Accueil Chronique de concert Stereophonics + Feeder
Jeudi 26 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Stereophonics + Feeder

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 06 octobre 2001

Critique écrite le par

En ce 6 octobre 2001, il fallait arriver à l'heure à la Coopérative de Mai pour assister aux 35 minutes du show de Feeder, en première partie des Stereophonics. Le terme "show" n'est pas usurpé : ce power quatuor britannique dépense une énergie impressionnante pour convaincre le public, ce sont de véritables chauffeurs de salle ! Dès qu'il y a un petit break, le bassiste et le clavier haranguent la foule pour obtenir une réaction encore plus hystérique. Bien qu'ils soient peu connus en France, leur power punk pop déclenche force applaudissements et sauts dans la salle, bien remplie. Leurs chansons sont très accrocheuses et elles comprennent toujours un refrain surpuissant à hurler entre amis. Comme ils sont souriants et affables, on leur pardonnera le slow moyen avec arpèges de guitare entendus 50000 fois. Le reste du concert est joué à 100 à l'heure, un peu à la manière de Placebo. Même si leur musique est un tantinet commerciale, Feeder est un bon groupe qui donne la pêche. Dans peu de temps, ils devraient jouer dans les stades en Angleterre et faire hurler les groupies.


Les Stereophonics arrivent ensuite, je les avais déjà vus, encore sous forme de trio, à Rock au Max en 1998. Leur concert m'avait bien plu, ils étaient jeunes, fougueux et contents de jouer. Le mini-concert acoustique donné à la FNAC, le même jour, était, lui aussi, très réussi. En ce samedi soir de l'an 2001, ils ont l'air mous comme des chiques. Peut-être est-ce la correction infligée cet après-midi en rugby par l'ASM à Cardiff ? 37 à 10 ! En plus, les joueurs de Cardiff ont mis un essai alors qu'ils étaient à 15 contre 12, ce n'est pas très glorieux. C'est vrai que pour de fiers Gallois, ça doit être difficile à digérer, une telle branlée... Mais bon, ce n'est pas de notre faute ! L'arrivée des Stereophonics est saluée par des hurlements hystériques, de nombreuses jeunes femmes semblent subjuguées par le physique avantageux de Kelly Jones. Je change de place, lassé d'entendre hurler sans fin : "Kelly !", "Keeeellyyyy !", "Richard !"... De nombreux Gallois, venus pour le match, soutiennent aussi à fond leur groupe. Ils sont, eux, vrailment en pleine forme... Ce soir, pendant les 1 h 30 du concert, Kelly Jones dira quatre ou cinq mots, ne décrochera pas un sourire et n'enlèvera pas ses lunettes fumées de rock star. Il semble blasé et en pilotage automatique. Assurer le service après vente de "Jeep", son nouvel album, ne semble pas le rendre fou de joie.
Le concert commencent avec "Mr writer", le premier single du nouveau disque. L'ajout d'un clavier et d'une deuxième guitare apporte un plus sur ce titre mais après, on ne peut pas dire que ça soit très réussi. Cela alourdit même le tout. Même si les fans hurlent entre les morceaux et dès qu'il y a un blanc dans une chanson, les titres suivants sont d'une mollesse incroyable. Les compositions manquent cruellement d'inspiration. Le parti-pris de sortir un album plus calme était louable, mais il fallait penser à composer des chansons un peu plus originales ! Les Stereophonics s'orientent vers un classic-rock assez décevant. C'est dommage, car la voix de Kelly Jones, même si elle rappelle Brian Adams, est plutôt agréable. Par contre, saluons la performance du batteur. Il fait le spectacle et arbore une coupe de cheveux du plus bel effet, un peu à la Louis 14. Plus près de nous, il a de faux airs de Brian May, le guitariste de Queen, c'est dire l'étendue des dégâts ! Le bouquet, c'est le ventilateur dans les cheveux...
Le concert, ne décollera qu'au cours de l'unique rappel où trois morceaux du premier album sont interprétés. "Not up to you" et "Local boy in the photograph" réveillent le groupe, qui semble moins abattu. Puis, leur travail accompli, ils vont se coucher dans leur hôtel quatre étoiles. Moyen. Feeder méritait la tête d'affiche.

