Accueil L'Excalibur - Reims
Dimanche 27 septembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

L'Excalibur - Reims

5 rue de la grue
51100 Reims

Plus d'info :

L'Excalibur - Reims : les concerts

Il n'y a pas concert actuellement annoncé dans ce lieu.

L'Excalibur - Reims : l'historique des concerts

Sa.

10

Nov.

2018

Yeemirc, Tiborgt, Without Johnnys, ExtraTrex

Lu.

12

Mars

2018

Cousteau, The Bode

Sa.

14

Mai

2016

Seaholder + Biche + Guest

Sa.

27

Fév.

2016

Numéro 1, Les Jolies Choses

Sa.

23

Mai

2015

Master Crow, Loco Muerte, Behind The Hill, Tehora

Ve.

18

Juillet

2014

Kingstone

Je.

26

Juin

2014

Full Of Hell, D.o.c, Malphas, Creed Bratton

Me.

28

Mai

2014

This Life + carbon

Je.

06

Mars

2014

French Connection Music

Je.

16

Janv.

2014

Temple / Organon

Ve.

04

Oct.

2013

Mimesis / Jimm / Pelikan's Hill

Je.

03

Oct.

2013

The Earl Grey

Di.

19

Mai

2013

Blondstone, Instimpulsions, Zombie King, Pervers

Sa.

16

Fév.

2013

Mushrooms + Nono Limite

Excalibur : les dernières chroniques concerts 11 avis

The Bewitched Hands on the Top of our heads, Libelul

Critique écrite le 19 juin 2007, par Bertrand Lasseguette

Excalibur, Reims 14 juin 2007

Ah, ah, ah. Le Brian Jonestown Massacre peut aller se rhabiller. On a mieux, nous, ici à Reims, The Bewitched hands on the top of our heads. ON THE TOP OF OUR HEADS, c'est un peu dur de s'en souvenir et pour le prononcer correctement, à la coule, il faut s'accrocher. Je ne crois pas trop me tromper en disant qu'il s'agit d'un hommage aux Rolling Stones. En 1965, au mois d'août, les Anglais ont publié un album intitulé Out of our heads. Dessus on peut trouver, (I can't get no) Satisfaction et aussi un Under Assistant West Coast Promotion Man. Les Anglais étaient cinq. Les Rémois sont huit (dont un chien). Au premier jour, il y avait Ben. Et ça ne s'appelait que The Bewitched hands, un truc aride avec des guitares, pas de rythme, une musique de hippy en pleine descente, le genre qu'on imagine composée par Charles Manson dans sa cellule. Puis d'autres sont venus le rejoindre. Ca s'est passé sous mes yeux, en novembre 2006, lors d'une soirée à l'Appart (un bar, avenue de Laon). Il y avait Guillaume, Antonin, Samuel, Seb Adam, un peu plus tard Nicolas et Julien sont venus compléter la brochette. Car pour une brochette, c'est une belle brochette. Tous fiers représentants de la scène rémoise à travers des groupes comme Le ciel se... Lire la suite

Sheriff Perkins, Lover !

Critique écrite le 19 octobre 2007, par Bertrand Lasseguette

Excalibur, Reims 17 octobre 2007

Elle s'appelle Daphne. Elle joue de la basse. Elle en a troublé plus d'un. Elle m'a fait penser à Michelle Mae, de Make Up, Scene Creamers et actuellement dans Weird War. Le même nez légèrement en trompette, la même moue, le même instrument. Daphne joue dans Lover !, une formation américaine. Lover ! joue du punk bubblegum, un mélange de Ramones et de rock FM. Les chansons ne sont jamais très longues. Elles se ressemblent fortement. Elles sont toutes chantées de la même manière. Mais c'est plus hypnotisant que lassant. De toute façon, ils ne nous ont pas donné l'occasion de nous ennuyer. Ils en ont joué treize, sans... Lire la suite

