Accueil Chronique de concert W.W. Lowman + Thousand + Oh! Tiger Mountain
Dimanche 14 juillet 2024 : 6298 concerts, 27136 chroniques de concert, 5414 critiques d'album.

Chronique de Concert

W.W. Lowman + Thousand + Oh! Tiger Mountain

W.W. Lowman + Thousand + Oh! Tiger Mountain en concert

GRIM - Marseille 22 février 2013

Critique écrite le par

L'invasion de l'impasse du GRIM, scène musicale de Montevideo, est prévue pour durer toute l'année à raison d'une date par mois. L'idée est de stimuler la création en provoquant des rencontres parfois inédites entre les musiciens et de partager ces nouvelles expériences "soniques et musicales" sous le label Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture, qui pour le coup semble apporter sa contribution comme il faut, là où il faut, on ne peut pas toujours tout critiquer.
Après une première soirée Impasse Invaders en janvier 2013 ayant réuni Sugarcraft et Kinetograve, février accueille les chicagoans W.W. Lowman, le plus frenchy Stéphane Milochevitch (Thousand) et le local Oh! Tiger Mountain en version trio avec Kid Francescoli et Pedro Lopez.
Ce vendredi 22 février 2013, le GRIM affiche complet. Un public que l'on pourrait globalement définir comme arty et enthousiaste prend possession des lieux, converse dans le patio, papillonne autour du bar, patiente dans la pénombre, assis en tailleur sur le jonc de mer. L'endroit est propice à l'échange et même prévu pour.
Vers 21h00, Bill Lowman, Cory Healey, Dave Miller et Thousand viennent présenter le fruit d'une semaine de résidence de composition passée au GRIM.


Photo : Pixxxo


Ce qui saute immédiatement aux yeux, c'est l'engouement des américains pour ce lieu et leur étonnement face à la qualité des prestations dont ils ont pu bénéficier. Tout au long du concert, Bill Lowman n'aura de cesse que de remercier ses hôtes et de parler de la semaine incroyable qu'il vient de vivre, durant laquelle lui et ses acolytes n'auront rien eu d'autre à gérer que la musique ("amazing!", "unbelievable!", "best week ever!", "we don't get this in america!"), et de fait, il semblerait que la collaboration ait été fructueuse puisque pas moins de sept titres auraient été enregistrés.


Photo : Pixxxo



Photo : Pixxxo


Pendant près d'une heure, W.W. Lowman et Thousand vont entraîner le public dans un univers instrumental et expérimental. Un jeu très libre de chaises musicales où chacun prend tour à tour la place de l'autre, à la basse, à la batterie, à la guitare, au clavier, se retrouvant parfois à deux au même poste, comme ce fût le cas pour Thousand venu rejoindre Cory Healey pour un moment de percussions à trois puis à quatre mains dans un style tribal sur fond de distorsions lancinantes.


Photo : Pixxxo


Les sonorités folk, pop, électro, noise s'entrechoquent et fusionnent en toute liberté, Bill Lowman adoptant souvent un rôle de chef pour orchestrer le tout, la batterie, toujours hyper présente, marquant volontiers les montées en puissance et les retours vers des rythmes basiques pour mieux s'envoler ensuite dans une frénésie jungle. La guitare est planante, distordue, bifurque vers des atmosphères plus surf et métalliques (j'ai pensé par moment à Ry Cooder). Le clavier et l'ordi apportent une touche électro mais ne craignent pas non plus les revirements plus pop (même années 80).

On se laisse facilement conduire dans cette sphère de créativité inspirée, car bien que les styles se mélangent et qu'aucun des musiciens ne tienne longtemps en place auprès de son instrument de prédilection, le dialogue est fluide et l'ensemble cohérent, l'aboutissement sans aucun doute d'une semaine de travail complice et féconde.

La seconde partie de soirée est assurée par Oh! Tiger Mountain, accompagné de Kid Francescoli (percussions électroniques principalement) et de Pedro Lopez (clavier - guitare).


Photo : Pixxxo


Oh! Tiger Mountain entre sur scène vers 22h30, le visage pailleté, vêtu d'une chemise noire à col léopard, un masque de tigre planté sur son micro à l'ancienne. Le personnage est charismatique et promet d'être un folk singer et entertainer de talent, au vu de tout ce que j'ai pu lire et entendre sur lui avant le concert mais il n'y a rien à faire, ce soir, le charme n'opérera pas sur moi (je reconnais cependant avoir une opinion tout à fait minoritaire dans cette salle qui compte manifestement bon nombre d'aficionados - et même les amis et la famille - heureux de retrouver le tigre à domicile et en bonne santé!)


Photo : Pixxxo


Tout ce qu'on a pu dire de lui est vrai et je renvoie pour cela aux nombreuses précédentes chroniques.

Rien à redire sur sa voix, qui se rapproche des Bono, Buckley, Cash parfois et toutes proportions gardées, sur l'intensité de son timbre, sur ses chansons folk - rock qui tiennent bien la route, sur son énergie débordante, sa capacité à émouvoir ou à faire rire mais j'ai sans cesse le sentiment qu'Oh! Tiger Mountain prend un malin plaisir à coudre et découdre tout ce qu'il entreprend.
Le bonhomme est un hyperactif sous tension.
C'est avec une allure désinvolte qu'il va interpréter une chanson folk qui inciterait pourtant à plus de sagesse.


Photo : Pixxxo


Une autre plus rock va se perdre en déhanchés et sauts mal maîtrisés, qui donneront à la prestation des airs non mérités de bal de fin d'année (quelques branchements et une sangle de guitare en feront d'ailleurs les frais).


