Accueil Kyle Eastwood en concert
Mardi 25 juin 2019 : 10307 concerts, 25536 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.


Fils du légendaire acteur et réalisateur Clint Eastwood, le contrebassiste et bassiste Kyle Eastwood présente un répertoire jazz avec des compositions évoluant vers un swing épuré mâtiné de funk. Kyle est un grand compositeur et un excellent musicien (bassiste et contre-bassiste). Il a participé et écrit de nombreuses bandes originales de films (notamment pour son père) dont les plus célèbres sont celles de "Lettres d'Iwo Jima" et "Gran Torino". Amoureux de jazz, il a publié plusieurs albums dont le récent "Metropolitan". Il en profite pour repartir en tournée avec son groupe, Kyle Eastwood Band. En concert en France en 2017...


Kyle Eastwood : vos chroniques d'albums
Site

Kyle Eastwood : les dernières chroniques concerts 4 avis

Kyle Eastwood

Critique écrite le 07 février 2017, par jerome

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 3 février 2017

Kyle Eastwood en concert

Pour celles et ceux qui seraient venus seulement pour cela, il n'y a pas de doute à avoir, il est bien le fils aîné de... Même allure physique, même nez, même regard, même implantation de cheveux, même "charme ténébreux", et surtout même goût pour le jazz. Déjà venu, il y a quelques années, dans une grande Coopérative de Mai assise, il est présent ce jour là, dans un club de la Coopé complet et debout, à la grande joie de Stéphane Mikaélian, programmateur de Jazz à la Coopé. Le Kyle Eastwood Quintet, puisque c'est de lui dont il s'agit, est composé des fidèles Andrew McCormack (piano), Quentin Collins (trompette et bugle) et Brandon Allen (saxophone ténor et alto), le batteur habituel, Ernesto Simpson, étant ce soir remplacé par un autre musicien, Franck Agulhon. Pour cette première date française, c'est autour de l'album best-of de 2015 "Time pieces" que la soirée va s'articuler, nous faisant voyager dans le temps et l'espace autour du talent multiforme de l'instrumentiste et compositeur Kyle Eastwood, autant à l'aise dans un hard bop foudroyant que dans des musiques de film beaucoup plus "easy-listening". Dès le... Lire la suite

Kyle Eastwood & Band

Critique écrite le 21 novembre 2011, par Philippe

Espace Julien, Marseille 20 novembre 2011

Kyle Eastwood & Band en concert

Dimanche soir 18 heures, concert "en matinée" où je me pointe en pur touriste, voire en midinette, un peu en retard d'ailleurs, à une production du Poste à Galène, exilée à l'Espace Julien... Ce que je connais de mieux de Kyle Eastwood, c'est le rôle de gamin qu'il a joué dans l'inoubliable Honkytonk Man, magnifique ballade de loser country, ainsi que la musique qu'il a composé pour divers grands films familiaux (Gran Torino, par exemple). Bref ce que je connais de mieux de lui, c'est son Pôpa quoi, qui est mon idole cinématographique absolue, de l'autre côté de l'Atlantique... Bien sûr, de pouvoir citer au moins 15 bons films qu'il a réalisé, déclamer l'intégralité de la scène de la tombe d'Arch Stanton avec Tuco la Brute, ou encore être allé visiter les endroits de San Francisco qu'il traverse au fil des Dirty Harries, ne me sera pas d'un grand secours ce soir. Mais au moins, je sais pourquoi son fiston joue du jazz : quand il était tout jeune, au début des années 70, les B.O. des films de flic-à-Magnum de son père étaient bourrés de cette musique, qui a donc sans doute bercé son enfance. Serait-il né dans les 60's qu'il se serait peut-être d'ailleurs lancé, allez savoir, dans la musique cinématographique orchestrale de... Lire la suite

