la facette dansante du combo, "Flash light" et son refrain aux harmonies sous gaz hilarant enchaîné avec l'irrésistible "(Not Just) Knee Deep", à nous mettre littéralement à genoux devant tant d'énergie.

George Clinton & The Parliament Funkadelic by Pirlouiiiit 20072014

Si l'accent festif est bien mis en avant au départ, le coté plus sombre du groupe n'est pas oublié pour autant avec le terrible "Maggot Brain" où planent à la fois les ombres d'Hendrix et d'Eddie Hazel. Ce solo de Michael Hampton, par ailleurs excellent sur tout le concert, est un des sommets de cette soirée, mais à peine remis de nos émotions il va falloir retrousser ses manches et débloquer ses hanches pour un final au delà des espérances les plus folles.

George Clinton & The Parliament Funkadelic by Pirlouiiiit 20072014

D'abord chanté acapela et repris par les connaisseurs, "One nation under a groove" recentre les ébats avec là aussi une version sujette aux digressions les plus psychédéliques. Pour mieux nous achever, deux énormes tubes suivent, le précité plus haut "Give up the funk" où tout le monde est invité à sauter, c'est parfait avant d'aller rejoindre le tram se dit on.

George Clinton & The Parliament Funkadelic by Pirlouiiiit 20072014

Sauf qu'on serait resté un peu en chien sans entendre "Atomic Dog" où c'est la basse de Robert Bunn qui a la vedette, alors que la scène est investie par des chanceuses membres du festival. Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette performance qui a duré encore plus longtemps qu'attendu (près de deux heures) et redonné envie d'écouter ces classiques avec en plus de leurs pochettes déjà culte d'authentiques souvenirs visuels plein la tête.

Plus de photos par Pirlouiiiit par ici


Bonus video :


et une petite de Sergio Mendes par ici



Festival Jazz des Cinq Continents : les dernières chroniques concerts

John Zorn, Festival Jazz des Cinq Continents  en concert

John Zorn, Festival Jazz des Cinq Continents par Vv
Palais Lonchamp Marseille, le 26/07/2019
Un soir d'eté, alors que le palais longchamp fini d'enrouler sa cape étoilée sur ses épaules, un gargouillis spectral fait fuir les ours morts hors des cages du zoo désaffecté. Les... La suite

John Zorn Bagatelle Marathon -Festival Marseille Jazz des Cinq Continents en concert

John Zorn Bagatelle Marathon -Festival Marseille Jazz des Cinq Continents par Phil2guy
Palais Longchamp - Marseille, le 25/07/2019
John Zorn qui joue à 200 mètres de chez soi, c'est quand même un événement à pas manquer. Dans cadre du Festival Marseille Jazz des Cinq Continents, le saxophoniste-compositeur... La suite

Raphaël Imbert & la Cie Nine Spirit, The Good, the Bad & the Queen (Marseille Jazz des Cinq Continents 2019) en concert

Raphaël Imbert & la Cie Nine Spirit, The Good, the Bad & the Queen (Marseille Jazz des Cinq Continents 2019) par G Borgogno
Marseille, Festival Jazz des Cinq Continents., le 24/07/2019
RAPHAEL IMBERT & LA CIE NINE SPIRIT/ THE GOOD, THE BAD & THE QUEEN. Raphaël Imbert & la Cie Nine Spirit ouvrent la soirée dignement. Habitués du Festival , depuis 20 ans, ce... La suite

José James + Marcus Miller (Festival Jazz Des Cinq Continents) en concert

José James + Marcus Miller (Festival Jazz Des Cinq Continents) par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 23/07/2019
Après le Theatre Silvain et le Mucem, le festival finit avec une semaine au Palais Longchamp avec un programme de choix, du rock de Damon Albarn aux expérimentations de John Zorn... La suite

