Accueil Chronique de concert The Hyènes + The H.O.S.T
Mercredi 24 février 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Hyènes + The H.O.S.T

The Hyènes + The H.O.S.T en concert

Portail Couou - Salon de Provence 1 mars 2013

Critique écrite le par

Quel point commun y at-il entre une bande de pistoleros et une bande de vilains garçons d'au-delà du périphérique ? un concert au Portail Coucou de Salon de Provence.



Le temps de se soigner les yeux avec l'exposition photographique de notre confrère et ami Boby et ses tirages argentiques de scène ou de portraits d'artistes, le trio des longs manteaux de Marseille The H.O.S.T - mais que personnellement j'ai généralement plus vu rôder dans les contrées de Salon de Provence - ouvre le bal, avec un rock dense, puissant, à la base rythmique impeccable (Thomas Campion à la batterie, le plus discret mais efficace). Faisant la part belle aux guitares franches et une basse percutante, les morceaux reposent généralement sur les deux voix impeccables de Jullien Arniaud (le précheur du groupe) et Vincent Fraschina (électrique), respectivement leader-guitare et bassiste.



Ces trois là font du bruit comme cinq, et ne souffrent visiblement pas d'un manque de renfort (on penserait d'emblée à une guitare supplémentaire). L'influence outre-atlantique, voire nord-américaine, est assumée (jusqu'à l'imagerie et l'apparence du trio à barbes et à chemises à carreaux assumées), sans qu'on (je) ne parvienne cependant à déterminer le canal historique. La majorité des intonations feraient pencher vers un rock californien - par la rigueur, la lourdeur des guitares et les envolées vocales - d'autres sonorités réveillant quelques penchants plus "american-roots", plus terrestres, plus reculées, voir sub-urbaine, le cv affirmant des affinités Queens Of The Stone Age, Pearl Jam ou Arctic Monkeys, sans qu'ils n'aient à en rougir si interrogation écrite ou musicale.



Alors que leur musique contient un je-ne-sais-quoi de rage retenue, aucune surabondance d'énergie dans le jeu de scène, la musique est plus intérieure que visuelle, pasteur-Jullien Arniaud au lead, même s'il doit être impossible au bassiste de manger un cornet de pop-corn sans en répandre partout s'il tient une basse entre les mains (oui... je sais).

On s'attend donc à une débauche d'énergie aux antipodes de la première partie avec l'entrée de The Hyènes, quatuor de garçons potaches, qui ont formé leur groupe, comme ça, parce-que (initialement au seul objectif d'une musique de film d'Albert Dupontel), et qui visiblement composent, arrangent, et performent comme ça, parce que (j'ai une idée, je l'écris, je la joue parce que j'en ai envie. Point). "Maman ne pouvant me faire qu'une seule fois / La postérité ça n'existe pas" (La Peur). Peace and Loud. La zen-attitude à la sauce rock périph'.



Le tempo est sans prise de tête, retour au rock de base aux accords restreints, aux architectures simples (sans sens péjoratif) couplet-renfrain-coulpet-solo-pont-refrain. Là encore, section rythmique puissante, électrique et rageuse (Denis Barthe à la batterie et Jean-Paul Roy ici à la guitare - ex-Noir Dez - Olivier Mathios à la basse). Vincent Bosler, sorte de Didier Wampas sous dosage en Témesta sans doute un tout petit peu plus important, assume les rôles de mauvais garçon-fond-de-la-classe, ponctuant ça et là ses performances en surjouant et parodiant les attitudes bollywood'n roll (jeu du guitare derrière la tête, bras tendu et index-auriculaire dressés, guitare basse sur jambes-sécateurs écartées), mais résume généralement son jeu à une simplicité pincée de tics (chant en scrutant sans médiator, ponctuations à base de "bon, ça va ou bien ?", etc... ).



Ce n'est pas dans le nombre d'accords joués qu'il faut aller chercher les nuances et subtilités, mais dans les arrangements et les jeux, riffs guitares et basse entêtants, batterie dense (Punk is Dead, Dead Pompidou'z, etc...). Sans compter les deux reprises punchy, d'ACDC et de MotorHead. Pour la faire courte, ceux qui rechercheraient par erreur une renaissance de Noir Dez, passez votre chemin. Les nostalgiques de Telephone première saison, entrez et faîtes vous plaisir.



Tous les ingrédients pour un bon moment, une salle qui se lâche, quelques cris et slogans venant du public, un bon petit pogo à la limite. Mais rien. Ou presque. L'ambiance n'y est pas. Le groupe n'y est sans doute pour pas grand chose. La pierre n'est pas non plus à jeter au public, venu en nombre raisonnable. La setlist est-elle en jeu ? Le début de set par un ton plus potache que rock'n roll aurait-il plombé l'ambiance compte tenu du public (La Chanson Pour..., Die Deutschen, etc...) ? L'adrénaline montera tardivement d'un cran avec les morceaux alliant puissance et revendications, jusqu'à l'ironique On Dormira Quand On Sera Mort lancé juste avant les rappels. Pause avant les rappels réduite à sa plus simple expression (entendez : le temps de sortir et de re-rentrer...). Les trois morceaux des rappels me reconcilieront avec la soirée, un Punk is Dead en guise d'étandard du dernier album (Peace and Loud), un fiévreux Quand ça Gueule en guise de carte de visite historique et un final sur Ace of Spades de MotorHead. Point final. "Rendez-vous au bar dans deux minutes"...



Simplement un jour sans, un rendez-vou manqué. Les Hyènes ont beaucoup tourné et ricané, mais elles n'ont pas attaqué ce soir... ou elles ont épargné leur public. Une chance : il paraît qu'elle attaquent à plusieurs reprises. Ce sera pour la prochaine fois.

The H.O.S.T. : les dernières chroniques concerts

The Stranglers + the H.O.S.T. en concert

The Stranglers + the H.O.S.T. par Jacques 2 Chabannes
Le Mas Des Escaravatiers / Puget Sur Argens, le 11/07/2018
Docteur Martens et Mr. Black L'avant-match (et en VO, aussi...) via le Facebook officiel du groupe (https://www.thestranglers.net/). "Important notice: Due to the France v... La suite

Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Shiloh, x25x, Who s Mike, Da Leada, Run Run Run, Le Détail, Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, Laydown, Mon Vier, Swan Ink, Bankalos, Diplomacy Parker, The H.O.S.T. en concert

Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Shiloh, x25x, Who s Mike, Da Leada, Run Run Run, Le Détail, Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, Laydown, Mon Vier, Swan Ink, Bankalos, Diplomacy Parker, The H.O.S.T. par pirlouiiiit
rue Consolat, Marseille, le 18/09/2016
Chronique bouche trou pour ce qui aura été à ce jour ma plus chouette édition de la Rue du Rock (la première avec la rue ouverte à la circulation, la deuxième avec l'autorisation... La suite

(ma) Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, Swan Ink, 25, Laydown, The H.O.S.T. en concert

(ma) Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, Swan Ink, 25, Laydown, The H.O.S.T. par Philippe
Rue Consolat, Marseille, le 17/09/2016
Hail hail, Rock'n'roll ! Une merveilleuse après-midi en rock à la rue Consolat ! Encore une Rue du Rock, c'est déjà l'édition #4 ! Et ce pour la troisième année depuis que la... La suite

The H.O.S.T. + The Coyote s Dessert + Philippe Petit + Russel Swallow (Sound The Charge Release Party)  en concert

The H.O.S.T. + The Coyote s Dessert + Philippe Petit + Russel Swallow (Sound The Charge Release Party) par Philippe
Le Dock des Suds, Marseille, le 29/04/2016
Retenu en début de soirée par un bien agréable quoiqu'archi-bondé apéro-case velvétien (juste un jour parfait au Lollipop Music Store...), j'ai du traverser la ville en dinant... La suite

The Hyènes : les dernières chroniques concerts

Junky Monkeys + Soma + the Hyènes en concert

Junky Monkeys + Soma + the Hyènes par Ysabel
La Maison du Peuple - Gardanne, le 02/03/2013
C'est une soirée aux petits oignons qui nous attend à La Maison du Peuple de Gardanne. Une salle très sympa, avec une belle grande scène et surtout une belle affiche : Les Junky... La suite

Portail Couou - Salon de Provence : les dernières chroniques concerts

Soldièse en concert

Soldièse par Kris Tian
Portail coucou - Salon de provence, le 23/03/2017
Soldièse c'est de la production locale, c'est du bio et ça vous fera que du bien ! Je pourrais juste vous dire cela mais j'aimerais vous donner envie d'aller les écouter en live à... La suite

Uli Jon Roth en concert

Uli Jon Roth par jorma
Portail Coucou, Salon de Provence, le 01/10/2016
L'opportunité de pouvoir réécouter du vieux Scorpions, joué par Uli The Master himself, tout près de chez soi, ne se refuse pas. Enfin entendre, ou réentendre c'est selon votre... La suite

Black Strobe en concert

Black Strobe par Arnaud D
Portail Coucou - Salon de Provence, le 30/11/2013
Notre histoire avec Arnaud Rebotini et même le Portail Coucou auraient pu ne jamais commencer. Pour Arnaud, nous avons vu les premières minutes de son concert Techno au... La suite

Little Bob en concert

Little Bob par jorma
Portail Coucou - Salon de Provence, le 24/10/2013
Le Petit Robert poursuit sa destinée dédiée au rock n'roll et revient poser ses amplis dans le sud de l'hexagone pour notre plus grand plaisir, le temps notamment d'une date à... La suite