Accueil Chronique de concert WhoMadeWho, Speech Debelle, Deluxe, Zoufris Maracas, Dillon (Nuits Zébrées)
Mardi 26 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

WhoMadeWho, Speech Debelle, Deluxe, Zoufris Maracas, Dillon (Nuits Zébrées)

Espace Julien, Marseille 2 Mars 2012

Critique écrite le par

Allez j'ai deux autres chroniques à faire, mais je vais quand même prendre quelques minutes pour donner mon impression de ce concert ... étant donné que je ne me retrouve pas dans tout ce que Sami a écrit.

Dillon pour commencer ... sans aller jusqu'au "Avenante comme le chanteur de Black Sabbath et essayant de chanter comme Bjork..." qu'on m'a envoyé je doit reconnaitre que j'ai eu du mal à accrocher. Je me suis même fait la réflexion qu'il ne fallait pas forcer les gens qui ne veulent pas monter sur scène à le faire. Terriblement mal à l'aise, elle m'a fait penser à une adolescente fan de twilight, elle finit par me mettre mal à l'aise aussi. Sur un morceau vers la fin elle s'est enfin approché du public, a relevé la tête, à sourit et ça faisait plaisir. Après musicalement ... dark trip hop on va dire ... ça doit passer mieux sur disque parce que là sur scène, il y a de l'expérience à acquérir ... En fait je crois que c'est ça qui m'a le plus gêner. Je pense que les groupes devraient faire leurs armes et acquérir un minimum de bouteille chez eux avant de se retrouver sur des grosses scènes du monde entier ...

Zoufris Maracas ... jamais entendu parlé jusqu'à ce soir. Pourtant contrairement à Sami, c'est déjà plus dans mon rayon. Si je mets de côté les sujets abordés, j'ai été très impressionné par le groupe. Beaucoup de présence, notamment de la part du chanteur pourtant nonchalant. Des musiques super variées : musette, reggae, salsa, etc ... Après au niveau des textes un peu trop démago surtout sur le début du set avec notamment quelques envolées contre le président au pouvoir. Bon d'un côté je comprends qu'en tant qu'artiste on ait envie de s'exprimer sur la chose, mais d'un autre le faire sous cette forme je trouve ça un peu racoleur. Et la chanson suivant qui (si j'ai bien compris) faisait l'éloge du non travail, de la bouche d'un groupe qui travaille justement en chantant je trouve ça plus que limite. Ok tu peux avoir l'air cool et j'en fous pas une, mais pour arriver là où tu es arrivé tu as du bosser non ? Alors pas la peine de conforter les glandos dans leur paresse à un moment où il n'est pas trop tard pour se ressaisir ! Le troisième morceau un peu démago fut celui sur l'écologie. J'adhère à 100% avec le propos mais je n'oserais jamais chanter un truc pareil à moins d'être irréprochable sur la question (faire ses tournée en transport en commun, ne pas avoir le dernier portable à la mode, etc ...).

Deluxe ... qu'une bonne partie du public attendait en effet ! Je les avais déjà vu en première partie de Chinese Man (dont j'aime beaucoup les disques) au Dock des Suds et avait apprécié leur énergie un peu bordélique. Et là première surprise le changement radical de look de hip hop à la Maniacx à costard cravate ... seul les moustaches restent. Ont-ils fait un stage avec un coach scénique ? Après je serais moins sévère que Sami. Certes la chanteuse chante comme un mix entre Amy Winehouse et Donald Duck, le saxophoniste en fait un peu trop (pour quiconque aurait déjà vu Fred Pichot ou Raphael Imbert par exemple), mais je ne pense pas qu'ils aient la prétention de révolutionner quoi que ce soit ou d'être d'excellents musiciens. Ils prennent du bon temps sur scène et le communiquent au plus grand nombre. Un peu comme Nasser l'année dernière, les ficelles sont parfois un peu grosse mais ça marche. Le seul truc que je leur "reproche" c'est d'avoir repris le coup du Oai à Massilia (faire s'asseoir tout le public dans la salle avant de commencer le morceau) sans les citer. Je crois d'ailleurs que dans le coin il y a aussi Raoul Petite qui le fait.

Speech Debelle. Je raterai le début car commencant à fatiguer je serai allé m'acheter à manger. Sympathique et souriante, mais un peu monocorde dont très vite lassante. La fatigue n'aidant pas. J'ai du faire une gros effort pour rester jusqu'au prochain.

WhoMadeWho ... déjà vus en 2005 à Marsatac. J'avais oublié à quel point ils étaient efficace. Des lignes de basses ultra dansantes, des dégaines délicieusement décalées (avec leurs bretelles). Beaucoup de présence, le sourire et des morceaux pour faire danser l'Espace qui ne s'était pas tellement vidé, jusqu'au bout de la nuit. Ce que je n'ai pas fait, m'éclipsant même avant la fin de leur set.

En effet comme en 2007, en 2009 et en 2011 je ressortirai lessivé de ce plateau marathon !

Espace Julien, Marseille : les dernières chroniques concerts

Skip The Use + Parade en concert

Skip The Use + Parade par Zulone
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2020
Mercredi 4 Mars 2020, l'espace Julien est plein à craquer... Petits et grands de tous âges confondus sont là ce soir pour voir et re re revoir les Skip The Use. Le groupe a plus de... La suite

EPMD en concert

EPMD par Sami
Espace Julien, Marseille, le 26/02/2020
Les amateurs de rap US sont gâtés ces dernières semaines avec les passages de Havoc de Mobb Deep, Talib Kweli dans cette même salle, et à quelques jours d'intervalle Das Efx à... La suite

Charlélie Couture en concert

Charlélie Couture par G Borgogno
Espace Julien, Marseille, le 14/12/2019
C'était la troisième fois où je voyais CharlÉlie. Je l'avais vu à l'époque de "Comme un avion sans ailes" (Poèmes Rock, 1981, donc). Et au moment de la tournée "Solo Boys &... La suite

Toy Dolls en concert

Toy Dolls par Griffu
Espace Julien, Marseille, le 03/12/2019
"Marseille ville rock" ? ça fait doucement rigoler... Mercredi 3 décembre, à peine 500 métalleux se pressaient au Silo - pouvant en contenir plus de 2200 - pour accueillir... La suite