George Clinton : les dernières chroniques concerts

George Clinton and Parliament Funkadelic + Malka Family par lol
Casino de Paris, le 03/07/2018
C'est toujours frustrant d'assister à un mauvais concert ! Ce concert de George Clinton était malheureusement un modèle du genre. Pourtant, tout avait bien commencé... Au cœur de l'hiver, l'annonce de la mise en vente des places pour le traditionnel concert parisien du mois de juillet de Mister Clinton et de son P-Funk Band faisait l‘effet... La suite

Indochine+Noir désir+Gonzales+Dionysos+Chokebore+Mass Hysteria+Tarmac+Morning Star+An Pierlé+Jeronimo+Alughana+la Ruda Salska+Remy Bricka.... par M. Verriez
Festival de Dour (Belgique), le 14/07/2002
Dour 2002 : Comme chaque année, le festival de Dour (Belgique) propose une affiche des plus complètes et des plus éclectiques. Sept scènes cohabitent sur la plaine de la machine à feu, qui sera le théâtre de découvertes, de confirmations ou de déceptions. Jeudi 11 : Le premier groupe à se produire est Alughana, et c'est la première bonne... La suite

Clinton & P-Funk all stars par gégématic
Montreux, le 17 Juillet
Je ne l'avais jamais vu avant, mais ceux qui l'ont connu du temps de sa splendeur, savent que George, n'a jamais été James Brown. Bien sur, il ne chante pas beaucoup, il fout même pas grand chose, à part faire le clown. Mais ce n'est pas grave: il communique un truc inimitable aussi bien à ses musiciens qu'a son public. Ce style mourra avec lui,... La suite

george clinton & the P Funk par Raekwon
Le Bataclan, le 21 juillet 2004
Le roi du Funk avec tous ses potes... Un concert à ne pas louper, + de 3h00 de show et de chaud (100% d'humidité dans la salle et une chaleur terrible). Souvent en retrait des personnages de son possie : 2 guitaristes qui enchaînent des solos à faire peur aux plus metalleux d'entre nous, 2 batteurs qui attaquent les peaux, des vieux de la... La suite

Palais Longchamp, Marseille : les dernières chroniques concerts

Onefoot + Jeff Mills & Emile Parisien + GoGo Penguin + Cory Henry & The Funk Apostles (festival Marseille Jazz des Cinq Continents 2018) en concert

Onefoot + Jeff Mills & Emile Parisien + GoGo Penguin + Cory Henry & The Funk Apostles (festival Marseille Jazz des Cinq Continents 2018) par pirlouiiiit
Parc Longchamp, Marseille , le 28/07/2018
Cette année bien faille complètement passer à côté du Festival Marseille Jazz des Cinq Continents. Non pas que l'affiche ne me plaise pas mais plutôt faute de temps ou de savoir... La suite

Imany / George Benson (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Imany / George Benson (Festival Jazz des Cinq Continents) par Zulone
Parc Longchamp, Marseille , le 27/07/2017
La nuit tombe sur le Palais Lomgchamp, le ciel laisse place à un petit coucher de soleil venté. Dans tout le parc raison les premiers échos de la voix chaude et berçante de la... La suite

Herbie Hancock, Émile Parisien, Vincent Peirani (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Herbie Hancock, Émile Parisien, Vincent Peirani (Festival Jazz des Cinq Continents) par Marcing13
Palais Longchamp Marseille, le 28/07/2017
Nous voilà ce soir peut-être pour le point d'orgue de cette édition 2017 du festival de Jazz des Cinq Continents, qui accueille une légende du Jazz : Herbie Hancock dans son... La suite

Tony Allen Quartet, Roy Ayers band + Seun Kuti & Egypt 80 (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Tony Allen Quartet, Roy Ayers band + Seun Kuti & Egypt 80 (Festival Jazz des Cinq Continents) par Pirlouiiiit
Parc Longchamp, Marseille, le 29/07/2017
L'année dernière je ne sais plus pourquoi mais je n'avais couvert aucun des concerts du festival (oui je réutilise mon intro de la précédente chronique !). Cette année 3 soirs.... La suite