Accueil Peter Hook en concert
Dimanche 24 juin 2018 : 10275 concerts, 25043 chroniques de concert, 5217 critiques d'album.


Le légendaire bassiste de Joy Division et New Order, Peter Hook évolue désormais en solo... Il se produit en live avec un groupe qui rend hommage à Ian Curtis et Joy Division.

Peter Hook : vos chroniques d'albums
Site

Peter Hook en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Peter Hook : l'historique des concerts

Sa.

28

Oct.

2017

Peter Hook & The Light - Paris Trianon - Paris 18ème (75)

Sa.

28

Janv.

2017

Peter Hook & The Light The Light | Peter Hook
L'Aéronef - EuraLille (59)

Ve.

27

Janv.

2017

Peter Hook And The Light La Cartonnerie - Reims (51)

Je.

26

Janv.

2017

Peter Hook & The Light The Light | Peter Hook
Het Depot - Leuven (B)

Sa.

09

Juillet

2016

Les Déferlantes Sud de France  en concert
Les Déferlantes Sud De France 2016 - 9 Juillet : The Offspring, Chemical Brothers, Birdy Nam Nam, Soom T, Nada Surf, Peter Hook & The Light, Hallolisa, Papillon Paravel (Complet) Les Déferlantes Sud de France | Nada Surf | The Offspring | The Chemical Brothers | Papillon Paravel | Birdy Nam Nam | Peter Hook | Soom T
Parc de Valmy - Argelès sur Mer (66)

Sa.

30

Avril

2016

Peter Hook & The Light : A "joy Division" Celebration La Sirene Espace Musiques Actuelles - La Rochelle (17)

Ve.

29

Avril

2016

Peter Hook : A Joy Division Celebration (Complet) Le Manège - Lorient (56)

Je.

28

Avril

2016

Peter Hook & The Light L'Astroclub - Orléans (45)

Peter Hook : les dernières chroniques concerts 5 avis

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division)

Critique écrite le 12 mai 2014, par Philippe

Espace Julien, Marseille 9 mai 2014

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) en concert

Joy Division est l'exemple parfait du groupe de gamins à l'alchimie miraculeuse, finalement dépassé par ses propres chansons après une métamorphose issue des plus rugueux Warsaw. Le seul qui les vivait vraiment parmi eux, ces chansons surpuissantes, en est mort depuis longtemps, et plusieurs d'entre eux font encore fructifier la franchise d'un nom dont l'influence est immense à un point difficilement mesurable. Or Peter Hook en était "seulement" le bassiste, certes depuis Warsaw mais qu'on ne voyait pour ainsi dire jamais sur les vidéos, même si la basse était un des éléments majeurs de leur son inimitable. Je pense pouvoir dire qu'une bonne partie du public y est donc allée comme moi, presque à reculons, sur la foi de chroniques pas follement enthousiastes, et vraiment pour marquer le coup / entendre jouer au moins une fois en live, des titres qui nous habitent depuis toujours. En tout cas pour apprécier ce concert, j'ai eu un allié vraiment précieux ce soir-là : la bière belge ! Ce n'est pas pour proner le manque de modération, mais déjà un apéro prolongé m'a permis de rater la premier groupe, dont les 45 secondes aperçues ne m'ont pas vraiment fait vibrer. Ensuite, arrivé bien allumé je suis entré sans problème dans le son de New... Lire la suite

Peter Hook and The Light + DeStijl

Critique écrite le 12 mai 2014, par Ysabel

Espace Julien - Marseille 09 Mai 2014

Peter Hook and The Light + DeStijl en concert

L'Espace Julien. Peter Hook (bassiste de Joy Division ... pour ceux qui n'ont pas fait leurs devoirs ;) !). Un vendredi soir de week-end de pont du 8 Mai... Pour dire vrai, je ne m'attendais pas à ce que la première partie commence ainsi, devant cette salle désespérément vide. D'autant plus que ce DeStijl va s'avérer être une très belle découverte ! Le ton Rock-New-Wave années 80 est donné dès le premier morceau et ça, je dois reconnaître que ça me plait déjà beaucoup ! Bon, le claviériste est un peu spécial : soit il a un problème technique avec son matos, soit il a décidé de nous le balancer dessus (enfin sur les quatre rangs de devant !) Le guitariste, lui, est franchement une bête de scène. Quant au chanteur, il envoie juste ce qu'il faut, avec des postures à la Dave Gahan (de Depeche Mode). En un mot : tout cela se présente au mieux ! Un bon petit sampler qui fait le job. Un son 80's bien ficelé ... Il n'en faut pas plus pour attirer un public qui entre enfin, même si c'est petit à petit (Ouf !) Avec également un chanteur qui commence à pas mal se lâcher, en se désarticulant quasiment entre les couplets. Et à noter au passage, une très belle technique du " j'enlève ma veste tout en continuant à jouer " de Pat Roberts à la... Lire la suite