Block Out, Vortex of end, Tchikentai et Biribirum

Critique écrite le 18 février 2007, par Bertrand Lasseguette

Excalibur, Reims 17 février 2007

Beurk. Pas beau. Caca. Voilà, pour résumer, tout ce que m'inspire en général la musique métal. L'écoute successive de ces trois groupes fut pour moi, une longue descente aux enfers. Dignes porte-étendards de leur mouvance esthétique, Block Out, Vortex of end et Tchikentai et Biribirum, nous ont offert tout ce qu'il y a de plus abject dans cette sous-culture blanche décadente. Pourquoi se faire tant de mal ? Pourquoi s'imposer une telle séance de torture, alors que je ne suis ni suicidaire, ni masochiste ? Par amitié. Figurez-vous que j'avais des amis dans ces groupes. Oui, après trente années de solitude, j'ai décidé, à la faveur d'internet et de mon installation à Reims de me faire des amis. J'ai entamé le processus depuis le mois de novembre. J'en suis encore tout étonné. C'est vraiment nouveau pour moi, des amis. Je m'étonne de voir comment cela peut être facile... Mercredi, j'ai ouvert les portes de mon deux pièces. Une trentaine de personnes sont venues et parmi elles des membres de Block Out, Vortex of end, et Tchikentai et Biribirum. Je ne partage pas l'ensemble de leurs goûts, il n'empêche, ils m'ont fait l'honneur de répondre à mon invitation, ce sont donc gens sympathiques. En plus, ces grands gaillards se sont très... Lire la suite

Illegal Process, Aido Music System, Brazilian Fever

Critique écrite le 08 février 2007, par Bertrand Lasseguette

Excalibur, Reims 5 février 2007

Brazilian Fever, c'est en fait 12225 Chacals sans Pims leur bassiste, soit les deux frères Payart. Aido, déjà vu, déjà entendu. C'était comme une répétition avant leur soirée historique du 7 février (trois spectacles enchainés et déchainés mélangeant rock et théâtre). Illegal Process, une découverte pour moi,très intéressant, du power rock hardcore frisant avec le métal, surtout pour le chant qui ne se résume souvent qu'à un hurlement. Je n'aime pas trop les excès de... Lire la suite

The Sliping Kangooroos, Les Poseurs

Critique écrite le 20 janvier 2007, par Bertrand Lasseguette

Excalibur, Reims 19 janvier 2007

Les Poseurs. Excellents. Anthony (Petit, guitariste et créateur du groupe) nous a présenté un nouveau tee-shirt. Rose, une nouvelle fois. Il a déboutonné un peu son pantalon. Cette fois-ci nous ne fîmes qu'entrevoir sa raie. Il n'y eut encore que des reprises (Sex Pistols, Clash, T-Rex, Hives, Kings of Leon, Stooges). Mais Anthony me l'a confié. Il vient de toucher un truc avec sa guitare. Un truc qui déclenche des choses. Une première composition ne devrait pas tarder à faire son apparition. Dans le répertoire du groupe. Des Poseurs. Youpi. The Sliping Kangooroos. Ma première fois avec eux. Excellents. Ils viennent de sortir un album. Ce sont des Ardennais. Ils seraient parfaits pour les fêtes de Bayonne. Bayonne, ma terre natale. Les fêtes. Une immense beuverie, en rouge et blanc. La musique là-bas ? Dans les bars, les sonos très forts. Dans la rue, aussi, des bandas, des chants traditionnels. Une année, l'hymne, c'était Mets de l'huile de Reg'lyss. Parfois, au... Lire la suite

Les Volfonis, Hipshakes

Critique écrite le 31 décembre 2006, par Bertrand Lasseguette

Excalibur, Reims 30 décembre 2006

Plus ça va et plus je suis heureux de vivre à Reims. Hier soir, mon petit bonheur a été de reconnaître le batteur des Volfonis, Bruno Rousseau. Son visage m'était familier. Je l'avais déjà vu, rue de l'Ecu. Je l'avais filmé, même, dans son magasin, Allocouches. Oui, le batteur des Volfonis vend des couches ! Des couches lavables. Un concept qui mêle soucie d'économie et d'écologie. Ce n'est pas le seul écolo du groupe. Le chanteur, Thierry Wippler(déjà vu et entendu dans les Poseurs) est un militant des Verts, parti pour lequel il risque de se présenter comme candidat aux législatives. Dans sa vie pas verte Thierry est conseiller principal d'éducation au collège de Rilly-la-Montagne. Les autres, Antoine (prononcez Tonio) Proust-guitare, Matthieu Kaltenbach-basse, Sebastien Perotin-guitare sont gardien d'immeuble, professeur à la fac de pharmacie et musicien, tout simplement. Je n'accorde pas de signification particulière aux métiers que peuvent pratiquer les musiciens dans leur vie civile, mais quand même... Des couches, lavables, ça sort de l'ordinaire. Cette découverte ne fut pas mon seul plaisir de la soirée. J'ai aussi apprécié la musique des Volfonis, ce qui fut, presque, une surprise. Les Volfonis existent depuis 1991.... Lire la suite

Accès