Accueil Bonnie Prince Billy en concert
Samedi 16 décembre 2017 : 10872 concerts, 24778 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.


Le taciturne roi du Country folk rock américain... Toujours bon pied bon œil malgré les années qui passent et le nombre de projets auxquels il a participé (Palace etc), Will Oldham aka Bonnie Prince Billy continue sa brillante carrière, avec des concerts et des disques souvent bluffants.

Bonnie Prince Billy : vos chroniques d'albums
Site

Bonnie Prince Billy en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Bonnie Prince Billy : l'historique des concerts

Sa.

22

Nov.

2014

Festival Bbmix en concert
Festival Bbmix 2014 : Bonnie Prince Billy- Xylouris White - Dave Ferguson - Imaan Festival Bbmix | Bonnie Prince Billy
Carre Belle Feuille - Carre Club - Boulogne Billancourt (92)

Sa.

08

Juin

2013

Festival Notes en Vert en concert
Bebey Prince Bissongo (Burkina Faso) - Paul Personne (France) - Cumbia Ya ! (Colombie) Festival Notes en Vert | Bonnie Prince Billy | Paul Personne | Cumbia Ya!
Parc du Chateau - Perigny (17)

Ma.

24

Janv.

2012

Bonnie 'prince' Billy Vooruit - Gand

Je.

03

Nov.

2011

Bonnie Prince Billy + Guest Trianon - Paris 18ème (75)

Me.

02

Nov.

2011

Ma.

01

Nov.

2011

Bonnie Prince Billy Le 106 - Rouen (76)

Di.

30

Oct.

2011

Festival Soy en concert
Festival Soy 2011 : Bonnie Prince Billy + Silver Apples + Gala Drop Festival Soy | Bonnie Prince Billy | Silver Apples | Gala Drop
Le Lieu Unique - Nantes (44)

Sa.

29

Oct.

2011

Les Rockomotives en concert
Bonnie Prince Billy + Diabologum + Yann Tiersen - Envy Les Rockomotives | Bonnie Prince Billy | Envy | Yann Tiersen
Chapelle St Jacques - Vendôme (41)

Bonnie Prince Billy : les dernières chroniques concerts 6 avis

Bonnie Prince billy +Suzanna Wallumrød

Critique écrite le 27 avril 2009, par Stéphane Sarpaux

Poste à Galène - Marseille 26 avril 2009

Bonnie Prince billy +Suzanna Wallumrød en concert

Après la Cigale et le Printemps de Bourges, et avant Turin et Bologne, Bonnie Prince Willy était sur la scène du Poste à Galène à Marseille ce dimanche soir pluvieux. Une scène que l'Américain de Louisville dans le Kentucky n'avait pas foulée depuis 8 ans. Et 8 ans chez Will Oldham (de son vrai nom), c'est un peu toute une vie, tant le bonhomme est prolixe. Car le nouvel album qu'il présente ce soir-là, Beware, doit être son 21 ou 22 disques depuis There is no-one will take care of you en 1993. Et il se pourrait bien que ce dernier effort constitue, à l'instar de I see a darkness en 1999, un tournant dans sa riche discographie. C'est en tout cas le sentiment qui nous animait en sortant 2 heures plus tard du Poste. Car l'homme nous a réservé une sacrée surprise sur scène. À ceux qui, comme moi, attendaient de se réjouir d'entendre un folk décharné porté par une voix presque étouffée, Bonnie Prince Billy nous a réservé... Un concert de rock en bonne et due forme avec de multiples influences et plus seulement celles de Bob Dylan, Neil Young et Johnny Cash. Mais revenons une minute sur la première partie, assurée par la blonde vénitienne Suzanna Wallumrød. La jeune Norvégienne monte sur scène à 21h30, s'installe derrière... Lire la suite

Bonnie Prince Billy + Susanna Wallumrød + Scary Mansion (Printemps de Bourges 2009)