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light

Critique écrite le 29 juillet 2013, par Sami

Hippodrome de la Plage, Hyères. 26 Juillet 2013

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light en concert

Alors que les autres bons festivals Varois (Rockorama et Plages De Rock) ont du malheureusement annuler leur édition cette année, on est plutôt content de pouvoir se rendre à la première soirée du toujours alléchant Midi Festival. Comme chaque année, une bonne moitié des groupes programmés sont encore peu connus mais il suffit de se rendre sur leur site pour voir à quel point ils ont eu le nez creux coté révélations indie. Quelques impondérables au cours du trajet nous empêcheront néanmoins de voir les deux découvertes du soir, Appletop et Splashh, ce n'est que partie remise. Comme pour Primal Scream en 2011, on se désole un peu du faible remplissage des lieux pour cet hippodrome qui accueillera sans doute plus de monde pour Nolwenn et Bruel dont les affiches sont omniprésentes dans la ville. Aucun doute en voyant les nombreux t-shirt de Joy Division, c'est bien la venue de Peter Hook & The Light qui a attiré la majorité des spectateurs. Un bien étrange concert pour qui n'a jamais vu et entendu Ian Curtis que via des images d'archives ou bootlegs plus ou moins officieux. Fâché avec les autres membres de New Order (dont j'avais adoré le concert l'an dernier aux Nuits Sonores), Peter Hook s'est lancé il y a peu... Lire la suite

Peter Hook plays Joy Division + Frustration

Critique écrite le 24 mars 2011, par lol

Trabendo, Paris 10 mars 2011

Peter Hook plays Joy Division + Frustration en concert

Il est rare en France d'être séduit par une première partie. Il faut dire qu'elles sont souvent organisées n'importe comment, sans aucune corrélation avec l'artiste pour lequel le public a payé sa place. Et bien ce soir, ce fut différent !! Pour la Première partie de Peter Hook et de son tribute aux albums unknow pleasures et Closer de Joy Division, ou il tenait la basse, c'est le groupe Français Frustration qui était à l'affiche. Hormis quelques très rares initiés, personne ne connaissait ce groupe Français. C'est donc dans une indifférence polie que les lumières s'éteignirent et que les membres de Frustration investirent la scène du Trabendo. En moins d'une minute cette indifférence polie se mua en une écoute attentive. La voix pénétrante et habité du chanteur régnait sur un lent crescendo post punk totalement en phase avec la musique de Joy Division que le public était venu écouter. La suite du concert de Frustration ne cessa de captiver l'assistance qui se mit à applaudir chaleureusement et même à bouger et à pogoter. Au fil des chansons, il apparu vite que toutes traces de boursouflure, de mauvais gout et de cacophonie amateur était absente. On avait clairement à faire à un groupe qui a ce petit truc en plus, ce X factor comme... Lire la suite

Peter Hook : les chroniques d'albums

Peter Hook : Unknown Pleasures, Joy Division

Chronique écrite le 04/07/2013, par Pierre Andrieu

Peter Hook : Unknown Pleasures, Joy Division

Passionnant pour tout fan de Joy Division qui se respecte, très éclairant sur les débuts et l'histoire de ce combo hyper influent et savoureusement parsemé d'anecdotes bien salées et souvent drôles, le très enlevé livre signé Peter Hook Unknown Pleasures, Joy Division vu de l'intérieur, se dévore d'une seule traite... L'auteur, qui a son franc parler et peut se targuer d'avoir un caractère bien trempé, raconte la genèse de Joy Division, les plans galères, les rencontres importantes, les engueulades mémorables, l'écriture des morceaux et les concerts affligeants de médiocrité ou devenus cultes... Venant du bas de l'échelle sociale et n'ayant pas eu une jeunesse facile, le cultissime bassiste mancunien, plutôt brut de décoffrage, ne s'embarrasse pas de figures de style ou de détours... Il va à l'essentiel, narre les choses en ayant le souci de dire la vérité (Ian Curtis était un jeune homme plutôt normal, quand il avait bu il savait faire le con comme tout apprenti rock star... ), appelle un chat un chat et taille dans le vif. Ses rapports conflictuels avec son ancien ami Bernard Sumner, guitariste et claviériste de son état, son statut de bassiste/roadie/conducteur de van la nuit et de travailleur le jour mais aussi les blagues ultra... Lire la suite