Erik Truffaz + Kyle Eastwood

Critique écrite le 06 juin 2011, par Ysabel

Espace Culturel Andre Malraux - Six Fours 08 Mai 2011

Erik Truffaz + Kyle Eastwood en concert

Un accueil sur mesure et un concert à guichet fermé pour l'Espace Culturel André Malraux de Six-Fours. La scène est grande et tout est déjà installé en doublon, puisque vont se succéder sur scène Erik Truffaz et Kyle Eastwood. En fait, je fais ma maligne, mais je suis arrivée en pensant que nous allions avoir le fils de notre cow-boy spaghetti préféré en première partie de soirée et l'incroyable jazzman suisse ensuite ... Mais, Oh Surprise, c'est Erik Truffaz qui prend place en premier, accompagné de Benoît Corboz au clavier, Marc Erbetta (qui se fait un peu charrier pour son look de vacancier, "Tout de blanc vêtu", bermuda, tee-shirt et baskets !) et l'incroyable Marcello Giuliani à la basse. Ces deux dernier étant ses compagnons de route depuis 1990. Il prend place sur la scène, commence à écouter la musique, les yeux mis clos, entièrement habité par la mélodie qui monte. Le son de sa trompette s'élève comme dans une église. La dextérité de ses doigts sur les pistons est impressionnante et son attitude, intense dans une extrême simplicité, est incroyablement prenante. Son style est unique. Du Nu Jazz, tinté d'électro, avec une petite pincée de World Musique ... On entend le Tic-Tac d'une pendule en fond mélodique. C'est juste un... Lire la suite

Kyle Eastwood

Critique écrite le 12 octobre 2009, par Mcyavell

Espace Julien - Marseille 8 octobre 2009

Kyle Eastwood en concert

Suite logique d'un album enregistré en France, la tournée de Kyle Eastwood passe par chez nous. Mais les musiciens européens présents sur la galette Metropolitain ne sont pas là. Eric Legnini (piano sur l'album) était à Marseille la semaine dernière, ils se sont ratés de peu. Andy McCormack le remplace. Deux autres Américains vont essayer de nous faire oublier Manu Katché (batterie) et Till Brönner (trompette). Mission échouée dans les deux cas. En ce qui concerne la trompette, les pièces comme Black Light et Bold Changes qui faisaient tant penser à Miles Davis grâce à l'interprétation de l'Allemand ne sont même pas jouées. Et le titre Metropolitain débute le set sans les gémissements et chœurs de Camille qui accompagnent si bien la ligne de basse sur le CD. Et pourtant, j'ai apprécié la prestation du band dans sa quasi-totalité, le répétitif Hot Box étant le responsable du "quasi". Le choix des autres titres est judicieux : - 4 extraits de Metropolitain (2009) : outre Hot Box, le morceau éponyme donc (les cuivres s'y mettent en valeur avant un dynamique duo claviers / basse), Rue Perdue et Song For You avec sa subtile intro ; - 3 extraits de Paris Blue, l'album indispensable (2005) : Big Noise (Kyle y... Lire la suite

Kyle Eastwood : les chroniques d'albums

Kyle Eastwood : Metropolitain

Chronique écrite le 01/10/2009, par Mcyavell

Kyle Eastwood : Metropolitain

Alors que beaucoup d'artistes français traversent l'Atlantique pour enregistrer à Nashville ou à Memphis, Kyle Eastwood fait le trajet inverse. Metropolitain a en effet été réalisé à Paris d'où le titre et celui de cinq pièces de l'album. La raison première est son envie de collaborer avec des artistes français, Manu Katché (batterie), Eric Legnini (claviers), Camille (chant) et le trompettiste allemand Till Brönner. Il a déjà sorti trois albums avant celui-ci dont l'indispensable Paris Blues en 2004. Depuis il a composé la musique de trois des films de son père : Million Dollar Babies, Lettres d'Iwo Jima et Gran Torino. Le son n'a rien à envier aux productions américaines. La contrebasse de Kyle Eastwood est de plus en plus puissante au fil des albums. Elle survole davantage les... Lire la suite