Critique écrite le 26 avril 2009, par Pierre Andrieu

Auditorium, Bourges 25 Avril 2009

Bonnie Prince Billy + Susanna Wallumrød + Scary Mansion (Printemps de Bourges 2009) en concert

Affiche prestigieuse et classe à l'Auditorium de Bourges avec le folk rock de Scary Mansion et la folk music aérienne de Susanna Wallumrød, en premières parties du lumineux set country rock du taciturne Bonnie Prince Billy. Il aura fallu la venue du ténébreux et sombre songwriter américain pour amener la pluie (soutenue et incessante) sur le Printemps de Bourges 2009, très ensoleillé jusque-là. Si c'est à ce prix qu'on peut avoir un concert de cette qualité-là, va pour les éléments déchaînés ! Scary Mansion, de bien belles promesses... Toute jeune dans la carrière, mais déjà auteure d'un premier album aussi réussi que prometteur (Every Joke Is Half The Truth), Leah Hayes alias Scary Mansion fait immédiatement étalage de son talent pour trousser des folk songs ou des titres rock bien foutus. Lors d'une ouverture de spectacle versatile à souhait, Scary Mansion - avec sa voix éthérée susurrée, sa mini guitare et son groupe (basse, batterie, choeurs) - alterne les morceaux calmes et les saillies rock ‘n roll où la basse et la batterie ferraillent avec la guitare. On s'attendait sans doute à plus de douceur, aussi la section rythmique semble un peu appuyée sur les compositions les plus rock. Après un nécessaire temps... Lire la suite

Neil Young, Gossip, Grinderman, MGMT, Radiohead, Kings Of Leon, Jay-Z, Gnarls Barkley, The Raveonettes, Jose Gonzales, Yeasayer, Santogold, Black Mountain, Digitalism, Band Of Horses, Tokyo Police Club, Salomon Burke, Cat Power, Bonnie Prince Billy, Teitur, A Kid Hereafter, Duffy (Roskilde Festival 2008)

Critique écrite le 09 juillet 2008, par Pierre Andrieu

Roskilde, Danemark 3 au 6 juillet 2008

Neil Young, Gossip, Grinderman, MGMT, Radiohead, Kings Of Leon, Jay-Z, Gnarls Barkley, The Raveonettes, Jose Gonzales, Yeasayer, Santogold, Black Mountain, Digitalism, Band Of Horses, Tokyo Police Club, Salomon Burke, Cat Power, Bonnie Prince Billy, Teitur, A Kid Hereafter, Duffy (Roskilde Festival 2008) en concert

Créé en 1971, le festival Roskilde est un des rendez-vous incontournables du circuit européen pour les artistes du monde entier... La raison de ce succès est assez simple : tous les ans, entre 75 000 et 100 000 personnes se pressent chaque jour dans l'enceinte de cet énorme festival. Celui-ci comporte 7 scènes devant lesquelles l'ambiance - ultra festive, très bon enfant et franchement familiale - est un véritable must... Avec pareille réserve de public, il est "facile" de se payer des têtes d'affiche d'envergure mondiale comme Radiohead, Neil Young, Jay-Z, My Bloody Valentine ou les Chemical Brothers, ce qui contribue à la renommée de ce grand raout estival. Les fans de musique venus de l'Europe entière s'acquittent sans broncher de la somme de 200 euros pour rester pendant 4 jours dans une véritable ville accueillant en parallèle des concerts (dans tous les styles possibles), un cinéma, une boite de nuit, un skate park, une cathédrale de silence, une patinoire, un lac pour nager, un lac pour pêcher, des plages, des supermarchés, une gare et - bien sûr - d'immenses campings. Sorte de mélange réussi entre les festivals de Glastonbury en Angleterre (le gigantisme et le temps, souvent pluvieux), Benicassim en Espagne (la... Lire la suite

Ghinzu + Bonnie Prince Billy + The National + Cake + Tom Vek + Kas Product + Cali + Garbage (Eurockéennes de Belfort 2005)

