Accueil Chronique de concert Rencontre avec Mario Duplantier, batteur de Gojira
Jeudi 22 octobre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Rencontre avec Mario Duplantier, batteur de Gojira

Rencontre avec Mario Duplantier, batteur de Gojira en concert

Paris 13 juillet 2012

Interview réalisée le 13 juillet 2012 par Lebonair

Cela faisait 6 ans que je n'avais pas revu Mario le fameux batteur de Gojira. Une belle occasion me fut offerte de l'interviewer à nouveau en ce 29 mai 2012 à Clermont-Ferrand à la Coopérative de Mai juste avant les balances et leur prestation en 1ère partie de Slayer (je dirai plus une co-affiche). En ce moment, leur actualité est chargée avec la sortie de leur nouveau Dvd et surtout l'arrivée dans les bacs de leur 5ème album "L'Enfant Sauvage" le 25 juin, leur premier pour Roadrunner. Malgré tous ce qui leur est arrivé ces dernières années, ce succès grandissant, l'amour que leur porte Metallica, les tournées à l'étranger et d'être devenu au final un groupe respecté, aimer, connu qui compte énormément sur la scène métal, ils n'ont pas changé. Mario est un passionné et un mec adorable. Un peu plus tard, sa prestation à la batterie m'a mis sur le cul. C'est qu'à l'image de son groupe, il est devenu une machine de guerre sur scène et il a encore progressé. J'oserai presque dire qu'il a dépassé son maître Lars Ulrich maintenant. C'est parce que c'est un mec bien, qu'il joue dans un groupe intègre et imminemment doué que j'ai eu envie d'être là pour lui poser quelques questions et vous faire partager ce moment.




Concertandco : Bonjour Mario, ravi de te revoir. Il s'en est passé des évènements depuis 6 ans et la fois où je t'avais interviewé avec Christian dans la loge de l'Emb Sannois dans le 95 en région parisienne. Vous étiez alors en pleine tournée "From Mars To Sirius", l'album qui vous a fait décoller. Quelques mois auparavant, vous veniez de faire votre premier Elysée Montmartre en tête d'affiche dans une salle pleine et à l'époque, cette merveilleuse et défunte salle (elle a brûlé en mars 2011), ça représentait quelque chose pour vous. Raconte-moi un peu ce qui s'est passé depuis ?
Mario : Depuis, on a connu une reconnaissance internationale avec l'album suivant "The Way Of All Flesh" et on a réussi à traverser les frontières. Tu nous as vus à l'époque de "From Mars To Sirius" et avec le suivant, on a commencé à beaucoup tourner aux Etats-Unis, dans toute l'Europe et notre nom s'est inscrit sur la scène internationale. C'était super gratifiant pour nous, très épanouissant. Là, on a un nouvel album qui arrive, on vient de signer chez Roadrunner, une plate-forme très solide. On va donc pouvoir se faire connaitre dans le monde.



Vous avez joué avec Metallica au stade de France le 12 mai dernier. Ce sont eux qui vous ont invités à venir faire leur première partie devant 60 000 personnes. Ils sont tombés amoureux de vous les cultissimes Metallica ?
Mario : Ce que m'a expliqué leur batteur (Lars Ulrich), quand ils aiment un groupe, ils aiment bien les installer sur plusieurs dates et de longues périodes. Ils aiment bien l'énergie rafraichissante de certains groupes et ils voient en nous quelque chose de frais, d'un peu nouveau. Alors pour cette date, c'est juste qu'ils nous ont invités.

C'est loin d'être la première fois avec eux...
Mario : On a fait une trentaine de date avec Metallica.

La première fois, c'était à Arras au Main square festival, c'est ça ?
Mario : Oui, exactement, après c'était aux Etats-Unis et en Europe à la période de "The Way Of All Flesh", on arrive donc à 30 je crois, un truc comme ça.

C'est énorme !
Mario : Oui (sourire tout rêveur) c'est énoooorme



Comment vous vous êtes retrouvés en contact Metallica et vous ?
Mario : C'est parti d'un vrai coup de coeur musical du groupe. Ils adoraient "The Way Of All Flesh" et ils nous ont appelés et proposés de faire leur première partie. D'abord pour commencer, ils nous ont testés pour voir si nous valions le coup. Ils sont venus nous voir à San Francisco et après tu connais la suite. Ils nous ont contactés pour nous dire, on est ok, on vous prend.

C'est énorme, de plus pour un groupe français.
Mario : Oui (grand sourire)

Je vois ta tête le jour où ils vous ont appelés pour vous dire ça., que c'était ok pour eux.
Mario : C'était dingue, surréaliste, j'ai pleuré de joie, les larmes sortaient, c'était trop d'émotion.

ça allait au-delà de tous tes rêves Mario...
Mario : oh oui et bien au-delà.

Tu as dû te revoir à la première fois où tu as mis ton petit cul à 13 ans sur ton kit de batterie et tes posters de Metallica sur les murs. Je suis heureux pour toi Mario !
Mario : Merci, c'est gentil



Où en est votre notoriété là-bas du coup ? et en Europe, en Allemagne ? Cela vous a boosté fortement ?
Mario : En scandinavie, on marche très bien, ils comprennent très bien notre musique. En Norvège, Finlande, on est connu, apprécié et ont rempli les salles. Aux Etats-Unis également, il y a un gros buzz. L'exotisme d'un groupe français, on a beaucoup tourné là-bas avec Lamb Of God, machine Head, ça nous a beaucoup aidés. On a forcé et enfoncé le clou en réalisant une dizaine de tournées dans différentes conditions. A force, les gens nous ont vus, on voulut nous voir, nous revoir, donc ça bouge pour nous. Tu vois, bon, on ne remplit pas des salles de 5000 places mais en tête d'affiche, on fait 800, 1000 personnes à Los Angeles par exemple. En allemagne, bizarrement, c'est un pays voisin mais ça a pris du temps avec eux, on commence à peine depuis 4/5 ans à tourner chez eux.

C'est métal l'Allemagne pourtant...
Mario : En Scandinavie, en Angleterre, Aux Etats-Unis, ça a pris, en Australie aussi, on y a joué en février, c'était de la folie.

Tu as été au Soundwave Festival ?
Mario : Oui, c'est exact, énorme, c'est mythique ce festival. Avec cette nouvelle maison de disques (Roadrunner), c'est super, on est vraiment gâtés.

Une parenthèse Mario, vous vivez où maintenant, à Bayonne ou à New York ? Joe est là-bas maintenant ?
Mario : Joe y passe quelques mois en ce moment parce qu'on est en cycle d'album, de la nouvelle tournée mais nous , on est toujours dans le sud-ouest.



Vous avez signé récemment chez Roadrunner, on en parlait au début de l'entretien, comment cela s'est réalisé et qu'est-ce que cela va vous apporter ?
Mario : Ecoute, Roadrunner est une maison de disque immense, qui a un potentiel immense. Elle nous propose de distribuer le disque proprement, dans tous les pays, d'une manière équilibrée, que ce soit en Suède, au Japon, en Australie. Cela ne sera pas, genre quelques disques en France, en Norvège, en Angleterre. On va avoir droit à une promo digne de ce nom, avec des articles dans tous les magazines, on a droit à une diffusion immense, c'est génial. Ils ont des moyens de diffusions immenses.

Je te confirme, on recoit tout en temps et en heure, ils sont actifs.
Mario : Tu vois, c'est carré et cela dans tous les pays. Dès qu'on sort un clip, qu'on donne une news, c'est diffusé. C'est de cela qu'on a besoin.

J'ai d'ailleurs reçu la vidéo du nouveau single "L'Enfant Sauvage" très vite et d'ailleurs, je le trouve très beau ce clip, il est magnifique.
Mario : Merci !



Vous sortez votre nouvel album "L'Enfant Sauvage" le 25 juin, votre 5 ème disque. En quoi est-il différent ?
Mario : Il est moins clinique, moins froid, moins rageur. Il est plus ambiant, plus atmosphérique, plus mélancolique. Il est plus émotionnel, plus simple, ça veut pas dire plus basique mais plus simple.

A l'image du single ?
Mario : Oui

Je le trouve plus aéré...
Mario : il est moins hystéro, la trentaine, on est moins dans, le speed, la vélocité. Il y a les doubles pédales, tous les codes de Gojira, les sonorités de guitares, nos outils sont là mais pour une musique que je trouve plus mature.

J'ai eu plus de mal avec le précédent "The Way Of All Flesh", il était trop froid. J'étais bien plus à fond avec "From Mars To Sirius" qui est l'album qui représente pour mes oreilles le maximum niveau intensité dans votre style de musique avec le plaisir, le gros plaisir au bout. Il est plus chaud.
Mario : Tant mieux, il devrait te plaire ce disque alors, te correspondre plus.




