Accueil Chronique de concert The Cure (The Cure Lost World Tour 2022)
Lundi 6 février 2023 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022)

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022) en concert

Zenith de Nantes 15 novembre 2022

Critique écrite le par





Difficile d'être plus emblématique que The Cure ! Au cœur des années 80, le spleen adolescent teinté de post punk de Robert Smith a marqué de manière indélébile toute une génération. Il fallait du coup probablement être né entre 67 et 77 pour avoir le droit et la légitimité d'assister à cette nouvelle tournée, qui passait par Nantes en ce 15 novembre 2022. Les membres du public de moins de 45 ans devaient se compter sur les doigts de la main : les années ont passé, et on ne croise plus dans le public les armées de clones de Robert Smith et de Siouxie d'antan. Ils se sont métamorphosés en d'aimables quinquagénaires qui semblent venir à la recherche de leurs émotions adolescentes perdues... En revanche, le poids des années ne se ressent aucunement sur The Cure. Que ce soient le look, l'attitude sur scène, le son, tout est conforme à la légende. Ce qui frappe le plus c'est la voix d'adolescent plaintif si caractéristique de Mister Smith. Elle n'a pas bougé d'un millimètre, tout comme le son de sa guitare et des coups de basses métronomiques de Simon Gallup.



Bref, The Cure est à la hauteur de sa réputation. Comme de coutume, Smith & Co nous offriront un concert fleuve et envoutant de près de 3 heures. Dans son architecture, le concert sera, cette fois-ci encore, une longue montée en puissance commençant par des ballades atmosphériques pleines de spleen qui s'achèvera dans un déluge de tubes historiques. Les versions de "Pictures of you", "Kyoto song", "A night like this", "Lovesong" ont d'emblée poser les bases identitaires curistes pour le plus grand bonheur du public, plus envouté, hypnotisé et emporté que démonstratif. De nouvelles chansons, dans le même esprit, s'enchaineront avant de laisser la place à pléthore de titres dont quatre extraits de l'album culte "Seventeen seconds". Après "M" et "At night", on passera aux "choses sérieuses" avec "Play for Today", "Charlotte Sometimes" et "the "Drowning man", sans oublier une formidable version d'"A forest". Qui sera probablement le meilleur moment de ce concert et mettra fin au premier rappel, assez bref.



Cure revient porter l'estocade avec un enchainement tubesques qui sortira le public de son état d'hypnose grâce à "Lullaby", "The walk", "Friday I'm in love", "Close to me", "In between days", "Just like heaven" et "Boys don't cry". Sur le papier, tout est parfait, de très haut niveau et conforme à ce qu'on attend du mythique combo formé à Crawley ! Mais on a cependant quelques réserves. La première d'entre elles est le son proéminant de la batterie de Jason Cooper. En démonstration de bucheronnage et de sur-jeu permanents, la batterie a étouffé, recouvert une bonne partie de la finesse et de la délicatesse de l'osmose du son historique de Cure. La deuxième est l'équilibre de la set list. On a bien ressenti que Robert Smith savourait davantage les longues mélopées pleines de spleen des 90 dans les premières minutes du concert, que la partie" best of" a été joué en mode automatique, sans digressions et relectures habitées... C'est dommage car le public répondait présent et ne demandait qu'à se laisser emporter.



Bref, il y a une pointe de déception pour cette prestation des Cure, mais peut-être en attendais-je trop ? Cela ne remet cependant pas en cause le talent, le formidable répertoire et la nécessité de les voir sur scène. Mais on aimerait quand même que le groupe change de batteur. Et lui soumettre notre propre set list, dans laquelle on retrouverait "Faith", "Fascination street", "Jumping someone else's train", "Killing an arab", "Shake dog shake", "The holy hour", "Love cats", "10:15 Saturday night", "Three imaginary boys", "Fire in cairo", "Grinding halt", "Why can't i be you" et "Lost". Ajoutés aux titres historiques joués ce 15 novembre, cela aurait donné un concert nettement plus intense...

Photos : Valéry Joncheray www.facebook.com/vjoncherayphotographie

A lire également, une chronique (avec photos et vidéos) du show à la Halle Tony Garnier de Lyon, le 7 novembre 2022...











> Réponse le 17 novembre 2022, par David

C'est très subjectif et personnel de désirer une setlist. Chacun a sa propre setlist préférée. Pour moi le concert était excellent avec un seul regret, aucun morceaux de l'album "Pornography"...   Réagir

> Réponse le 19 novembre 2022, par Nico

[Zenith de Strasbourg - 19/11/2022] Je rejoint la critique du concert de Nantes sur la balance : grosse caisse qui envoie trop, après 5 titres écoutés en milieu de fosse, je suis allé en fond de fosse où j'ai pu apprécier un son plus équilibré : est-ce dû au changement d'endroit ou à un réglage de balance ? Ensuite, j'ai kiffé à mort.  Réagir

> Réponse le 20 novembre 2022, par Aurore

Je ne suis pas vraiment d'accord sur votre moyenne d'âge. Nous étions quatre au concert de moins 45 ans (moyenne à compter selon vous sur les doigts de la main) : 41, 38, 33 et 29 ans. The Cure est un groupe intemporel. Le concert était un très beau moment même si j'aurais aimé écouter quelques morceaux de "Ponography" et un peu plus de "Faith", ainsi que "10:15 Saturday night" (Robert a commencé le morceau en nous faisant une petite blague), mais on ne peut pas contenter tout le monde.   Réagir

> Réponse le 20 novembre 2022, par Jérôme F

[paris - 20/11/2022] En réponse à Lol concernant le retour sur le concert des Cure à Nantes, chacun aura son avis sur les musiciens, le show et la set list. Concernant le choix des morceaux, The Cure est un rare groupe qui change sa set list tous les soirs, en fait si vous regardez sur le site www.setlist.fm vous verrez qu'ils ont une sélection de 3 ou 4 set lists types qu'ils adaptent. Autre site intéressant pour les fans sur tous les concerts, le site thecure.de Salutations curistes  Réagir


The Cure : les dernières chroniques concerts

The Cure & The Twilight Sad (The Cure Lost World Tour 2022) en concert

The Cure & The Twilight Sad (The Cure Lost World Tour 2022) par Pierre Andrieu
Accor Arena, Paris Bercy, le 28/11/2022
Concert épique de 2h45 signé The Cure à Paris Bercy le 28 novembre pour la dernière date de la tournée française du cultissime groupe anglais, toujours emmené par un Robert... La suite

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022) en concert

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022) par Fred Le Falher
Zénith de Toulouse, le 13/11/2022
Ce dimanche 13 novembre 2022, on est allés voir les Cure à Toulouse avec ma meuf. Oui, moi je dis les "Cure" et pas "The Cure" parce que je suis pas du tout un puriste. Et puis... La suite

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022) en concert

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022) par Pierre Andrieu
Halle Tony Garnier, Lyon, le 07/11/2022
La musique de The Cure agit comme une madeleine de Proust : si on croque dedans quand on est jeune, elle a des effets très addictifs et évocateurs, qui font qu'on a toujours... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite