Accueil Chronique de concert The Sliping Kangooroos, Les Poseurs
Dimanche 25 octobre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Sliping Kangooroos, Les Poseurs

Excalibur, Reims 19 janvier 2007

Critique écrite le par



Les Poseurs. Excellents.
Anthony (Petit, guitariste et créateur du groupe) nous a présenté un nouveau tee-shirt.
Rose, une nouvelle fois.
Il a déboutonné un peu son pantalon.
Cette fois-ci nous ne fîmes qu'entrevoir sa raie.




Il n'y eut encore que des reprises (Sex Pistols, Clash, T-Rex, Hives, Kings of Leon, Stooges). Mais Anthony me l'a confié.
Il vient de toucher un truc avec sa guitare.
Un truc qui déclenche des choses.
Une première composition ne devrait pas tarder à faire son apparition.
Dans le répertoire du groupe.
Des Poseurs.
Youpi.



The Sliping Kangooroos.
Ma première fois avec eux.
Excellents.
Ils viennent de sortir un album.
Ce sont des Ardennais.
Ils seraient parfaits pour les fêtes de Bayonne.
Bayonne, ma terre natale.
Les fêtes. Une immense beuverie, en rouge et blanc.
La musique là-bas ?
Dans les bars, les sonos très forts.
Dans la rue, aussi, des bandas, des chants traditionnels.
Une année, l'hymne, c'était Mets de l'huile de Reg'lyss.
Parfois, au milieu de la viande saoûle, une bonne surprise.
Un groupe de rock.
Un groupe bien costaud.
Pour pouvoir s'imposer au milieu de la foule.
Un groupe avec de l'humour.
Pour rallier les arsouilles.
Un groupe pas trop compliqué.
Pour rallier la masse des arsouilles.
Un groupe un peu fin aussi.
Pour que je m'amuse moi aussi.
Parce que Reg'lyss. Jamais, je n'ai supporté.
The Sliping Kangooroos ont toutes les qualités nécessaires.
Ils ont des déguisements.
Ils ont le beat.
Ils ont un chanteur fou.




Un chanteur qui saute dans tous les sens.
Un chanteur qui monte sur le bar.
Un chanteur qui sodomise, pour de faux, le public.
Un chanteur qui va voir dehors si l'acoustique est bonne.
Un chanteur qui demande au public de faire lalalala.
Le tout ressemble à un Bloc Party rigolo.
C'est festif.
C'est barjot.
Du post-punk qui danse.
En anglais.
Un anglais de chez Danone.
Un tout petit peu en Français.
Pour dire du mal de Sarkozy.



The Sliping Kangooroos préparent une tournée en Mongolie.
Ce n'est pas une blague.

 Critique écrite le 20 janvier 2007 par Bertrand Lasseguette


Excalibur, Reims : les dernières chroniques concerts

The Bewitched Hands on the Top of our heads, Libelul par Bertrand Lasseguette
Excalibur, Reims, le 14/06/2007
Ah, ah, ah. Le Brian Jonestown Massacre peut aller se rhabiller. On a mieux, nous, ici à Reims, The Bewitched hands on the top of our heads. ON THE TOP OF OUR HEADS, c'est un peu dur de s'en souvenir et pour le prononcer correctement, à la coule, il faut s'accrocher. Je ne crois pas trop me tromper en disant qu'il s'agit d'un hommage aux... La suite

Sheriff Perkins, Lover ! par Bertrand Lasseguette
Excalibur, Reims, le 17/10/2007
Elle s'appelle Daphne. Elle joue de la basse. Elle en a troublé plus d'un. Elle m'a fait penser à Michelle Mae, de Make Up, Scene Creamers et actuellement dans Weird War. Le même nez légèrement en trompette, la même moue, le même instrument. Daphne joue dans Lover !, une formation américaine. Lover ! joue du punk bubblegum, un... La suite

Block Out, Vortex of end, Tchikentai et Biribirum par Bertrand Lasseguette
Excalibur, Reims, le 17/02/2007
Beurk. Pas beau. Caca. Voilà, pour résumer, tout ce que m'inspire en général la musique métal. L'écoute successive de ces trois groupes fut pour moi, une longue descente aux enfers. Dignes porte-étendards de leur mouvance esthétique, Block Out, Vortex of end et Tchikentai et Biribirum, nous ont offert tout ce qu'il y a de plus abject dans cette... La suite

Illegal Process, Aido Music System, Brazilian Fever par Bertrand Lasseguette
Excalibur, Reims, le 05/02/2007
Brazilian Fever, c'est en fait 12225 Chacals sans Pims leur bassiste, soit les deux frères Payart. Aido, déjà vu, déjà entendu. C'était comme une répétition avant leur soirée historique du 7 février (trois spectacles enchainés et déchainés mélangeant rock et théâtre). Illegal Process, une découverte pour moi,très intéressant, du power rock... La suite