Accueil Black Francis (Frank Black) en concert
Mercredi 13 décembre 2017 : 10972 concerts, 24773 chroniques de concert, 5187 critiques d'album.


L'ex-leader des Pixies aime à retourner aux sources de la musique américaine en écrivant des titres country/folk, blues/rock et soul.
Charles Michael Kittridge Thompson IV, plus connu sous son nom d'artiste Frank Black ou à présent Black Francis, est le leader et l'un des membres fondateurs du groupe Pixies.
Après l'album "Trompe le Monde", il quitte le groupe et entame une carrière solo. Son rock est plus classique que celui de son ancien groupe mais garde parfois quelques teintes caractéristiques des Pixies.

Black Francis (Frank Black) : vos chroniques d'albums
Site

Black Francis (Frank Black) en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Black Francis (Frank Black) : l'historique des concerts

Sa.

16

Fév.

2008

Sa.

07

Juillet

2007

Rock in Evreux en concert
Kaiser Chiefs, Frank Black, Jehro, Sharko, Mademoiselle K Rock in Evreux | Black Francis (Frank Black) | Sharko | Kaiser Chiefs | Jehro
Hippodrome de Navarre - Evreux (27)

Sa.

30

Juin

2007

Les Extras Sonores de la Luciole en concert
Pop Levi - Frank Black - Archive Les Extras Sonores de la Luciole | Black Francis (Frank Black) | Archive | Pop Levi
parc de Guéramé (61)

Ve.

29

Juin

2007

Furia Sound Festival en concert
Archive, Renaud, Frank Black, Joey Starr, Cassius, Pleymo... Furia Sound Festival | Black Francis (Frank Black) | Renaud | Archive | The Rakes
Base de loisirs des étangs - Cergy (95)

Ma.

26

Juin

2007

Frank Black + Medusa Black Francis (Frank Black) | Medusa
Espace Julien - Marseille (13)

Lu.

25

Juin

2007

Lu.

25

Juin

2007

Ve.

22

Juin

2007

Black Francis (Frank Black) : les dernières chroniques concerts 19 avis

Frank Black And The Catholics + Fun Lovin' Criminals + Eagle Eye Cherry (Free Wheels 2001)

Critique écrite le 28 août 2001, par Pierre Andrieu

Free Wheels Cunlhat (63) 17 août 2001

Le Free Wheels est un "Bike show-rock festival" qui a lieu depuis 14 ans dans un petit village auvergnat : Cunlhat. Il est organisé par les délicats Hell's Angels. Souvenez-vous, Altamont en 1969, le noir poignardé devant la scène où jouaient les Rolling Stones, c'était eux. Des gens charmants appréciés principalement en Auvergne pour les innombrables recettes touristiques qu'ils amènent le temps d'un week-end. Les ignobles soli de guitare de Gwyn Ashton, un hard-rocker fan de blues, sont les premières notes de musiques entendues par nos oreilles à Cunlhat, le fief des anges de la mort. Ici, les musiques appréciées sont le blues très gras et le hard rock moisi mais, là, malgré les efforts de Gwyn pour être le plus lourd possible, tout le monde s'en fout. Les gens veulent de la bière, des motos et du cul... A Cunlhat, la musique est réellement un alibi : elle sert à patienter entre deux jeunes femmes qui se broutent le minou et se couvrent de chantilly. Le Free Wheels est un festival de strip-tease subventionné par le conseil général du Puy-de-Dôme... C'est normal finalement car les valeurs véhiculées sur la manifestation sont louables : le machisme, le racisme, l'auto défense, la loi du plus fort, le bon goût vestimentaire, la prévention... Lire la suite

Frank Black

Critique écrite le 08 mars 2008, par fanny

Elysée Montmarte Paris 16 février 2008

Après 900 km pour voir Frank Black, le concert à été génial malgré la mauvaise foi des gens, leur intolérance et surtout leur manque de respect envers cet artiste qui a bien évidement tout déchiré. Il est un peu réservé mais qu'est ce qu'il en jette : guitare, harmonica, et en... Lire la suite

Black Francis

Critique écrite le 21 février 2008, par Flo

Elysée Montmartre - Prais 16 Février 2008

Adorant Frank Black et encore plus les Pixies, je me suis dit que j'allais adorer le concert de Black Francis (son ancien nom du temps des Pixies), d'autant que son dernier album est plutôt pas mal (les 2 ou 3 précédents étant décevants). Le problème est qu'il n'a joué que cet album, plus quelques titres... Lire la suite

Rock Werchter - Metallica, Damien Rice, Frank Black, !!!, Cold War kids, Interpol, Maxïmo Park, Faithless, John Legend, The australian Pink Floyd Show

