Accueil Chronique de concert Marsatac : Stupeflip + Pigeon John + Xzibit + Theophilus London + Chinese Man
Mercredi 26 février 2020 : 10750 concerts, 25932 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Marsatac : Stupeflip + Pigeon John + Xzibit + Theophilus London + Chinese Man

Friche Belle de Mai - Marseille 1er octobre 2011

Critique écrite le par

La treizième édition du festival Marsatac était résolument " riot ". Le contenu de ce papier sera donc dans l'esprit de la thématique choisie cette année par l'organisation.

Rendons à César ce qui est à César et n'oublions pas de saluer les prestations de Modeselektor, Brodinsky, Turnsteak, Anthony Joseph and the Spasm Band, Chinese Man, la Fine Equipe (et j'en oublie) que les plus chanceux d'entre vous auront eu la joie d'apprécier malgré les conditions apocalyptiques dans lesquelles l'organisation nous a plongé tout au long du festival. Surpopulation (les files d'attentes à l'extérieur des concerts étaient interminables), surconsommation (on vous fait payer quasiment 30 euros le billet pour une énorme programmation à laquelle vous ne pourrez quasiment pas goûter, mais on vous rassure, vous pourrez noyer votre chagrin dans des bières à 3 euros l'unité), réchauffement climatique (les gens s'agglutinent dans les salles car c'est la raison principale de leur présence sur le site), cacophonie (un son globalement très mauvais à l'exception de la scène Esplanade) et invasion de zombies (déambulations dans la friche des spectateurs au teint pâle cherchant un peu de repos avant de retourner affronter les affres du devant de scène) étaient les maîtres mots de cet événement marseillais. Autant dire que la décoration angoissante, alarmiste et futuriste pensée par le collectif H5 pour habiller la cour intérieure était tout à fait raccord !

On a quand même fini l'édition sur une note plus légère grâce à l'action d'Aires Libres. L'idée d'investir les lieux publics pour aller à la rencontre de différents publics n'est pas nouvelle (les siestes électroniques toulousaines en sont déjà à leur dixième édition) mais la formule fonctionne encore et il faut reconnaître que les festivaliers mêlés aux familles appréciant de danser sur du bon son en plein air dans le parc Longchamp nous ont réconciliés avec cette édition de Marsatac. Les esprits étaient plus apaisés. La lutte pour la survie était terminée et on croise les doigts pour que des leçons puissent être tirées de cette mésaventure afin que cette erreur de parcours ne soit pas reproduite.

Pour résumer le jeudi 29 septembre, seulement deux salles étaient accessibles, il y avait moins de concerts à apprécier et la capacité d'accueil était divisée par trois mais les missions du festival étaient remplies. Proposer une programmation de qualité dans des conditions optimales (en parallèle des très mainstream The Do, le public s'est régalé en retrouvant le bon son de la scène indépendante avec Applause ou Africa Hitech) ce qui n'a pas été le cas pour les deux soirées suivantes. Il n'est jamais plaisant de rédiger un article négatif sur un festival qui, édition après édition, fait beaucoup d'efforts pour dynamiser le paysage culturel marseillais et apporte tant à un public en mal de bons concerts. Seulement cette année, l'organisation a peut-être eu les yeux plus gros que le ventre.
Espérons que le festival qui a quand même accrédité un bon nombre de journalistes, photographes, médias, partenaires, pique-assiettes, etc etc ne nous en voudra pas de livrer notre ressenti. Ils nous ont chouchouté, à coup de ferrero dignes des réceptions de l'ambassadeur dans le carré VIP, avec des verrines, des coupettes, des pepettes, c'était donc un festival " presque parfait " mais toutes ces attentions n'ont pas suffi à nous faire oublier que l'essentiel avait été négligé. C'est peut être la nostalgie de l'esplanade Saint Jean qui parle aujourd'hui mais on espère que les éditions à venir ne seront pas aussi décevantes que celle-ci.

Friche Belle de Mai - Marseille : les dernières chroniques concerts

Couscous Clan : Rachid Taha, Hakim Hamadouche, Rodolphe Burger en concert

Couscous Clan : Rachid Taha, Hakim Hamadouche, Rodolphe Burger par Catherine B
Toit terrasse, Friche Belle de Mai, Marseille, le 01/09/2018
Manger un kouskous entre amis sur les toits de la Friche... Profiter de l'air... Bientôt L'Automne et.... Revoir Rachid. "Douce France"... Que celle d'hier soir à... La suite

Sofiane Saidi & Kenzi B + Dj Waterproof en concert

Sofiane Saidi & Kenzi B + Dj Waterproof par Sami
Toit Terrasse Friche Belle De Mai, Marseille, le 14/07/2018
Depuis quelques années déjà ici le toit terrasse de la friche de la belle de mai propose tous les week end des soirées avec des dj's et des concerts dans des styles très variés... La suite

Concert Dessiné 1+9+8+4 en concert

Concert Dessiné 1+9+8+4 par odliz
La Friche de la Belle de Mai, le 23/05/2018
Rendez-vous pour le deuxième jour de la deuxième édition de Oh les Beaux Jours ! , festival thématique et pluridisciplinaire dispatché aux quatre coins du centre ville, sauf... La suite

Amorchestra en concert

Amorchestra par Pirlouiiiit
Cartonnerie, Friche Belle de Mai, Marseille, le 17/02/2018
Comme je l'expliquais en fin de chronique précédente si nous n'avions pas croisé Gilles et Alice à la sortie de l'Embobineuse nous serions allés direct au 47 le lieu, mais après... La suite