Je t'ai toujours considéré comme un grand batteur, puissant avec une technique de dingue. Je t'avais déjà demandé comment tu faisais pour jouer aussi vite avec autant de puissance. Tout ceci sans faire trop de geste. Tu bosses toujours autant ton instrument ?
Mario : Oui, et là, la technique est plus dissimulée, il y a plus de subtilité, c'est moins démonstratif. La batterie, il faut être un peu névrosé, tu peux pas jouer à cette vitesse, tenir l'endurance sans être un peu névrosé. Il faut faire attention à son hygiène, boire beaucoup d'eau, faire des étirements, c'est une concentration au quotidien, tous les jours je suis concentré. C'est pour cela que cela me fait du bien quand on ne tourne pas, j'ai l'impression de pouvoir me relâcher complètement. En tournée, je suis dans la vigilance du matin au soir.

J'ai croisé le batteur de Slayer Dave Lombardo, c'est un des meilleurs batteurs métal au monde, il représente quoi pour toi ?
Mario : Ce n'est pas mon idole, ce n'est pas Lars Ulrich ou Igor Cavalera mais c'est un génie de la batterie. Un monstre, j'ai déjà écouté Slayer quand j'étais plus jeune, j'aimais bien sans plus mais Dave Lombardo, c'est un mythe. Fantomas avec Mike Patton, les premiers Slayer, oui, c'est un mythe.



Comment vous vous êtes trouvé à jouer ce soir à Clermont-Ferrand avec Slayer devant un parterre de 1400 personnes (le concert affiche complet). Qui a fait quoi ?
Mario : On a le même management, qui a aussi Mastodon. Notre tourneur est le même que pour Metallica, Slayer, Mastodon, c'est donc génial. On fait des dates avec ces groupes. On est un peu associé à eux. On les côtois un peu.

La suite ?
Mario : On fait 40 dates en Europe.

Un prochain elysée Montmartre? Je plaisante, c'est si triste qu'elle est brûlée Mario.C'était aussi une de tes salles fétiches.
Mario : Oui, enfin, on reviendra en Octobre, novembre en France c'est sûr, on prépare un gros truc sur paris. On va faire un mois et demi sur la route entre mi-aout et septembre aux Etats-Unis avec Lamb Of God. Donc là, c'est l'Europe et après ça ne s'arrête plus.

On va attendre 4 ans pour le prochain disque Mario ?
Mario : Non, non on ne va pas attendre 4 ans.

Mais tu sais, je me rappelle une chose. Tu m'avais dit alors que tu étais en pleine tournée (2005/2006) que tu avais envie de jouer de nouveaux morceaux, que tu commençais à être un peu usé à jouer toujours un peu les mêmes titres. C'était en plus la première fois pour toi que tu tournais autant et c'est rien à comparer de maintenant Mario.
Mario : En fin de compte, on est pris par une réalité. On ne peut plus sortir que des disques, déjà , ça se vend plus trop après, on doit tourner, tourner et encore tourner pour pouvoir tourner, c'est la réalité d'aujourd'hui. On est donc bien parti pour tourner mais on ne va pas laisser passer 4 ans pour le prochain album, c'est sûr.

Merci Mario, je suis heureux pour toi !
Mario : Merci, c'était cool, on se voit aux balances ok ?

Ok !



En tournée en 2012 et 2013.

Nouvel album "L'Enfant Sauvage" dans les bacs depuis le 25 juin.

Remerciements à Karine SANCHO / PROMO WEA
Et à Mario pour sa simplicité !

Gojira : les dernières chroniques concerts

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... par Eric Freydefont
Clisson, le 23/06/2019
55 000 pass 3 jours pour le Hellfest 2019 écoulés en 2 heures ! Ce n'est pas rien, d'autant que la majeure partie de la programmation était inconnue au moment du fait. C'est... La suite

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... par Pipoulem
Clisson, le 23/06/2019
Retour sur le plus gros festival metal de France, le Hellfest. Habituellement le festival se déroule sur trois jours vendredi/samedi/dimanche. Mais cette année nous avons... La suite

Gojira en concert

Gojira par Lebonair
Olympia, Paris, le 01/04/2017
Le groupe de metal français Gojira est passé deux fois à l'Olympia à Paris les 1er et 2 avril dernier et cerise sur le gâteau, celui de ce soir affichait complet et le second... La suite

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) en concert

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) par Abigail Darktrisha
Clisson, le 19/06/2016
TARJA 15h50-16h40 En ce 3ème et dernier jour c'est un peu plus tard dans la journée que débutera pour nous les festivités avec le métal symphonique Finlandais de Tarja... La suite