Critique écrite le 23 octobre 2007, par Gringo & fan2kyo

Belgique 1er Juillet 2007

La journée de dimanche commence en fanfare avec les cultissimes !!! (Chk chk chk), groupe définitivement passé dans la catégorie poids lourds : le meneur brun ne sait absolument pas chanter, et bien que petit, moche, dépourvu de sens du rythme et d'un quelconque talent vocal, réussit à livrer une performance dantesque avec une chorégraphie digne d'un épisode de "Un, dos, Tres". Le batteur chanteur roux m'a fait tripper comme jamais, débarquant avec polo Ricard, pieds nus et bermuda troué, conseillant au passage au public de "prendre des drogues parce qu'on en a besoin" - Bref, un groupe qui m'a procuré un choc visuel et auditif dont j'ai, 1 mois après, toujours du mal à me remettre et que je recommande à tout fan de disco et de sensations fortes. Nous nous doutions bien que le reste de la journée ne serait point à la hauteur ; jour des hardos, quelques groupes de métal hurlant sans intérêt s'enfilant à la suite d'énieme groupes anglais (MASTODON, COLD WAR KIDS et leur voix de Supertramp, MAXÏMO PARK,... Werchter regorge de futurs ex sauveurs du rock). Heureusement le soleil de plomb permettait de gagner quelques couleurs et les sacs poubelles ne servaient plus de K-Way à deux balles (on n'a jamais assez de sac poubelles à un festival).... Lire la suite

Black Francis (Frank Black) : les chroniques d'albums

Frank Black : Fast Man Raider Man

Chronique écrite le 30/07/2006, par Pierre Andrieu

Frank Black : Fast Man Raider Man

Les lucratives tournées avec les Pixies et les rumeurs - persistantes - de composition de nouveaux morceaux avec Kim, David et Joey n'empêchent pas Frank Black de poursuivre son bonhomme de chemin en solo... Dans un style radicalement différent de celui des elfes ; en effet, notre homme aime à retourner aux sources de la musique américaine en écrivant des titres country/folk, blues/rock et soul. Si cela énerve copieusement les fans exclusifs des géniaux Pixies , il faut reconnaître à Honeycomb, paru l'année dernière, et au double album dont il est question ici, Fast Man, Raider Man deux qualités : une véritable passion pour la musique interprétée (qui transparaît dans chaque note jouée) et un talent surprenant pour se mettre dans la peau d'un soul man. Exit les hurlements de putois en rut qui font la renommée de l'auteur de Gouge away ; sur ses derniers disques solo Mr. Black chante comme Otis Redding, Wilson Pickett ou Salomon Burke. C'est avec un velouté sensuel et captivant que le très doué Frank vocalise... Lire la suite

Frank Black Francis : Frank Black Francis

Chronique écrite le 13/01/2005, par Pierre Andrieu

Frank Black Francis : Frank Black Francis

C'est de notoriété publique depuis les débuts des Pixies : en plus d'être habité quotidiennement par le démon du rock ‘n roll sauvage, Frank Black aime bien gagner de l'argent (et il a toujours eu la franchise de l'avouer). On se dit donc que le monsieur abuse sérieusement quand on voit arriver un énième album posthume des Pixies (cette fois, les premières démos enregistrées par celui qui se faisait alors appeler Black Francis)... Et puis, surexcité par le triomphal et tonitruant retour scénique des Pixies, on se dit qu'il serait bête de passer à côté des versions dépouillées de titres désormais rentrés dans l'histoire. La récente publication du coffret de Nirvana - With the lights out - l'a prouvé une fois de plus : avec une guitare et une voix, les bonnes chansons sont souvent encore meilleures. Le héros (parmi d'autres) de Kurt Cobain le prouve à son tour avec quinze titres captés en 1987 par le futur producteur de Come on Pilgrim, Gary Smith. Et là, ô surprise, il y a déjà tout alors que les Pixies s'apprêtent à pénétrer dans un studio pour la première fois : la voix écorchée, les compositions à rebondissement, les atmosphères tordues... Malgré l'enregistrement sur un Walkman (amélioré sans doute... ) et le relatif manque de coffre du... Lire la suite

FRANK BLACK AND THE CATHOLICS : SHOW ME YOUR TEARS

Chronique écrite le 19/09/2003, par Pierre Andrieu

FRANK BLACK AND THE CATHOLICS : SHOW ME YOUR TEARS

Après une thérapie pour exorciser la fin de son mariage, Frank Black est de retour et il n'est pas super content : "Vous n'aimerez jamais un seul de mes putains de disques si vous ne les écoutez qu'une fois." Mais on le sait déjà Frank : on écoute tes œuvres le plus souvent possible (et c'est vrai qu'elles ont tendance à se bonifier). Toujours accompagné par ses fidèles Catholics, le prolixe Charles Thompson livre ici treize nouvelles chansons qui n'apporteront sans doute rien de plus à sa légende de songwriter tordu et génial. Mais, en injectant un peu de country et de blues dans son moteur rugissant, l'ex Pixies démontre qu'il sait encore écrire de bons morceaux qu'il se contrefout de vendre ou non. Si la tonalité est plus triste qu'habituellement, on revient volontiers vers ces tranches de vie prenantes et sincères. On compatit aisément quand le monsieur noie son chagrin... Lire la suite

FRANK BLACK AND THE CATHOLICS : BLACK LETTER DAYS

Chronique écrite le 15/10/2002, par Pierre Andrieu

FRANK BLACK AND THE CATHOLICS : BLACK LETTER DAYS

Ces 18 titres s'écoutent d'une seule traite sans problème, ce disque est parfait pour un trajet sur autoroute de 65 minutes ! L'ambiance générale est plutôt rock country (pedal steel) et rappelle un peu le précédent album de Frank Black And The Catholics, Dog in the sand. Les fantômes persistants de Mick Jagger, Keith Richards, Brian Jones, Bill Wyman, Charlie Watts, Mick Taylor, et Ron Wood rôdent sur ce Black letter days :... Lire la suite