Feeder : les dernières chroniques concerts

Feeder par le marquis
Le bataclan, Paris, le 23/05/2006
Vous avez deja paye 25 euros pour manger un kebab ? moi oui... La comparaison n'est peut être pas évidente, mais feeder sapparente un peu a ce genre plaisir coupables de fin de soiree (elle est pas de moi cette phrase.. ) , une nourriture peu raffinee mais qui satisfait les papilles engourdies avec des elements simples et pas mal de gras... La suite

Feeder par M
Le reservoir-Paris, le 21/06/2001
Je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé...L'excellent groupe power pop Feeder était à l'affiche (gratos!) pour la fête de la musique dans une minuscule salle parisienne.Franchement en voyant ça je me suis dis:" c'est pas la peine, tu va attendre 3h devant la salle et tu pourras même pas rentré tellement il y'aura de monde!"PAAAS DU TOUT!!... La suite

Muse par Damien
Ancienne Belgique, Bruxelles, le 21/05/2001
Mon premier concert de Muse, j'avais gagné les dernières places à la radio et c'était inesperé de pouvoir les voir live... Super excitant, et le concert fut à la mesure de nos attentes, avec Feeder en première partie, un groupe qui tue, la salle était chauffée à blanc pour nos anglais favoris. Tout y est passé, un show formidable, un jeu de... La suite

Stereophonics : les dernières chroniques concerts

Stereophonics en concert

Stereophonics par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 29/01/2020
21 années se sont écoulées entre le premier et le dernier passage des Stereophonics à l'Olympia. En 1999, c'était rock mais déjà passable, le public était jeune et Kelly Jones... La suite

Gorillaz, Noel Gallagher, The Killers, Rag'n'Bone Man, Stereophonics (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 2) en concert

Gorillaz, Noel Gallagher, The Killers, Rag'n'Bone Man, Stereophonics (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 2) par Coline Magaud
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 22/07/2018
Deuxième et dernier jour au Lollapalooza Festival. La faune n'a pas changé, la poussière est toujours là et le soleil, même s'il joue à cache-cache avec les nuages, nous promet... La suite

Bruce Springsteen & The E Street Band, Xutos & Pontapés, Stereophonics en concert

Bruce Springsteen & The E Street Band, Xutos & Pontapés, Stereophonics par Fred B
Rock in Rio - Lisbonne , le 19/05/2016
Rock in Rio est un festival créé au Bresil en 1985. Depuis quelques années, il s'est internationalisé, et du coup des éditions ont eu lieu à Lisbonne et à Madrid. Cette année... La suite

Festival Rock En Seine : Stereophonics, Two Door Cinema Club, Paolo Nutini, Martina Topley Bird, LCD Soundsystem, Queens of The Stone Age, Massive Attack  en concert

Festival Rock En Seine : Stereophonics, Two Door Cinema Club, Paolo Nutini, Martina Topley Bird, LCD Soundsystem, Queens of The Stone Age, Massive Attack par Lebonair
Domaine national de Saint Cloud , le 28/08/2010
2ème journée à Rock En Seine et 1er constat, il fait beau, bien meilleur que la veille : pas de gros nuages menaçants, de ciel gris noir, juste de petits nuages blancs et un ciel... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) en concert

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) par Didlou
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/03/2020
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la Coopérative de Mai, vingt ans ça se fête et la salle clermontoise sait le faire avec plein de concerts à l'affiche (IAM, Mustang, Iggy Pop,... La suite

Pomme (Les Failles Tour) en concert

Pomme (Les Failles Tour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/02/2020
Grande Coopé quasi complète pour la pétillante et mélancolique Pomme, venue présenter de manière touchante, drôle et assurée son très beau deuxième album d'obédience chanson folk,... La suite

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite