Accueil Chronique de concert Junky Monkeys + Soma + the Hyènes
Samedi 16 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Junky Monkeys + Soma + the Hyènes

Junky Monkeys + Soma + the Hyènes en concert

La Maison du Peuple - Gardanne 2 Mars 2013

Critique écrite le par

C'est une soirée aux petits oignons qui nous attend à La Maison du Peuple de Gardanne. Une salle très sympa, avec une belle grande scène et surtout une belle affiche : Les Junky Monkeys (que je vais découvrir), suivi de Soma (qu'on ne présente même plus) et The Hyènes pour terminer (avec rien de moins que deux transfuges de Noir Désir) ... C'est pas un chouette programme ça ?!!
A tout ça s'ajoutent deux bonnes surprises supplémentaires, avec notre ami Dégio (photographe de son état) qui débarque à l'impromptu et la perspective d'une bonne fin de soirée qui se profile avec Soma (petite bouteille de Vodka déposée en loge à cet effet ... Fruit d'un pari amical). Bref, une soirée aux petits oignons quoi (je vous l'avais bien dit !)



La joyeuse troupe des Junky Monkeys se met donc en place et joyeuse est bien le mot !! Tout le monde équipé de bretelles. Un bassiste en kilt, pieds nus et les mollets tatoués. Un guitariste en bermuda et chaussettes. Rouflaquettes à gogo et petites barbichettes. Et même réglage des instruments en mode "On envoie du lourd" !!



Ils vont immédiatement nous proposer un Rock de bonne facture, avec ce bassiste complètement ouf' et un batteur littéralement déchaîné. Le chanteur vient se poster à quelques centimètres du premier rang, guitare au poing, et il est clair qu'à voir la réaction instantanée du public, leur fan club est présent ! L'instant d'après, il part faire la nique au batteur, de dos, grimpé sur la plateforme ... Le tout en jouant de sa voix tout en force.



C'est dynamique. C'est festif. Leur côté décalé et "On ne se prend pas au sérieux" est hyper sympa. Quant au bassiste (j'y reviens), c'est juste un spectacle à lui tout seul ! Ils continuent, se déhanchant tous les trois en synchro. Font montre d'une incroyable pêche ... Un vrai bonheur à voir. Et pour ce qui est de l'écoute, on reste dans du fort bon Rock façon US, avec choré, rires et frappes énergiques des pieds. Une très belle ambiance, vraiment, et une énergie très communicative en plus.

Petite pause pour nous souhaiter une soirée "Bien chaude", avec du déhanché à la Elvis, rien de moins, et un petit solo de guitare plutôt impressionnant de la part de Mr. Bermuda !



"Est-ce que vous voulez du Rock ? Oui ?!! Alors on va vous faire un Reggae !!" le public joue le jeu des questions et des réponses. On enchaîne effectivement sur un rythme plus lascif ... Mais je me doutais bien qu'il fallait se méfier de l'eau qui dort. Les guitares s'en mêlent. La batterie se met en route. Et on change complètement de registre. C'est une musique à leur image : Pleine d'énergie, pleine de vie et surtout surprenante. Ils encouragent le public à crier et même à sauter sur place, pour les plus motivés. Ils s'éclatent et c'est un véritable plaisir de partager cela avec eux (et en plus ce n'est pas dur, tant ils savent communiquer tout ça à la salle).

Le guitariste se met à jouer instrument dans le dos. Ils enchaînent les morceaux les uns aux autres, sans plus faire de pause à présent. Et nous, on ne peut résister à faire tout ce qu'ils nous demandent. Tout le monde s'immobilise sur commande ... "Vous connaissez la légende du kilt ?!!" Qui ne la connait pas, je vous le demande ?!! Et bien je peux vous assurer que ce soir elle est bel et bien respectée :P !! (Rhooo et les enfants dans la salle, merde quoi !!)



Puis on enchaîne sur le cri qui tue ... Ils sont définitivement barjos, barrés et surtout irrésistibles. Ça continue sur la même lancée, sans perte d'énergie. Le batteur fait tourner ses baguettes au dessus de sa tête. Les guitares se font plaisir et tout ce petit monde ne tient pas en place une seconde, pour le plus grand plaisir de tous ... Ça siffle. Ça crie. Vraiment une belle ambiance.

Petit moment de pause avant la dernière, pour présenter tout le monde. Changement de guitare ... Qui est désaccordée. Pas grave, "C'est bon, je joue plus !" Il attaque avec son mégaphone, comme ça, l'air de rien, juste avant que ça reparte en live complet. Un morceau de malade (We Are Junky Monkeys, titre de leur EP), qui alterne parfum de Ragga et démarrages fulgurants. Ils font danser une dernière fois le public dans tous les sens ... Et tout le monde se met accroupi ... Et tout le monde saute. Bref, la totale !



Et je peux vous assurer qu'il n'a pas peur le garçon quand il saute dans la salle (le public n'est quand même pas si dense que ça !!). Mais tout se passe bien. Un dernier petit tour pour nous signaler que leur EP est en vente au prix d'une bière et puis s'en vont, sans oublier tout de même de nous montrer une dernière fois leur cul !! (Ah ma pauv' Dame, il n'y a décidément plus de jeunesse ;) !!!)

Beebop : Chant & Guitare
RudBoy : Guitare
Bagdad' : Basse
Bourgui' : Batterie

Setlist
1 - Intro
2 - Breakin' Balls
3 - Let's Play Song
4 - Son Of A Bitch
5 - She's Everywhere
6 - My Life, My Guitar
7 - We Are Junky Monkeys

***************************************************************************



Après la tornade Junky Monkeys (et je peux vous assurer qu'il faut s'en remettre ;) !!), c'est au tour de Soma de prendre possession de la scène. Alors on change d'ambiance et d'univers ... Lumières tamisées ... Musique qui monte doucement ... Et puis c'est comme si la machine s'enrayait.

Ils prennent tous place sur l'avant scène, très "groupés", déclenchant ainsi les cris de plaisir des Soma's Girl de la Fanbase qui sont collées à la barrière. En deux minutes ils envoient les pieds, avec Xavier qui prend déjà ses poses improbables. Lio, de son côté, entre dans cette posture si engagée physiquement qui le caractérise. Cou tendu à l'extrême, veines saillantes. Et l'air de rien, cette "petite salle" nous offre l'ambiance, le son et la lumière d'une grande, tout en préservant une belle intimité. En fait, à part la première fois que je les ai vu sur scène à La Fare Les Oliviers, je ne me suis jamais sentie aussi proche. Au point même de capter leur complicité.



Ils jouent en permanence les uns avec les autres (dans tous les sens du terme). Petits ponts ... Et à chaque reprise, c'est tout le public qui se retrouve embarqué. Lionnel frappe le sol avec rage. Les autres font les chœurs. Xavier vient taquiner Thomas, puis rejoint Sébastien pour un petit tête à tête très Rock.

Petite pause ... Et partage de leur plaisir d'être ici à Gardanne ce soir, comme une boucle qui est bouclée, puisqu'ils ont eux aussi participé à ce tremplin organisé par l'association Courte Echelle. Et puis on repart avec The Backyard, qui est sacrément Rock ce soir. Par moment la basse de Xavier est proche du sol à le toucher. Puis c'est au tour de Sébastien de s'offrir un petit tête à tête avec Thomas. Le visage de Lio est impressionnant, tant il est investit quand il termine avec le public à qui il fait reprendre le refrain, en l'accompagnant de sa guitare. On est proche du paradis ...



Il se plie en deux pour chanter dans son second micro. Atmosphère un peu plus 70's. Public attentif, avec même une petite Miss qui chante absolument tout au premier rang, avec une ferveur assez incroyable.

"Nobody's Hotter Than Gardanne ! C'est le titre de cette chanson ;) !!" s'amuse-t-il. Et celle-ci, quand ils l'envoient, à chanter comme ça tous les trois de front ... C'est comme un truc énorme qui avance sur vous. Une grosse vague qui monte, avec aussi ses moments d'accalmie. Une chanson très prenante "physiquement", avec un Lio qui en finit même la tête appuyée contre son micro, comme en apesanteur.



20 Minutes. Ça commence comme un grondement de moto. Intermittence de la guitare et de la lumière. Encore une fois définitivement plus Rock me semble-t-il. C'est tout ce concert qui est hyper Rock d'ailleurs. Encore plus fort. Encore plus puissant. Comme s'ils se donnaient à 200% ce soir. Ils finissent tous autour de la batterie, tout en dissonances, avant un retour fracassant de Thomas et de sa batterie. Lionnel reste en embuscade, prêt à bondir, baguettes en main ... Il s'élance, vite rejoint par les deux autres. Super image que de les voir ainsi tous les 4 autour des drums !!

Enchaînement direct avec Get Down et un Lio qui regarde avec une tendresse amusée le public reprendre les paroles. On attend que ça monte ... Et ça monte. Il s'arrête. Et la reprise est plus que puissante !! Ça décolle vraiment grave ce soir et nous on reste scotchés dans la tempête.



Le set touche à sa fin et c'est avec le petit banjo de Roller Coaster que Lionnel vient nous voir tout devant. Un petit bisou au passage pour les Junky Monkeys ... Dernier moment de répit avant l'explosion finale. Le premier rang saute et danse sur place pendant qu'on a droit à "l'homme qui marche" sur la scène. Ils se donnent tous à fond et on termine sur une ambiance plutôt déchainée.

Pour les rappels, après les remerciements de rigueur à la ville de Gardanne, mais surtout à tout ce public qui les suit ainsi fidèlement de concert en concert, ils nous offrent leur cover préférée : un Come On Eileen mené tambours battants ... Hyper Rock, festif et entraînant. Bref, que du bonheur comme toujours. Avec un lâché de guitares et de batterie aux petits oignons sur la fin. Puis on reste dans le même esprit pour la dernière, en même encore plus Rock. Ils n'ont plus un poil de sec et il n'y a que Xavier qui ait réussi à garder sa veste ! Ils font durer à l'infini le suspens sur le petit pont, juste avant la reprise des guitares. Un vrai petit bijou, avec la voix de Lio qui reprend dans les aigües. Sébastien, lui, termine la guitare dans les airs et tous semblent épuisés ... Il faut bien le dire, ce fût très physique comme set !! (Et pour notre plus grand plaisir d'ailleurs !)



Lionnel Buzac : Chant & Guitare
Sébastien Claret : Guitare
Xavier Fernandes : Basse
Thomas Bitoun : Batterie

Setlist
1 - Henry VIII
2 - Nowhere Fast
3 - Funeral Party
4 - The Backyard
5 - Letters To Unwrite
6 - Nobody's Hotter Than God
7 - 20 Minutes
8 - Get Down
9 - Roller Coaster
-------------
10 - Come On Eileen (Dexys Midnight Runners)
11 - Several Days

***************************************************************************



Après les Junky Monkeys, après Soma ... C'est The Hyènes qui montent sur la scène de Gardanne et il est clair qu'ils ne sont pas là pour donner dans la fioriture !! Alors on attaque cash avec du gros Rock qui tache, jeans et tee-shirts et un Dead Pompidou'z hyper roots. Paroles décalées et gros riffs de guitares ... Sans oublier le regard au loin et un visage de marbre (Ah oui parce que en plus ça ne rigole pas, mais alors pas du tout !!)



Roulement de tambour. Grosse ligne de basse ... Et on passe à la langue de Shakespeare, avec un jeu de scène plus que minimaliste et idem pour les lumières. C'est du Rock à la française, façon vieille école. On aime ou on aime pas. Mais je dirais sans la finesse d'un Noir Désir (dont nous avons pourtant deux membres honoraires présents ce soir) ou la patate de Garçons Bouchers. C'est du brut de décoffrage quoi !

Ça taquine tout de même entre guitariste et bassiste. Ils viennent se placer tout devant et se font plaisir (enfin quelques sourires). Les cordes résonnent. On a bien affaire à de bons musicos à qui on ne la fait pas. Extrêmement doués et efficaces, mais qui ne paraissent par forcément s'éclater.



Alors on a bien les paroles écrites au vitriole chantée par Vincent, qui nous la joue régulièrement : Dialogue avec mon médiator et solos décoiffants de guitare. Mais reste malgré tout un petit arrière goût de manque d'envie.

Puis vient "Le moment que vous attendez tous : Le Slow !" (avec un "Non, la bière c'est après" à un joyeux camarade qui pensait avoir trouvé la bonne réponse !!) Mais attention, ce sera la seule chanson d'amour ce soir ... Et pour cause : L'Amour, C'est De La Merde ! Et qu'est-ce qu'ils sont trognons à faire les chœurs comme ça sur "non, non ..." :P !! Et puis ça, c'est vraiment de la chanson d'amour qui fait rêver !!



Pour It's A Long Way To The Top, c'est Denis, le batteur, qui s'y colle. Avec une voix à la fois très poussée et à l'accent racaille. C'est plutôt rigolo et cette fois, il a vraiment l'air de se faire plaisir quand il se tape son petit délire Drum's sur la fin (de toute façon, c'est un peu le seul qui a vraiment l'air de s'éclater ce soir).



Tout défile à une vitesse grand V, presque mécaniquement, et Vincent nous annonce déjà que c'est bientôt la fin ... Alors "Merci d'être venus. Merci d'être restés ... Nous On Dormira Quand On Sera Morts !" Du bon vrai Rock qui fait secouer quelques têtes, mais d'un public s'est quand même vachement clairsemé.



Ils ne se risquent même pas au jeu des rappels (et ils font bien, je pense), en le jouant sur le mode de l'ironie ... "Normalement on se casse ... Donc là, on va rester et merci pour le rappel !!" Une basse un peu arabisante. Une musique pourtant si envoûtante. Et un Punk Is Dead qui pourrait faire décoller, s'il n'était pas envoyé comme ça. Comme si on avait pas le temps ...

Les deux dernier seront plus musclés encore. Petit Moon Walk de Vincent toujours aussi décalé et pince sans rire. Mais sans déconner, on est plus que trois pelés et quatre tondus dans la salle ! Ceci étant, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils donnent tout dans la dernière. Ça pourrait même donner un bon petit Pogo me dis-je alors, mais dans un autre temps ... Et puis justement, comme lisant dans mes pensées, trois petits jeunes s'y risquent. Bon sans personne et c'est pas méga fun, mais surtout ils sont immédiatement stoppés par les deux Dadames hyper coincées depuis le début du premier rang ... Pour qui le Rock est une affaire sérieuse, enfin quoi !! J'ai bien peur que ce soir, le Rock n'Roll soit dead (ils en rougiraient peut-être même sur scène ... Non ?!?) En tous cas, un concert à l'ambiance vraiment bizarre, tant sur que devant la scène ma foi !!



Vincent Bosler : Chant & Guitare
Jean-Paul Roy : Guitare
Olivier Mathios : Basse
Denis Barthe : Batterie

Setlist
1 - Dead Pompidou'z
2 - Black B
3 - Bougez Vous
4 - Die Deutschen
5 - La Chanson Pour ...
6 - Normal
7 - L'Amour, C'est De La Merde
8 - It's A Long Way To The Top
9 - Le Pouvoir
10 - La Peur
11 - On Dormira Quand On Sera Morts
12 - R. Le Roadie
--------------------------------------------
13 - Punk Is Dead
14 - Je Préfère Quand Ça Gueule
15 - Ace Of Spades

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Junky Monkeys : les dernières chroniques concerts

Dallas Frasca + Harmonic generator + Junky Monkeys en concert

Dallas Frasca + Harmonic generator + Junky Monkeys par Ysabel
Usine - Istres, le 16/11/2013
Pourquoi L'Usine ce soir ? Par hasard ? Non ... Juste parce que notre rencontre avec les Junky Monkeys à Gardanne en Mars 2013 nous avait laissé un sacré souvenir ! Ils assuraient... La suite

Soma : les dernières chroniques concerts

Soma en concert

Soma par Pirlouiiiit
Quiksilver, Terrasses du Port, Marseille, le 11/09/2014
C'est l'histoire d'un ex chroniqueur de Concertandco revenu après plusieurs années passées en Australie qui pendant le showcase de Soma m'a dit "si tu veux je fais la chronique",... La suite

Soma en concert

Soma par Ysabel
Magic Mirror - Istres, le 15/02/2014
Ce soir, au Magic Mirror, c'est le retour de Soma ! Et c'est aussi un concert organisé par l'Espace Pluriel Jeune, sur invitation après inscription auprès de l'association. Nous... La suite

Departure Kids, Lo, La Flingue, Magnets, Reliques, Soma, 25, Nitwits, Elektrolux, Rescue Rangers, Crumb, Conger! Conger!, Binaire (Festival Phocea Rocks) en concert

Departure Kids, Lo, La Flingue, Magnets, Reliques, Soma, 25, Nitwits, Elektrolux, Rescue Rangers, Crumb, Conger! Conger!, Binaire (Festival Phocea Rocks) par pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille, le 31/05/2013
En complément de la chronique de Philippe, quelques lignes sur chacun des groupes vus ce soir là ... Departure Kids (prévus de 19h à 19h30 au Café Julien) : ils commencent... La suite

(mon) Festival Phocea Rocks 2013 : Departure Kids, Lo, Reliques, Soma, Nitwits, Crumb, Conger! Conger!, Binaire en concert

(mon) Festival Phocea Rocks 2013 : Departure Kids, Lo, Reliques, Soma, Nitwits, Crumb, Conger! Conger!, Binaire par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 31/05/2013
Rhaââââ les cons ça ose vraiment tout, décidément, la phrase d'Audiard ne vieillira jamais. Prenez Vince & Gina par exemple, un couple d'activiste musicaux à Marseille. Quand on... La suite

The Hyènes : les dernières chroniques concerts

The Hyènes + The H.O.S.T en concert

The Hyènes + The H.O.S.T par Flag
Portail Couou - Salon de Provence, le 01/03/2013
Quel point commun y at-il entre une bande de pistoleros et une bande de vilains garçons d'au-delà du périphérique ? un concert au Portail Coucou de Salon de Provence. Le... La suite

La Maison du Peuple - Gardanne : les dernières chroniques concerts

Nevchehirlian en concert

Nevchehirlian par Flag
La Maison du Peuple - Gardanne (13), le 28/02/2015
" Putain de beau souvenir, je tenais à ne pas rater ce rendez vous avec Gardanne !!! ". Le cri du coeur de Frédéric Nevchehirlian, même s'il est par écrit a posteriori et par des... La suite

Luke + ToM en concert

Luke + ToM par Flag
Maison du Peuple - Gardanne (13), le 25/03/2011
Luke + ToM Nous faisons notre première sortie concert à la bien nommée Maison du Peuple de Gardanne ce soir. Je n'ai jamais eu l'occasion de venir ici avant. Comme pour le... La suite

Solat + Martin Mey + Gust + Gaïo en concert

Solat + Martin Mey + Gust + Gaïo par lartsenic
La Maison du Peuple - Gardanne, le 05/02/2011
Il nous faut parfois des prétextes pour nous pousser à nous bouger, un soir de pluie, hors du cocon paisible et chaud. En feuilletant l'agenda concerts, j'ai vu que le Tremplin... La suite

Corback + Twinsol + Bwatazik + Lolicon + Linspektor par Vital
Maison du Peuple - Gardanne, le 16/12/2005
Première édition du Festival du Collectif.G, et on l'espère, pas la dernière ! C'est une programmation des plus éclectiques que nous avait concoctée l'asso Gardannaise, en proposant de la chanson, du métal, du rock, du ska et du funk dans la même soirée. Il fallait oser. Pari réussi vue la fréquentation : 3 à 400 spectateurs de tous âges et de... La suite