Photo : Pixxxo



Photo : Pixxxo


Un morceau inspiré par Robert Anton Wilson et dédié à W.W. Lowman (qui "en plus d'être d'excellents musiciens sont d'excellents être humains") est un peu plombée par le clavier qui apporte inutilement un côté variété à cette chanson pourtant intense et rugueuse. Et tout à l'avenant...


Photo : Pixxxo


Trois titres seront toutefois à la hauteur de la réputation d'Oh! Tiger Mountain - lequel, après plus d'une demie heure de concert, semble enfin être plus détendu - (He's not alone anymore, Another day in blue et un autre morceau dont je n'ai pas saisi le titre).


Photo : Pixxxo



Photo : Pixxxo


La voix est chaude, lente, profonde. Il y a davantage de noirceur et on aurait vraiment envie de s'engouffrer dans cet univers plus sensible et pesant mais voilà... les intermèdes burlesques font systématiquement retomber l'émotion, laissant un sentiment de frustration agaçant, comme si Oh! Tiger Mountain, à trop vouloir assurer le fond et la forme, la musique et le show, sur deux registres totalement différents, n'allait pas au bout de ce qu'il semble vouloir, et surtout pouvoir, musicalement nous transmettre.

Un brin déçue donc par cette seconde partie, je quitte les lieux un peu avant la fin sur une reprise des Beatles, Tomorrow never knows... un signe peut-être?

Oh! Tiger Mountain : les dernières chroniques concerts

Oh! Tiger Mountain + James Eleganz en concert

Oh! Tiger Mountain + James Eleganz par Sami
Théâtre de l'œuvre, Marseille, le 17/09/2022
Quelques mois après le beau concert de Mohamed Lamouri, on retrouve le théâtre de l'œuvre dont la programmation de cet automne est attirante, de November Ultra à Herman Dune... La suite

Minimum Ensemble + Since Charles (Disquaire Day) en concert

Minimum Ensemble + Since Charles (Disquaire Day) par Belle Demai
Espace Julien, Marseille, le 12/06/2021
15 mois sans concert. Alors quand on m'a proposée un concert gratuit( masqués et assis soit) j'ai foncé ! C'est pour le disquaire Day que l'Espace Julien étaient programmés 2... La suite

Yeah! Ghost of Christmas KinG Oh! Tiger Mountain en concert

Yeah! Ghost of Christmas KinG Oh! Tiger Mountain par Lumak
La Mesón, Marseille, le 22/04/2016
La Mesón avait donné carte blanche à toute l'équipe du festival Yeah ! dont la 4ème édition débutera le 3 juin 2016 (cf : ici). Au début, il y a très peu de monde dans la... La suite

Microphone Recordings Party : Husbands + Nasser + Oh! Tiger Mountain + Kid Francescoli + ... en concert

Microphone Recordings Party : Husbands + Nasser + Oh! Tiger Mountain + Kid Francescoli + ... par Phil2guy
L'Espace Julien- Marseille, le 05/12/2015
Le label phocéen Microphone Recordings investit ce soir l'Espace Julien avec des musiciens qui rencontrent en ce moment un certain succès dans le monde de l'électro rock made in... La suite

Thousand : les dernières chroniques concerts

Stéphane Milochevitch  en concert

Stéphane Milochevitch par Pirlouiiiit
Meson, Marseille, le 10/11/2023
Sorti trop tard pour espérer aller voir Silicium au Lollipop j'ai tout juste le temps de poser mon sac chez moi, prendre mon appareil photo et repartir (Svet est en visio et les... La suite

Thousand + Alpes + Catfish feat. Narrow Terence + Baxter Dury + Messer Chups (Festival Yeah! 2014) en concert

Thousand + Alpes + Catfish feat. Narrow Terence + Baxter Dury + Messer Chups (Festival Yeah! 2014) par Pirlouiiiit
Château de Lourmarin, le 06/06/2014
L'année dernière j'avais vraiment regretté de ne pas être là du 7 au 9 juin 2013 pour la première édition du festival Yeah ! qui accueillait notamment les Hushpuppies, Narrow... La suite

GRIM - Marseille : les dernières chroniques concerts

Charlie O. + La Maison Tellier + Petit Fantôme (Festival Avec le Temps / Gravitations) en concert

Charlie O. + La Maison Tellier + Petit Fantôme (Festival Avec le Temps / Gravitations) par Pirlouiiiit
Espace Montevideo, Marseille, le 12/03/2017
Cette année le festival Gravitations couplé avec la presque fin de celui de Avec le Temps tombe en même temps que le Ccarnaval de la Plaine. Il a plu, ce matin mais ça n'a pas... La suite

Laydown en concert

Laydown par Phil2guy
Montevideo - Marseille, le 19/10/2016
Dans le cadre des mercredis de Montevideo, le GRIM a fait venir ce soir Laydown, trio mené par l'hyper actif (et décidément très doué) Pedro Lopez, guitariste chanteur que l'on a... La suite

Festival B-Side : Moon Duo + Acid Baby Jesus en concert

Festival B-Side : Moon Duo + Acid Baby Jesus par Phil2guy
Marseille- Le Grim, le 01/06/2015
L'avant dernière soirée de la 8ème édition du Festival B-side se déroule au GRIM qui accueille une formation très attendue, les californiens de Moon Duo, lancés sur une tournée... La suite

Siestes Acoustiques-Festival Gravitations en concert

Siestes Acoustiques-Festival Gravitations par Phil2guy
GRIM-Marseille, le 19/04/2015
Question : comment un tuer un dimanche après-midi pluvieux ? En allant assister aux Siestes Acoustiques au GRIM dans le cadre du Festival Gravitations organisé par le chanteur... La suite