Accueil Roberto Fonseca en concert
Jeudi 23 novembre 2017 : 11708 concerts, 24728 chroniques de concert, 5186 critiques d'album.


Pianiste mais aussi percussionniste, batteur, compositeur et chanteur, il est LA référence de la nouvelle génération de musiciens cubains. Un mélange réussi de soul cubaine et de jazz classique, avec un soupçon de soul plus sombre et de bon vieux funk.
Pianiste mais aussi percussionniste, batteur, compositeur et chanteur, il est LA référence de la nouvelle génération de musiciens cubains. Pianiste mais aussi percussionniste, batteur, compositeur et chanteur, il est LA référence de la nouvelle génération de musiciens cubains, non seulement en tant que compositeur mais aussi comme producteur et arrangeur. Entre 1999 et 2001, il sort trois albums solo et illumine nombre de projets et de musiques de film. Une polyvalence qui lui fait remplacer Rubén Gonzàlez dans le Buena vista Social Club en 2001 et s'illustrer aux côtés d'Ibrahim Ferrer et Omara Portuondo. Pour enfin récemment collaborer avec Herbie Hancock, Wayne Shorter et Michael Becker. Son dernier opus "Zamazu" bénéficie des contributions de Carlinhos Brown et Guarijo Mirabal. On y retrouve aussi un duo avec Omara Portuondo.

Site

Roberto Fonseca : les dernières chroniques concerts 2 avis

Herbie Hancock & Wayne Shorter, Roberto Fonseca & Fatoumata Diawara (Festival Jazz Des Cinq Continents 2014)

Critique écrite le 24 juillet 2014, par Sami

Palais Longchamp, Marseille 22 Juillet 2014

Herbie Hancock & Wayne Shorter, Roberto Fonseca & Fatoumata Diawara (Festival Jazz Des Cinq Continents 2014) en concert

Les choses sont claires en arrivant, les concerts de ce soir affichent complet ce qui en configuration assis et en plein air n'autorise pas vraiment d'arriver en retard ou même pile pour le début. Difficile voire impossible d'apprécier à leur juste valeur la prestation de Wayne Shorter que je voyais pour la première fois et Herbie Hancock dont j'avais un très beau souvenir lors de son passage à la la fiesta des suds en 2008 déjà. Deux musiciens au sommet dont les initiés savourent chaque note dans un recueillement bienvenus, mais j'ai eu la malchance d'être entouré de la frange du public moins attentive et polie, insupportablement bavarde alors que cette musique intimiste et sophistiquée là nécessité un minimum de concentration. Si le saxophoniste octogénaire Wayne Shorter est constamment dans la retenue, Herbie Hancock est lui davantage souriant et expressif, surtout lorsqu'il délaisse son piano pour un synthé dont il use avec le goût de l'invention et de l'expérimentation qu'on lui connaît. Il ne s'adressera au public (en français) qu'avant le dernier titre "war games", ovationné de nombreuses minutes par des spectateurs pour la plupart conquis. Alors pour la soirée avec George Clinton il y avait eu une... Lire la suite

Fiesta des suds : Roberto Fonseca + Antibalas + Sporto Kantès + Raggasonic + Dub Station + Ziskakan

Critique écrite le 05 novembre 2012, par Roo-ha-kim

Dock des Suds - Marseille 26 octobre 2012

Fiesta des suds : Roberto Fonseca + Antibalas + Sporto Kantès + Raggasonic + Dub Station + Ziskakan en concert

Après la soirée d'ouverture bondée de vendredi dernier, retour à la Fiesta des Suds 2012. Ce soir le froid et surtout la pluie ont sans doute dissuadé pas mal de fiesteurs(es). Donc on ne fait la queue ni pour manger, ni pour pisser,...Ca enlève sans doute un peu de charme, mais on a donc plus de temps à consacrer aux concerts... Mos Fred (le photographe) : la soirée démarre par un pianiste jazz de la Havane : Roberto Fonseca. Un sacré virtuose qui est accompagné de musiciens tout aussi bons. En plus de son extrême technicité musicale, Roberto Fonseca a de la présence et un physique plutôt charmeur. Les morceaux nous transportent même si au final je reste un peu sur ma faim. Roo : Ensuite direction le chapiteau, à l'extérieur, où l'orage menace déjà, pour les américains de Brooklyn d'Antibalas. Antibalas fait partie des groupes réputés dans le style afrobeat...Ils sont tous blancs sauf le leader chanteur charismatique. Là encore de supers musiciens, mais hélas la sauce n'a jamais vraiment pris... Le chapiteau n'est pas totalement rempli et le public ne goûte pas vraiment à la transe collective. La faute à l'humidité ambiante ? Non, en fait leur afrobeat, qui penche un peu trop du côté jazz, est sans doute un... Lire la suite