Critique écrite le 15 juillet 2005, par Pierre Andrieu

Presqu'île de Malsaucy, Belfort 2 juillet 2005

Ghinzu + Bonnie Prince Billy + The National + Cake + Tom Vek + Kas Product + Cali + Garbage (Eurockéennes de Belfort 2005) en concert

C'est frais et dispos que nous rejoignions le superbe site des Eurockéennes pour une deuxième dose de musiques administrée par les programmateurs zélés de cette manifestation unique. La journée du samedi est prometteuse, même si la perspective de revoir Garbage presque dix ans après son premier album n'est a priori pas très excitante, et si les roucoulades de Cali sur une grande scène, nous font penser que nous nous sommes trompés de lieu. On est aux Vieilles Charrues ou quoi ? Non, faut pas pousser quand même... Cake Sur la grande scène, la journée commence en douceur sous le chaud soleil estival avec les américains de Cake, toujours aussi branleurs dans leur attitude et dans leur manière d'appréhender la country folk rock... Par exemple, la petite guitare sèche du leader/chanteur du groupe est restée bloquée dans les méandres du transport aérien (Air France se verra vilipendé à de multiples reprises pour ça) mais personne n'a eu l'idée de demander le prêt d'une autre guitare... Malgré cela, la plupart des titres font plaisir à entendre avec leurs rythmes nonchalants, leurs gimmicks entêtants, leurs claviers antiques, leurs instrumentations truffées de trompette, glockespiel et guitare country western, le tout servi avec... Lire la suite

Bonnie Prince Billy : les chroniques d'albums

Bonnie Prince Billy : Singer's Grave A Sea Of Tongues

Chronique écrite le 18/08/2015, par Pierre Andrieu

Bonnie Prince Billy : Singer's Grave A Sea Of Tongues

Pas exactement féru de communication (internet, les réseaux sociaux, tout ça, c'est pas son truc... ), souvent difficile à suivre (il peut choisir, comme ici sur Singer's Grave A Sea Of Tongues, de sortir un album majoritairement composé de reprises de... lui-même), mais quasiment toujours passionnant, le très original Bonnie "Prince" Billy fait son retour en 2014 avec un bon album d'obédience country folk rock. Allergiques au banjo, au violon et aux chœurs féminins enflammés, passez votre chemin ! Quoique. Le mec autrefois connu sous les noms de scène de Palace Brothers et Will Oldham est tellement doué pour écrire des morceaux qui tuent leurs mères et pour les chanter comme si sa vie en dépendait - ça a réellement l'air d'être le cas,... Lire la suite

Bonnie Prince Billy : Beware

Chronique écrite le 22/03/2009, par Pierre Andrieu

Ultra prolifique, le terrifiant songwriter aux allures de psychopathe Bonnie Prince Billy publie un énième disque de country folk décharnée, saisissante et marquée par les affres de la dépression (au dessus d'un jardin peuplé d'étranges personnages presque trop normaux)... Toujours très "fraîcheur de vivre", Will Oldham se présente dessiné comme un vieillard déplumé sur la pochette de son dernier opus, le très campagnard Beware. Cet album ancré dans la country classe de Nashville et la folk music (c'est ce que laissaient penser ses concerts bien roots de l'été dernier... ) est une œuvre qui pourra laisser certains de marbre, effrayés par le côté un peu aride de la chose. Mais si l'on se donne - juste un peu - la peine d'écouter ce recueil de chansons marquées au fer rouge par un sens inné du songwriting entêtant, un talent indéniable pour chanter de manière habitée et une science hallucinante pour incarner véritablement des morceaux fleurant bon le vécu, c'est le "bonheur"... Dès le premier titre, ce sera une sorte d'épiphanie pour les fans du sieur Billy : Beware your only friend rentre immédiatement dans le classement des meilleurs morceaux du monsieur. Et après ? C'est... Lire la suite

Bonnie Prince Billy : Vidéo